Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Mercredi 19 décembre, 00:00
Accueil > Actualité > Faits divers > Cannibalisme : La faim justifie rarement les moyens

Cannibalisme : La faim justifie rarement les moyens

Faits divers monde


A l'heure où les faits de cannibalisme se répètent en Amérique du Nord, France-Soir reprend le compte-rendu d'une conférence sur l'anthropophagie menée par le chercheur du CNRS Georges Guille-Escuret.

Scène de cannibalisme au Brésil au XVIe siècle, telle que décrite par Hans Staden, tirée de son livre Nus, féroces et anthropophages (1557).
Scène de cannibalisme au Brésil au XVIe siècle, telle que décrite par Hans Staden, tirée de son livre Nus, féroces et anthropophages (1557). Wikipedia

L’anthropophagie fait probablement partie des derniers tabous de l’être humain occidental, terrible interdit à la fois fascinant et repoussant. Ou comment un homme peut en venir à se nourrir d’un de ses semblables. C’est ainsi qu’un film comme le Silence des agneaux et son personnage principal, Hannibal Lecter, sont instantanément entrés dans l’histoire du cinéma, peut-être même celui de notre inconscient. De la même manière, chaque nouveau fait divers impliquant un cannibale attire l’attention d’un public massif. 

« Il y a plusieurs années, le mensuel Photos s’était procuré les images de l’identité judiciaire du fameux cannibale japonais Issei Sagawa, qui avait tué et consommé une étudiante néerlandaise à Paris. Ils avaient tiré leur numéro à un million d’exemplaire », rappelle Georges Guille-Escuret. Si ce chiffre reste à la discrétion de ce dernier, cet anthropologue, chargé de recherches au CNRS, reste l’un des meilleurs connaisseurs de la question.

"Pas de sujet plus cabreux que le cannibalisme"

En février dernier, l’Institut de paléontologie humaine de Paris et le musée de l’Homme accueillaient Georges Guille-Escuret, pour une conférence intitulée « Cannibalisme, histoire naturelle d’une bestialité supposée ». Ce chercheur vient de publier le deuxième tome d’une Sociologie comparée du cannibalisme (PUF). Il se bat en priorité pour une reconnaissance du fait anthropophagique. 

« Il n’y a pas de sujet plus scabreux que le cannibalisme, qui provoque le dédain et suscite un zèle xénophobe. Cette phobie fait que celui qui s’y intéresse est souvent suspecté de fascination morbide. Mais si l’anthropologie est une science, alors elle doit désactiver cette angoisse, assure-t-il. Beaucoup d’énergie a été déployée pour démontrer l’inexistence du cannibalisme, afin de disculper les peuples primitifs. En quoi serait-il plus honteux d’appartenir à une société de cannibales plutôt qu’à une société de tortionnaires, comme la civilisation occidentale ? »

Ce n'est en rien un fait ancestral

Car le point principal de la thèse de Guille-Escuret est bel et bien de montrer que le fait pour un humain de manger son semblable n’est en rien un fait ancestral, qui remonterait à l’époque où l’être humain vivait telle une bête. Non, son apparition reste anhistorique – c’est à dire relevant d’une situation exceptionnelle dans une société – et profondément lié à deux éléments : le type de régime politique et la démographie.

En effet, pour beaucoup de penseurs occidentaux, l’anthropophagie est la négation même de la civilisation. Ce depuis l’Antiquité. Ainsi, pour l’auteur, quand Zeus parvient à survivre au cannibalisme de son père, Chronos, c’est la société qui naît. De la même manière, à l’apparition du christianisme, l’anthropophagie devient sacrilège car l’homme est fait à l’image de Dieu et toucher à sa chair revient à insulter Dieu.

L'explication par la faim largement insuffisante

Mais là où le cannibalisme ritualisé s’est propagé, c’est à dire dans de nombreuses sociétés sur plusieurs continents, il répondait à chaque fois à des situations sociales particulières. « Le cannibalisme est toujours marqué par l’Histoire et apparaît durant les crises démographiques. Ainsi, l’exemple des Hurons, en Amérique du Nord, qui reçoivent le maïs au XIIIe siècle. Un à deux siècles plus tard, leur population a été multipliée par trois ou quatre. C’est à ce moment que le cannibalisme est apparu chez eux. L’arrivée des Européens dans les zones de ces peuples a d’ailleurs souvent déclenché ou accéléré ces crises démographiques. Il y a une interaction forte entre cannibalisme et démographie. »

Mais il apparaît assez vite, selon le conférencier, que l’explication du cannibalisme par la faim est largement insuffisante. Au contraire, plutôt qu’une anthropophagie liée par une carence en protéines animales, beaucoup de sociétés l’adoptaient dans un cadre tout à fait ritualisé et « honorable ».

Chez les Aztèques, "c'est une fin honorable d'être tué et mangé par son ennemi"

C’est ainsi qu’à l’époque où les Jésuites tentaient d’évangéliser l’Amérique centrale et du Sud, ils ont été en contact avec des Aztèques. Ils décrivent ainsi le supplice des prisonniers de guerre, capturés sur le champ de bataille. Pour ces derniers, relate Guille-Escuret en citant les manuscrits jésuites, « c’est une fin honorable d’être tué et mangé par son ennemi. Ma seule inquiétude est d’être tué par un novice, comme un fils de chef ».

En effet, l’anthropophagie pouvait servir alors de rite de passage et comme un moyen de « monter en grade » dans une société particulièrement stratifiée. Le cannibale traite ici son ennemi comme son alter ego, “tué mais pas vaincu”. De la même manière, aux îles Fidji, rappelle l’auteur, « il n’y avait pas de pire insulte faite à son ennemi vaincu que de laisser son corps sur le champ de bataille plutôt que de l’emmener afin de le manger ».

Si « il n’existe aucune explication générale au développement de l’anthropophagie », Guille-Escuret précise néanmoins que « dans toute société hiérarchique avec subordination, un Etat, le cannibalisme cesse d’exister ». Par ailleurs, il ne serait que l’apanage des sociétés mobiles et géographiquement peu enracinées. S’il a ainsi disparu de la surface de la Terre, sous sa forme ritualisée, des réminiscences continuent d’exister. Sous la forme de faits divers réguliers mais ponctuels, un peu partout, mais aussi de faits exceptionnels comme les procès pour cannibalismes à l’encontre de dignitaires japonais durant la Seconde Guerre mondiale, par exemple.

(Texte publié précedemment par la revue Espèces, trimestriel de vulgarisation scientifique)

Par Julien Balboni

Réactions à cet article11 commentaires

  • Par BRZmabro, le 1 juin à 12:00

    BRZmabro
    La faim ne justifie pas le

    La faim ne justifie pas le cannibaliste s'il est rituel comme dans certaine religion passée, mais la survie ... oui. Un fait divers avait frappé les esprits quand après 70 jours en pleine Cordillières des Andes , les sauveteurs ont  retrouvé des survivants après un crash d'a



    Signaler un abus  
  • Par marie la rousse, le 1 juin à 12:20

    marie la rousse
    maim miam

    Rien ne vaut une bonne Montbéliard ou andouillette de Troyes grillée, de par le gout cela ressemble à celle qui coulisse



    Signaler un abus  
    • Par Jakyburn, le 1 juin à 16:06

      Jakyburn
      Gourmande...

      ...gourmande hein ? il n'y a pas de plaisir à se faire du bien !!



      Signaler un abus  
  • Par BRZmabro, le 1 juin à 12:42

    BRZmabro
    suite

    Les  sauveteurs ont retrouvé 16 survivants après un crash d'avion, ils furent incités à l'anthropophagie par le médecin qui se trouvait avec eux ,Certes ils n'ont pas assassiné un des survivants pour le manger ,les personnes étant déjà décédées . Terrible cas de conscience pour tous, mais Ils ont survécu en commettant cet acte de cannibalisme....c'était en 1972



     



    Signaler un abus  
  • Par Roi de Jupiter, le 1 juin à 13:29

    Roi de Jupiter
    brrrrrrrrrrrrr

    Sad boudiou k'sa'craint



    Signaler un abus  
  • Par Bluesun, le 1 juin à 14:02

    Bluesun
    Tué "mangé" mais pas vaincu...

    Avec le mélange des peuples et leurs cultures, faut-il s'attendre au retour d'un tel phénomène? Est-on "sous explications diverses" en train de nous préparer à ce que ce phénomène  "redevienne" normal sous prétexte que beaucoup de sociétés l’adoptaient dans un cadre tout à fait ritualisé et «honorable ». De nos jours il n'y a plus rien d'étonnant sous le couvert du politiquement correct on peut s'attendre à tout.





    Signaler un abus  
    • Par Jakyburn, le 1 juin à 16:16

      Jakyburn
      Bjr Bluesun...

      ... oui l'anthropophagie revient en force (ou alors on en parle un peu plus). Avec le recul constant de notre société, de nos us et coutumes, de nos moeurs, il ne serait pas étonnant que celà revienne un jour : on nous prépare doucement à ça ??? ça commence par des bébés congelés, puis des illuminés qui dégustent un SDF.... On égorge bien  des bêtes sans les étourdir auparavant... !.....En cas de grande famine..... ??? Mieux vaut ne pas y penser !! Cdlt à vous, à+



      Signaler un abus  
  • Par baudelaire, le 1 juin à 17:25

    baudelaire
    Il est certain...

    ...que dans un cas de crise mondiale entraînant toutes les nations dans la pauvreté et dans des guerres civiles, on assisterait certainement au déchainement des plus bas instincts de l'homme qui méneraient aux pires atrocitées notamment à l'anthropophagie. Aprés tout, Blaise Pascal n'a-t-il pas écrit : "Que le coeur de l'homme est creux et plein d'ordure." 



    Signaler un abus  
  • Par KrisEon, le 2 juin à 03:36

    KrisEon
    C'est beau la science

    On se sent plus intelligent après lecture de ce genre de document. 



    Signaler un abus  
  • Par pasloi, le 2 juin à 04:37

    pasloi
    Cannibalisme = Humour des végétariens

    Le cannibalisme a toujours existé et existera toujours, mais il n'y a que dans les sociétés dites civilisées que ce sujet est tabou (!) Je défie aujourd'hui le jour quiconque d'aller dans certaines contrées perdues et de revenir sans nous dire qu'il n'a pas assisté à ce genre de fait ! Les uns vous dirons: Pas possible, mais les autres, les concernés, eux ne diront rien car ce sont leurs us et leurs coutumes (!) Je ne fait pas l'apologie du cannibalisme, je constate juste des moeurs !



    Signaler un abus  
  • Par Black swan, le 2 juin à 14:27

    Black swan
    Bon après tout ca

    Bon après tout ca désemplirait les cimetières!!



    Signaler un abus  
Publié : 01/06/12 - 11h07
  • Texte plus grand
  • Texte plus petit

SUIVEZ FRANCE SOIR SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX


FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 17:29

      288500 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 19:55

      203400 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 17:21

      155550 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 21:48

      150550 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Jakyburn Jakyburn, le 20 avr à 21:02

      99900 points
      1686 commentaires

      En savoir plus sur Jakyburn


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Actu du jour en image

    Horoscope Quotidien 2012

    Minute Trente de Montvalon

    TV Tout sur Secret Stroy 6

    Faits Divers Les maisons de l'horreur