Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Samedi 15 août, 13:43
Accueil > Actualité > International > Tunisie : La révolution en pension complète

Tunisie : La révolution en pension complète

Tunisie, l'après Ben Ali


Quelque 300 touristes français vivent depuis plus de deux mois dans un complexe hôtelier situé à Zarzis, dans le sud de la Tunisie. « Révolution du jasmin », chute de Ben Ali, départ de clandestins pour l'Europe, arrivée des réfugiés de Libye, ils racontent tout...

Les journaux interdits sous Ben Ali ont retrouvé leur place dans les kiosques après la chute du régime
Les journaux interdits sous Ben Ali ont retrouvé leur place dans les kiosques après la chute du régime SIPA

« Nous étions au courant qu'un gamin s'était immolé par le feu, mais nous pensions qu'il s'agissait d'un fait divers. Et puis, une fois arrivé ici, on a vu les manifestations grossir... » Depuis le 3 janvier, Claudine Orhonne se trouve avec Lionel, son mari, en vacances, à l'hôtel Club Sangho de Zarzis (600 kilomètres au sud de Tunis). « Nous ne savions pas que nous allions assister à une révolution », admet cette retraitée nantaise, âgée de 63 ans. Comment le savoir ? Quand, le 17 décembre 2010, Mohamed Bouazizi, modeste vendeur ambulant de fruits et légumes, se présente avec deux bidons de diluant et un briquet devant le gouvernorat de la ville de Sidi Bouzid, lui-même ignore que son geste va enflammer l'ensemble du monde arabe et, au-delà, faire trembler l'équilibre politique de la planète.

Les premières manifestations éclatent au lendemain de son immolation. C'est le début de « la révolution de la dignité », baptisée plus tard « du jasmin » (en Tunisie on nous demande souvent pourquoi) par la presse étrangère. En moins d'un mois, elle emportera le président Ben Ali avec son régime. Puis ce sera le tour de l'Egypte et d'Hosni Moubarak, avant que la Libye de Kadhafi ne se soulève contre son « guide »...

Un blindé à l'entrée de l'hôtel

Autant d'événements vécus « en direct » par les quelques 300 clients français du Sangho, pour la plupart retraités. Le plus souvent... au bord de la piscine, devant leur télévision ou bien au bar de l'hôtel. « On savait qu'il y avait des morts (cinq à Zarzis, NDLR), mais ici nous sommes dans une espèce de bulle, un petit paradis », reconnaît volontiers Claudine. Une bulle conçue comme un village méditerranéen : quarante bungalows blancs, enfouis sous une palmeraie de quatorze hectares, offrent à leurs locataires une vue imprenable sur la mer qui vient languir au pied de leur terrasse. Plage de sable fin, piscine extérieure chauffée en hiver, centre de balnéothérapie, cours de tennis en terre battue, terrain de pétanque, Wi-Fi gratuit, animations en tout genre, balades, sports nautiques... Parmi les multiples offres proposées aux touristes en Tunisie, le Sangho se place non loin du haut de gamme.

« Le 12 janvier (48 heures avant la chute de Ben Ali), un blindé s'est posté à l'entrée de l'hôtel. On nous à alors déconseillé de sortir. Nous n'avons plus quitté le Sangho pendant une quinzaine de jours », relate Serge Warcop, 57 ans. Venu de Cherbourg avec son épouse, Sylvie, passer un séjour de treize semaines dans l'établissement, il dit n'avoir jamais songé à rentrer en France. « Certains tour-opérateurs (Thomas Cook, Jet Air) ont exigé que leurs clients soient rapatriés. Nous, nous avons contracté directement avec Tunisie Contact. Ils nous ont laissé le choix. » « Nous avons tenu bon pour ne pas avoir à rapatrier nos clients et pour maintenir les rotations, avoue Lassaâd Labidi, le directeur du Sangho. Ce sont des habitués. En dépit de la situation, ils n'ont pas annulé leur séjour. Ici, c'est leur résidence secondaire », assure-t-il. Et de se féliciter du résultat, au sortir de cette période révolutionnaire : « Les Tunisiens font la différence entre la politique et le peuple. Nous n'avons pas eu un seul vol à déplorer. Pas une seule agression, pas un sac arraché ! » De fait, 180 personnes demeurent au Sangho depuis le mois de décembre 2010. Tandis que 200 autres sont arrivés début janvier. « Nous avons sécurisé leur transfert depuis l'aéroport en coopération avec l'office du tourisme de Djerba et l'armée », précise le patron de l'établissement.

« Ça nous revient moins cher que d'être en France »

Bien que fidèles, les seniors français n'ont-ils jamais eu peur pour leur vie ? « Non, nous ne nous sommes pas sentis en danger. A un moment, c'est vrai, il y a eu un peu de stress et pas mal de rumeurs. A Tunis, ça bardait, Internet était bloqué, nos excursions étaient annulées, d'autres hôtels se vidaient... Les Belges, par exemple, recevaient des SMS de leur ambassade toutes les heures. Nous rien », raconte Serge Warcop. « Même pendant la période du couvre-feu (à 18 heures), les activités et les animations se sont poursuivies. Une partie du personnel dormait sur place. Les cours de danse, la gym, les soirées, tout continuait », explique cet ancien charcutier-traiteur aujourd'hui au chômage.

Au terme d'un séjour de trois mois, Sylvie, son épouse, ressent le mal du pays, elle s'apprête à rentrer en France. Seule. Son mari ayant, quant à lui, décider de rester sur place trois semaines supplémentaires. « La direction m'a fait une offre difficile à refuser », indique-t-il sans autre précision. Le forfait de base dont le couple a bénéficié était déjà alléchant : 1.370 € par personne, pour deux mois, en pension complète. « Tout inclus : l'avion, le transport depuis l'aéroport, l'hôtel, la bouffe, le vin ! » précise Serge. Tout en faisant remarquer : « Ça nous revient moins cher que d'être en France. Faites le calcul. Ne serait-ce que le prix du chauffage et de l'électricité pendant l'hiver... Mieux vaut fermer la maison et venir ici, au soleil. » D'autant qu'à Zarzis, climat politique incertain aidant, et comme dans toutes les stations balnéaires tunisiennes, la concurrence s'aiguise. « L'hôtel d'à côté est presque vide. Ils sont venus nous démarcher sur la plage en nous proposant 50 % de discount sur la thalassothérapie », révèle Sylvie. Une offensive contrecarrée aussitôt par le Sangho qui désormais offre à ses intrépides clients de prolonger leurs vacances pour la somme dérisoire de 13 € par jour. Tout compris.

L'arrivée des réfugiés chinois

« Le plus triste, c'est lorsque les 3.000 jeunes de Zarzis sont partis pour Lampedusa, se rappelle Claudine. Une trentaine sont morts en mer quand leur bateau a été arraisonné. Là, c'était un choc. Il n'y avait plus de sourire, nous étions KO debout », confie-t-elle. « Ils étaient dans la rue à attendre d'embarquer, des groupes de plusieurs centaines de personnes. Sur le moment, nous avons cru qu'il s'agissait de manifestants », témoigne Bernard Lozier, un pêcheur à la retraite, originaire lui aussi de Cherbourg. « Cinq ou six employés du Sangho – des serveurs, des cuisiniers – ont disparu du jour au lendemain. Ils ont suivi le mouvement », raconte-t-il. Ajoutant : « Ils veulent échapper à la pauvreté, ce n'est pas une émigration politique. »

Pour Serge Warcop, c'est surtout l'épisode des réfugiés fuyant les combats en Libye (la frontière du pays se trouve à moins de 100 kilomètres de Zarzis) qui semble avoir été le plus marquant. « Quatre-vingt réfugiés chinois ont débarqué d'un coup. Certains étaient encore en bleu de travail. C'était une horreur, une véritable invasion ! Ils étaient bruyants, ne respectaient pas la file d'attente comme nous au restaurant. Et puis, leur façon de manger... des cochons ! » se souvient-il avec effroi. Consciente de la panique générée par l'arrivée de ces nouveaux clients asiatiques et ne souhaitant pas voir les anciens quitter les lieux, la direction, dès le lendemain, met en place deux services séparés. « Heureusement, ils ne sont restés que trois jours, souffle Serge. A la piscine, ils ne faisaient pas attention aux autres. Ils s'en foutaient, c'était leur entreprise qui payait ! » croit-il savoir. Quels souvenirs retiendront nos retraités français de leurs vacances en Tunisie ? « Le départ de Ben Ali, le 14 janvier. Je me le rappellerai toujours, on a fêté l'anniversaire de ma femme le lendemain ! » répond Serge, sans hésiter. « Curieusement, nous avons été plus choqués par Le Caire que par la Tunisie, indique pour sa part Claudine Orhonne. Nous sommes allés déjà deux fois là-bas. On suivait, en direct, à la télévision, les manifestations de la place Tahrir, c'était très impressionnant. » Retour en France prévu le 3 avril. 

Photos : Benoît Schaeffer

De notre envoyé spécial à Zarzis (Tunisie) Jean-Claude Galli
C'est sur France Soir !

Réactions à cet article5 commentaires

  • Par wahidecl, le 24 mar à 12:40

    wahidecl
    tunisie la révolution en pension complète

    Bonjour,

    En double résidence en Tunisie depuis plusieurs années, je découvre cet article et je suis indigné. Zarsis est un ghetto occidental et surtout ce qu'il ne faut pas faire. J'étais en Tunisie lors de la révolution; Combien de personnes de Zarsis connaissait Sidi bouzid ou Kasserine avant. C'est une honte que d'avoir un comportement occidental confiné dans un hôtel pour quelques euros. Résidant en Tunisie nous en avons assez de ces ghettos touristiques où les seules préoccupations sont la vie à moindre frais et l'exploitation pour quelques dinars du moindre marchand à l'extérieur de l'hôtel. Le vrai soutien c'est AIDER le peuple tunisien par des actions concrètes (aides aux malades, aides aux personnes en difficulté..)); Ces personnes ne connaissent ni la culture ni la vie quotidienne car leur seul but est de passer des séjours PAS CHERS avec activités, buffets, piscine et mer. Sans parler des tenues hors des hôtels qui nous scandalisent. La Tunisie c'est vraiment autre chose que Zarsis, vous savez.



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 24 mar à 16:58

    Anonyme-77656
    directeur d'hotel

    Cet article embaume nos coeurs de joie, et malgre que les milliers de tunisiens sur tout le territoire criait "Degage" Ban ali, nos amis les francais par leur presence chez nous, ont apporte un soutien indefin a notre juste revolution. Merci for ever , Gaulois..!



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 24 mar à 22:27

    Anonyme-77656
    Soyez nombreux a nous visiter.

    C'est bien de penser a passer vos vacances d'été en Tunisie.

    Welcome in Tunisia.



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 25 mar à 03:24

    Anonyme-77656
    de Churchill:

    "Le socialisme est la philosophie de l'échec, le credo de l'ignorance et la prédication de l'envie, sa vertu inhérente est l'égale répartition de la misère".



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 2 avr à 13:02

    Anonyme-77656
    Hello

    Je suis Tunisien travaillant dans le tourisme et je voudrais remercier tous les Français qui sont resté en Tunisie malgré la révolution. Ça nous rassurai de les avoir encore parmi nous malgré l adversité.

    La situation se stabilise et deviendra même meilleur qu avant, j'espère que nos amis les Français reviendront encore plus nombreux..



    Signaler un abus  
Publié : 24/03/11 - 08h37
  • Texte plus grand
  • Texte plus petit

SUIVEZ FRANCE SOIR SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX


FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 17:29

      288500 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 19:55

      203400 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 17:21

      155550 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 21:48

      150550 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Jakyburn Jakyburn, le 20 avr à 21:02

      99900 points
      1686 commentaires

      En savoir plus sur Jakyburn


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Actu du jour en image

    Horoscope Quotidien 2012

    Minute Trente de Montvalon

    TV Tout sur Secret Stroy 6

    Faits Divers Les maisons de l'horreur