Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Mardi 22 octobre, 18:41
Accueil > Actualité > Faits divers > Meurtre d'Agnès : L'inspection générale d'Éducation nationale enquête

Meurtre d'Agnès : L'inspection générale d'Éducation nationale enquête

Disparition d'Agnès


Le collège-lycée Cévenol dans lequel était scolarisé Agnès, violée et tuée la semaine passée, fait l'objet d'une enquête de l'inspection générale de l'Éducation nationale.

Agnès avait disparu depuis le 16 novembre
Agnès avait disparu depuis le 16 novembre DR

L'affaire ne va pas en rester là. Les parents, grands-parents, amis d'Agnès ont décidé d'agir pour que la mort de cette dernière ne « soit pas juste un fait divers ». Et la mort de la jeune fille semble avoir « remué » les membres du gouvernement. Ainsi, une enquête de l'inspection générale de l'Education nationale a été lancée au collège-lycée Cévenol, où étaient scolarisés la jeune Agnès et celui qui a avoué l'avoir violée et tuée, a annoncé Luc Chatel, vendredi sur Europe 1.

Le ministre de l'Éducation nationale veut des réponses à certaines interrogations. « Avec l'établissement, nous avons vu pour lancer une enquête de l'inspection générale pour mesurer l'organisation de l'établissement et regarder comment il y a pu y avoir dysfonctionnement », a déclaré Luc Chatel, après avoir évoqué l'enquête judiciaire en cours et les mesures annoncées par le Premier ministre François Fillon.

« Nous allons voir » ce que donnera cette enquête de l'inspection générale « mais en tout cas il y a eu problème, car cet élève n'aurait pas dû se trouver dans cet établissement », a ajouté le ministre, en référence au lycéen de 17 ans mis en examen pour viol et assassinat.

Rappel des faits

Disparue depuis le 16 novembre, le corps a été découvert le lendemain soir dans un coin de forêt escarpé et difficile d’accès. Le 19 novembre, la police scientifique identifiait le corps de la jeune fille de 13 ans. « Pas de doute qu’il s’agit d’Agnès, confirme un enquêteur. C’est son corps. Tout concorde. Nous l’avons annoncé aux parents. », a indiqué un enquêteur.

Le 21 nvembre, les habitants de Chambon-sur-Lignon (Haute-Loire) et notamment les proches de cette collégienne «bonne élève et populaire», selon son père, ont participé à une marche blanche en mémoire d’Agnès. Depuis, le débat sur la récidive a été relancé. Le gouvernement a d'ailleurs annoncé des mesures de répression contre les délinquants récidivistes.

Actu France-Soir

Réactions à cet article11 commentaires

  • Par marqus39, le 25 nov à 10:38

    marqus39
    Dangereux ou pas ?

    Pour moi, l'enquête commence au moment où le jeune homme a été déclaré "non-dangereux", ce qui a permis de le placer ainsi ay lycée de Chambon. or,         Or, Il ETAIT IMPOSSIBLE, de le déclarer non-dangereux sans une part de doute raisonnable( n'importe quel professionnel, psy, éducateur, médecin, etc) peut le dire comme une évidence. Un doute raisonnable aurait entrainé l'application du principe de précaution, et la décision de le placer en milieu spécialisé(CEF ou IMP, peu importe), le mettant lui-même à l'abri, momentanément, de la tentation de passer à l'acte à nouveau. Cela ne l'a même pas aidé, lui ! Ensuite, l'enquête peut continuer au lycée, bien sûr. Mais le 1er point de dérapage, c'est sa libération sans précaution   Il est dur de le penser, encore plus de l'écrire : quelle qu'ait été la suite du cursus de Mathieu, Agnès, elle, ne serait pas morte.



    Signaler un abus  
  • Par beboo, le 25 nov à 11:33

    beboo
    enseignement

    A l'heure où l'on supprime des postes dans tout le système éducatif et autre, ce qui veux dire que en sous effectif, il ne faut pas s'étonner si les élèves sans surveillance font n'importe quoi! Plus de pions, des éducateurs qui s'occupent de groupe de 15 gosses en sous effectif. un prof de sport pour une classe de 30 c'est là un des programmes mis en place par le gouvernement. On économise sur l'important! d'ou le résultat. 



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 25 nov à 13:34

    Anonyme-77656
    réponse à Beboo

    Bonjour

    Je ne vois pas ce que vient faire le manque de poste dans l'enseignement à propos de cette dramatique histoire , si les Psys ne l'avaient pas déclarés réinsérable on n'en serait pas là, ce jeune avait un passé " viol agravé sur une autre jeune fille " ce qui aurait du aider à tirer a sonnette d'alarme par contre je suis entièrement d'accord avec Marqus39 son analyse est parfaite



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 25 nov à 13:51

    Anonyme-77656
    beboo

    Arrêtez de toujours pleurer sur le manque d'effectif,5 ans avant de partir en retraite,nous étions 4 dans le bureau des méthodes, je me suis retrouvé seul et c'était ça ou la lourde!!!!!!!!

    Le pognon vous le trouvez dans le privé pour embaucher des fonctionnaires,cela devrait être su!Là dans le cas présent il s'agit d'une bourde monumentale de l'état avec le proviseur en prime ni plus ni moins!



    Signaler un abus  
  • Par loup, le 25 nov à 14:29

    loup
    les véritables responsables

    Je suis d'accord avec CMATEO2, il faut un lampiste. Mais, curieusement  dans cette affaire le Rectorat et l'Inspection académique sont demeurés bien silencieux, comme le syndicat SNPDEN majoritaire chez les personnels de direction, davantage plus prompte à régler la carrière individuelle d'un tel ou d'un tel, que de défendre ses propres adhérents. On voudrait nous faire croire que de sa propre initiative, ce Proviseur aurait inscrit à l'insu des services académique et rectoraux cet élève présumé pour l'heure innocent, avec un casier judiciaire de pervers sexuel,  sans l'aval, ni l'assentiment de ces services. Mais de qui se moque t-on?. En vérité pourquoi le ministre ne diligente  pas plutôt une inspection générale dans les services académiques ou rectoraux?. Il est vrai, qu'il est plus simple de montrer du doigt un simple agent et de le jeter en pâture à la vindicte publique, que d'assumer ces propres échecs et responsabilités. J'ai souvenir que dans l'affaire du Médiator ou dans celle de l'achat de millions de vaccins qui ont fini au fond d'une poubelle, aucune démission n'a été demandée, alors que le chef de l'Etat parlait d'évaluer ses ministres et de les rendre enfin responsable. Mais comme l'a si bien dit LA FONTAINE, dans l'une de ses maximes:"Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir".



    Signaler un abus  
  • Par beboo, le 25 nov à 14:58

    beboo
    reponse

    quand je dis enseignement et autre je pense à la magistrature, les psy et centre d'insertion dépendent en grande parti de l'état. De plus pour Poutka, je suis à mon compte ce qui ne m'empêche pas de penser que certains fonctionnaires ont bon dos mais beaucoup appliquent des directives qui changent tout le temps. En cherchant vous verrez qu'il y a le bas et le haut de l'echelle, c'est le haut qui décide, perso je pense que les peines entre un vol de baguette et un viol n'ont rien à voir, que le gosse aurait dù être sous surveillance, mais déjà quand ont dit perpet et que l'on ne fait que 10 ans n'est ce pas illusoir? 



    Signaler un abus  
  • Par poucat78, le 25 nov à 15:21

    poucat78
    Beebo

    Je ne comprends pas votre réaction suite à mon post "dans la seconde partie de votre message " !!!!



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 25 nov à 15:46

    Anonyme-77656
    Il faut rester calme et être implacable suite aux enquêtes

    Rester calme d'une part par respect pour la jeube fille assassinée et par respect pour ses parents.

    Il faut laisser les enquêtes judiciaires et administratives suivre leurs cours.

    Il faudra être implacable pour ceux qui ont manqué à leur devoir élémentaire (direction de l'établissement, éventuellement justice...)

    Des éléments importants me troublent

    Il faut rester calme surtout vis-à-vis des politiques qui ont déjà sorti la martingale miracle, la fameuse expertise actuarielle.

    Avant d'intervenir, je me suis beaucoup documenté sur le sujet, j'ai lu de nombreuses études et je suis dubitatif.

    Eh oui Monsieur Fenech, la methode actuarielle ne résoudra pas ce problème.

    Relisez toutes les grilles d'analyse des méthodes actuarielles et replacez le cas de M..dans ce contexte.

    Pour qu'une méthode actuarielle fonctionne, il faut des experts en statistiques pour les décrypter.

    Le gouvernement est-il prêt à investir des sommes colossales pour les mettre en place?

    Monsieur Fenech, parlez-nous du Budget de la Justice



    Signaler un abus  
  • Par Vieux Strasbourgeois, le 25 nov à 19:17

    Vieux Strasbourgeois
    Voyons clairement les choses

    Je constate que bien des gens n'ont pas compris qu'il s'agit d'un établissement privé, avec un petit nombre d'élèves par classe, d'autant plus que des parents qui avaient ouvert les yeux avaient commencé à retirer leurs enfants de ce dépotoir ; au Collège cévenol il y aurait eu donc suffisamment de personnes pour surveiller ce jeune si on l'avait voulu. Ce qu'il faut remarquer, c'est que d'autres établissements n'avaient pas voulu de lui et c'est la preuve qu'il y a encore des chefs d'établissement dignes de leurs fonctions.



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 25 nov à 20:21

    Anonyme-77656
    le privé pour les gens bien

    normalement c'est pour les gens bien ,qu'ont sacrifie de nos revenus pour les enfants dans les collèges privés pour leurs biens ....bien étudier ....et avoir la paix;;;et voila c' est le contraire pour cette jeune fille;;;;c'est fou ce qui s'est passer.....(ne jamais aller dans une foret avec un garcon)



    Signaler un abus  
  • Par Vieux Strasbourgeois, le 26 nov à 07:08

    Vieux Strasbourgeois
    désillusion

    Pour moi, protestant, cette affaire a été un choc car je ne connaissais que de très loin le Collège cévenol ; je croyais, me fiant à ce que j’avais vaguement entendu dire il y a longtemps, qu’il s’agissait d’un établissement très cher mais très sérieux, où les élèves recevaient une bonne éducation. Il semble bien que l’esprit de la Réforme y a été remplacé par celui de Mai 68 et que, les parents sérieux en ayant retiré leurs enfants, l’établissement se soit spécialisé dans l’accueil d’élèves en difficulté (ne l’appelait-on pas « le lycée de la seconde chance » ?) C’était un choix, mais il était impossible de conserver des méthodes laxistes en gardant ensemble des enfants à problèmes ; malheureusement l’idéologie gauchiste l’a emporté sur la réflexion et nous en voyons le triste résultat.



    Signaler un abus  
Publié : 25/11/11 - 09h58
Mis à jour : 25/11/11 - 11h59
  • Texte plus grand
  • Texte plus petit

SUIVEZ FRANCE SOIR SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX


FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 17:29

      288500 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 19:55

      203400 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 17:21

      155550 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 21:48

      150550 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Jakyburn Jakyburn, le 20 avr à 21:02

      99900 points
      1686 commentaires

      En savoir plus sur Jakyburn


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Actu du jour en image

    Horoscope Quotidien 2012

    Minute Trente de Montvalon

    TV Tout sur Secret Stroy 6

    Faits Divers Les maisons de l'horreur