Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Dimanche 19 novembre, 12:38
Accueil > Actualité > International > Stefanos Manos : "On doit se débarrasser de Georges Papandréou"

Stefanos Manos : "On doit se débarrasser de Georges Papandréou"

L'euro en crise


Pour l’ancien ministre grec de l’Economie et des Finances, Stefanos Manos (1992-1993), les Européens ne doivent plus avancer un sou à la Grèce tant qu’elle n’aura pas accepté leur plan de sauvetage.

Stefanos Manos, ancien ministre des Finances grec
Stefanos Manos, ancien ministre des Finances grec DR

France-Soir Comment jugez-vous cette décision d’organiser un référendum sur le plan de sauvetage proposé à la Grèce ?

Stefanos Manos A mon avis, c’est totalement irresponsable, presque criminel. Autant que l’on sache, ce référendum devrait avoir lieu dans trois mois. Mais aujourd’hui déjà, en Grèce, plus rien ne fonctionne ! D’ici là, ce sera pire encore. Personne en Europe ne sera disposé à nous prêter de l’argent (le pays attend la 6e tranche d’aide, 8 milliards d’euros, NDLR) avant de connaître le résultat de la consultation. Donc, la possibilité d’une faillite du pays avant la tenu d’un tel référendum devient probable.

F.-S. Vous pensez que les grecs rejetteraient un plan qui allège leur dette bancaire de 50 % ?

S. M. La probabilité de rejet du plan est élevée. Ce référendum est un chantage politique exercé par monsieur Panpandréou sur le pays. Les Grecs, qui n’ont plus confiance en lui, vont refuser. Ils voteront contre lui.

F.-S. Il y a quelque jours à peine, tout le monde parlait d’urgence…

S. M. Et aujourd’hui notre chef de gouvernement, lui, nous explique que l’on peut attendre jusqu’au mois de février… Encore une fois, c’est criminel ! Nicolas Sarkozy avait raison de dire que le sommet européen était urgent, qu’il fallait prendre des décisions rapides.

F.-S. Que peuvent encore faire les Européens ?

S. M. La question qui se pose maintenant est : le FMI et l’Europe vont-ils accepter de continuer à donner de l’argent avant la tenue du référendum ? A mon avis, ils ne vont pas le faire. En tout cas, moi, à leur place, je ne le ferais pas. Ce serait jouer à la roulette avec l’argent des contribuables français et allemands. Merkel et Sarkozy doivent dirent clairement à la Grèce : pas d’argent tant que vous n’avez pas voté et accepté le plan proposé !

F.-S. Comment expliquez-vous cette volte-face de Georges Papandréou ?

S. M. Pour être franc, je ne comprends pas son agenda politique. On dirait qu’il fonctionne au jour le jour… La tension sociale dans le pays peut expliquer qu’il panique. Il n’a même pas prévenu les membres de son gouvernement ! Deux ou trois ministres seulement savaient ce qu’il avait en tête. C’est caractéristique d’une gestion non démocratique des affaires du pays.

F.-S. Croyez-vous que les députés – qui jusqu’à présent l’ont soutenu – sont prêts à le suivre sur ce terrain…

S. M. Il va obtenir le soutien du Parlement parce que si des élections générales anticipées ont lieu, 90 % des députés de son parti, le Pasok (socialiste), seront battus. Ils ont donc intérêt à ce qu’il reste en poste. Et puis, il est tout à fait possible que Papandréou change d’avis. Qu’il dise : non, pas de référendum pour l’instant, nous ne sommes pas prêts, nous le ferons au mois de mars. On ne sait jamais avec lui.

F.-S. Que se passera t-il dans le pays si les Grecs disent non au plan européen ? 

S. M. Si c’est non, Papandréou devra sans doute démissionner et des élections générales seront organisées. Mais ce n’est pas certain. En cas d’élection, on aura sans doute une coalition au pouvoir. On voit mal comment la droite (Nouvelle Démocratie) pourrait gouverner seule.

F.-S. Existe-t-il pour la Grèce une autre politique que celle proposée par les Européens et le FMI ?

S. M. Il faudrait réduire de façon immédiate et importantes les dépenses de l’Etat. On aurait pu réduire notre dette nationale de 125 à 150 milliards d’euros en vendant des terrains et des entreprises (l’Etat grec possède d’immenses surfaces et contrôle nombres d’entreprises). Mais le gouvernement refuse de le faire. Malheureusement, il y a une sorte de consensus dans la classe politique pour ne pas vendre les actifs de l’Etat. Les deux camps, gauche et droite, ne veulent pas le faire pour ne pas s’aliéner leur clientèle, mécontenter leurs électeurs qui travaillent dans les services publics.

F.-S. La perte de souveraineté est l’une des principales critiques soulevées par le projet d’aide. On peut comprendre que les Grecs ne voient pas d’un bon œil les experts de l’UE et du FMI s’installer à Athènes et dicter leur politique au pays.

S. M. Prenez l’équipe de football nationale par exemple. Elle a été dirigée par un entraîneur allemand. Ce qui lui a permis, en 2004, de remporter le Championnat d’Europe. Elle est aujourd’hui dirigée par un entraîneur espagnol. Et les Grecs sont très contents de ça. C’est la même chose dans d’autres domaines. Quand on peut employer des gens qui sont plus capables que les nôtres, il ne faut pas hésiter à le faire. La question, c’est la qualité des gens qui vont venir aider la Grèce à s’en sortir. Il faut des experts de première qualité. Nous en avons chez nous, mais ils ne sont pas employés par le gouvernement.

F.-S. Comment ressentez vous la situation sociale dans le pays ?

S. M. Doucement, on passe d’une situation sous contrôle des autorités politiques à un système où la foule domine. Il y a quelques jours, un député du Pasok a violemment été frappé en public. Un suspect a été arrêté par la police mais la foule présente sur les les lieux a exigé, puis obtenu, qu’il soit libéré. La situation peut dégénérer rapidement.

Propos recueillis par Jean-Claude Galli
C'est sur France Soir !

Réactions à cet article4 commentaires

  • Par Anonyme-77656, le 2 nov à 10:14

    Anonyme-77656
    SI LES 8 MILLIARDS...

    ...sont débloqués sans contrepartie IMMEDIATE , Nicolas et Angela jouent à la "ROULETTE RUSSE"....avec 4 balles dans le chargeur !



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 2 nov à 11:38

    Anonyme-77656
    Il attend quoi ?

    "On" toujours "On", c'est petit de sa part.


    Il attend que les autres fassent le boulot, lui, n'est pas assez courageux !



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 2 nov à 16:53

    Anonyme-77656
    grece

    rigolo ce mec c'est ses amis de droite qui ont mis la grece en faillite



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 4 nov à 18:15

    Anonyme-77656
    Pour les Grecs sortir de l'euro

    est la seule façon de redresser leur économie. Ils n'ont que le tourisme, donc, question de bon sens, quel est l'intérêt pour les européens d'aller chez eux ? aucun, s'ils retrouvent leur monnaie, étant donné que les touristes ont abandonné la Tunisie et l'Egypte, ils iront en Grèce.



    Signaler un abus  
Publié : 02/11/11 - 09h30
Mis à jour : 02/11/11 - 09h40
  • Texte plus grand
  • Texte plus petit

SUIVEZ FRANCE SOIR SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX


FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 17:29

      288500 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 19:55

      203400 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 17:21

      155550 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 21:48

      150550 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Jakyburn Jakyburn, le 20 avr à 21:02

      99900 points
      1686 commentaires

      En savoir plus sur Jakyburn


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Actu du jour en image

    Horoscope Quotidien 2012

    Minute Trente de Montvalon

    TV Tout sur Secret Stroy 6

    Faits Divers Les maisons de l'horreur