Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Jeudi 16 juillet, 03:19
Accueil > Actualité > Economie > Banques : Une très chère crise

Banques : Une très chère crise

L'euro en crise


La crise qui frappe l’Europe entraîne des dizaines de milliards d’euros de pertes pour les banques du continent.

BNP Paribas, qui détenait 2,3 milliards d’euros de ces obligations, avait annoncé une perte de 534 millions d’euros
BNP Paribas, qui détenait 2,3 milliards d’euros de ces obligations, avait annoncé une perte de 534 millions d’euros MaxPPP

C’était il y a une semaine. La Fédération bancaire française montait au créneau pour défendre ses membres. Dans des pages entières de publicité, elle expliquait que les banques ne demandaient pas à être recapitalisées et que non, elles ne spéculaient pas sur la dette grecque. Las ! Le sommet des dirigeants européens ce week-end a douché leurs belles paroles. Plusieurs décisions prises devraient en effet coûter très cher aux banques, notamment françaises, et souligner les dérives de certains établissements. Au total, ils vont devoir puiser massivement dans leurs réserves pour trouver les milliards d’euros nécessaires.

Après dix heures de négociations, les ministres des Finances de l’Union européenne se sont mis d’accord pour imposer un sérieux tour de vis à leurs établissements de crédit. Ils ont choisi d’obliger les banques à renforcer leurs fonds propres, ce qui leur permettrait de rembourser plus facilement leurs créanciers, et donc de réduire le risque d’une propagation de la crise. Pour augmenter ces fonds propres, les ministres ont choisi de s’attaquer au « core tier one », c’est-à-dire le rapport entre d’un côté le capital social et les bénéfices conservés d’une banque et de l’autre ce qu’elle prête. Ce « core tier one » devra être porté à 9 % avant la mi-2012, alors qu’il était fixé à 7 % jusqu’à présent. Pour faire simple, les banques européennes devront mettre beaucoup plus d’argent de côté mardi pour pouvoir prêter autant qu’aujourd’hui. L’Autorité bancaire européenne estime que les banques de l’Union vont devoir débourser plus de 100 milliards d’euros pour se mettre à niveau. Pour les seules banques françaises, la somme pourrait atteindre 10 milliards d’euros, selon Christian Noyer, le gouverneur de la Banque de France.

Les titres grecs perdent la moitié de leur valeur

Cette décision n’est peut-être pas celle qui va coûter le plus cher aux groupes bancaires. Les ministres des Finances européens ont également décidé d’augmenter la décote – c’est-à-dire la perte de valeur –, des titres grecs. En juillet, le deuxième plan d’aide à la Grèce décidé par les chefs d’Etat prévoyait une décote de 21 %. En clair, toutes les obligations grecques détenues par les banques perdaient 21 % de leur valeur. BNP Paribas, qui détenait 2,3 milliards d’euros de ces obligations, avait donc annoncé une perte de 534 millions d’euros, le Crédit agricole 202 millions d’euros, la Société générale 395 millions d’euros… Cette fois, la décote va être beaucoup plus importante. Bien que les négociations soient toujours en cours entre la zone euro et les banques, la plupart des sources s’accordent sur un chiffre compris entre 40 et 60 % des créances grecques effacées. Pour les banques, le coût serait colossal. Chez BNP Paribas, on considère que dans l’hypothèse d’une décote de 55 %, il faudrait ajouter 1,7 milliard d’euros de pertes supplémentaires. Au Crédit agricole, on évoque 450 millions d’euros de pertes dans le cas où la décote atteindrait 50 %. La Société générale et le groupe Banque populaire-Caisse d’épargne ont quant à eux refusé de s’exprimer sur le sujet.

A l’étranger, les conséquences varient

La France est pourtant loin d’être le pays le plus affecté par ces décisions. Car si chez nous les banques devraient être en mesure d’absorber seules le coût de ces décisions, certains gouvernements vont devoir mettre la main à la poche pour sauver leur système financier. C’est d’abord le cas en Grèce : tous les établissements de crédit détiennent des obligations publiques grecques, et ce dans des volumes très importants. Les banques et les caisses de retraites du pays détenaient ainsi à fin août 52 milliards d’euros de titres d’Etat. Si la moitié de cette somme venait à disparaître à la suite d’une décote de 50 %, les conséquences seraient catastrophiques. Pour les seules quatre premières banques que sont la Banque nationale de Grèce, Eurobank, Alpha et la Banque du Pirée, il faudrait trouver 8,9 milliards d’euros, selon les calculs de Natixis. Fin juillet, le plan d’aide européen leur avait déjà fait perdre 3,2 milliards d’euros. Cette fois, leur fragile santé financière ne leur permettra vraisemblablement pas de s’en sortir seules, d’autant que leur valorisation boursière ne cesse de s’écrouler. Sur la seule journée de lundi, les valeurs bancaires ont baissé de plus 20 % à la Bourse d’Athènes, certains titres valant même moins d’un euro à la fin de la journée. « Dans ces conditions, le risque de nationalisation est fort », analyse Alex Koagne, analyste chez Natixis. Le Fonds hellénique de stabilité, mis en place l’an dernier, pourrait être contraint d’intervenir pour les sauver.

A l’opposé, les banques allemandes semblent avoir mieux géré leurs emprunts. Selon les analystes, seuls 4 à 5 milliards d’euros seraient nécessaires pour renforcer les banques allemandes. Il faut dire qu’elles détiennent beaucoup d’obligations allemandes plus sûres et dont la valeur a beaucoup grimpé depuis quelque temps. Pour les banques, tout n’est pas encore perdu. Le lobby bancaire était lundi toujours en discussion avec les dirigeants européens pour tenter de réduire le niveau de décote. Mais la manœuvre ne joue pas forcément en leur faveur : l’Union européenne a déjà averti que si la décote n’était pas fortement relevée, le niveau d’endettement de la Grèce deviendrait rapidement insoutenable, ce qui pourrait pousser le pays au défaut de paiement. Dans ce cas, les pertes pour les banques s’avéreraient beaucoup plus lourdes.

Thomas Morel
C'est sur France Soir !

Réactions à cet article11 commentaires

  • Par Anonyme-77656, le 25 oct à 09:02

    Anonyme-77656
    votre article est tendacieux

    pauvres banque,toujours plus de profits,elles ont préter à la Gréce à un taux usuraire sachant le risque.bien fait pour elles plus de bonus pour les dirigeants plus les actionnaires.bien fait qu'elles crévent.à la place une banque d'ETAT.



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 25 oct à 09:03

    Anonyme-77656
    Toujours plus de profits.

    pauvres banque,toujours plus de profits,elles ont préter à la Gréce à un taux usuraire sachant le risque.bien fait pour elles plus de bonus pour les dirigeants plus les actionnaires.bien fait qu'elles crévent.à la place une banque d'ETAT.



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 25 oct à 09:04

    Anonyme-77656
    Toujours plus de profits.

    pauvres banque,toujours plus de profits,elles ont préter à la Gréce à un taux usuraire sachant le risque.bien fait pour elles plus de bonus pour les dirigeants plus les actionnaires.bien fait qu'elles crévent.à la place une banque d'ETAT.



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 25 oct à 09:27

    Anonyme-77656
    Pauvres clients de ces

    Pauvres clients de ces banques,ce sont eux qui sont a plaindre,car meme s'ils n'ont pas d'argent,il paieront le renflouement de ces usuriers légaux.

    Malgré la crise eux s'enrichissent toujours sur le dos du peuple qui s'appauvrit tous les jours.



    Signaler un abus  
  • Par aladine, le 25 oct à 10:11

    aladine
    plus de bonus

    si les banques déjà cessaient avec leurs primes leurs bonus ,preter c'est bien mais il faut voir a quelle taux,exemple la grèce jusqu'ou allons nous aller?elles jouent avec l'argent des autres comme au monopoly mais il faufrait peut être leur rappeler que la c'est la vrais vie non un jeux !!!tant qu'ils percevrons de gros salaires plus primes ils continuerons a jouer allez les mecs amusez vous avec l'argent des francais!!!



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 25 oct à 10:55

    Anonyme-77656
    voleur

    le seul mot qui leur va bien au banquiers ! VOLEURS!,jamais ils on fait autend de profis,et maintenant on va encore les aidés;mais jusqua quand cela va durer ....



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 25 oct à 11:30

    Anonyme-77656
    je ne suis pas inquiet du tout!

    De partout on les voit réaliser des embellissements de leurs locaux!!!bon, à part vivre sur le dos de leurs clients,quels risques prennent t-elles?no problème!Dans la société actuelle c'est une obligation d'avoir une banque,c'est un passage obligé!



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 25 oct à 11:32

    Anonyme-77656
    et si on parlait d'extinction?

    de quel mal perfide les banques sont atteintes . Elles ressemblent de plus en plus à des rapaces décidés à faire disparaître une partie de vie en fagocitant tout ce qu'elles peuvent autour d'elles; Qui sera l'homme providentiel qui pourra renverser la situation? O u alors cela ferait partie de la sixième extinction en marche ? allons soyons sérieux

    IL FAUT REAGIR



    Signaler un abus  
  • Par Chouffle, le 25 oct à 11:51

    Chouffle
    REGRETS

    Dommage de ne pouvoir faire autrement que d'être client d'une banque. Je préfererais avoir mes petits billets sous mon matelas. Au moins ils serviraient à moi et seulement à moi



    Signaler un abus  
  • Par marqus39, le 25 oct à 12:08

    marqus39
    A quel taux d'intérêt

    la Grèce a emprunté aux banques ? Je n'affirme rie, mais j'ai lu un article qui paraissait sérieux, et qui parlait de prêts à 15%....Si c'est vrai, que les banques se débrouillent, on devrait même les obliger à venir en aide au pays qu'elles ont contribué à couler !


    Tout renseignement sera bienvenu.


     



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 30 oct à 20:49

    Anonyme-77656
    la crise

    Nous ne sommes pas encore sortis de cette crise Elle est mondiale .

    L' Europe n'a pas joué en notre faveur .Maintenant le mal est fait 1franc =6.65e ....

    Chère la baguette alors que les salaires sont gelés .

    Pire qu'en 1930 , gardons le moral sinon la vie sera fatale ....



    Signaler un abus  
Publié : 25/10/11 - 06h51
Mis à jour : 25/10/11 - 07h00
  • Texte plus grand
  • Texte plus petit

SUIVEZ FRANCE SOIR SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX


FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 17:29

      288500 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 19:55

      203400 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 17:21

      155550 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 21:48

      150550 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Jakyburn Jakyburn, le 20 avr à 21:02

      99900 points
      1686 commentaires

      En savoir plus sur Jakyburn


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Actu du jour en image

    Horoscope Quotidien 2012

    Minute Trente de Montvalon

    TV Tout sur Secret Stroy 6

    Faits Divers Les maisons de l'horreur