Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Vendredi 06 décembre, 13:25
Accueil > Actualité > International > "On y va": Obama lance l'opération contre Ben Laden

"On y va": Obama lance l'opération contre Ben Laden

Mort de ben Laden


C'est finalement vendredi matin, après des mois d'enquête et de surveillance et quelques heures de réflexion, que le président Barack Obama a lâché trois mots qui allaient signer la fin d'Oussama Ben Laden: "On y va".

Le top départ est ainsi donné pour l'opération "Geronimo", qui allait aboutir à l'élimination de l'ennemi public numéro un des Etats-Unis dans sa villa cossue d'Abbottabad, paisible ville de garnison à 80 km de la capitale pakistanaise Islamabad, selon les récits de responsables de l'administration, s'exprimant tous sous couvert d'anonymat.

Ben Laden avait disparu des écrans radars en 2001 dans les montagnes de Tora Bora, dans l'est de l'Afghanistan. De nombreux analystes le présumaient terré dans des caches reculées des zones tribales de l'ouest du Pakistan, frontalières de l'Afghanistan, où ses alliés règnent en maîtres.

Ce sont des informations arrachées lors d'interrogatoires de suspects --l'administration de George W. Bush avait autorisé la torture de prisonniers-- qui ont permis de remonter jusqu'à un de ses messagers, une des très rares personnes en contact direct avec le chef d'Al-Qaida.

Selon le New York Times, c'est en juillet que des agents pakistanais travaillant pour la CIA ont finalement repéré ce messager à Peshawar, la grande ville du nord-ouest du Pakistan, qui a toujours servi de base arrière aux Afghans réfugiés dans ce pays. Et après des semaines de filature, il a fini par mener les espions américains à la luxueuse résidence d'Abbottabad. Mise sous surveillance, celle-ci va vite intriguer la CIA.

"On se retrouve avec cette résidence, et on y prête une grande attention parce qu'il devient vite clair que celui qui y habite cherchait vraiment à faire profil bas et prenait beaucoup de mesures de sécurité", explique un responsable. "Nous pensions qu'Oussama Ben Laden et sa famille occupaient les deuxième et troisième étage du bâtiment principal", poursuit-il.

Pas de téléphone ni d'internet dans la demeure très fortifiée, dont les habitants poussent le luxe de précaution à brûler leurs ordures sur place.

Autre indice qui augmente les soupçons pesant sur le messager de Ben Laden, occupant officiel de la résidence avec son frère, "ils avaient une maison à un million de dollars et aucune source connue de revenus", explique un officiel.

"Nous savons qu'il y a cette résidence, nous connaissons certains des occupants, nous savons qu'il sont associés à Ben Laden et qu'ils vivent de manière exceptionnelle", résume un autre responsable.

"Si vous analysez le dossier, la logique c'est qu'il y a là un terroriste de grande valeur et Ben Laden est la seule personne qui réponde à ce profil", poursuit cette source.

Mais jusqu'à ce qu'un membre des Navy Seals, les commandos d'élite de la marine qui ont mené le raid, ne fasse passer le message "Geronimo-Ennemy killed in action" (ennemi tué au combat), personne, de Barack Obama aux espions sur le terrain, ne sera certain que Ben Laden est bien la cible, soulignent tous les proches du dossier.

En mars, le président Obama est en tout cas suffisamment convaincu de l'intérêt de la piste pour ordonner des préparatifs militaires.

En avril, on lui soumet trois options: l'envoi d'un commando américain pour capturer ou tuer le suspect, une frappe "chirurgicale" aérienne, ou attendre des renseignements supplémentaires.

Entouré d'une petite équipe de conseillers et dans le plus grand secret, le président évalue les possibilités. Plaident contre le raid aérien le risque de faire des victimes civiles et, peut-être surtout, celui de ne pouvoir identifier avec certitude Ben Laden.

"Ce n'est pas qu'on ne peut pas prouver que ce n'était pas lui, on pourrait juste ne pas vraiment savoir", souligne un haut responsable.

L'opération commando permet de s'assurer de la cible, et éventuellement de saisir des preuves, mais expose au risque de confrontation avec les forces pakistanaises, officiellement pas prévenues du raid, ou à un possible fiasco, comme en 1980 pour tenter de libérer les otages de l'ambassade américaine de Téhéran ou en 1993 à Mogadiscio, la "chute du faucon noir".

Jeudi 28 avril, le président convoque une dernière réunion dans la salle de crise de la Maison Blanche et annonce à ses conseillers sa décision pour le lendemain matin.

Vendredi 29, Barack Obama part visiter l'Alabama dévasté par des tornades meurtrières. Avant de monter dans Marine One, l'hélicoptère qui l'attend sur les pelouses de la la présidence, il lance à ses conseillers: "On y va".

Par AFP

Réactions à cet article5 commentaires

  • Par Anonyme-77656, le 3 mai à 15:43

    Anonyme-77656
    mr obama aviez vous peur d'un proces

    la mort pour un terrorsite oui mais un proces dans son cas aurez permis de montrer au monde arabe et musulman le vrai visage de ben laden.



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 3 mai à 15:49

    Anonyme-77656
    peine de mort...

    il semblerait que la loi du talion soit appliquée pour ben laden ok pourqoui ne l'est t'elle pas pour d'autres crimes horribles.c'est propre expeditif sans bavure pas de possibilite de recidive..



    Signaler un abus  
  • Par daghestani, le 6 mai à 01:08

    daghestani
    mr obama aviez vous peur de vos actes

    je vois mal les raisons qui ont menée mr Obama a refuser la diffusion des images de ben Laden tué, sauf si mr Obama a peur que l'humanité toute entière saura la sauvagerie avec laquelle le président de la première puissance mondiale ordonne l'exécution du plus grand terroriste du monde et de quelle manière .vous pouvez cacher vos crimes quand a nous ons a le droit de penser ce qu'on veut



    Signaler un abus  
    • Par Wiseman, le 5 mai à 17:11

      Wiseman
      Pas compris - répétez!

      Sauvagerie? Et alors. Il ne se gênait pas ce criminel qui agissait comme Hitler! C'est incroyable la manière agressive de la plupart des Français d'attaquer systématiquement tout ce que fait les USA, alors que je vous rappelle que nous avons été libérés grâce à eux! Mais vous êtes trop jeune pour vous en rappeler et si vous vous exprimez en français plutôt qu'en allemand, vous pouvez remercier les américains qui sont venus offrir leur vie pour notre indépendance. Moi, j'en suis reconnaissant.



      Signaler un abus  
  • Par Wiseman, le 5 mai à 17:02

    Wiseman
    Bravo Sir Obama!

    Bravo, il fallait du courage pour éliminer une telle crevure. Ce salopard ne méritait qu'un seul sort, l'ultime! Il ira batifoler pour une éternité avec 70 vierges retraitées. 



    Signaler un abus  

Réagissez à cet article

Réagissez avec votre compte Francesoir.fr :

Ou créez GRATUITEMENT votre compte Francesoir.fr :
Publié : 03/05/11 - 12h32
Mis à jour : 03/05/11 - 16h10
  • Texte plus grand
  • Texte plus petit

SUIVEZ FRANCE SOIR SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX


FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 17:29

      288500 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 19:55

      203400 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 17:21

      155550 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 21:48

      150550 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Jakyburn Jakyburn, le 20 avr à 21:02

      99900 points
      1686 commentaires

      En savoir plus sur Jakyburn


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Actu du jour en image

    Horoscope Quotidien 2012

    Minute Trente de Montvalon

    TV Tout sur Secret Stroy 6

    Faits Divers Les maisons de l'horreur