Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Dimanche 18 novembre, 01:32
Accueil > Actualité > Faits divers > Sur la piste du "tueur de la gare" de Perpignan

Sur la piste du "tueur de la gare" de Perpignan

Faits divers


Cinq cents auditions, 120 gardes à vue. En plus de douze années d’enquête, les enquêteurs de la police judiciaire (PJ) de Perpignan (Pyrénées-Orientales) n’ont pas ménagé leurs efforts pour percer le mystère des « disparues de la gare ». Le juge d’instruction Anne Haye, saisie du dossier, vient de demander de nouvelles analyses ADN qui pourraient sinon désigner un coupable des trois crimes non élucidés, du moins répondre à une foule de questions qui taraudent les familles des jeunes femmes disparues, la justice et l’opinion publique. Un nom sort enfin de l’ombre, celui d’Esteban Reig. Le 25 mai 2000, cet Espagnol alors âgé de 45 ans est arrêté dans le centre de Lyon, surpris alors qu’il effaçait les traces du meurtre de Jean-Marie, un homme qui l’hébergeait. La victime avait été découpée, son sexe amputé. En septembre 2002, emprisonné à Villefranche (Rhône), Reig se pend. Mais la justice ne l’oublie pas, comme elle n’oublie pas Tatiana, Mokhtaria et Marie-Hélène…

Interrogé, il n’est pas démasqué

24 septembre 1995 au soir. Tatiana Andujar,  ans, sort de la gare de Perpignan de retour de Toulouse. Elle rentre chez ses parents, à la frontière espagnole. Son corps ne sera jamais retrouvé. Le 21 décembre 1997, le corps de Mokhtaria Chaïb, une étudiante en sociologie de 19 ans, est retrouvé sur un terrain vague, le corps mutilé, les seins et les parties génitales découpés, du sperme dans la bouche. Sa trace se perd aux environs de la gare. Le 16 juin 1998, Marie-Hélène Gonzalez, 22 ans, disparaît à Argelès en prenant le train vers Perpignan. Dix jours plus tard, son corps est retrouvé, lui aussi mutilé, éviscéré. Sa tête et ses mains seront retrouvées six mois plus tard.

En exigeant de nouvelles expertises génétiques, le magistrat instructeur espère, techniques modernes à l’appui, confirmer plusieurs intuitions développées par les enquêteurs. D’abord, la troublante ressemblance des modes opératoires des crimes de Lyon et de Perpignan. Dans ces deux cas, les corps sont mutilés, privés de leurs organes sexuels, découpés, les scènes de crime sont nettoyées. Par ailleurs, Esteban Reig, ouvrier agricole, se trouvait à Perpignan au moment de la mort de Mokhtaria Chaïb et de Marie-Hélène Gonzalez. Il avait même été interrogé en 2000 dans ce dossier, sans que rien ne l’accuse.

Un suspect parmi d’autres…

La justice, si elle compte bien sur ces nouvelles analyses pour mettre un nom sur la figure énigmatique du « tueur de la gare » de Perpignan, appelle cependant à la prudence. « Nous ne sommes pas capables pour l’instant de mesurer le poids des soupçons sur cet homme ni même d’être sûrs que les deux meurtres sont le fait d’un seul et même auteur, il serait dangereux de privilégier une seule piste », indique Jean-Pierre Dreno, procureur de la République de Perpignan, à propos des meurtres de Mokhtaria et de Marie-Hélène, rejoint par Me Etienne Nicolau, avocat des familles des victimes : « On sait depuis longtemps que c’est l’assassin potentiel, mais ça n’est qu’un parmi d’autres… » D’autant qu’il n’est pas dit que les meurtres de Tatiana, Mokhtaria et Marie-Hélène soient liés. En effet, outre l’absence du cadavre de Tatiana Andujar, les enquêteurs notent, malgré les similarités, une violence moins contrôlée lors du meurtre de Marie-Hélène : « Les blessures de Mokhtaria sont précises, chirurgicales, tandis que celles de Marie-Hélène sont grossières », ce qui pourrait mener à deux profils de criminels sexuels différents.

Par ailleurs, Esteban Reig n’est pas le premier individu suspecté. En janvier 1998, Andrès Palomino-Barrios, un faux médecin péruvien de 49 ans, était mis en examen pour le meurtre de Mokhtaria, un de ses cheveux ayant été retrouvé à proximité du corps. Las ! en 2000, il est libéré, simplement condamné à une interdiction du territoire français. Un autre homme, Marc Delpech, reconnu coupable du meurtre de Fatima Idrahou en février 2001, a été suspecté. Le cafetier de 32 ans, fils de médecin, « avait le profil », selon un proche de l’enquête. Si la jeune femme de 23 ans n’a été « que » violée et étranglée, et non pas mutilée ni découpée, ce n’est peut-être que parce que l’homme a été arrêté avant d’avoir pu se livrer à ces actes…

Le découragement des familles

Toujours est-il que les éléments à charge contre Esteban Reig pèsent lourd dans la balance. Près du corps de Marie-Hélène Gonzalez, une serviette éponge est retrouvée, brodée des lettres E. R. De plus, l’épouse de Reig, interrogée durant sa détention, confiera aux enquêteurs que son mari lui aurait avoué deux meurtres…

De son Espagne natale arrivent aux oreilles des policiers plusieurs cas de meurtres de femmes à l’arme blanche pour lesquels Reig a été soupçonné. Les techniques actuelles d’analyse génétique sauront peut-être dire si ce dernier est véritablement le tueur de ces jeunes femmes brunes, confirmant ainsi les intuitions policières. « Il était prouvé qu’il avait déjà tué et il avait le profil de ces crimes », affirme un enquêteur. Pour les familles des jeunes femmes, l’espoir est cependant maigre. Selon Me Nicolau, défenseur des familles de victime, c’est la prudence qui prime : « La famille de Mokhtaria est repartie en Algérie il y a un an, celle de Tatiana ne se sent pas concernée, puisque son corps n’a pas été retrouvé. Pour ce qui est de Fatima, un homme est déjà en prison. Les proches de Marie-Hélène, eux, sont catastrophés. Ils ont le sentiment que ça n’avance pas. Ils sont découragés. »
Par Jérôme Sage et Brendan Kemmet
C'est sur France Soir !

Plus d'articles Faits divers

Réactions à cet article2 commentaires

  • Par Anonyme-77656, le 12 juin à 16:58

    Anonyme-77656
    Jeu de piste

    JEU DE PISTE.

    Ceux qui taperont sur Google: LE POST ESTEBAN REIG /ou/ LIBERTALAND ESTEBAN REIG accèderont à la lumière.



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 18 oct à 02:15

    Anonyme-77656
    la justice ne les oublie pas elle libère le medecin !

    Ben voyons, un cheveux suffit pas ? lui qui est medecin !!


    y avait aussi un bonnet ou une écharpe ??


    bref, en gros


    on le libère


    mais interdiction de territoire ca veut dire


    va tuer les femmes ailleurs !


    merci la justice, les femmes te remercient, les pères et les mères aussi



    Signaler un abus  
Publié : 09/06/10 - 09h10
  • Texte plus grand
  • Texte plus petit

SUIVEZ FRANCE SOIR SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX


FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 17:29

      288500 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 19:55

      203400 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 17:21

      155550 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 21:48

      150550 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Jakyburn Jakyburn, le 20 avr à 21:02

      99900 points
      1686 commentaires

      En savoir plus sur Jakyburn


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Actu du jour en image

    Horoscope Quotidien 2012

    Minute Trente de Montvalon

    TV Tout sur Secret Stroy 6

    Faits Divers Les maisons de l'horreur