Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Jeudi 16 juillet, 03:20
Accueil > Actualité > Economie > Résultats présidentielle : Et les bourses chutent...

Résultats présidentielle : Et les bourses chutent...

Crise boursière


Les bourses européennes ne réagissent pas bien à l'incertitude sur l'issue du scrutin français. La chute du gouvernement aux Pays-Bas et de mauvais indicateurs économiques n'arrangent rien.

Les bourses européennes sont dans le rouge
Les bourses européennes sont dans le rouge SIPA/Rick Rycroft

Les bourses européennes ne se portent pas très bien. Le rouge est la couleur à la mode sur les marchés. Entre les résultats du premier tour de la présidentielle française, la chute du gouvernement aux Pays-Bas et de mauvais indicateurs économiques, les craintes de voir repartir de plus belle la crise de la dette dans la zone euro ont fait sérieusement chuter les bourses européennes lundi. Dès l'ouverture, la baisse a été générale, mais au fil de la journée elle s'est largement accentuée, les mauvaises nouvelles ne cessant de s'accumuler. Ces tensions ont gagné Wall Street à l'ouverture et aussi une partie des marchés obligataires.

« L'instabilité politique en Europe pèse sur le marché », a expliqué Yves Marçais, vendeur d'actions chez Global Equities, ajoutant que « les incertitudes sur l'issue du scrutin en France et la crise politique aux Pays-Bas ont pris les marchés par surprise ». A la clôture, Milan a perdu 3,83%, Francfort 3,36%, Paris 2,83%, Madrid 2,76% et Londres 1,85%. De son côté, Wall Street évoluait aussi en repli : à la mi-séance, le Dow Jones cédait 1,07% et le Nasdaq 1,35%. Les tensions se faisaient également sentir sur le marché obligataire, mais dans une moindre mesure. Les taux longs européens ont tous augmenté lundi, à l'exception notable de ceux de l'Allemagne, considérée comme une valeur refuge et où les taux à 10 ans ont atteint leur plus bas niveau depuis la création de la zone euro : ils s'établissaient à 1,634% contre 1,707% vendredi soir. Le taux à dix ans de la dette française, très surveillée par les investisseurs au lendemain du premier tour de la présidentielle française, s'est légèrement accru, mais sans excès : il s'établissait en fin de séance à 3,089% contre 3,081% la veille du week-end.

La victoire de Hollande ne serait pas une bonne nouvelle

« Le marché a bien intégré la variable électorale et les investisseurs se rendent compte que (...) la dette française reste un placement sûr » a indiqué Cyril Beuzit, de BNP Paribas.
En outre, la France a réussi une émission obligataire lundi, parvenant à emprunter 7,3 milliards d'euros à court terme, soit le montant prévu, même si elle a dû consentir des taux en légère hausse. Dans un contexte déjà fragilisé par les doutes sur la capacité des pays européens à réduire leurs déficits publics, l'arrivée en tête du socialiste François Hollande au premier tour, bien que prévue par les marchés, a grandement entamé le moral des investisseurs sur les marchés actions. « Le scrutin français s'ajoute à une défiance envers la zone euro qui pèse sur les marchés », a observé Renaud Murail, gérant chez Barclays Bourse.

« Il y a forcément une incertitude sur le second tour, quant à la politique qui sera menée, le rapport avec l'Allemagne et l'éventuelle renégociation du traité européen », a-t-il ajouté.
La victoire de François Hollande le 6 mai sur le président sortant UMP (droite) Nicolas Sarkozy priverait en effet la chancelière allemande Angela Merkel de son principal partenaire dans la gestion de la crise ces dernières années, selon plusieurs analystes.

L'aggravation de la crise au Pays-Bas a également fortement pesé. Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte a présenté lundi à la reine la démission de son gouvernement de centre-droit, tirant les conséquences de l'échec samedi des négociations sur la réduction du déficit public. Après sept semaines de discussions, les membres de la coalition gouvernementale ne sont pas parvenus à s'entendre sur les mesures à prendre pour dégager 16 milliards d'euros d'économies afin de réduire le déficit public des Pays-Bas qui a atteint 4,7% du PIB en 2011, bien au-delà de la norme de la zone euro, soit 3%. Pour ajouter à l'anxiété, les indicateurs publiés lundi assombrissaient encore les perspectives.

Actu France-Soir (Avec AFP)

Réactions à cet article1 commentaire

  • Par henri4, le 24 avr à 10:01

    henri4
    vous confondez

    Attention  L'explication est plutôt à chercher du côté de la Hollande, et pas du Hollande !



    Signaler un abus  
Publié : 24/04/12 - 08h22
  • Texte plus grand
  • Texte plus petit

SUIVEZ FRANCE SOIR SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX


FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 17:29

      288500 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 19:55

      203400 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 17:21

      155550 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 21:48

      150550 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Jakyburn Jakyburn, le 20 avr à 21:02

      99900 points
      1686 commentaires

      En savoir plus sur Jakyburn


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Actu du jour en image

    Horoscope Quotidien 2012

    Minute Trente de Montvalon

    TV Tout sur Secret Stroy 6

    Faits Divers Les maisons de l'horreur