Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Mardi 15 octobre, 08:53
Accueil > Actualité > Faits divers > Procès Colonna : 
L'ex-épouse d'Alain Ferrandi n'a "rien à dire" à la cour

Procès Colonna : 
L'ex-épouse d'Alain Ferrandi n'a "rien à dire" à la cour

Procès d'Yvan Colonna


Jeanne Finidori est venue témoigner, mercredi 8 juin, devant la cour d'assises spéciale de Paris. Elle a refusé d'expliciter ses déclarations de l'époque.

Jeanne Finidori, 50 ans, s'est présentée à contre cœur, mercredi 8 juin, devant la cour d'assises de Paris
Jeanne Finidori, 50 ans, s'est présentée à contre cœur, mercredi 8 juin, devant la cour d'assises de Paris SIPA

Jeanne Finidori avait écrit à la cour d'assises spéciale de Paris, le 20 mai dernier, pour indiquer qu'elle ne souhaitait pas venir témoigner au troisième procès d'Yvan Colonna. « Depuis de très nombreuses années et par la force des choses, mon fils et moi-même subissons et assumons de notre mieux les choix personnels de mon ex-mari, Alain Ferrandi, qui a pris, lors de son procès, sa part de responsabilité dans ce drame qu'a été l'assassinat de M.Érignac (…). Aujourd'hui, il nous semble légitime à tous deux de prétendre à un peu de discrétion et de tranquillité », écrivait-elle alors, refusant de se livrer à une audition « éprouvante et difficile ». Mais la cour et les parties avaient jugé sa présence indispensable.

« Je n'ai rien à dire »

Jeanne Finidori, 50 ans, s'est donc présentée à contre cœur, mercredi 8 juin, devant la cour d'assises de Paris. Treillis gris, veste courte camel, l'ex-femme d'Alain Ferrandi, cheveux auburn tenus par  une paire de lunettes de soleil a hésité d'abord à prêter serment. « Ce sont les gens qui croient en Dieu qui disent "je le jure" monsieur le président », a-t-elle rétorquée, sur la défensive. Avant de finalement s'exécuter en levant à peine la main et en murmurant « je le jure ». « Je n'ai rien de particulier à dire, j'ai envoyé un courrier à la cour qui n'en a pas tenu compte, voilà », poursuit-t-elle alors. Est ce que vous avez quelque chose à dire par rapport à Yvan Colonna ? Tente le juge. « Je n'ai rien à dire ».

« Mon mari était accompagné de Pierre Alessandri et Yvan Colonna »

Le président Hervé Stephan relit alors les déclarations du témoin lors de sa garde à vue puis devant le juge d'instruction, les 23 et 24 mai 1999. Comme d'autres femmes des membres du commando, elle avait d'abord déclaré que son mari, Alain Ferrandi était à ses côtés, le soir du 6 février 1998. Puis elle avait livré un tout autre scénario, accablant pour Yvan Colonna, accusé d'avoir tiré sur le préfet de Corse Claude Erignac. Elle reconnaissait d'abord avoir servi d'alibi à son mari, par « amour et respect pour lui ». Elle déclarait ensuite que son mari était rentré seul le soir du 6 février. Puis ajoutait finalement qu'il était accompagné de deux hommes : Pierre Alessandri et Yvan Colonna. « Vers 21h, j'ai vu mon mari rentré à la maison, accompagné de Pierre Alessandri et Yvan Colonna. Mon mari ne m'a rien dit. Il a tiré les rideaux du séjour et de la cuisine. Puis ils sont allés dans la salle de bain ou dans la chambre. Je n'ai saisi aucun mot de leur conversation. Ils sont allés ensuite dans la cuisine et mon mari a allumé la radio. La mort du préfet a été annoncée. J'ai tout de suite compris. J'étais en quelque sorte assommée en me disant comme pour me rassurer que ce n'était pas possible. Mon mari a posé la main sur la pointe de mon menton. Il m'a dit "ça va ?", j'ai dit "ça va" et il a bien compris que ça n'allait pas, il savait que j'avais compris », relate le procès verbal. « Ce jour-là ma vie a basculé », confiait-elle alors.

Rétractations

Puis le 9 décembre 2004, devant la juge d'instruction, Jeanne Ferrandi s'est rétractée. Ses déclarations lui ont été extorquées, on lui a menacé de lui enlever son fils, de le placer à la Ddass. En résumé, elle n'a confirmé aucune de ses déclarations expliquant ne se souvenir de rien. « Mon mari a été condamné à perpétuité. Mon fils et moi avec », expliquait-elle.

Le président après la lecture tente de l'interroger : « Qu'est ce que vous avez à dire sur ces déclarations ? » « Rien, je n'ai rien à dire ». « Vous a t-on présenté des procès verbaux en garde à vue ». Même réponse. « Est ce que vous revenez sur ce que vous avez dit avant ? ». « Non, je n'ai rien à dire ». Me Yves Baudelot se lève. « Est ce que c'est dans la crainte de quelque chose ? », interroge-t-il. « Non je n'ai rien à dire ». Jeanne Finidori quitte la barre trois quart d'heure plus tard, sans pouvoir expliquer, treize ans après les faits, pourquoi elle avait impliqué Yvan Colonna avant de finalement le mettre hors de cause.

Nathalie Mazier

Réactions à cet article3 commentaires

  • Par Anonyme-77656, le 8 juin à 15:33

    Anonyme-77656
    Monsieur Colonna

    L'enquéte a été baclée, les investigations de cette troisiéme Cour paraissent bien légéres ,qu'attendre de ces pauvres épouses ex ou pas !

    A quand un complement d'information sur les raisons de l'assassinat , est-ce monsieur Erignac ,homme privé ou le Préfet de Corse qui était visé ? la question essentielle est : qui était derriére le commando ,la reponse donnera nécéssairement des pistes sur le role possible de Mr Colonna ;

    la mascarade actuelle nous fait envier la procédure américaine



    Signaler un abus  
  • Par fitz, le 8 juin à 18:32

    fitz
    @ tonio

    Un assassinat reste un assassinat, politique ou crapuleux...on a tué un préfet, et un mari, un père...quant au rôle d'YC, la réponse a été donnée clairement, et le troisième procès confirmera les deux précédents.



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 9 juin à 14:29

    Anonyme-77656
    reponse à fitz

    Il en va de Mr Colonna ,comme de Mr DSK , si ce sont des criminels qu'on nous le prouve ! pour le premier nous sommes dans l'obscurité la plus compléte , on se croirait aux beaux jours de la procédure inquisitoriale , si la famille ou l'Etat ont des preuves,nous sommes en droit de les connaitre au risque de renier toute démocratie

    Pour moi , on nous cache des choses ,et on n'est pas nécéssairement le seul accusé



    Signaler un abus  
Publié : 08/06/11 - 14h53
  • Texte plus grand
  • Texte plus petit

SUIVEZ FRANCE SOIR SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX


FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 17:29

      288500 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 19:55

      203400 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 17:21

      155550 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 21:48

      150550 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Jakyburn Jakyburn, le 20 avr à 21:02

      99900 points
      1686 commentaires

      En savoir plus sur Jakyburn


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Actu du jour en image

    Horoscope Quotidien 2012

    Minute Trente de Montvalon

    TV Tout sur Secret Stroy 6

    Faits Divers Les maisons de l'horreur