Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Vendredi 19 avril, 18:35
Accueil > Actualité > Faits divers > Braquages : L'impossible protection des dabistes

Braquages : L'impossible protection des dabistes

Faits divers


Entre 50 et 60 attaques de dabistes sont recensées chaque année. Un projet de décret, visant à mieux protéger ces agents de réapprovisionnement et de maintenance des distributeurs automatiques de billets (DAB), doit entrer en application courant avril.

Pour 77% des attaques de dabistes, les braqueurs utilisent une voiture-bélier pour forcer la porte du local technique
Pour 77% des attaques de dabistes, les braqueurs utilisent une voiture-bélier pour forcer la porte du local technique AFP/Fred Dufour

C'est le « maillon faible » du circuit de réapprovisionnement des banques. L'année dernière, 53 attaques de dabistes ont été recensées. La peur, c'est la routine du métier. Le 12 mars dernier, deux d'entre eux se faisaient braquer dans les 18e et 19e arrondissements de Paris, à une heure d'intervalle.

Voiture bélier et arme de poing

Lundi 12 mars. 7h du matin. Paris 18e. Un dabiste qui approvisionne une agence postale est attaqué. L'assaillant s'empare de plusieurs mallettes de billets et prend la fuite en scooter avec son complice. 8h30. Avenue de Flandres, Paris 19e. Deux malfaiteurs projettent un 4X4 contre le distributeur d'une agence bancaire. A l'intérieur du local, le dabiste. Il est menacé avec une arme de poing mais ne cède pas et laisse porte close. Les deux hommes prennent la fuite sans butin, là encore sur un scooter.

"Maillon faible"

Comme son nom l'indique, le dabiste travaille sur les distributeurs automatiques de billets (DAB).  Il en assure l'approvisionnement et la maintenance. Il ne transporte pas de fonds, les billets se trouvent sur place. Il travaille seul, sans uniforme et sans arme, se déplaçant sans escorte ni véhicule blindé, en voiture banalisée. Le dabiste est donc faible par essence. «  Dans ce métier, toute personne seule est vulnérable. Le dabiste est considéré comme le maillon faible du système », rapporte Patrick Noszkowicz, responsable fédéral Activités Transports de Fonds et de Valeurs à la CGT.

Un maillon faible, cible d'attaques de plus en plus violentes. Dans 77% des cas, les malfrats utilisent une voiture-bélier. 10% des attaques sont commises directement contre l'agent à son entrée ou à sa sortie. Plus grave, mais aussi plus rare, dans 3% des cas, les braqueurs séquestrent les proches du dabiste à son domicile.

A l'été 2011, un nouveau mode opératoire fait égalament son apparition: la ceinture d'explosif. Ce procédé permet d'éviter le marquage à l'encre indélébile que peuvent provoquer les attaques à la voiture-bélier. En trois semaines, trois dabistes ont ainsi été contraints de porter une telle ceinture. Grâce à ce procédé, les malfrats ont pu forcer un agent de la Brink's à vider deux distributeurs. Après expertise, les explosifs se sont avérés factices. Le dabiste ne le savait évidemment pas...

Véhicule Blindé

C'est dans ce climat général de violence accrue que le ministère de l'Intérieur et l'ensemble des acteurs de la profession ont engagé une réflexion sur la sécurité des dabistes. « Les décrets qui régissaient la profession dataient de 2000. Les attaques se multipliant et les modes opératoires évoluant, il fallait impérativement renforcer la sécurité de tous les acteurs qui interviennent dans la chaîne », explique à France-Soir Jean Louis Blanchou, délégué interministériel à la sécurité privée.

De cette réflexion est donc sorti un projet de décret qui pourrait entrer en application au mois d'avril. Parmi les mesures phares, l'intégration pour les zones à risques (10 départements pour le moment) des dabistes dans des fourgons blindés, avec les convoyeurs :  « Cela consiste en la mise en place d'un nouveau dispositif d'alimentation des DAB. Le véhicule blindé se gare en façade du local avec les convoyeurs de fonds à l'intérieur pour sécuriser le périmètre et dissuader ou empêcher une attaque éventuelle pendant toute la durée de l'intervention », explique M. Blanchou, avant de préciser : « Ce n'est possible que dans les zones ou le fourgon blindé peut stationner sans gêner la circulation, si le DAB n'est pas à proximité d'une école...». Un dispositif qui a déjà été testé avec succès par les agents de la Brink's.

Pour Patrick Noszkowicz, le projet est une avancée positive, malgré quelques réticences: « Pour ces zones, le dabiste va tout simplement passer convoyeur, c'est une des seules solutions envisageables. Certains sont réticents,chez les dabistes comme chez les convoyeurs, mais c'est difficile de satisfaire tout le monde. Le vrai problème ici c'est que l'on oublie le technicien de maintenance. »

"Plus discrets en travaillant seul"

Or ces opérations de maintenance peuvent être longues. Michel B (nom et prénom modifiés, ndlr) en sait quelque chose. Dabiste depuis 7 ans à Lyon, il n'a jamais n'a jamais vécu d'attaque. « Le problème des techniciens de maintenance n'est pas réglé. Les opérations de pannes et de gestion sont longues et le fourgon n'est pas sensé rester longtemps sur place, au risque de devenir une cible à son tour », confie le professionnel. Pour lui, la seule arme efficace contre les attaques reste la discrétion: « nous sommes plus discrets en travaillant seul. On arrive en voiture banalisée et une fois que nous sommes dans le DAB on travaille en silence. Pour moi c'est la seule solution, à moins peut-être de travailler à deux, mais je ne suis pas convaincu ».

Pour Michel, qui avoue toujours travailler avec une certaine peur « qui nous aide à faire attention », le décret peut, à terme, amener à la disparition du métier : « On va tout simplement remplacer les dabistes par des convoyeurs en fusionnant les deux métiers ». Un casse-tête donc pour le Délégué interministériel à la sécurité privée. «Malheureusement, avec 50 attaques par an, on se rend compte que la discrétion ne suffit plus. Les dabistes sont repérés, connus, attendus. Je ne dis pas que c'est simple. On a fait cela (le projet de décret, ndlr) sous l'oeil des syndicats, afin de trouver un point d'équilibre. Tout cela ne va pas pouvoir se faire partout, mais partout ou cela sera techniquement possible », tempère M. Blanchou.

Mesures techniques et dissuasives

Le projet comporte également d'autres mesures, d'ordre techniques et dissuasives cette fois. Aujourd'hui, les DAB sont équipés de systèmes de maculation des billets en cas d'arrachage du distributeur ou d'explosion. Le ministère travaille avec les constructeurs de ces systèmes afin de les étendre à tous les modes opératoires (effraction, explosifs solides, gazeux) et à les rendre efficaces « en introduisant dans les encres des marqueurs pour identifier d'où viennent les billets maculés », précise M. Blanchou, « se sont des mesures techniques dissuasives couplées avec de la pédagogie anti-malfaiteurs, en indiquant grâce à des pictogrammes que le distributeur ou la mallette en question est équipée d'un tel système ». Enfin, pour améliorer la sécurité des techniciens, le décret prévoit d'installer plus systématiquement des sas et des systèmes d'alarmes, de détection, afin de protéger les dabistes des attaques de voiture bélier notamment.

Prime de risque : 150 euros

L'année 2009 a connu un pic d'attaque jamais plus égalé, avec 61 braquages. En décembre de cette  même année, les dabistes se mettent en grève. On craint à l'époque « une pénurie de billets de banque pour Noël ». Le mouvement ne durera finalement que 6 jours, la profession obtenant gain de cause avec la revalorisation de sa prime de risque, passant de 73... à 150 euros mensuels. A titre de comparaison, les convoyeurs de fonds bénéficient d'une prime de 233 euros. Question salaire, lorsque les convoyeurs touchent entre 1600 et 1700 euros nets mensuel, les dabistes ne gagnent guère plus que le smic avec  une moyenne située entre 1300 et 1400 euros nets mensuels... prime de risque incluse.

 

Addendum :

Le 26 mars la FNST-CGT Transports de fonds et valeurs appelle à une journée de grève. Objectif: protester contre certains aspects, notamment sociaux et sécuritaires, du projet de décret. Le syndicat craint ainsi « la disparition du métier de dabiste » et une sécurité moindre pour les convoyeurs par l'utilisation de véhicules « semi-blindés  banalisés ou non banalisés, armés ou non-armés ». Après le dépôt d'une motion/pétition dans les préfectures et sous préfectures, ce mouvement a été suivi dans plusieurs agences Brink's, Loomis et Prosegur notamment dans les principales villes françaises (Paris, Lyon, Marseille).

Par Marc-Antoine Bindler

Réactions à cet article3 commentaires

  • Par Taratata21, le 31 mar à 14:37

    Taratata21
    Braquages des dabistes

    Puisqu'il est clairement dit que la protection des dabistes est presque impossible, il serait, à tout le moins, normal que cette profession soit reconnue comme dangereuse et bénéficie à ce titre de tous les avantages requis à cette condition. Sachant qsu'aujourd'hui on n'hésite pas à abattre pour 20 € et quelques fois moins, il faut que les personnels bénéficient d'une mutuelle patronale qui prenne en charge tous les besoins faisant suite à ce type d'agression jusqu'à l'assistance d'une personne en cas de blessures graves, un tutorat possible pour continuer d'élever les enfants de la victime et enfin un salaire qui prenne vraiment ces risques en compte. Les directions de ces sociétés, si regardantes à ce sujet, devraient comprendre que sans leurs personnels dabistes, ils sont à même de ne plus exister en tous cas aux conditions financières actuelles.



    Signaler un abus  
  • Par HeyBaal, le 31 mar à 16:05

    HeyBaal
    Les dabistes sont

    Les dabistes sont vulnérables, comme les épiciers, les employés de poste, buraliste, et de manière générale n'importe quel citoyen désarmé de ce pays.



    Signaler un abus  
  • Par cesar75, le 27 avr à 17:56

    cesar75
    LES FONDS

    impossible n'est pas Français..remplacer les dabistes par des convoyeurs de fonds



    Signaler un abus  
Publié : 27/04/12 - 17h12
  • Texte plus grand
  • Texte plus petit

SUIVEZ FRANCE SOIR SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX


FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 17:29

      288500 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 19:55

      203400 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 17:21

      155550 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 21:48

      150550 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Jakyburn Jakyburn, le 20 avr à 21:02

      99900 points
      1686 commentaires

      En savoir plus sur Jakyburn


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Actu du jour en image

    Horoscope Quotidien 2012

    Minute Trente de Montvalon

    TV Tout sur Secret Stroy 6

    Faits Divers Les maisons de l'horreur