Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Dimanche 18 novembre, 01:13
Accueil > Actualité > Economie > Loïk Le Floch-Prigent veut oublier le passé

Loïk Le Floch-Prigent veut oublier le passé

Que sont-ils devenus?


Cette fois, l'ancien PDG d'Elf en a bel et bien fini avec la prison. Devenu consultant international, il réfute toute idée de retraite.

Loïk Le Floch-Prigent en 2006
Loïk Le Floch-Prigent en 2006 SIPA

« A moins d'être mort, je ne vois pas pourquoi je m'arrêterais de travailler ». Le ton est donné. Malgré un ultime séjour en prison aussi pénible qu'inattendu, Loïk Le Floch-Prigent n'a rien perdu de son franc-parler ni de sa détermination. En janvier dernier, l'ancien PDG d'Elf a repris son activité de consultant international dans le secteur de l'énergie sans se poser de question, après un retour de 4 mois par la case maison d'arrêt. Tout juste concède t-il que sa famille a eu « du mal à accepter » ce nouveau passage derrière les barreaux. Une façon de faire taire ceux qui pensaient que son chemin de croix judiciaire aurait raison de son moral d'acier. « J'ai vécu ma dernière détention comme une ineptie. Mais je possède une forte résistance interne, qui m'a permis de la supporter. A la sortie, la vie reprend ses droits », assène ce breton au regard clair, qui se définit comme un « optimiste acharné ». Cette volonté féroce lui a permis de tenir les rênes des plus grandes entreprises françaises sans être énarque ni polytechnicien. Une carrière hors du commun qui se brise brutalement le 5 juillet 1996, lorsque la juge Eva Joly ordonne sa mise en détention alors même qu'il dirige la SNCF. Loïk Le Floch-Prigent est reconnu coupable en 2003 de détournement de fonds de plusieurs centaines de millions d'euros au sein du groupe Elf. Cette condamnation lui coûtera 20 mois de prison, purgés en deux fois. Atteint de psoriasis, d'hypertension et d'un cancer de la prostate, il sera finalement remis en liberté en avril 2004 pour raisons de santé.

"Je suis consulté par les chefs d'Etat"

Pris dans la tourmente des affaires, il quitte les hautes sphères parisiennes dès 1997 pour devenir son propre patron. A 67 ans, il propose toujours son expertise sur les problématiques liées au pétrole, au gaz et à l'électricité. Avec une assurance intacte. « Je suis l'unique représentant du secteur qui soit à la fois ingénieur, scientifique et ancien chef d'entreprise. Je suis consulté par des chefs d'Etat et des industriels en Europe, en Afrique et au Moyen-Orient, en particulier au Congo et à Dubaï », s'enorgueillit Loïk Le Floch-Prigent en jetant un coup d'oeil à ses deux téléphones portables. Sa dimension internationale ne l'empêche pas d'avoir un avis passionné sur la politique énergétique française. « Les débats actuels ne mettent très en colère. C'est une catastrophe de ne pas exploiter les réserves de gaz et d'huile de schiste que nous possédons. Cela revient à conserver un Picasso dans sa salle de bains ». Une opinion tranchée qu'il doit partager dans le secret de « son antre », un bureau des Champs-Elysées loué au mois. C'est là qu'il reçoit discrètement les industriels et les politiques qui font appel à ses compétences sur l'énergie. Avec une pointe d'amertume, il indique que les « réticences diffuses » liées à son passé dissuadent certaines personnalités françaises de le consulter publiquement. « Nul n'est prophète en son pays », lâche t-il avec un sourire vaguement désabusé. Il sait aussi que sa capacité légendaire à rebondir agace. « Certaines relations du passé s'étonnent que je fasse encore partie du paysage et que j'exerce une influence dans mon domaine. Ma présence les dérange parce qu'elle les renvoie à leur culpabilité à mon égard ».

"On m'appelle Loïk ou président"

Dans ce contexte pesant, les voyages permettent d'éclipser momentanément l'encombrant scandale auquel son nom reste associé. « A l'étranger, on m'appelle toujours Loïk, ou président ». Intarissable sur son métier de consultant, Loïk Le Floch-Prigent se referme dès qu'on évoque l'affaire qui l'a rendu célèbre. « Je me suis fixé la règle du silence ». Après trois allers-retours en prison et 28 mises en examen, il s'autorise enfin à croire que le pire est derrière lui. « Ma dernière incarcération a mis fin à 17 ans de démêlés judiciaires. Aujourd'hui, je n'ai plus rien à régler avec la justice ». L'ancien détenu se refuse à se plaindre de ses conditions de détention. Issu de la bourgeoisie bretonne catholique, il explique simplement que son enfance « vécue à la dure » lui a forgé le caractère. « J'ai passé mes vacances à dormir sur des matelas de varech séché (une algue de Bretagne, NDLR). Contrairement à l'image qu'on a voulu donner de moi, j'ai toujours eu horreur du confort et des hôtels de luxe. La seule chose qui n'ai pas résisté à la prison, c'est ma peau », avoue t-il pudiquement en montrant ses mains meurtries par un psoriasis mal soigné pendant la détention. L'espace d'un instant, il laisse entrevoir l'homme qui se cache derrière le patron. « J'ai vécu la menace de la prison comme si je vivais avec un cancer prêt à récidiver. Et ça m'a d'ailleurs valu un véritable cancer ». Il assure aussitôt que ces séquelles ne l'empêchent pas de profiter de la vie, « comme il l'a toujours fait », et affirme n'avoir aucun regret hormis celui de ne pas savoir jouer d'un instrument de musique. « Je ne me demande pas si j'aurais pu agir différemment au cours de ma vie. Est-ce vraiment nécessaire ? Je n'ai pas une grande aptitude à regarder le passé, cela fait partie de mon éducation. Ma mère a 90 ans et elle reste tournée vers l'avenir ».

Marie-Laure Hardy
C'est sur France Soir !

Réactions à cet article2 commentaires

  • Par Anonyme-77656, le 21 jui à 06:13

    Anonyme-77656
    cher Loïk

    Les ennuis,vous les avez un peu cherchés non?

    En tous cas aujourd'hui je vous souhaite bonne chance dans votre nouvelle vie.



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 23 jui à 08:55

    Anonyme-77656
    a bon

    cher loick

    vous obéissiez aux ordres de l"état Français

    vous étiez le vrais fusible,,,

    et vous le saviez,,,vous n"avez pas tout dit,,,sinon de mauvaises choses vous serait arriver,

    secret d"état oblige

    bon courage,cela vous a permis de connaître vos vrais amis,,,triste,mais vrais



    Signaler un abus  
Publié : 20/07/11 - 15h20
Mis à jour : 20/07/11 - 15h21
  • Texte plus grand
  • Texte plus petit

SUIVEZ FRANCE SOIR SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX


FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 17:29

      288500 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 19:55

      203400 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 17:21

      155550 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 21:48

      150550 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Jakyburn Jakyburn, le 20 avr à 21:02

      99900 points
      1686 commentaires

      En savoir plus sur Jakyburn


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Actu du jour en image

    Horoscope Quotidien 2012

    Minute Trente de Montvalon

    TV Tout sur Secret Stroy 6

    Faits Divers Les maisons de l'horreur