Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Mardi 19 mars, 04:22
Accueil > Actualité > Justice > Affaire Bettencourt : La juge Prévost-Desprez au cœur de la tourmente

Affaire Bettencourt : La juge Prévost-Desprez au cœur de la tourmente

Affaire Bettencourt


La juge de Nanterre Isabelle Prévost-Desprez a été entendue lundi à Bordeaux par le juge Philippe Darphin, qui instruit un dossier de violation du secret professionnel visant la magistrate.

La juge Isabelle Prévost-Desprez a été entendue dans le cadre de la violation du secret professionnel de l'affaire Bettencourt
La juge Isabelle Prévost-Desprez a été entendue dans le cadre de la violation du secret professionnel de l'affaire Bettencourt AFP/Jean-Pierre Muller

L'affaire Bettencourt vire à la guerre des juges. Après les rivalités entre le procureur Philippe Courroye et la magistrate Isabelle Prévost-Desprez au tribunal de Nanterre, de nouveaux antagonismes voient le jour. En effet, Isabelle Prévost-Desprez a été entendue lundi à Bordeaux par le juge Philippe Darphin, qui instruit un dossier de violation du secret professionnel visant la magistrate, selon une source proche du dossier, confirmant une information de France 2. Et les relations entre les deux ne seraient pas au beau fixe. A son arrivée au tribunal, la juge était accompagnée de son avocat, Me Lev Forster, a ajouté cette source. Il n'était toutefois pas possible lundi soir de savoir si la magistrate a été simplement entendue par le juge, ou si elle l'a été comme témoin assisté, voire si elle a été mise en examen.

Relations exécrables

Le domicile de la juge de Nanterre a été perquisitionné en début d'année, et des policiers avaient été envoyés dans son bureau de Nanterre au printemps dernier pour mener des investigations sur son ordinateur. La perquisition en question avait été menée dans le cadre du volet « violation du secret professionnel » de l'affaire Bettencourt, qui vaut déjà au procureur de Nanterre Philippe Courroye une mise en examen dans le volet « fadettes » de cette affaire. Dans la foulée, la magistrate elle-même a porté plainte pour violation du secret professionnel à la suite de la révélation, par le journal le Monde, de la perquisition à son domicile.

Devant juger le photographe François-Marie Banier pour abus de faiblesse, la juge s'était auto-chargée de mener un supplément d'information. La plainte stipulait que l'article décrivait la perquisition « comme si ses auteurs y avaient assisté » et rapportait que l'un des deux journalistes avait précédemment co-écrit un livre avec Isabelle Prévost-Desprez. Au début de l'affaire, quand l'ensemble du dossier Bettencourt se trouvait encore à Nanterre - avant d'être transféré à Bordeaux le 17 novembre 2010 - le procureur de Nanterre Philippe Courroye, avec qui la juge entretient des relations exécrables, avait tenté de confondre la source des journalistes en demandant à l'Inspection générale des Services (IGS) de la préfecture de police d'obtenir les relevés de communication téléphoniques des auteurs de l'article.

Ennuis judiciaires en pagaille

Mais dans un arrêt du 5 mai 2011, confirmé le 6 décembre par la Cour de cassation, la chambre de l'instruction de la Cour d'appel de Bordeaux avait annulé cette enquête qui violait les lois sur la protection des sources des journalistes. Par la suite, Philippe Courroye avait été mis en examen pour ces faits, ainsi que son adjointe à Nanterre, mais, à l'heure actuelle, ces mises en examen sont annulées, en vertu d'un arrêt du 22 mars 2012 de la Cour d'appel de Paris.

Isabelle Prévost-Desprez pourrait aussi encourir les foudres du Conseil supérieur de la magistrature (CSM) pour avoir affirmé, dans le livre Sarko m'a tuer (Stock), connaître deux témoins de remises d'espèces à Nicolas Sarkozy en personne par l'entourage de Liliane Bettencourt, dans le cadre de sa campagne présidentielle. Un de ces témoins a réfuté avoir tenu de tels propos, l'autre reste inconnu. La présidente de la 15e chambre de Nanterre est accusée d’avoir « manqué à son devoir de réserve, à l’obligation de prudence et aux devoirs d’impartialité et de délicatesse » en mettant en cause Nicolas Sarkozy dans ce livre.

La juge a été entendue sur ces déclarations, comme témoin, le 20 septembre dernier par le magistrat Jean-Michel Gentil en charge avec deux collègues féminines de l'ensemble des autres dossiers Bettencourt, notamment l'abus de faiblesse ou le financement illicite de partis politiques. Les ennuis judiciaires semblent donc se multiplier pour Isabelle Prévost-Desprez.

Par Actu France-Soir (Avec AFP)

Réactions à cet article11 commentaires

  • Par Henri Canne, le 3 jui à 18:35

    Henri Canne
    quelle sanction ?

    quelle sanction ?



    Signaler un abus  
    • Par HeyBaal, le 4 jui à 00:35

      HeyBaal
      Oh un truc grave, du genre

      Oh un truc grave, du genre une promotion comme burgaud.


      Ils sont vraiment sans pitié entre eux les juges, hein ...



      Signaler un abus  
  • Par pelosse, le 3 jui à 19:25

    pelosse
    Un feuilleton

    Un nouvel épisode à rajouter à cette saga qui fait couler beaucoup d'encre pour des montagnes de fric ! Ce n'est pas près d'être terminé et de meubler les pages de nos médias lorsque la censure se montre trop drastique. Mais qu'ils règlent leurs comptes et nous laissent vivre en paix avec nos fins de mois difficiles à boucler !



    Signaler un abus  
  • Par fausto, le 3 jui à 20:27

    fausto
    La magistrature au piquet

    cette juge politisée a été une balance . La violation du secret de l'instruction est une faute professionnelle grave,faite en toute connaissance de cause -En conséquence la justice doit sanctionner pour l'exemple



    Signaler un abus  
    • Par HeyBaal, le 4 jui à 00:36

      HeyBaal
      Ca et la diffamation. Dans

      Ca et la diffamation.


      Dans une moindre mesure le conflit d'intérêt.



      Signaler un abus  
  • Par KrisEon, le 4 jui à 02:15

    KrisEon
    Juges jugés

    Dans une affaire qui touche au sommet de l'état. Deux hypothèses extrêmes, soit tout ça va faire pschitt et ce n'est que du battage médiatique, soit c'est une affaire d'état et c'est très grave pour qui vous savez.



    Signaler un abus  
    • Par alsaco68, le 4 jui à 09:57

      alsaco68
      le titre est bien "violation du secret

      professionnel" donc si'il est avéré qu'elle a balancé des infos, faut la mettre au pas, mais pas avec une mutation avec augmentation, la faire redescendre d'échelon, pour bien montrer à ces gens de lois, qu'ils ne sont pas au dessus de cette loi....mais bon, nous sommes mal barrés vu le gouvernement de gauche en place, tout celà se passera très bien pour cette "dame" l'essentiel étant de mettre des coups à la droite..point barre...et le déplacement en tgv 1è classe c'est nous qui le payons cqfd



      Signaler un abus  
  • Par Mister enderby, le 4 jui à 10:39

    Mister enderby
    Mis c'est pas grave du tout ça !

     Donner des infos sur une affaire  qu'elle instruit , à deux journalistes avec qui elle co-écrit un livre  !! Bonjour la confidentialité" et la neutralité !  ..Bon tant que c'est le Monde(imaginez Minute ..) et contre les "riches " elle risque pas grand chose).Pour les affaires vraiment importantes (Elf ,Toulouse ,Mehrat et cie)  Là pas de fuites , c'est top secret  allez savoir why !!



    Signaler un abus  
  • Par gust901, le 4 jui à 14:54

    gust901
    Conscience professionnelle

    Si elle a agit en son ame et conscience elle a bien fait.



    Signaler un abus  
    • Par alsaco68, le 4 jui à 22:29

      alsaco68
      je vais me la jouer comme la

      miss bravitude......"si elle a agit en son ame et 'conne science", si vous comprenez ce jeu là, pourriez vous me dire pourquoi les médias français n'ont pas voulu parler du fils à "la 1è dame de france" qui aime planer avec des cigarettes aux herbes ducros....et comment jugez vous le silence des médias français sur ce sujet ???? j'aimerais bien vous lire, d'avance merci



      Signaler un abus  
  • Par saint germain, le 4 jui à 19:06

    saint germain
    à mon humble avis

    si elle agit ainsi c'est pour tout simplement entretenir le métier car où est le crime ? des crimes de toute nature sont commis chaque jour en France mais ce serait bien trop compliqué de rechercher et d'en poursuivre les coupables...et puis ceux-ci auraient peut-être l'idée de se venger. Bref il ne faut pas trop toucher à la pègre. Par contre l'individu lambda qui ne peut se défendre ou le médiatique comme Sarko, alors là on y va de bon coeur. La justice française et gangrenée à un point..



    Signaler un abus  
Publié : 03/07/12 - 13h09
  • Texte plus grand
  • Texte plus petit

SUIVEZ FRANCE SOIR SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX


FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 17:29

      288500 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 19:55

      203400 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 17:21

      155550 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 21:48

      150550 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Jakyburn Jakyburn, le 20 avr à 21:02

      99900 points
      1686 commentaires

      En savoir plus sur Jakyburn


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Actu du jour en image

    Horoscope Quotidien 2012

    Minute Trente de Montvalon

    TV Tout sur Secret Stroy 6

    Faits Divers Les maisons de l'horreur