Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Lundi 20 mai, 14:58
Accueil > Actualité > Faits divers > Affaire des fadettes : Squarcini, homme de l'ombre en pleine lumière

Affaire des fadettes : Squarcini, homme de l'ombre en pleine lumière

Affaire des fadettes du Monde


Le patron du renseignement français Bernard Squarcini a été mis en examen dans l'affaire d'espionnage téléphonique d'un journaliste du Monde enquêtant sur le dossier Bettencourt. Portrait de cet intime du président Sarkozy.

Bernard Squarcini, à gauche, est un proche de Nicolas Sarkozy
Bernard Squarcini, à gauche, est un proche de Nicolas Sarkozy SIPA/TSCHAEN

Il ne démissionnera pas. Il en fait une question d'honneur. Le directeur central du renseignement intérieur (DCRI), Bernard Squarcini, a été mis en examen dimanche dans l'affaire d'espionnage téléphonique d'un journaliste du Monde enquêtant sur le dossier Bettencourt. Les raisons de cette inculpation sont : « atteinte au secret des correspondances », « collecte illicite de données » et « recel du secret professionnel ». Homme de réseaux, de renseignements, de secrets, habitué à vivre dans l'ombre donc, Bernard Squarcini se retrouve désormais en pleine lumière. Alors qui est vraiment ce fidèle de Nicolas Sarkozy ? 

Né en 1955, à Rabat au Maroc, titulaire d'une maîtrise de droit et diplômé de l'Institut de criminologie, Bernard Squarcini effectue avant tout une brillante carrière dans la police. Nommé commissaire de police en 1979, Bernard Squarcini a été promu commissaire principal en 1987, puis commissaire divisionnaire en 1992, et enfin contrôleur général de police nationale en 1995. Entre temps, il a été chef du service des RG de Brest (Finistère) et aussi directeur régional des Renseignements généraux de Corse. En 1993, Bernard Squarcini est nommé sous-directeur de la recherche au service central des RG. Il est parallèlement adjoint au directeur de la direction centrale des Renseignements généraux (DCRG) à partir de juillet 1994. En juin 2007, il est nommé Directeur de la surveillance du territoire (DST) et depuis 2008, il est à la tête de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI), née de la fusion entre DST et RG. Ouf ! Voilà pour le côté pompeux et officiel. 

A fond derrière Sarkozy

Une riche et brillante carrière donc, qui a tapé dans l'oeil de Nicolas Sarkozy, lorsque celui-ci n'était que Ministre de l'Intérieur. La confiance que voue le président à Bernard Squarcini dure en effet depuis 2002, date de l'arrivée de Nicolas Sarkozy au ministère de l'intérieur. C'est entre autres grâce à son expérience du terrain qu'Yvan Colonna, l'assassin présumé du préfet Erignac, a été arrêté en 2003. Le premier grand succès politique de Nicolas Sarkozy en tant que ministre de l'Intérieur. Ce qui lui vaut de s'installer « dans le premier cercle » des fidèles du futur président. 

Le terrorisme étant son domaine de prédilection (qu'il soit basque, corse ou islamiste) autant dire que son avis a été demandé sur de nombreuses affaires ces dernières années. Mais Bernard Squarcini s'est aussi rendu précieux auprès du chef d'État en d'autres circonstances. Notamment au moment où Nicolas Sarkozy quitte l'Intérieur pour Bercy ou lors de la campagne présidentielle. Il se charge de tout : de la sécurité, de la surveillance des opposants... Bernard Squarcini fait fonctionner les Renseignements généraux au service du candidat Sarkozy. Des intrusions dans la vie privée (imaginaires ou pas) à Clearstream, le préfet use, en effet, de ses mille relations pour informer Nicolas Sarkozy. Aux yeux de celui-ci, Bernard Squarcini se révèle utile. D'autant plus que, comme l'ex-maire de Neuilly, il se retrouve cité dans l'affaire Clearstream, en 2004.

A l'origine de la création de la DCRI

C'est ici une date charnière dans le relation entre Bernard Squarcini et Nicolas Sarkozy. Un lien indéfectible est né à ce moment là entre les deux hommes. Et lorsque en 2007, Bernard Squarcini est frappé par une attaque cardiaque, Sarkozy est l'une des premières personnes à lui passer un coup de fil. Il lui assure avoir besoin de lui. Et c'est effectivement le cas. Quelques mois plus tard, Squarcini est nommé à la tête de la DST avec pour rôle de mettre en place la fusion des deux services de renseignements en France et donc créer la DCRI. 

Mais Bernard Squarcini a accompli un exploit : celui d'incarner un spécialiste du renseignement pragmatique et efficace tout en étant politiquement engagé. Mais sa récente mise en examen pourrait avoir raison de son ascension. S'il est avéré qu'il n'était plus un simple serviteur impartial de l'Etat mais bien un pion au service de la politique, il pourrait en payé chèrement le prix. Car en politique, les amitiés ne durent qu'un temps...

 

Maxime Ricard

Réactions à cet article11 commentaires

  • Par Anonyme-77656, le 18 oct à 12:17

    Anonyme-77656
    On dirait...

    ...qu'on s'escrime par tous les moyens à trouver un truc qui descende Sarkozy. Comme on n'a pas encore pu le piéger, on se débrouille pour que ses "proches" amis soit coincés en flagrant délit de corruption. Même chose avec Rachida; aaah ses frères!



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 18 oct à 12:17

    Anonyme-77656
    hum ?

    il est encore là lui ?



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 18 oct à 12:23

    Anonyme-77656
    HISTOIRE NATURELLE

    Le squale s'accroche à son poste comme une moule à son rocher.



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 18 oct à 13:02

    Anonyme-77656
    tiens la grenouille revient ?

    ah mais oui c'est vrai la periode chaude est passée


    "grurururut grurururt grurururt gruruurut"



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 18 oct à 13:06

    Anonyme-77656
    OK, c'est un grand bonhomme.

    Mais sauf erreur, il a confondu sa mission d'anti-terrorisme ou de contre espionnage dans le domaine du secret industriel ou militaire à l'encontre de la nation ou de l'état, avec de l'espionnage de la vie privée d'un fonctionnaire dans le seul but de servir un parti politique, qui plus est, au pouvoir.

    Ensuite, qu'il soit dans le premier cercle des amis du chef de l'état, c'est clair comme de l'eau de roche.

    Mais ça n'empêchera pas, si ça sent trop le roussi, de dire aux intéressés qu'il n'était pas si proche, qu'ils se sont vus lors de séances de travail, etc ...

    Ce n'est pas le personnage de la DCRI qui est le plus fautif, ce sont les commanditaires puisqu'il est leur "obligé".

    Comme je ne doute pas un seul instant que ce Monsieur ait du panache, il saura se sacrifier sans balancer ... et on le lui rendra bien, sans doute.

    Mais encore une fois, ce n'est pas lui qui est à blâmer, mais c'est certainement lui qui le sera, fusible oblige !



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 18 oct à 13:24

    Anonyme-77656
    GRAND RIRE

    je regarde la photo de sarko juste à côté il y a l'horloge de France soir

    tic tac tic tac tic tac tic tac



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 18 oct à 13:25

    Anonyme-77656
    BUFFON (lol)

    euh tu te trompe de bestiole

    c'est pas un squale c'est un piranas



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 18 oct à 15:30

    Anonyme-77656
    que dire ?

    l'UMP SUPER CRADE...



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 18 oct à 15:41

    Anonyme-77656
    squarcini

    encore un proche de notre president!

    dis moi qui tu frequente, je te dirais qui tu es !!!!!

    en plus il veut donner des leçons aux autres candidats!!!

    PAUVRE FRANCE



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 19 oct à 09:53

    Anonyme-77656
    ben voyons

    Demander la démission ? mais bien sur pourquoi pas, tout comme ceux qui s'offusquent aujourd'hui pour une "fadet" ont certainement demandé la démission du président de la république qui écoutait (là, il s'agissait de véritables écoutes") des journalistes, des écrivains et des acteurs de cinéma pour des raisons strictement personnelles... décidément l'alzeimer frappe durement ;-) ... En cherchant bien on devrait trouver donc de la part de Mr Hollande une virulente condamnations des pratiques de son "Dieu" et modèle.... ah non ? oh il a du oublier....



    Signaler un abus  
  • Par bentiens01, le 19 oct à 10:14

    bentiens01
    ben voyons

    dans un pays où des places, des rues et des bibliothèques portent le nom d'un président qui utilisait les plus performants services de sécurité pour ses "écoutes personnelles " (acteurs, ecrivains, journalistes)  je trouve presque rigolo que ses aficianados se répandent en cris horrifiés , Molière en rigolerait....  ah lalzeimer quand tu nous tiens



    Signaler un abus  
Publié : 18/10/11 - 11h45
Mis à jour : 18/10/11 - 16h52
  • Texte plus grand
  • Texte plus petit

SUIVEZ FRANCE SOIR SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX


FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 17:29

      288500 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 19:55

      203400 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 17:21

      155550 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 21:48

      150550 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Jakyburn Jakyburn, le 20 avr à 21:02

      99900 points
      1686 commentaires

      En savoir plus sur Jakyburn


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Actu du jour en image

    Horoscope Quotidien 2012

    Minute Trente de Montvalon

    TV Tout sur Secret Stroy 6

    Faits Divers Les maisons de l'horreur