Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Samedi 15 décembre, 20:29
Accueil > Actualité > Faits divers > Talitha Van Zon : La playmate des Kadhafi

Talitha Van Zon : La playmate des Kadhafi

Faits divers


Talitha Van Zon, ancien mannequin et « ex » d’un des fils du dictateur libyen, s’était mystérieusement retrouvée coincée cet été à Tripoli en pleine révolution. Arrêtée, elle est aujourd’hui soupçonnée d’avoir organisé un réseau de prostitution de luxe.

Talitha Van Zon, en août, à Tripoli
Talitha Van Zon, en août, à Tripoli SIPA/Geoff Pugh / Rex Featur

Mardi 23 août, à Tripoli, le régime dictatorial de Mouammar Kadhafi vient de tomber. L’armée des rebelles libyens, assistée par l’Otan, a pris la capitale. Dans une des chambres du Corinthia, un hôtel cinq étoiles grand luxe de la ville, un étrange témoin assiste à la fin de 41 ans de règne sans partage. Elle est grande et blonde, a fait la couverture des magazines de charme du temps de sa jeunesse : Talitha Van Zon est un ancien mannequin de 39 ans. Cette Néerlandaise, qui a couru les fêtes de la jet-set internationale, est habituée aux palaces, un peu moins aux révolutions. Quand elle voit débarquer dans l’hôtel de luxe où elle est « parquée » une horde de rebelles en colère et armés jusqu’aux dents, elle tente de négocier. Comme les insurgés ne parlent que l’arabe, les pourparlers s’avèrent plus compliqués que prévus. La jeune expatriée est seule, la femme qui devait assurer sa sécurité l’ayant mise à la porte en voyant arriver les combattants. Talitha Van Zon ne parle pas la langue locale, mais en entendant les rebelles répéter un peu trop fréquemment « benzine » (pétrole) en louchant de son côté, elle croit comprendre qu’ils risquent de la brûler vive.

Elle saute du balcon pour échapper aux rebelles

Ni une, ni deux, la paranoïa qu’elle confesse volontiers aidant, l’ancien mannequin se jette du balcon d’une des chambres. Elle en réchappe avec un bras cassé, un chapelet de contusions, et surtout une frayeur qui ne la quitte pas. On la comprend. Arrivée une dizaine de jours auparavant sur l’invitation de son ami intime, Muatassim Kadhafi, un des fils du colonel, Talitha Van Zon, comme tous les proches de la famille du dictateur, n’est pas vraiment en odeur de sainteté.
A l’hôpital, elle rencontre un reporter néerlandais qui la prend sous son aile. Elle embarque dans un bateau affrété par l’ambassade de Hongrie en direction de l’île de Malte, où elle accoste le 29 août en compagnie de 46 personnes, elles aussi évacuées en urgence depuis la Libye. Entre-temps, elle a eu le temps de croiser quelqu’un du Sunday Telegraph, à qui elle a confié son incroyable parcours. La presse anglaise, talonnée par sa consœur néerlandaise et bientôt par à peu près tout le monde, s’est extasiée de ce témoignage de la chute des Kadhafi « vue de l’intérieur ».

Car Talitha, peu avare de confidence, a tout raconté de sa rencontre avec Muatassim Kadhafi et de sa dernière nuit passée avec lui, la veille de la prise de Tripoli, alors qu’il se faisait servir son « Jack and coke » (whisky-Coca) par un domestique philippin en veste immaculée et trinquait à sa future victoire.
Comme souvent dans la vie des gens riches et beaux, l’histoire du fils de dictateur et de l’ex-playmate commence dans une discothèque de standing en Italie. Nous sommes en 2004, les tourtereaux entament une liaison qui durera trois mois. Le temps pour la blonde néerlandaise de s’apercevoir qu’elle n’est « pas la seule femme dans sa vie », confie avec pudeur celle qui en avait moins quand elle posait nue en une de Playboy.
Bref, les deux restent tout de même amis, et la demoiselle profite de l’immense générosité du Libyen. Fêtes ultra-sélectes auxquelles participent des célébrités américaines, voyages en jet privé, collection complète de valises Louis Vuitton, coiffeur italien, nuits dans tous les palaces de toutes les capitales européennes : être l’amie d’un des fils Kadhafi semble avoir plutôt réussi à la jeune femme du temps où le régime du colonel était encore reçu en grande pompe par les démocraties occidentales.
Il l’invite ensuite à séjourner plusieurs fois dans ses luxueuses maisons de Tripoli, décorées « richement mais avec très mauvais goût », précise-t-elle. Leur intimité ne va pas jusqu’à la présentation au Guide suprême, parce qu’il faut « se convertir à l’islam » pour cela. Elle ne reconnaît pas Allah et continue donc à trinquer avec Muatassim en contemplant le portrait de son père accroché aux murs. Cette fois-ci, quand il l’invite à passer quelque temps en sa compagnie, Talitha hésite, la situation politique n’est pas des plus stables. Muatassim, surnommé « le docteur » en hommage à ses études de médecine, la rassure : la situation est sous contrôle. Elle accepte dans l’espoir, confie-t-elle, qu’il l’aide à financer le traitement de son père qui souffre de la maladie d’Alzheimer. Par la suite, elle aura l’occasion plusieurs fois de se demander : « Mais qu’est-ce que je fais en Libye ? »

Trafic d’êtres humains

On pourrait croire que l’histoire s’arrête ici, l’épisode serait suffisamment romanesque pour cela. Que nenni ! Elle ne fait que commencer. Alors qu’elle rentre au Pays-Bas pour goûter un repos de circonstances, Talitha Van Zon est arrêtée à l’aéroport d’Amsterdam. Surveillée depuis longtemps par les services secrets pour ses liens avec son « ex-petit ami », il semblerait que l’ancien mannequin n’ait pas raconté toute la vérité sur les raisons de ses fréquents séjours en Libye. Une ancienne amie lui cause des petits soucis avec la justice. La belle, dont l’identité n’a pas été dévoilée, raconte qu’elle aurait été violée par le fils de Kadhafi alors qu’elle accompagnait Talitha à Tripoli au printemps dernier. Attirée en Libye sous un faux prétexte, elle serait tombée dans un piège, son passeport lui aurait été confisqué et elle aurait également subi un examen pour savoir si elle était porteuse de maladies sexuellement transmissibles. Pire, elle n’aurait été ni la première, ni la dernière d’une cohorte de jolies filles que la Néerlandaise aurait « fournie » à Muatassim. Talitha s’est défendue d’être la Madame Claude orientale qu’on soupçonne et a affirmé qu’elle avait d’ailleurs personnellement conseillé à son amie de porter plainte pour viol. En attendant d’avoir le fin mot de l’histoire, Talitha Van Zon est assignée à résidence.

Kael Serreri
C'est sur France Soir !

Plus d'articles Faits divers

Réactions à cet article1 commentaire

  • Par Anonyme-77656, le 21 oct à 17:17

    Anonyme-77656
    on va attendre les beaux jours!

    Avec son bras cassé,la tête casée,le cou cassé les ailes cassées ..alouette gentille alouette que fait la SPA?



    Signaler un abus  
Publié : 20/10/11 - 06h50
Mis à jour : 20/10/11 - 06h50
  • Texte plus grand
  • Texte plus petit

SUIVEZ FRANCE SOIR SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX


FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 17:29

      288500 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 19:55

      203400 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 17:21

      155550 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 21:48

      150550 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Jakyburn Jakyburn, le 20 avr à 21:02

      99900 points
      1686 commentaires

      En savoir plus sur Jakyburn


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Actu du jour en image

    Horoscope Quotidien 2012

    Minute Trente de Montvalon

    TV Tout sur Secret Stroy 6

    Faits Divers Les maisons de l'horreur