Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Samedi 11 juillet, 13:50
Accueil > Actualité > Faits divers > Caissière menacée de licenciement : Des précédents

Caissière menacée de licenciement : Des précédents

Faits divers


Alors que l'enseigne Cora fait marche arrière devant l'émotion suscitée par le possible licenciement de l'une de ses caissières, jugé abusif par l'opinion, d'autres cas du même type ont récemment fait l'actualité.

Les licenciements abusifs suscitent de nombreuses réactions. Celui de la caissière de chez Cora a pu être évité
Les licenciements abusifs suscitent de nombreuses réactions. Celui de la caissière de chez Cora a pu être évité SIPA/FAYOLLE PASCAL

La justice s'apprête à rendre ce jeudi une décision attendue, mêlant licenciement abusif...et laïcité. La cour d'appel de Versailles, saisie par une employée de la crêche Baby Loup de Chanteloup-les-Vignes (Yvelines) en 2008, va en effet devoir trancher, et se prononcer sur une question : « Est-ce que l'interdiction du port de signes religieux dans une crèche privée est licite ? »

Cette décision intervient quelques jours après la parution en librairie (lundi 24 octobre) d'un code de la laïcité, qui prévoit de restreindre le champ d'application de la liberté religieuse de la loi de 1905. Il y est notamment question du port du voile pour les femmes musulmanes accompagnant les enfants dans les sorties scolaires. S'inscrivant dans un désir de plus grande neutralité, ce texte évoque également les pratiques religieuses dans certaines entreprises privées.

Licenciée pour faute grave le 19 décembre 2008, Mme A a porté l'affaire devant les prud'hommes de Mantes-la-Jolie (Yvelines). En décembre 2010, cette juridiction avait donné raison à la crèche, déboutant l'ancienne salariée. Dénonçant un licenciement abusif, elle réclamait plus de 100.000 euros de dommages et intérêts. En appel le 12 septembre dernier, le parquet général avait confirmé la position prise par les prud'hommes, et s'était prononcé  en faveur de la crèche, faisant valoir le « respect du principe de laïcité mais aussi la vulnérabilité des enfants ».

Une employée licenciée suite à un accrochage avec Nadine Morano

Le 9 avril dernier, Nadine Morano, la ministre de l'Apprentissage fait du lèche-vitrines au Printemps de Nancy, accompagnée de sa fille. Au stand de la marque Kookaï, un accrochage avec une employée s'en suit. Comment démêler le vrai du faux ? Selon la vendeuse, il y aurait effectivement eu un mot déplacé : « il y a Nadine Morano dans le magasin, si quelqu’un veut aller lui casser la gueule ». Mais le mot aurait surtout été déplacé de son contexte.

Deux jours plus tard, la vendeuse reçoit sa mise à pied à titre conservatoire. Puis, le 26 avril, elle est licenciée. Cette dernière y voit l'intervention de Nadine Morano, qui lui aurait rétorqué au moment de l'altercation verbale : « Si j'avais été votre employeur, vous auriez été licenciée sur-le-champ ! ». Jugeant la sanction disproportionnée, l'employée a décidé de saisir les prud'hommes.

L'employeur et la jeune femme se sont retrouvés le 9 septembre dernier devant le conseil des prud’hommes pour une tentative de conciliation. Cette dernière aurait échoué, apprend t-on auprès du Républicain Lorrain.  Les parties doivent se retrouver le 23 mars prochain pour plaider l’affaire sur fond. Mais une transaction peut intervenir d'ici là. La jeune femme réclame 15.000 € pour son préjudice. Elle n' a toujours pas retrouvé de travail.

Pour rappel, devant le tollé suscité par l'affaire de la caissière du supermarché Cora, la direction de l'enseigne a fait marche arrière en revenant sur sa décision de licencier l'employée. « Abusé » et « abusif », voilà les mots qui qualifiaient l'éventuel licenciement. Internet a « sauvé » la caissière.

Jean Rioufol

Plus d'articles Faits divers

Réactions à cet article3 commentaires

  • Par Anonyme-77656, le 27 oct à 14:17

    Anonyme-77656
    politique commerciale

    Ces grandes chaînes cherchent la rentabilité à tout crin, à commencer, par le personnel très compressible = le but, finir avec des caisses automatiques afin de ne plus avoir de salariés ou presque et d'engraisser encore plus les actionnaires!

    Ils ont tué les commerces de proximité, le champ est libre, et les dirigeants les laissent faire sans vergogne.

    On commence par le personnel syndiqué, puis le personnel tout court...

    Ah ben vous voulez des magasin ouverts 24H/24 et 7J/7, des prix cassés, des promos toute l'année, des fraises en Décembre....cela se paye autrement!

    Si vous commenciez par boycotter ces magasins qui ouvrent les jours fériés et les dimanches,en sous payant leurs salariés, au lieu de vous y rendre comme des veaux pour acheter votre paquet de chips et surtout tromper votre ennui, ils n'auraient pas un tel pouvoir sur nos emplois de demain!



    Signaler un abus  
  • Par KMH, le 27 oct à 20:12

    KMH
    en dessous de tout

    Vouloir licencier un employé pour si peu, c'est accorder peu de valeur aux hommes et aux femmes qui travaillent durement pour survivre chaque mois.Le salaire d'une caissière est de combien ?1200 à 1400 euros brut ? Comment voulez vous assurer le quotidien sans avoir de difficultés ?



    Signaler un abus  
  • Par HORNY FREAK, le 27 oct à 21:17

    HORNY FREAK
    Si vous égratignez, cela ne convainc point

    Je m'adresse là à l'auteur du post numéro un. Son argumentaire semble étoffé, on a envie de s'y atteler, voire y adhérer. Mais passé les choses convenues que, pardon, les "veaux" que nous sommes sont capables d'avoir pensées et auxquelles on n'y peut mais, il fait mention  avec peu d'égards de ces mêmes veaux qui vont le dimanche "acheter [leur] paquet de chips et surtout tromper [leur] ennui". C'est là que le bât blesse. Non que j'aille acheter mon paquet de chips un dimanche, mais que l'apostrophe est dépréciative, méprisante. Primo tout un chacun a le droit d'aller flâner si les boutiques sont ouvertes, secundo qui nous dit que notre exégète ne l'a jamais fait LUI-MEME ? J'en ai connu, des théoriciens de son acabit, vraiment, pour qui la maxime "faites ce que je dis, pas ce que je fais" se vérifiait plus souvent qu'à son tour. Donc, prenez acte de ceci : si vous égratignez, cela ne convainc point. Et encore une fois, ne prêtez pas aux autres ce que vous faites peut-être vous-même.



    Signaler un abus  
Publié : 27/10/11 - 13h55
  • Texte plus grand
  • Texte plus petit

SUIVEZ FRANCE SOIR SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX


FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 17:29

      288500 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 19:55

      203400 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 17:21

      155550 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 21:48

      150550 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Jakyburn Jakyburn, le 20 avr à 21:02

      99900 points
      1686 commentaires

      En savoir plus sur Jakyburn


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Actu du jour en image

    Horoscope Quotidien 2012

    Minute Trente de Montvalon

    TV Tout sur Secret Stroy 6

    Faits Divers Les maisons de l'horreur