Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Samedi 17 novembre, 12:36
Accueil > Actualité > Faits divers > Disparition Typhaine - La fillette aux deux visages disparue depuis 10 jours

Disparition Typhaine - La fillette aux deux visages disparue depuis 10 jours

Faits divers


Jeudi 18 juin 2009, vers 16 h 10, Typhaine Taton a disparu dans le centre de Maubeuge (Nord), où elle se trouvait avec sa mère, Anne-Sophie Faucheur.

Mais aucun témoin ne l’a vue monter dans une voiture, courir affolée dans la rue ou chuter dans la Sambre, la rivière qui traverse la ville. Depuis dix jours, la police recherche la fillette âgée de 5 ans.

L’enfant, que sa mère avait abandonnée au père en 2005 et récupérée en janvier 2009, résidait à Aulnoye-Aymeries, dans l’Avesnois.

Problème : les habitants n’en ont aucun souvenir. Typhaine ne jouait pas dehors et n’allait pas chercher sa sœur à l’école, qu’elle-même ne fréquentait pas. Anne-Sophie ne s’explique pas les déclarations de ses voisins. Elle nous a accordé un entretien où elle révèle pour la première fois la profondeur du conflit qui déchire les deux familles. Elle ne séquestrait pas la petite mais la protégeait de son père.

Ce serait pour cette raison que, dimanche 13 juin, elle l’avait laissée seule à la maison tandis que, à 18 kilomètres de là, elle célébrait le baptême d’Apolline, sa dernière-née. Elle craignait que François Taton se présente à la fête, dont le père de Typhaine, pourtant, ignorait tout.

Les Taton, qui nous ont également reçus, rejettent la responsabilité du drame sur Anne-Sophie et pensent que, « peut-être, elle cache Typhaine ».

L’imbroglio familial gêne la police : elle ne sait plus qui croire. La disparition lui paraît « étrange ». France-Soir a enquêté dans le Nord pour tenter d’en percer les mystères.

De sa main droite, qui tremble un peu, Marie-Josée Taton effleure les affichettes que la mairie de Mons-en-Barœul (Nord) vient d’imprimer, ce mercredi 24 juin 2009. Elle les caresse délicatement comme si les joues rebondies de sa petite-fille Typhaine étaient sous ses doigts, toutes tendres, prêtes à recevoir un bisou. De l’autre main, elle appuie sur sa gorge pour faire refluer la boule de sanglots.

« Vous remarquez la différence entre les photos ? »

Sur l’une, on voit Typhaine au temps du bonheur avec François Taton, son papa, blonde et rieuse, les yeux pétillant de malice. Sur l’autre, ses cheveux sont teints, le visage a fondu et, sur l’objectif, elle fixe un regard dur. Ce cliché-là a été pris chez sa maman, Anne-Sophie Faucheur, après qu’elle l’a récupérée, jeudi 22 janvier, à l’école à Faches-Thumesnil.

C’est dans cette commune de la banlieue lilloise que vivait Typhaine avec François Taton et Sabrina, sa future épouse.

« On ne dirait pas les mêmes enfants, insiste Marie-Josée. C’est pour ça qu’on fait de nouvelles affiches. » Une fillette, deux visages, dont l’un semble témoigner du fracas qui a secoué sa courte vie.

Où est Typhaine ? Noyée dans la Sambre qui sillonne à Maubeuge et jusqu’en Belgique pour se jeter dans la Meuse ? A-t-elle été enlevée par un détraqué ? Est-elle cachée par un proche désireux d’aider sa mère à en conserver la garde ?

A-t-elle été victime d’un accident mortel que la panique a empêché d’avouer et que l’on dissimule derrière un prétendu rapt ? La police judiciaire (PJ) du Nord-Pas-de-Calais se pose ces questions depuis dix jours. Les deux familles aussi.

« Qu’on nous la ramène vivante. Vivante, par pitié… »

Au deuxième étage d’un immeuble de l’avenue Napoléon-Ier, à Mons-en-Barœul, Marie-Josée et Reymond Taton, les grands-parents paternels de l’enfant disparue, sont entourés de six de leurs douze garçons et filles, âgés de 16 à 34 ans. Il y a aussi cinq des trente petits-enfants de Marie-Josée, la matriarche. C’est elle qui répond à la presse, qui mène les recherches dans la région, qui parle de Typhaine, l’enfant heureuse d’avant.

« Je m’en suis occupée durant quatre ans et demi… » Avant, c’était quand la fillette rayonnait parmi les Taton. Marie-Josée repasse en boucle le film des événements, du plus récent au plus lointain : « Je n’accable personne, mais je me pose des questions. J’ai du mal à comprendre l’attitude de sa mère depuis la naissance de Typhaine, je m’interroge sur les circonstances de sa disparition, si elle s’est déroulée comme elle l’a dit. »

Jeudi 18, vers 17 h 30, Marie-Josée reçoit l’appel d’Anne-Sophie : « Elle a dit “j’ai perdu Typhaine”. J’ai prévenu François et nous sommes partis à Maubeuge. » Une heure de route, avec l’angoisse qui retourne l’estomac.

« On l’a cherchée partout. Je l’imaginais recroquevillée dans un coin. Les gens nous aidaient, les pompiers diffusaient des messages. » Au commissariat, les Taton croisent Anne-Sophie. La mère de 23 ans ne paraît « ni paniquée ni effondrée ».

A Sabrina, la compagne de François, elle lance, agacée : « Je l’ai perdue, et alors ? » Marie-Josée est saisie d’effroi : « J’avais l’impression qu’elle signifiait que ce sont des choses qui arrivent… » Jusqu’à l’aube, les Taton arpentent les rues et les rives de la Sambre.

« On a pensé à la noyade, mais aujourd’hui je suis sûre que Typhaine a été enlevée. Je pense que ma petite-fille est vivante, que c’est peut-être quelqu’un de la famille qui la cache. Je supplie la personne qui l’a de nous la rendre. De nous la ramener vivante. Vivante, par pitié… » La voix de Marie-Josée se brise. Les petits qui jouent sur le carrelage du salon regardent mamie pleurer.

« Typhaine a vu sa mère trois ou quatre fois en quatre ans. Elle l’appelait “madame” »

Ce mercredi, François, le papa, est absent : « Trop fatigué, à bout de nerfs. » On pourra le voir jeudi. Alors, à bâtons rompus, la famille parle de Typhaine, née le 6 avril 2004, seconde fille de François et d’Anne-Sophie, qui se sont connus à l’adolescence.

Elle était majorette dans le groupe de musique animé par Marie-Josée lorsqu’elle a mis au monde Caroline. Elle avait 17 ans. Deux ans plus tard, elle donne naissance à Typhaine. Les fillettes sont élevées par leur grand-mère paternelle.

« En mai 2006, se souvient-elle, Anne-Sophie est venue chercher Caroline et s’en est allée. Elle avait rencontré Nicolas Willot. Elle nous a laissé Typhaine. Il n’y a pas eu de garde attribuée, ça s’est fait comme ça. » Heureuse avec son aînée, Caroline, et Nicolas, avec qui elle a eu Apolline en 2008, Anne-Sophie ne s’occupe pas de Typhaine, selon Marie-Josée : « Elle l’a vue trois ou quatre fois en quatre ans. La petite l’appelait “madame”. »

Anne-Sophie dément formellement. Elle a accordé un entretien à France-Soir, après avoir donné une conférence de presse devant des journalistes du Nord où elle évoquait juste les circonstances de la disparition et la vie à Aulnoye-Aymeries.

Cette fois, elle se lâche, tempête, révèle l’ampleur du conflit familial : « J’ai maintes fois tenté de récupérer Typhaine, mais ça se passait mal. J’ai même été frappée. J’ai déposé des plaintes, des mains courantes. Ce sont eux qui ne voulaient pas me laisser voir ma fille. Et François ne s’intéressait pas à Caroline, il ne lui téléphonait pas, comme le prouvent mes relevés téléphoniques et le témoignage de ma famille. »

« J’en ai marre de toutes ces bêtises qui sont dites ! »

Jeudi 22 janvier 2009, Anne-Sophie récupère Typhaine. « Elle s’est présentée à l’école de Faches-Thumesnil, où Typhaine était scolarisée depuis dix jours. Elle a prétexté que François avait eu un accident. La directrice refusait de lui confier l’enfant, alors Anne-Sophie a composé un numéro sur son portable, lui indiquant que le père voulait lui parler. Au bout du fil, c’était son ami Nicolas, se faisant passer pour François. Il a demandé à la directrice de laisser Typhaine à sa mère. On ne l’a plus revue. »

Une version des faits qui scandalise Anne-Sophie : « J’en ai marre de toutes les bêtises qui sont dites ! Je n’ai pas trompé cette directrice d’école, j’y suis allée munie de mon livret de famille, qui reproduit les photos de François et moi avec nos deux filles. J’ai repris Typhaine en toute légalité. Et je ne vois pas pourquoi, aujourd’hui, on me soupçonne de la cacher quelque part. Je n’étais pas convoquée au tribunal pour m’obliger à la rendre et je n’avais pas de nouvelles de son père. Il a fallu qu’elle disparaisse pour qu’il se réveille ! On est suspects et j’aimerais vraiment savoir pourquoi. La police perd son temps en se concentrant sur nous. Jamais je n’aurais simulé un enlèvement ! Je risquerais de perdre tous mes enfants… »

François, le papa : « Anne-Sophie m’a paru détachée, comme si la disparition de Typhaine ne la concernait pas »
Depuis janvier, François Taton assure avoir tenté, avec l’une de ses sœurs et sa mère, de revoir Typhaine. En vain.

« J’ai réussi à l’avoir au téléphone le 6 avril, pour lui souhaiter son anniversaire, raconte Marie-Josée. J’ai rappelé deux fois, Anne-Sophie m’a dit que sa fille était dans un magasin, puis chez son parrain. » Ce dernier vit avec une sœur d’Anne-Sophie à Saint-Martin-au-Laërt, non loin de Saint-Omer.

Très énervé d’être « mêlé à l’affaire », il jure « n’en rien savoir » et claque sa porte au nez des médias. Sa compagne explique avoir « répondu à la police, ça suffit ! »… La PJ a enquêté dans l’Audomarois, où sont aussi installés les parents d’Anne-Sophie, après quarante ans passés dans la banlieue lilloise. Au seuil de sa petite maison, le grand-père maternel de Typhaine crie sa colère d’« être embêté sans arrêt ».

Vendredi 19, les enquêteurs l’ont interrogé et ont fouillé son logement, « mais la petite n’est pas venue depuis Pâques ». Une voisine l’a vue jouer dans la rue avec sa tante de 11 ans. Les membres de la famille maternelle de Typhaine n’apprécient pas que la PJ enquête sur eux, « et pas sur les Taton ».

Ils ne portent pas François dans leur cœur, à cause des soupçons qu’il fait peser. Le père de l’enfant nous rétorque, jeudi, qu’il a « simplement des doutes ».

« J’ai été surpris par l’attitude d’Anne-Sophie à la télé. Elle m’a paru détachée, comme si la disparition de Typhaine ne la concernait pas vraiment. Et puis, quand je vois sa dernière photo, j’ai du mal à reconnaître mon enfant. Seuls ses yeux n’ont pas changé. Ça m’intrigue qu’elle l’ait à ce point transformée… »

Une voisine : « Pour nous, ici, c’est l’enfant invisible »

Anne-Sophie Faucheur et Nicolas Willot conviennent avoir protégé Typhaine de son père. Le jeune couple, dont la voix tremble à l’unisson, évoque ce fameux 13 juin, jour de baptême d’Apolline, que Typhaine a passé cloîtrée, seule dans la maison d’Aulnoye jusqu’à 4 heures du matin, alors que toute sa famille festoyait à Dimont, près d’Avesnes-sur-Helpe.

« Je craignais que son père débarque au baptême », avance-t-elle. « C’est quoi, cette histoire ? s’emporte François. Je ne savais rien de cette fête et j’ignorais évidemment qu’elle avait lieu à Dimont, un village que je ne connais même pas ! » Marie-Josée ne croit pas Anne-Sophie : « J’aimerais surtout savoir pourquoi les voisins du couple ne voyaient jamais ma petite-fille. »

A Aulnoye-Aymeries, les riverains de la rue de l’Hôtel-de-Ville nous confirment que l’enfant « n’était jamais dans le jardin ». « On voyait l’aînée, pas Typhaine, témoigne Eric, un voisin. Je trouve cette affaire très louche… »

La petite maison en hauteur située au numéro 59, où vit Anne-Sophie, garde les volets clos depuis le drame. Dans le pavillon en face, une maman précise avoir vu « presque tous les jours, devant l’école, Anne-Sophie en compagnie de l’aînée, Caroline. Mais je n’ai jamais croisé Typhaine. Pour nous, ici, c’est l’enfant invisible ».

Anne-Sophie, la maman : « Typhaine n’était ni enfermée ni séquestrée »

« C’est faux, riposte encore Anne-Sophie, elle n’était ni enfermée ni séquestrée ! Je crois que les gens ne savent plus quand ils l’ont vue. Et puis il suffit qu’il y en ait un qui dise ça pour que les autres disent pareil. Si elle n’allait pas à l’école, c’est juste parce que je n’ai pas réussi à obtenir le certificat de radiation à la maternelle de Faches-Thumesnil. »

Anne-Sophie dit aller « très mal ». « Je pense sans cesse à ma fille. J’attends. C’est insupportable et, en plus, on est tenus à l’écart, la police ne nous dit rien. Un imprimeur a refait des affiches de Typhaine, on va les coller. C’est tout ce que l’on peut tenter pour que Typhaine ne soit pas oubliée… »

Oubliée, l’enfant du Nord ne l’est pas. Ni par les habitants de la région, tous très impliqués et solidaires, ni par les pompiers, ni par la police. Il suffisait de passer par Maubeuge jeudi après-midi pour s’en convaincre.

Dans les rues de la ville, il y avait une cinquantaine d’enquêteurs munis de la photo de Typhaine, soumise à chaque automobiliste, chaque passant, tandis que sur la Sambre quatre pompiers plongeurs draguaient la rivière à bord d’un canot équipé d’une sonde prêté par les autorités belges, elles aussi aux aguets.

« On n’arrêtera pas les recherches. Il n’est pas question qu’on laisse tomber Typhaine », promet un jeune sapeur de la caserne locale.

« Moi, je ne comprends pas pourquoi l’alerte enlèvement n’a pas été déclenchée », confie la gérante d’un magasin proche du lieu de la disparition.

« Et moi, ce qui m’intrigue, dit sa collègue, c’est que personne n’ait vu la petite, et que la mère n’ait pas hurlé dans les rues et tout de suite mobilisé la population. J’ai vraiment l’impression qu’il y a eu des ratés dès le début de l’affaire… »

Par De notre envoyée spéciale dans le Nord, Isabelle Horlans
C'est sur France Soir !

Plus d'articles Faits divers

Réactions à cet article1 commentaire

  • Par Anonyme-77656, le 23 nov à 17:51

    Anonyme-77656
    mwàdu59

    lol



    Signaler un abus  
Publié : 26/06/09 - 16h56
Mis à jour : 12/03/10 - 14h13
  • Texte plus grand
  • Texte plus petit

SUIVEZ FRANCE SOIR SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX


FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 17:29

      288500 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 19:55

      203400 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 17:21

      155550 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 21:48

      150550 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Jakyburn Jakyburn, le 20 avr à 21:02

      99900 points
      1686 commentaires

      En savoir plus sur Jakyburn


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Actu du jour en image

    Horoscope Quotidien 2012

    Minute Trente de Montvalon

    TV Tout sur Secret Stroy 6

    Faits Divers Les maisons de l'horreur