Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Vendredi 10 avril, 21:51
Accueil > Actualité > International > Enquête : Frédéric Jean Salvi, combattant perdu de l’islam

Enquête : Frédéric Jean Salvi, combattant perdu de l’islam

International


Soupçonné de préparation d’attentats à Djakarta, ce jeune trentenaire vient d’échapper à un important coup de filet antiterroriste en Indonésie. Activement recherché, Salvi est présenté comme un « militant extrémiste » par les autorités françaises.

Il est soupçonné d’avoir préparé des attentats à Djakarta avec des militants d’al-Qaida, et il est activement recherché par les autorités indonésiennes et , françaises, aidées d’Interpol. Son nom : Frédéric Jean Salvi, jeune homme de 31 ans né à Pontarlier (Doubs), converti à l’islam, dont le pseudonyme est Ali. « Nos homologues de la police française nous ont informés […] que c’était un militant extrémiste en France », a indiqué hier le chef de la lutte antiterroriste au ministère indonésien de la Sécurité, Ansyaad Mbai.

La police locale a remonté la trace de Salvi lors de raids antiterroristes effectués dans l’ouest de l’île de Java le 7 août. Au cours de cette opération, cinq suspects ont été arrêtés. Des substances explosives ont été saisies dans un atelier clandestin de fabrication de bombes, ainsi qu’un véhicule appartenant apparemment à Salvi. « Il a aidé les terroristes en leur prêtant sa voiture, affirme Mbai. Nous enquêtons pour savoir si la voiture devait être utilisée comme voiture piégée. » Ces arrestations coïncident avec celle du prédicateur islamiste Abou Bakar Bachir, la semaine dernière, sous l’accusation de financer et d’entraîner des extrémistes liés à la nébuleuse al-Qaida, qui prépareraient une série d’attentats dans la capitale indonésienne.

« Dominateur et violent »

Selon nos informations, Frédéric Jean Salvi se serait converti à l’islam il y a un peu plus d’une dizaine d’années, en prison, à Besançon (où il purgeait une peine pour faits de délinquance), auprès d’un groupe radical. A sa sortie, au début des années 2000, il tente d’investir le lieu de culte musulman de Pontarlier. « C’est un grand blond, il était dominateur et violent », nous raconte un ancien responsable d’une association cultuelle locale, qui l’a connu et souhaite garder l’anonymat. « Il est arrivé avec une bande de jeunes dont il était le meneur. Ils voulaient faire la prière et le prêche mais n’avaient ni les connaissances ni les compétences. En fait, il était radical dans sa façon de vouloir s’imposer au sein de notre lieu de culte. » Un responsable actuel du lieu de culte tempère ce portrait rouge vif. Pour lui, c’était « un gars calme, plutôt intelligent et instruit. Il ne travaillait pas mais il lisait beaucoup ».

Pourtant, le comportement de Salvi entraîne de vives frictions et aboutit à sa brutale mise à l’écart. « Toute la communauté était contre lui, poursuit un témoin. Nous avons décidé de l’exclure physiquement pour protéger la mosquée et notre religion, qui est une religion de paix, de partage et de tolérance. »

On perd sa trace une première fois fin 2004. Selon le témoignage d’un dirigeant du centre cultuel musulman de Pontarlier, Salvi serait retourné à Besançon avant de rejoindre l’Egypte, « pour apprendre l’arabe ». Il serait revenu dans sa ville d’origine à intervalles réguliers entre 2006 et 2008, où on l’aurait vu avec deux fillettes (les siennes ?) âgées d’une dizaine d’années et voilées.

En 2008, il aurait définitivement quitté la France. Le responsable d’un collège religieux à Bandung, à l’ouest de Java, affirmait hier dans la presse australienne que Salvi avait étudié dans son établissement l’année dernière. Pour le secrétaire du collège, Ace Ahmad Jalaludin, le Français n’était pas considéré comme un radical. En revanche, il confirme que Salvi a bien effectué un séjour d’étude en Egypte avant de rejoindre l’Indonésie. Il affirme également que le jeune homme parlait l’arabe et pouvait comprendre certains versets du Coran.

Aujourd’hui, Salvi continue son parcours de combattant perdu de l’islam, après avoir échappé au coup de filet des autorités indonésiennes. Son nouveau refuge ? Certains pensent qu’il a pu prendre la direction du Maroc, pays d’où viendrait son épouse.


Alban Traquet et Antoine Kowalski

Plus d'articles International

Réactions à cet article1 commentaire

  • Par Anonyme-77656, le 5 Jan à 16:33

    Anonyme-77656
    salvi

    que d'intoxs ,une fois extremiste et de l'autre ,ils se contredisent

    tout ca est une campagne mensongere a base de complots visants a

    affaiblir nos résistants face au dajjal et ses ideaux(capitalisme,impérialisme,neo-colonialisme ect.....) diabolisons la

    résistance mais vous ne pourrez cachez la verité ,un jour ou l'autre

    on vous aura et son combat n'est pas perdu quoi que vous dites



     
Publié : 18/08/10 - 12h14
Mis à jour : 23/08/11 - 15h32
  • Texte plus grand
  • Texte plus petit

SUIVEZ FRANCE SOIR SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX


FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 17:29

      288500 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 19:55

      203400 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 17:21

      155550 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 21:48

      150550 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Jakyburn Jakyburn, le 20 avr à 21:02

      99900 points
      1686 commentaires

      En savoir plus sur Jakyburn


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Actu du jour en image

    Horoscope Quotidien 2012

    Minute Trente de Montvalon

    TV Tout sur Secret Stroy 6

    Faits Divers Les maisons de l'horreur