Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Mercredi 17 juillet, 20:40
Accueil > Actualité > Faits divers > PJ de Lyon : La chute d’un flic à l’ancienne

PJ de Lyon : La chute d’un flic à l’ancienne

Affaire de corruption dans la police


Michel Neyret, une figure de la police judiciaire, est en garde à vue dans une affaire de trafic de cocaïne et de blanchiment. Trois autres policiers dont deux commissaires ont été arrêtés.

A 55 ans, Neyret passait pour un meneur d’hommes, un « patron » qui mouille sa chemise, « au contact » des truands
A 55 ans, Neyret passait pour un meneur d’hommes, un « patron » qui mouille sa chemise, « au contact » des truands MaxPPP/JEGAT MAXIME

L’exercice policier a toujours été délicat dans la capitale des Gaules. C’est en effet sur les rives du Rhône qu’ont éclaté, au début des années 1970, les premiers scandales de corruption mettant en cause des commissaires mouillés dans des affaires de proxénétisme aggravé. De nos jours, la prostitution intéresse moins les voyous, et c’est une affaire de cocaïne qui a fait tomber, jeudi, Michel Neyret, numéro 2 de la police judiciaire lyonnaise. Depuis, l’imparfait est de mise parmi ses collègues : « Michel était une institution en PJ. »

A 55 ans, Neyret passait pour un meneur d’hommes, un « patron » qui mouille sa chemise, « au contact » des truands. Brushing, bouc finement taillé, allure de cow-boy, mais aussi costumes sur mesure et rosette de la Légion d’honneur au revers, l’homme détonnait quelque peu parmi les hauts fonctionnaires. Une vieille habitude. Sorti en 1978 de l’école des commissaires, il est d’abord affecté à l’antenne de Meaux de la PJ de Versailles. Où ses collègues le voient parfois arriver en… Porsche. L’homme a toujours mené grand train : « costumes à 4.000 €, chaussures de luxe, Rolex », selon un policier.

"Pas un indic mais un ami"

Pas de quoi se retrouver pour autant dans une affaire de blanchiment sur fond de trafic de cocaïne. C’est par ricochet que le Lyonnais est apparu dans le viseur des « collègues » de la brigade des stups de Paris. Fin novembre 2010, ces derniers réalisent une belle affaire du côté de Neuilly-sur-Seine en mettant la main sur 110 kg de cocaïne. La fête est un peu gâchée, puisque le principal trafiquant, Gilles Tepie, un Martiniquais très connu dans le milieu, a réussi à prendre la fuite. En travaillant sur le dossier du fugitif, finalement repris cet été au Venezuela, les policiers parisiens remontent à un certain Michel Saragosa, 49 ans, un « ex-voyou » lyonnais officiellement reconverti dans l’immobilier. C’est un proche parmi les proches de Michel Neyret. « Ils étaient toujours ensemble, confie un policier. Ce n’était pas un indic mais un ami. Ils n’ont pas réveillonné ensemble, mais ils se sont vus dans la journée pour boire du champagne. »

"Michel déconne plein pot, ça va mal finir"

Ce canal semble avoir permis aussi à des trafiquants d’obtenir des informations confidentielles sur des enquêtes en cours. Le policier apparaîtrait dans des écoutes téléphoniques compromettantes. Il y a six mois, un policier de ses connaissances confiait : « Michel déconne plein pot, ça va mal finir. »

C’est son épouse, fortunée, qui tient les cordons de la bourse, mais elle lui aurait coupé les vivres. Selon nos informations, Michel Neyret était sous surveillance étroite depuis quelques mois. A la fois de la police des polices mais aussi de sa propre hiérarchie. « Toutes les affaires de stupéfiants sur Lyon devaient remonter à Paris par la voie hiérarchique », glisse un policier. Et, voilà quelques semaines, le directeur central de la police judiciaire, Christian Lothion, confiait à des magistrats : « Je sais qu’on a un problème de fuite, on bosse dessus. »

Jeudi, Neyret a été arrêté au petit matin chez lui, ou plutôt chez sa femme, à la Gabetière, un hôtel trois étoiles d’Estrablin, dans l’Isère, à 40 kilomètres de Lyon. Direction Paris et le siège de l’IGS, la police des polices. Selon son avocat, Michel Neyret « conteste les faits » et se montre « combatif ». D’autres policiers, dont deux commissaires de Lyon et de Grenoble, ont également été placés en garde à vue. Vendredi, des perquisitions se sont poursuivies dans une série de banques de Genève. 

"Carbonisé"

A Lyon, Paris, Nice, c’est comme si tous ses collègues de PJ étaient « tombés du placard ». « Je sais que son train de vie a changé et qu’on l’a vu fréquenter de plus en plus le show-biz, dit un pair qui l’a connu à Nice. Mais pour qu’il bascule comme ça, il faut qu’il y ait une cassure. C’est un très, très bon poulet. Un flic à l’ancienne, qui gérait des informateurs dans le milieu. Il connaissait parfaitement les voyous lyonnais, certains depuis son enfance. Il avait des renseignements béton. » Certains savent bien que Neyret a protégé des indics, notamment lors d’un trafic de cocaïne il y a quelques années à Lyon, lorsqu’un voyou a opportunément échappé à un autre service de police. « Mais c’est de bonne guerre, glisse un enquêteur. Il n’y en a plus beaucoup qui travaillent comme lui : c’est un très bon technicien en procédure, en organisation de dispositifs de surveillance et en management. Ils savaient motiver ses hommes. Et il savait aussi s’adresser aux magistrats pour dépatouiller des affaires difficiles. »

Un autre commissaire est atterré. « On m’aurait dit que c’était un véreux, j’aurais juré le contraire. Il avait beaucoup de tontons (indics, NDLR), je me suis dit qu’il avait pu filer de la came pour les rétribuer, mais là, c’est beaucoup plus grave. Pour que le directeur central se déplace à Lyon, réunisse les gars et leur dise : “Michel était mon ami mais là, il a mordu le trait”, c’est qu’il est carbonisé… C’est une horreur, ça va faire du mal à toute la boîte. » Le Syndicat indépendant des commissaires de police (SICP) a souligné que malgré « l’atteinte à l’image de l’institution policière dans son ensemble, à la police judiciaire et au corps des commissaires de police en particulier […] la police sait, quand cela est nécessaire, faire le ménage dans ses rangs ». Devant ce cataclysme qui va bien au-delà de la PJ de Lyon, le ministre de l’Intérieur, Claude Guéant, a annoncé des « sanctions adéquates » si la culpabilité de policiers venait à être prouvée.

Des commissaires dans la tourmente 

1986 Le juge Jean-Michel Hayat soupçonne Yves Jobic, un commissaire de la PJ parisienne, d’être un ripou trempant dans le proxénétisme, et le place en détention à la prison de Bois-d’Arcy en 1988. Il est finalement blanchi par le tribunal correctionnel deux ans plus tard. La Cour de cassation, considérant qu’il a été victime d’une incarcération abusive et d’un préjudice particulièrement « anormal et grave », lui accorde une grosse indemnité. 

1996 La cour d’appel de Paris condamne Philippe Féval, ancien numéro 2 de la brigade de répression du banditisme de Paris, à six mois de prison pour complicité de trafic de stupéfiants. Il lui est reproché d’avoir entravé une enquête de l’Office central pour la répression du trafic illicite de stupéfiants (Octris) portant sur un trafic de cocaïne dans un restaurant parisien.

Novembre 2006 L’ancien commissaire de Carpentras Michel Carosso est condamné à un an de prison avec sursis par la cour d’appel d’Aix-en-Provence. La justice lui reproche d’avoir participé à la mise en place d’un réseau de prostitution dans des clubs échangistes de Marseille. Deux autres fonctionnaires de police ont été condamnés dans cette affaire. 

Juin 2011 Le commissaire de Colombes, François Ottaviani, est arrêté par l’IGS, la « police des polices », et mis en examen pour corruption et trafic d’influence dans un réseau impliquant, entre autres, des restaurateurs asiatiques. Il est soupçonné d’avoir livré des renseignements en échange d’avantages, comme des invitations.

Brendan Kemmet et Matthieu Suc
C'est sur France Soir !

Réactions à cet article5 commentaires

  • Par Anonyme-77656, le 1 oct à 10:47

    Anonyme-77656
    la mafia dans un flic

    un flic vereux peut utilsé ses indicateurs pour des informations ,et en contrepartie fermer l'oeil sur leurs activitées en proxenitisme ,trafic de stupefiants ,etc...



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 1 oct à 10:50

    Anonyme-77656
    savoir casser les oeufs

    .........pour l'omelette. Sinon vous regardez la production avicole, les belles pondeuses mais ne vous mettrez jamais rien sous la dent. Si on veut une Police dans la bien pensance actuelle on l'aura, c'est ce qu'il y a de plus facile pour un flic : se fonctionnariser. Mais allez chercher vos enfants en sortie d'école pour éviter qu'ils ne se droguent. Ceci n'explique quand même pas les excès s'ils sont avérés dudit commissaire.On peut casser des oeufs sans se goinfrer quand même.



    Signaler un abus  
  • Par snoupi, le 1 oct à 11:11

    snoupi
    arrètez l'article dont on ne sait rien !

    je crois que ce genre d'article ne devrait pas avoir lieu ,car on bloque l'avancé de certaines recherches dans le milieu de trafique de stupéfiants , même si c'est vrai il vaut mieux passé cela sous silence , on le fait bien pour d'autres ... ! tant que le ou les procès n'ont pas eûs lieu et que tout cela n'est pas fini ,on ne sait pas tout ! .


    En plus j'ai crue comprendre que ce monsieur est très apprècier par sa hièrachie et ces coèquipiers , n'allons pas salir sa mémoire et son travaille remarquable , dont on à vue dans une émisssion récement  dans enquète spéciale je crois ,éffectivement c'est un homme de terrain qui s'y connait mieux que personne . ne le salissons pas ! .



    Signaler un abus  
  • Par HORNY FREAK, le 1 oct à 14:42

    HORNY FREAK
    Flic "à l'ancienne", ça a bon dos !

    De qui se moque-t-on ? Qu'est-ce que c'est que ce guignol dont on dénonce les travers - et il en faut pour faire tomber quelqu'un à ce niveau-là -, et dont on s'emploie à arrondir les angles dans les accusations que des soupçons, puis des indices, puis des preuves patentes avèrent ; encore une fois, dès lors qu'on imagine que rien n'a été avancé à la légère. La prison à vie, Monsieur le flic m'as-tu-vu, le frimeur de telle émission de télé, l'enfermement et non seulement la radiation ! Vous me donnez envie de gerber.



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 1 oct à 17:36

    Anonyme-77656
    LE FLIC!!!!

    Oui il faut savoir a la base non? lon parle dans le vide et lon ne le connait pas du tout ce Poulet!!!



    Signaler un abus  
Publié : 01/10/11 - 10h00
Mis à jour : 01/10/11 - 11h39
  • Texte plus grand
  • Texte plus petit

SUIVEZ FRANCE SOIR SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX


FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 17:29

      288500 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 19:55

      203400 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 17:21

      155550 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 21:48

      150550 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Jakyburn Jakyburn, le 20 avr à 21:02

      99900 points
      1686 commentaires

      En savoir plus sur Jakyburn


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Actu du jour en image

    Horoscope Quotidien 2012

    Minute Trente de Montvalon

    TV Tout sur Secret Stroy 6

    Faits Divers Les maisons de l'horreur