Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Jeudi 24 octobre, 04:04
Accueil > Actualité > International > Le Japon craint le pire

Le Japon craint le pire

Crise nucléaire au Japon


L'inquiétude autour de la centrale nucléaire de Fukushima grandit chaque jour un peu plus et la découverte de plutonium dans le sol du site laisse peu de place à l'optimisme.

Le scénario catastrophe d'une fuite massive du combustible nucléaire n'est pas exclu
Le scénario catastrophe d'une fuite massive du combustible nucléaire n'est pas exclu SIPA

Les jours se suivent et se ressemblent cruellement au Japon. La situation autour de la centrale de Fukushima apporte chaque jour son lot quotidien de mauvaises nouvelles et la dernière en date fait craindre le pire. Tepco, l'opérateur qui gère la centrale, a annoncé, mardi, que du plutonium avait été retrouvé, à cinq endroits, dans le sol du site nucléaire. Si le vice président de Tepco, Sakae Muto, assure que les échantillons relevés ne sont pas nuisibles pour la santé, la théorie d'une fuite de l'enceinte de confinement n'est, désormais, plus à ranger au rang des hypothèses. « Les mesures publiées au cours du week-end dernier confirment un état très fortement dégradé des réacteurs 2 et 3, avec un endommagement des trois barrières de confinement », s'est alarmé l'Autorité de sûreté nucléaire française (ASN), lundi. Un cas de figure qui fait craindre une fuite massive du combustible nucléaire et qui provoquerait une catastrophe naturelle sans précedent obligeant alors les autorités à procéder à un système de sarcophage comme à Tchernobyl.

Sarkozy au Japon jeudi

Face à cette situation critique et à l'éventualité de ce scénario catastrophe, le Japon a fait appel aux ingénieurs français de l'énergie atomique. La France a bien évidement répondu favorablement à ce S.O.S, en envoyant deux spécialistes dans l'archipel nippon. Les deux hommes, l'un d'Areva et l'autre du Commissariat à l'énergie atomique (CEA) auront uniquement un rôle d'expertise a tenu à préciser la ministre de l'Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet. Dans leur sillage, Nicolas Sarkozy se rendra également au Japon pour y rencontrer le Premier ministre, Naoto Kan. Un voyage censé souligner le soutien de la France envers le peuple nippon, précise un communiqué de l'Elysée : « Le président de la République se rendra jeudi 31 mars 2011 au Japon afin d'exprimer la solidarité de la France, à titre national et en tant que présidente du G20 et du G8, avec le peuple japonais dans les épreuves qu'il traverse depuis les événements dramatiques du 11 mars ».

Actu France-Soir

Réactions à cet article3 commentaires

  • Par Anonyme-77656, le 29 mar à 13:52

    Anonyme-77656
    Quand j'y pense !!!

    Au cours de ma carrièe professionelle j'ai éxercé une bonne trentaine d'années la fonction responsable de maintenance de l'outils industriel en production..notemment dans l'industrie automobile ( PSA pour ne pas la nommer ) j'ai passé mon temps a animer, plèbisciter, faire appliquer..des méthodes de maintenance japonnaises...les oeuvres de Seiichi Nakajima pronaient ( et pronnent encore ) en bonne place sur mes étagères....il y a eu aussi la méthode de maintenance " MBF" le fleuron de la maintenance préventive appliquée dans l'aviation chez Boïng..méthode que je perfusais à mes collaborateurs comme étant "l'incontournable "la référence... et maintenant quand je vois les avions qui tombent ( airbus et ses sondes pitot non remplacées ) et la centrale nucléaire japonnaise qui polue la terre entière avec probablement pour une des causes une maintenance défaillante...je me demande ce que mes ex collaborateurs pensent de moi ???



    Signaler un abus  
  • Par kivepe, le 30 mar à 12:41

    kivepe
    Fukushima : le bricolage continue

    Des bâches sur des réacteurs, des camions de pompiers pour refroidir les réacteurs en risque de fusion, des volontaires kamikazes pour essayer de remettre en route les équipements électriques partiellement détruits et irréparables.


    Ces moyens pathétiques et dérisoires pour contenir la catastrophe en cours ressemblent à un bricolage qui est le résultat du déni de risque de l’exploitation de la production d’énergie nucléaire.


    Il est évident que rien n’a été prévu en cas de catastrophe tant la suffisance de scientifiques dévoyés a convaincus l’oligarchie politico-financière d’accompagner un désastre sous-évalué car jugé par erreur comme impossible.


    Aujourd'hui encore et au regard des réalités, cette élite arrogante internationale impose aux populations une technologie immorale en justifiant encore ses choix stratégiques avec un discours lénifiant à l'apparence raisonnable mais qui est en fait une véritable propagande mortifère.



    Signaler un abus  
  • Par kivepe, le 30 mar à 18:09

    kivepe
    Les shadoks à Fukushima

    Il fallait s'y attendre : l'arrosage des réacteurs provoque un lessivage des détritus par l'eau de mer. L'eau, ne faisant pas que s'évaporer dans les réacteurs, finit par transmettre la radioactivité aux organismes vivants dans la mer du Japon.


    Que vont devenir ces organismes contaminés et le plutonium contenu dans le « Mox » utilisé depuis Février 2011 dans la centrale de Fukushima ?


    Les courants marins diluant cette pollution, il faudra compter sur le hasard pour que personne ne soit atteint par les molécules de ce plutonium avant plusieurs dizaines de milliers d’années.


    Les expédients pathétiques et dérisoires, qui sont mis en œuvre actuellement pour juguler la catastrophe témoignent de l'impuissance à contrôler les conséquences de l’utilisation d'une technologie qui a dépassée ceux qui ont la prétention de la maitriser.


    C'est la démonstration qu'en cas de catastrophe, le nucléaire est un polluant nauséabond non maîtrisable.


    De technologie la plus sure et la moins polluante du monde, le nucléaire est devenue une industrie au risque zéro illusoire.


    Les responsables politiques des pays qui ont échappés pour l'instant au désastre se vantent d'avoir une technologie totalement fiable jusqu'au jour ou, pour une cause ou une autre ce sera leur tour de faire subir à leurs citoyens et à l’humanité les effets de leurs illusions.


    La suppression du nucléaire n'est plus une option au regard du rapport risque/ bénéfice lorsque l'on constate la quantité d'électricité produite mondialement et les dégâts qu'elle provoque en cas de catastrophe.


    Faudra-t-il attendre une évacuation partielle ou totale de Tokyo pour que la réalité s’impose aux représentants de l’oligarchie politico-économique et aux pseudo-scientifiques arrogants depuis longtemps dévoyés, pour cesser d'imposer à l’humanité une technologie immorale.


    Peut-être alors les discours lénifiants, qui sont une véritable propagande mortifère, ne seront plus colportés à l'envie par des médias aux ordres.



    Signaler un abus  
Publié : 29/03/11 - 13h13
  • Texte plus grand
  • Texte plus petit

SUIVEZ FRANCE SOIR SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX


FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 17:29

      288500 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 19:55

      203400 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 17:21

      155550 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 21:48

      150550 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Jakyburn Jakyburn, le 20 avr à 21:02

      99900 points
      1686 commentaires

      En savoir plus sur Jakyburn


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Actu du jour en image

    Horoscope Quotidien 2012

    Minute Trente de Montvalon

    TV Tout sur Secret Stroy 6

    Faits Divers Les maisons de l'horreur