Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Samedi 19 septembre, 02:07
Accueil > Actualité > International > Libye, Irak : Quand les peuples se vengent

Libye, Irak : Quand les peuples se vengent

Libye, l'après Kadhafi


Mouammar Kadhafi a terrorisé le peuple libyen avant sa mort. Mais il n'est pas le seul à avoir agi ainsi...

Un enfant devant une affiche du Colonel Kadhafi
Un enfant devant une affiche du Colonel Kadhafi SIPA/BEBBER

Les dictateurs tombent. Les peuples se vengent. Les images de l’arrestation de Mouammar Kadhafi sont emblématiques. Ultra violence, humiliation. Un lynchage, filmé par un téléphone portable et diffusé mardi sur Internet comme un avertissement à tous les tyrans du monde. De Saddam Hussein à Nicolae Ceausescu en passant par quelques despotes africains, nombreux sont ceux qui se sont vus torturés, assassinés à la suite de parodies de procès, ou jugés en bonne et due forme. Ils meurent comme ils ont vécu : violemment. Certains y échappent et meurent au pouvoir, comme Fidel Castro qui n’en finit pas d’agoniser dans son hopital cubain tandis que son frère a repris les rênes du pouvoir, ou Mao Tsé-toung (Chine), décédé d’une paralysie du système respiratoire à plus de 80 ans, ou encore Francisco Franco (Espagne), d’arrêt cardiaque, Joseph Staline (URSS), d’attaque cérébrale… La mort en attrape certains à temps, leur épargnant l’humiliation d’un procès, comme Augusto Pinochet (Chili), notamment.

Quelque soit le sort des dictateurs, qu’en est-il des pays libérés ? La violence engendre-t-elle la violence ? Parfois oui, parfois non. Certains accèdent à la démocratie immédiatement, comme l’Italie d’après Mussolini, alors que d’autres, comme le Liberia, poursuive leur destin d’oppression. Question d’histoire. Qu’en sera-t-il de la Lybie ? Personne, à ce jour, n’est en mesure de le deviner.

Louis XVI, roi de France, guillotiné

23 août 1754 - 21 janvier 1793

Celui-là aura payé pour ses prédécesseurs, alors que son règne est marqué par des lois qui réforment déjà considérablement le droit des personnes : abolition de la torture en 1781 et 1788, abolition du servage dans le domaine royal en 1779, abolition du péage corporel des juifs d’Alsace en 1784, édit de tolérance des protestants en 1787. Il tente même, par deux fois, instaurer un impôt égalitaire pour remplacer la taille et la gabelle, mais se heurte à l’opposition de la noblesse et du clergé. Ce bon Louis XVI a donc pour tort essentiel d’hériter d’une monarchie déclinante, dans une France affamée de pain et assoiffée de liberté. Après 19 ans d’un règne incompris, il est renversé en pleine Révolution française, jugé coupable de trahison, condamné à mort par le tribunal révolutionnaire et exécuté le 21 janvier 1793 10 h 22 sur la place de a Concorde à Paris.

Nicolas II Alexandrovitch, tsar de Russie, assassiné

18 mai 1868 - 17 juillet 1918

Surnommé « Nicolas le Pacifique » du temps de son règne, il fut rebaptisé « Nicolas le Sanguinaire » par les bolcheviques, après le massacre, le 22 janvier 1905, d’un millier d’ouvriers russes qui manifestent pacifiquement devant le palais d’hiver de Saint-Pétersbourg. Mal conseillé, peu doué pour la guerre et pour le pouvoir, Nicolas II accumule les défaites et les erreurs. En 1917, des émeutes de la faim agitent le pays. Le tsar menace d’employer la force, l’armée tourne casaque et le peuple bascule dans la révolution. Forcé d’abdiquer, Nicolas II est arrêté par le gouvernement provisoire, et détenu avec sa famille dans plusieurs palais et maisons successifs. Son assassinat est minutieusement préparé par le soviet de l’Oural. Il sera exécuté par balles par douze hommes, dans la nuit du 17 juillet 1918, avec son épouse, son fils, ses quatre filles, le médecin de famille, son domestique personnel, la femme de chambre et le cuisinier, dans un sous-sol, alors qu’il croit attendre son transfert dans une autre résidence. De nos jours, la tradition populaire orthodoxe le décrit comme « un saint digne de la passion du Christ ».

Benito Mussolini, président de la République sociale italienne, fusillé

29 juillet 1883 - 28 avril 1945

C’est en 1922 que Mussolini marche vers le pouvoir par la violence, aidé par les chemises noires, mais c’est le roi Victor Emmanuel II lui-même qui lui confie les rênes du gouvernement, plongeant ainsi l’Italie dans la dictature fasciste. Assassinats, tortures, violences, l’opposition est impitoyablement réprimée. Le duce se rapproche d’Hitler et signe avec lui le pacte d’acier en 1939. Mais après la défaite italienne, il est arrêté sur ordre du roi en 1943, mais libéré quelques mois plus tard par les Allemands, il reprend le pouvoir avec le soutien d’Hitler et dirige un Etat fantoche sous contrôle le contrôle des nazis. En 1945, alors que la grande Allemagne bat en retraite, il tente de fuir, mais le 27 avril 1945, des partisans italiens le reconnaissent et l’arrête. Trois jours plus tard, le comité de libération nationale décide son exécution, qui a lieu immédiatement. Fusillé en compagnie de sa maîtresse, Clara Petacci, leurs corps sont ensuite rapatriés à Milan et exposés à la colère du peuple, place Loreto. Les dépouilles subissent de tels outrages que la ville ordonne qu’on les pende par les pieds à la balustrade d’un distributeur d’essence. Les spectateurs ont officiellement l’autorisation de leur cracher dessus, ce dont ils ne se privent pas.

Nicolae Ceausescu, président de Roumanie, fusillé

26 janvier 1918 - 25 décembre 1989


1989. Les dictatures communistes s’écroulent les unes après les autres. Le régime de Nicolae Ceauscescu s’effondre après qu’il a ordonné à l’armée et à la Securitate (services secrets roumains) de tirer sur les manifestants de Timisoara, le 17 décembre. Cinq jours plus tard, alors qu’il prononce un discours télévisé face à un rassemblement de masse censé soutenir le régime, la manifestation se transforme en démonstration massive de protestation. Stupéfait, le tyran arrête son discours, se réfugie dans son palais et tente de prendre la fuite en hélicoptère dès le lendemain, avec son épouse Eléna. Arrêté immédiatement, le couple a droit à un procès expéditif de 55 minutes, au cours duquel il est condamné à mort pour crimes contre l’humanité par un tribunal populaire autoproclamé. La sentence est exécutée immédiatement. Elena et Nicolae sont mitraillés à coups de fusils d’assaut, sur place, dans une école de Targoviste, à 50 km de Bucarest. Nous sommes le 25 décembre 1989, jour de Noël. Les images de leurs dépouilles sont diffusées à la télévision. Une première dans l’histoire des dictatures.

Samuel Kanyon Doe, président autoritaire du Liberia, torturé

6 mai 1951 - 9 septembre 1990

Après avoir fait assassiner publiquement tout le gouvernement, le 12 avril 1980, Samuel Doe prend le pouvoir et fait régner la terreur pendant dix ans. Renversé par les rebelles commandés par Yormic Johnson. Il meurt torturé, les oreilles et les doigts coupés, enfermé dans une salle de bain dont il essaie de s’enfuir en traversant une vitre. Les bris de verre auraient provoqué ou aggravé une hémorragie cérébrale mortelle. Son corps est ensuite exposé nu dans les rues de Monrovia, la capitale. Son supplice, filmé, est diffusé dans toute l’Afrique, mais choquera profondément a communauté internationale. Quant à son vainqueur, pas vraiment un démocrate, il est aujourd’hui jugé pour crimes contre l’humanité. Autant dire qu’il s’en tire mieux que son prédécesseur.

Saddam Hussein, président d’Irak, pendu

28 avril 1937- 30 décembre 2006

Après 24 ans d’une dictature terrible, ce sont les Américains qui arrêtent Saddam Hussein le 14 décembre 2003, en fuite depuis plusieurs mois. Il se terre à Tikrit, dans un réduit de 2,5 mètres carré en sous-sol, relié à une cour de ferme par un passage tout juste suffisant à un homme. Il garde avec lui une mallette contenant 750.000 dollars, un revolver et deux kalachnikovs, mais n’offre cependant aucune résistance. Après son arrestation, les images de Saddam Hussein, affaibli, barbu, soumis à un examen par un médecin militaire, font le tour du monde. Remis aux nouvelles autorités de l’Irak, il faudra attendre trois ans et de nombreux rebondissements juridiques - procès ajournés, boycott des avocats, provocations de l’accusé qui ne reconnaît pas le tribunal – pour aboutir à une condamnation à mort pour crimes contre l’humanité le 5 novembre 2006. La condamnation est confirmée en appel le 26 décembre et le dictateur est pendu 4 jours plus tard à Bagdad. Il est conduit au gibet sous les insultes des officiels chiites. L’exécution est filmée illégalement et diffusée sur Internet puis sur les chaînes du monde entier. Le lendemain, le corps est conduit à la résifence du premier ministre ou une fête entre amis célèbrera la pendaison.

 

Mouammar Kadhafi, guide de la révolution libyenne, sans doute lynché

19 juin 1942 - 20 octobre 2012

Il sera resté au pouvoir 42 ans, écrasant le peuple libyen sous une dictature sans merci. Sa mort est à la mesure de la haine de son peuple. Les images ont été diffusées mardi, terribles. On y voit le guide malmené, frappé à coups de crosses, apparemment sodomisé par une arme, traîné ensanglanté par la foule des rebelles enragés. Des images qui assouvissent sans doute une part de la colère lybienne, mais choquantes pour les démocraties.

Les circonstances de la mort de Mouammar Kadhafi restent cependant obscures. Les nouvelles autorités libyennes martelant depuis le début la thèse d’un décès intervenu dans un échange de tirs. Selon les premiers éléments d’enquête, « Kadhafi a été blessé lors d’échanges de tirs entre ses partisans et des révolutionnaires. » Quand il a été arrêté, « il saignait de l’abdomen et de la tête et il est décédé à son arrivée à l’hôpital de Misrata », a assuré hier devant le Conseil de sécurité de l’ONU Ibrahim Dabbashi, ambassadeur adjoint de la Libye auprès de l’organisation. Avant d’ajouter : « Vous savez tous à quel point les Libyens vivaient dans l’horreur à cause des actes terribles que Kadhafi a commis contre notre peuple. Pourtant, si nous apprenons quelque écart dans le respect des droits de Kadhafi ou de tout autre, les auteurs de tels actes seront punis », a poursuivi Ibrahim Dabbashi.
Le président du Conseil national de transition (CNT), Moustapha Abdeljalil, avait annoncé lundi la formation d’une commission d’enquête sur les circonstances controversées de la mort de Mouammar Kadhafi. De son côté, la famille du Guide libyen envisage de porter plainte contre l’Otan pour « crime de guerre » auprès de la Cour pénale internationale.

Mouammar Kadhafi, guide de la révolution libyenne, sans doute lynché

19 juin 1942 - 20 octobre 2012

Il sera resté au pouvoir 42 ans, écrasant le peuple libyen sous une dictature sans merci. Sa mort est à la mesure de la haine de son peuple. Les images ont été diffusées mardi, terribles. On y voit le guide malmené, frappé à coups de crosses, apparemment sodomisé par une arme, traîné ensanglanté par la foule des rebelles enragés. Des images qui assouvissent sans doute une part de la colère lybienne, mais choquantes pour les démocraties.

Les circonstances de la mort de Mouammar Kadhafi restent cependant obscures. Les nouvelles autorités libyennes martelant depuis le début la thèse d’un décès intervenu dans un échange de tirs. Selon les premiers éléments d’enquête, « Kadhafi a été blessé lors d’échanges de tirs entre ses partisans et des révolutionnaires. » Quand il a été arrêté, « il saignait de l’abdomen et de la tête et il est décédé à son arrivée à l’hôpital de Misrata », a assuré hier devant le Conseil de sécurité de l’ONU Ibrahim Dabbashi, ambassadeur adjoint de la Libye auprès de l’organisation. Avant d’ajouter : « Vous savez tous à quel point les Libyens vivaient dans l’horreur à cause des actes terribles que Kadhafi a commis contre notre peuple. Pourtant, si nous apprenons quelque écart dans le respect des droits de Kadhafi ou de tout autre, les auteurs de tels actes seront punis », a poursuivi Ibrahim Dabbashi.
Le président du Conseil national de transition (CNT), Moustapha Abdeljalil, avait annoncé lundi la formation d’une commission d’enquête sur les circonstances controversées de la mort de Mouammar Kadhafi. De son côté, la famille du Guide libyen envisage de porter plainte contre l’Otan pour « crime de guerre » auprès de la Cour pénale internationale.

Les dictateurs tombent. Les peuples se vengent. Les images de l’arrestation de Mouammar Kadhafi sont emblématiques. Ultra violence, humiliation. Un lynchage, filmé par un téléphone portable et diffusé mardi sur Internet comme un avertissement à tous les tyrans du monde. De Saddam Hussein à Nicolae Ceausescu en passant par quelques despotes africains, nombreux sont ceux qui se sont vus torturés, assassinés à la suite de parodies de procès, ou jugés en bonne et due forme. Ils meurent comme ils ont vécu : violemment. Certains y échappent et meurent au pouvoir, comme Fidel Castro qui n’en finit pas d’agoniser dans son hopital cubain tandis que son frère a repris les rênes du pouvoir, ou Mao Tsé-toung (Chine), décédé d’une paralysie du système respiratoire à plus de 80 ans, ou encore Francisco Franco (Espagne), d’arrêt cardiaque, Joseph Staline (URSS), d’attaque cérébrale… La mort en attrape certains à temps, leur épargnant l’humiliation d’un procès, comme Augusto Pinochet (Chili), notamment.

Quelque soit le sort des dictateurs, qu’en est-il des pays libérés ? La violence engendre-t-elle la violence ? Parfois oui, parfois non. Certains accèdent à la démocratie immédiatement, comme l’Italie d’après Mussolini, alors que d’autres, comme le Liberia, poursuive leur destin d’oppression. Question d’histoire. Qu’en sera-t-il de la Lybie ? Personne, à ce jour, n’est en mesure de le deviner.
Marie Marvier

Réactions à cet article8 commentaires

  • Par Anonyme-77656, le 27 oct à 08:18

    Anonyme-77656
    triste

    MARIE MARVIER est t"elle journaliste ?

    j"en doute

    sans doute lynché,,nous prend t"elle pour des idiots

    tout le monde connaît comment il est mort,

    Assassiné pars intérêt,

    un mort ne parle PAS

    comment cette journaliste va t"elle décrire un président FRANCAIS qui organise un référendum,,qui le PERD,,le NON l"ayant emporter,et qui n"en tiens pas contre,

    et qui pour se faire élire,MENT a ses électeurs,,

    un tyrans,un dictateurs ? ou un menteur pars intérets

    réduire un pays,la libye en ruine en pilonnant du ciel,tout et n"importe quoi,,plus de 20 000 morts,60 000 blessés,plus d"eau,d"électricité,d"hôpitaux,d"immeubles,la ruine et misére,,grâce a notre président,,

    le cout ,plus de 350 millions d"euros,alors que le pays est en FAILLITE,et que le chomage explose,comme la misére,les prix ou taxes exploses ?

    un irresponsable tyrans de son peuple,,,qui va se venger en 2012,,dans les urnes,bien sur



    Signaler un abus  
  • Par HORNY FREAK, le 27 oct à 08:42

    HORNY FREAK
    Belle et bonne leçon d'histoire

    Ah ! Marie, si tu savais... Je parle de, et à, Marie MARVIER, l'auteur de (certainement) le plus beau papier que j'aie jamais lu sur FranceSoir.fr. Je m'incline devant la qualité et la science de ce document, que je garderai en favori. On est éclairés sur le sort de tous ces gens qui, pour avoir pratiqué la violence ont connu la violence, dans un sort aussi terrible que celui qu'ils auront fait endurer. (Seul Louis XVI trouve grâce à mes yeux, je trouve son exécution injuste.)


    Je me repaîtrai donc de cette page d'histoire que cette excellente journaliste a tournée pour nous. Bravo encore, j'en suis sinon muet, du moins moins prolixe qu'à l'accoutumée, curieusement.



    Signaler un abus  
  • Par dadoutexan, le 27 oct à 10:56

    dadoutexan
    Quelle sauvagerie !

    Est-il démocratique de cautionner de telles horreurs?

    Oui c'était des tyrans, dictateurs, tortionnaires et tout à fait normal

    qu'ils paient leurs forfaits mais pourquoi et de quel droit les

    torturer les lyncher et les humilier de la sorte?

    Les arrêter, les juger et les condamner en toute légalité, OUI, mais

    quand on voit comment Kadhafi à été massacré, milles excuses, mais NON,

    je ne suis pas d'accord, ses bourreaux se sont comportés d'une manière

    inqualifiable, ils l'ont tabassé, torturé, sodomisé avec une arme alors

    qu'il était blessé, c'est révoltant, quel tristesse de voir des "hommes"

    se comporter de la sorte et le pire c'est qu'il n'y a pas beaucoup de

    voix qui s’élèvent pour dénoncer cette sauvagerie, c'est très inquiétant

    pour notre démocratie, car ce qui est accepté là pourrait très bien

    l'être demain pour les violeurs d'enfants ou autres criminels en tout

    genre !

    Sans parler du fait que, bien entendu, sa mort arrange certainement

    beaucoup de monde, un mort ne parle pas !



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 27 oct à 16:21

    Anonyme-77656
    Sauf que ...

    Il faut tout de même remarquer que certaines révolutions ou renversements conduisent à des situations bien pire que celles qui les précèdent.

    En outre, bien que cela nous soit présenté ainsi, ce n'est jamais une révolte spontané du peuple, mais plutôt de quelques masses manipulés par une minorité d'activistes. Souvent pour le compte de pays étrangers, d'intérêts privés, ou les deux à la fois (comme lors de la chute de l'Empire Russe).



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 27 oct à 19:47

    Anonyme-77656
    Marie Marvier

    Pour avoir écrit un aussi bel article sur quelques Dictateurs morts et encore en vie,cette Dame n'est vraisemblablement pas journalistec,c'est trop bien fait , non orienté, trés objectif...La mort de Louis 16 et de sa famille est un CRIME ,du principalement à sa Gentillesse ,sa Faiblesse,son manque d'Autorité,sa Tolérance,et à un modernisme incompris pour l'époque ,mais avant tout à sa Faiblesse;aussi à la famine résultat de 3 années consécutives de grande sécheresse...



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 28 oct à 00:07

    Anonyme-77656
    c est sur tu etais sur place

    c est sur tu etais sur place pour en temoigner



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 28 oct à 14:24

    Anonyme-77656
    ON S'EN FOU

    Vous me faites rire avec vos GRANDS titres parlant de "vengeance des peuples" surtout quand on voit les grands retournement politico-médiatique de l'histoire, plus grand exemple : les talibans.


    On parle de libération mais n'oublions pas que la vrai libération c'est la culture et que sans culture ce peuple va s'enfermer dans un future sans doute bien sinistre. Voyons l'exemple de l'Iran, du communisme etc... Toutes les révolutions sanglantes conduisent à la ruine et JE SOUHAITE que celle-ci aussi pour qu'enfin l'Homme (sisi j'ai mis un grand H) puisse comprendre que toute "république" naissante sur le sang ne mène qu'à la bêtise. Et me parlez pas de la révolution française ou je vous baffe.


    Enfin comme on voit dans les vidéos de la mort de Kadhafi le nombre d'Allah woarkba et de coups associés fait peur pour l'avenir du monde et du monde Arabe, en effet quand une religion avec un grand côté si radical se mêle à la politique, AIE AIE AIE.



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 29 oct à 18:40

    Anonyme-77656
    AMOUR ET PAIX

    LE probleme c'est que ces gens qui ont fait des horreurs a leur president kadhafi ne sont que des mercenaires compose des anciens djihadiste d afghanistant manipuler par les grandes puissances pour spolie la richesse de ce peuple qui a besoin beaucoup de structure culturel , educatif;on les prends et on les utilisent comme des marrionettes;c'est le siecle de la honte et de la decadence de l etre humain;on fait tout pour devorer le plus faible.



    Signaler un abus  
Publié : 27/10/11 - 06h52
Mis à jour : 17/11/11 - 13h43
  • Texte plus grand
  • Texte plus petit

SUIVEZ FRANCE SOIR SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX


FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 17:29

      288500 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 19:55

      203400 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 17:21

      155550 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 21:48

      150550 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Jakyburn Jakyburn, le 20 avr à 21:02

      99900 points
      1686 commentaires

      En savoir plus sur Jakyburn


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Actu du jour en image

    Horoscope Quotidien 2012

    Minute Trente de Montvalon

    TV Tout sur Secret Stroy 6

    Faits Divers Les maisons de l'horreur