Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Dimanche 18 août, 06:51
Accueil > Actualité > International > Comment Obama profite de la mort de Ben Laden

Comment Obama profite de la mort de Ben Laden

Mort de ben Laden


La mort d'Oussama Ben Laden sera l'une des grandes victoires de l'administration Obama. À un peu plus d'un an de la prochaine élection présidentielle, le démocrate, déjà candidat à sa propre succession, voit sa popularité grimper en flèche.

La cote de popularité d'Obama a grimpé de huit points en une semaine
La cote de popularité d'Obama a grimpé de huit points en une semaine AP

Il n'y a pas grand monde pour pleurer la mort d'Oussama Ben Laden, si ce n'est les fanatiques islamiques, preuves humaines que le « combat » mené par Al-Qaïda ne s'éteindra pas avec son chef. Quelques-uns, en revanche, peuvent s'en réjouir. Les Américains, bien sûr. Ce peuple-là ne fait jamais dans la demi-mesure, laissant cette fois éclater sa joie mêlée de patriotisme comme son bourreau tombait sous les balles des Navy Seals. Ses pieds sont peut-être d'argile mais le colosse américain a bien vaincu son ennemi. 

Au-delà des scènes de liesse, un homme, plus qu'un autre, peut s'enorgueillir du succès de l'opération « Geronimo » : Barack Obama. Le président des États-Unis avait annoncé son intention de se représenter à l'élection présidentielle de 2012 début avril. La mort de Ben Laden sera, à coup sûr, l'un de ses arguments de campagne. Car c'est bien de cela dont les Américains se souviendront lorsque, dans quelques années, il repenseront à leur ancien leader. 

8 points de plus en une semaine

Barack Obama aura réformé le système de santé américain. Il aura également sorti son pays de la crise économique dans laquelle il s'engluait comme Obama s'installait à la Maison-Blanche. En Amérique plus qu'ailleurs, le facteur économique est toujours important, voire décisif, au moment d'élire le président. John McCain, candidat républicain en 2008, le sait mieux que quiconque, lui qui, lors des primaires de son parti, avouait son manque d'expérience en la matière. Mais ce dont le peuple électeur se souviendra, lors du premier mardi de novembre 2012, c'est que le candidat démocrate aura été celui qui aura réussi à décapiter Al-Qaïda et venger les morts du 11 septembre.

Les sondages ne s'y trompent pas. Fin avril, la cote de popularité de Barack Obama atteignait difficilement les 42% d'opinions positives. Le 3 mai, elle atteignait les 50% (source : Gallup). C'est quasiment autant que Bill Clinton en mai 1995. Un an et demi plus tard, ce dernier était réélu. Le 44e président des États-Unis a vu sa popularité grimper de huit points en une semaine. Et l'on peut raisonnablement penser que cette croissance, même si elle est circonstancielle, n'est pas encore terminée. 

2012 dans le viseur

Il est en revanche trop tôt pour dire si la mort de Ben Laden sera suffisante pour amener une nouvelle fois Obama à la Maison-Blanche. La « raclée », selon les propres mots du président, subie par les démocrates lors des dernières élections législatives, est suffisamment récente pour éviter toute euphorie au sein du parti de l'âne. Toutefois, le commander in chief a de quoi être optimiste. 

D'une part, la mort d'Oussama Ben Laden peut lui être attribuée. Surtout, cette victoire empiète sur le terrain de prédilection des républicains, à savoir la sécurité nationale. Le Grand Old Party n'a pas de véritable leader capable de concurrencer Obama. Il ne pouvait aborder la prochaine élection présidentielle que sur le thème du rejet. En d'autres termes, les Américains devaient avoir la possibilité de sanctionner l'administration Obama en votant pour le candidat républicain. 

Un déficit abyssal, un taux de chômage encore haut, les raisons de châtier l'actuel locataire de la Maison-Blanche étaient nombreuses jusqu'à dimanche. Elles existent toujours. Mais, depuis que le corps d'Oussama Ben Laden repose au fonds de la mer, il existe une grande raison d'approuver l'action du démocrate. Selon l'institut Gallup, 54% des Américains estiment que la mort du leader d'Al-Qaïda rend leur pays plus sûr. Barack Obama n'est pas encore réélu mais il est en bien meilleure position que la semaine dernière.

Sylvain Chazot

Réactions à cet article2 commentaires

  • Par Anonyme-77656, le 5 mai à 20:04

    Anonyme-77656
    bravo

    obama vous seriez en France comme president je revote pour vous BRAVO AUX RICAINS VOUS PROUVEZ ENCORE UNE FOIS QUE VOUS ETES LES MEILLEURS



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 5 mai à 23:40

    Anonyme-77656
    Jamais contents

    Evidemment il est détesté par beaucoup dans son pays tout comme Sarko dans le sien.

    Il a le triomphe mondeste, on le critique et les media osent impliquer qu'il se fait de la pub!!! Il aurait le triomple bruyant, on le mettrait plus que terre.



    Signaler un abus  
Publié : 05/05/11 - 17h31
  • Texte plus grand
  • Texte plus petit

SUIVEZ FRANCE SOIR SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX


FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 17:29

      288500 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 19:55

      203400 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 17:21

      155550 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 21:48

      150550 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Jakyburn Jakyburn, le 20 avr à 21:02

      99900 points
      1686 commentaires

      En savoir plus sur Jakyburn


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Actu du jour en image

    Horoscope Quotidien 2012

    Minute Trente de Montvalon

    TV Tout sur Secret Stroy 6

    Faits Divers Les maisons de l'horreur