Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Vendredi 22 février, 04:16
Accueil > Actualité > Faits divers > Meurtre d'Agnès : Questions autour d’une prise en charge

Meurtre d'Agnès : Questions autour d’une prise en charge

Disparition d'Agnès


Mis en examen pour viol en août 2010, l’assassin présumé d’Agnès était sous contrôle judiciaire dans l’attente de son procès.

La marche blanche en hommage à la petite Agnès
La marche blanche en hommage à la petite Agnès SIPA/FAYOLLE PASCAL/SIPA

Pourquoi Matthieu était-il sorti de prison ?

Matthieu était âgé de 16 ans lors des faits commis dans le Gard en août 2010. Mis en examen pour viol, il a effectué quatre mois de détention provisoire. Les experts psychologues qui ont rencontré le jeune homme ont relevé des « troubles de la personnalité » et l’ont jugé « réadaptable », a déclaré Jean-Yves Coquillat, le procureur de la République de Clermont-Ferrand. Sur la base de cette expertise, un juge a accepté sa demande de mise en liberté sous contrôle judiciaire dans l’attente de son procès. Les modalités de ce contrôle-suivi médical, scolarité en internat, interdiction de séjour dans le Gard – ont été fixées par le juge d’instruction, le juge des libertés et de la détention, en accord avec un éducateur de la protection judiciaire de la jeunesse (PJJ), et avec l’avis favorable du parquet de Nîmes. « Cela me paraît logique au vu des éléments dont les juges disposaient », observe une ancienne juge des enfants. « Ce sont des personnes normalement compétentes qui ont fait leur travail et malheureusement les choses ont mal tourné », analyse Jean-Pierre Rosenczveig, président du tribunal pour enfants de Bobigny.

Comment aurait pu être décelée la dangerosité du jeune homme ?

« A l’époque, ce garçon avait 16 ans. Sur 100 jeunes de cet âge-là qui font ce genre de chose, 95 % vont se tenir tranquille et ne jamais recommencer », explique Roland Coutanceau (*), psychiatre et criminologue. Les 5 % restants, les plus dangereux sont, eux, difficilement repérables. Mais il existe tout de même, selon le psychiatre, « deux manières » de les identifier comme tel. Et de détailler le processus : « On s’interroge d’abord sur la personnalité du mineur. Est-il malade mental ? Atteint de troubles de la personnalité ? Est-il immature, impulsif, mégalomane, paranoïaque, tordu dans sa relation avec les autres… » Ensuite, le spécialiste invite à s’interroger au niveau criminologique, sur le mode opératoire utilisé par l’adolescent. Et là, selon Roland Coutanceau, plusieurs critères doivent amener à la plus grande prudence. « L’utilisation d’une arme est un signe d’alerte, la séquestration, le fait que la victime ait été humiliée… L’organisation, la préparation de l’agression, sont des signes très inquiétants. Il y a enfin à prendre en compte le discours de la plaignante. La façon dont elle décrit l’agression qui traduit l’intimité de l’homme dans l’action. »

Pourquoi l’établissement ignorait-il le passé judiciaire du pensionnaire ?

« Nous avions des éléments de sa scolarité, mais pas connaissance de son passé judiciaire. On savait qu’il avait eu des ennuis avec la justice, mais on n’en connaissait pas la nature. Et nous n’avions aucun contact avec les services de justice », a déclaré, hier, Philippe Bauwens, directeur du collège-lycée cévenol du Chambon-sur-Lignon. Puis la direction du collège a finalement reconnu avoir eu connaissance des quatre mois de prison effectués par le jeune homme sans connaître le motif de l’incarcération. « Nous avions accepté dans notre établissement, un jeune garçon convaincu de viol », a commenté, « sidéré » Jean-Michel Hieaux, vice-président du Collège cévenol. Une discrétion qui s’explique par le fait que l’affaire étant encore à l’instruction et donc couverte par le secret. Dans ces circonstances,

le psychiatre et le psychologue qui suivaient Matthieu n’étaient probablement pas informés des détails de la première affaire. Difficile dans ce cadre-là de pouvoir « traiter » l’adolescent. « Si le thérapeute n’est pas au courant du détail du passage à l’acte, il n’a pas les éléments pour travailler le jeune avec ses tentations morbides », relève Roland Coutanceau.

*Roland Coutanceau, Les blessures de l’intimité, Odile Jacob, octobre 2010.

 

Par Nathalie Mazier
C'est sur France Soir !

Réactions à cet article11 commentaires

  • Par nellyolson, le 21 nov à 10:45

    nellyolson
    foutaise@

    simplement a à l'évocation de cette phrase : je savais qu'il avait eu des ennuis avec la justice..le directeur aurait du en savoir plus


    il pourra argumenter sur tout ce qu'il veut, il n'a pas fait son travail les psys dans le meme sac, le psy de l'établissement le savait, donc qu'ils arrettent d'envoyer des arguments factuels, ils faut qu'ils commencent a tous a analyser leur érreur, et qu'ils l'a reconnaisse....y a plus a polémiquer sur le pourquoi du comment, un crime a été commis ils doivent tous etre juger et payer..


     


     



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 21 nov à 11:18

    Anonyme-77656
    L'expertise et le suivi psychiatrique

    L'expert s'il se juge mal payé fait-il une expertise minute entre deux portes?Pas de lien justice psychiatrie, suivi psychiatrique insuffisant, psys qui travaillent en solo sans se préoccuper du passé.........



    Signaler un abus  
  • Par brigitte16, le 21 nov à 11:49

    brigitte16
    Que font les experts ?

    Comment une personne ayant perpétré un premier crime sexuel avec préméditation à 15 ans peut etre jugé non dangeureux et laissé livré à ses pulsions dans un internat mixte ?


    Il a prémédité, il préméditera. N'avons nous pas assez d'exemple de meurtriers en série pour les crimes sexuels?


    il est temps que les experts nous proposent des solutions pour proteger ces malades et les victimes potentielles des consequences de ces affections mentales.



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 21 nov à 12:06

    Anonyme-77656
    Internat mixte, quelle erreur !

    D'autres journaux parlent du fait que le suivi médico-légal du présumé assassin prévoyait que celui-ci devait aller dans un internat. D'accord pour l'internat, mais un internat de garçons qui l'aurait mis de fait à l'écard des filles. Or là c'est un internat mixte qui l'a reçu. Je vois deux responsabilités fortes : celle de la justice qui ne s'assure pas que l'internat retenu met le garçon effectivement à l'écart de filles, celle de la famille de ce garçon qui opte pour un internat mixte alors qu'elle savait les problèmes de son fils.



    Signaler un abus  
  • Par Bluesun, le 21 nov à 13:15

    Bluesun
    Ils sont tous sous contrôle...

    Récidivistes et sous contrôle???? Cherchez l'erreur.....


    Pendant que les PSY, se posent un tas de questions, sans aucune gêne, le récidiviste opère..


    Quant au personnel de l'établissement celui-ci dit ne pas savoir.....Mensonge..


    Les autres collèges n'en n'ont pas voulu.....Quand on sait qu'un futur élève a eu des soucis avec la justice, son rôle est de s'informer afin de protéger les autres élèves....et Agnès aujourd'hui ne viendrait pas agrandir le nombre des victimes....


     



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 21 nov à 13:39

    Anonyme-77656
    il ne faut plus attendre!

    Il faut supprimer cette corporation de psy, d'experts à 2 balles,tous ces ramasse monnaies qui ont surtout l'intelligence de la récupération de pognon!



    Signaler un abus  
  • Par HeyBaal, le 21 nov à 13:51

    HeyBaal
    Ca n'a pas de sens. Si on est

    Ca n'a pas de sens.


    Si on est pas sûr que le mec soit un violeur, ok, on peut pas le garder enfermé. C'est pas terrible comme solution, mais les fausses accusations ça arrive et plus souvent qu'on ne le croit.


    Si on est sûr que le mec est un violeur mais qu'il se trouve dans ces circonstances un peu en marge entre le rapport consenti et le viol mais qu'il est sain d'esprit, pareil, on peut envisager de le relacher.


    Mais si on est sûr que c'est un violeur et qu'en plus il est malade, donc récidiviste en puissance, et que malgré tout on le relache quand même, à quoi ça sert d'avoir des experts ?


    Qu'on propose une loi : tous les violeurs relachés seront confiés dans les familles des juges et des experts judiciaires.


    Là je pense qu'ils prendront leur boulot un peu plus à coeur ...



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 21 nov à 14:24

    Anonyme-77656
    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 21 nov à 19:59

    Anonyme-77656
    La cerise sur le gâteau!!

    Un internat mixte...! Quel parent de jeune fille mettrait sa fille dans un internat mixte ou est hébergé un violeur..? Quand on connaît les cas de récidives .. Bonjour les psys et les magistrats!! Ce n'était pas leur propre fille..



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 22 nov à 10:13

    Anonyme-77656
    tous responsables!

    la direction de l internat savait que cet individu avait fait de la

    prison.au mois de juin il passe en conseil de discipline pour violences sur des filles.la le directeur se devait de contacter la gendarmerie pour leur demander des precisions sur son incarceration,et prendre la decision de le virer.il y a mise en danger de la vie d autrui.j irai meme jusqu a non assistance a personnes en danger,pour l ensemble des filles de cet internat



    Signaler un abus  
  • Par HeyBaal, le 22 nov à 14:13

    HeyBaal
    Et donc c'est lui qui, pour

    Et donc c'est lui qui, pour son premier viol, était parti en chasse de sa victime avec un couteau et une corde ?


    C'est ça "réadaptable" ?


    On sait qui c'est l'expert ? Il va venir défendre son rapport devant les caméras ? C'était quoi le contexte, c'était midi ou 17h passé, cocher la case "réadaptable" impliquait moins de paperasse avant de rentrer à sa maison ?


    C'est vraiment n'importe quoi.


    @audipapa62 si vous pouvez affirmer que les directeurs ont un accès libre et systématiques aux casiers judiciaires des élèves et que les gendarmes divulguent ce genre d'information dans une affaire en cours d'instruction, alors votre accusation est fondée. A défaut faudrait peut être éviter de porter des accusations à tort et à travers.



    Signaler un abus  
Publié : 21/11/11 - 10h17
  • Texte plus grand
  • Texte plus petit

SUIVEZ FRANCE SOIR SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX


FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 17:29

      288500 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 19:55

      203400 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 17:21

      155550 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 21:48

      150550 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Jakyburn Jakyburn, le 20 avr à 21:02

      99900 points
      1686 commentaires

      En savoir plus sur Jakyburn


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Actu du jour en image

    Horoscope Quotidien 2012

    Minute Trente de Montvalon

    TV Tout sur Secret Stroy 6

    Faits Divers Les maisons de l'horreur