Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Mercredi 19 décembre, 05:36
Accueil > Actualité > Faits divers > Procès - Robert Greiner admet une “relation sexuelle” avec Evelyne Boucher

Procès - Robert Greiner admet une “relation sexuelle” avec Evelyne Boucher

Faits divers


Le procès en appel de Robert Greiner, un ancien pompier avignonnais de 57 ans condamné, en avril 2008, à la réclusion criminelle à perpétuité pour le viol et le meurtre d’Evelyne Boucher, commis en 1987, s’est ouvert hier devant la cour d’assises du Rhône.

C’est un homme amaigri, épuisé par la détention, qui est apparu lundi dans le box des accusés de la cour d’assises à Lyon. Face à lui, assise sur le banc des parties civiles, Catherine, la sœur d’Evelyne Boucher, dont le corps a été retrouvé en décembre 1987 dans une décharge de Villeneuve-lès-Avignon, dans le Gard. Robert Greiner, 57 ans aujourd’hui, est accusé de l’avoir violée et tuée. Ce qu’il a toujours nié. En revanche, lundi, et contrairement à ce qu’il avait affirmé lors de son premier procès, il l’a reconnu d’entrée : « Je suis quasiment sûr et certain que j’ai peut-être eu une relation sexuelle avec Evelyne Boucher, puisque mon ADN le prouve… »

Retour en arrière

9 décembre 1987, 7 h 45. Dans une clairière servant de décharge, à la sortie de Villeneuve-lès-Avignon, deux chasseurs découvrent le corps partiellement dénudé d’Evelyne Boucher, 16 ans. L’adolescente a subi des violences sexuelles d’une rare cruauté avant d’être exécutée d’une balle dans la nuque. A l’époque, l’enquête repose sur l’unique témoignage d’une autre lycéenne, voisine de la victime : le 7 décembre 1987, elle assure avoir vu Evelyne descendre du car à 18 h 32 avant de s’engager sur le chemin rocailleux menant au domicile de ses parents, 400 mètres plus loin. Quelques minutes plus tard, la lycéenne aperçoit de nouveau son amie… à l’arrière d’une voiture, « jaune ou beige », les deux coudes sur le dossier avant. La dernière image de la jeune fille vivante.

Comparaison ADN

Sa mère, Gisèle Cronier, passera des nuits entières à étudier le dossier d’instruction, ses journées étant consacrées à relever dans le quartier tous les numéros des plaques d’immatriculation qu’elle ne connaissait pas pour les communiquer aux enquêteurs. « Pendant quinze ans, le juge d’instruction nous a toujours soutenus. Il n’a jamais baissé les bras. Sans relâche, il a traqué l’assassin de ma fille. » Lorsqu’il est muté, en 2002, sa collègue qui le remplace semble moins sensibilisée. Elle convoque Gisèle et lui annonce que le tour de la question a été fait. « Elle voulait boucler le dossier. » La mère refuse. Insiste. Se bat. Et obtient gain de cause. En tout, trois magistrats instructeurs se succéderont. L’un d’eux ira même jusqu’à faire déterrer en Italie le corps du tueur en série Roberto Succo, mort en 1988, pour faire une comparaison d’ADN avec celui du sperme retrouvé sur le corps de l’adolescente. D’autres meurtriers tristement célèbres seront soupçonnés : Michel Fourniret, Emile Louis, mais aussi Luc Tangore, condamné par deux fois – en 1983 et en 1992 – pour des viols commis à Marseille. Tous avaient en commun d’être passés dans la région. Aucun ne sera jamais impliqué.

Interpellation rocambolesque

Infructueuse pendant près de dix-neuf ans, l’enquête rebondit avec l’interpellation, en juin 2006, de Robert Greiner, pompier professionnel à Avignon, nommé en 1984 dans la caserne voisine du lycée que fréquentait la victime. « On lui a mis la main dessus… presque par hasard », confiait alors un enquêteur à France-Soir. Un jour de mars 2004, deux ans avant d’être appréhendé, Greiner se rend dans les environs du pont du Gard, à quelques kilomètres de Nîmes. Arrivé sur les lieux, c’est l’embouteillage. Le parking est pris d’assaut. Après avoir tourné de longues minutes à la recherche d’une place, il se fait griller la politesse par un automobiliste aux aguets. Insultes. Menaces. Les vigiles interviennent. Les coups pleuvent, et voilà Greiner condamné à trois mois de prison avec sursis. Comme tout citoyen impliqué dans des faits de violences aggravées, il est convoqué pour effectuer un dépistage ADN dans le cadre du Fichier national automatisé des empreintes génétiques (Fnaeg). Le pompier n’obtempère pas.

Quelques mois plus tard, deuxième convocation. Greiner fait le mort. Excédés, les policiers d’Avignon décident, en mai 2005, d’aller le cueillir chez lui. Son ADN est prélevé. A partir de ce jour, le pompier change du tout au tout. Dépression, arrêt de travail. Il ne parle presque plus. « Il déambulait dans les couloirs de la caserne tel un mort-vivant », se souvient un de ses collègues. Pendant ce temps, l’échantillon de son ADN est transmis au Fnaeg. En raison de l’encombrement du service, il faudra un an pour qu’il soit étudié. Les résultats tombent au début du mois de juin 2006 : l’empreinte génétique de Greiner correspond à celle du sperme prélevé dix-neuf ans plus tôt sur le cadavre d’Evelyne Boucher.

En avril 2008, lors de son procès devant la cour d’assises du Gard, l’ancien soldat du feu avait été dépeint par plusieurs témoins comme un « obsédé sexuel », « grand buveur », se livrant à certaines « dérives » au sein même de la caserne. Greiner, lui, avait nié toute implication. Avant de finalement « envisager » avoir eu une relation sexuelle avec la victime, une relation dont il disait ne pas se souvenir. Lundi, il semble qu’il ait retrouvé la mémoire.

C'est sur France Soir !

Plus d'articles Faits divers

Réactions à cet article2 commentaires

  • Par Anonyme-77656, le 14 fév à 00:54

    Anonyme-77656
    C'est dingue

    Quant on entend la femme de cette animal dire que sont mari n'est pas coupable, on devrait également la mettre en prison pour NÉGATIONNISME !



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 15 fév à 20:14

    Anonyme-77656
    justice pour Evelyne

    C'est incroyable !!quand je pense que si greiner ne s'était pas batu ce jours là avec des vigiles du pont du gard ,on n'aurait jamais retrouvé l'assassin violeur de la petite Evelyne

    comme quoi il y a une justice!!!!!!!



    Signaler un abus  
Publié : 28/09/09 - 18h39
Mis à jour : 12/03/10 - 14h32
  • Texte plus grand
  • Texte plus petit

SUIVEZ FRANCE SOIR SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX


FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 17:29

      288500 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 19:55

      203400 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 17:21

      155550 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 21:48

      150550 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Jakyburn Jakyburn, le 20 avr à 21:02

      99900 points
      1686 commentaires

      En savoir plus sur Jakyburn


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Actu du jour en image

    Horoscope Quotidien 2012

    Minute Trente de Montvalon

    TV Tout sur Secret Stroy 6

    Faits Divers Les maisons de l'horreur