Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Vendredi 10 avril, 19:34
Accueil > Actualité > Justice > Otage du divorce, Arthur appelle à l’aide

Otage du divorce, Arthur appelle à l’aide

Justice


« La justice ne m’aura pas vivant. Je préfère fuguer ou en arriver à d’autres extrémités plutôt que d’être placé en foyer, séparé de ma sœur et de ma mère. » C’est avec un ton très calme, qui n’a rien d’enfantin, qu’Arthur, 13 ans, tient ces propos, assis bien droit au bord du canapé en cuir dans le salon familial. Ce garçon au visage doux entouré de bouclettes brunes a en permanence un regard grave, derrière ses lunettes, même quand il accroche un timide sourire sur ses lèvres. Il doit apprendre aujourd’hui le sort que va réserver la justice à sa sœur Valentine, 10 ans, et à lui-même. L’issue peut-être, d’une histoire familiale longue et douloureuse.

Dans les années 1990, Christophe et Hélène se rencontrent en fac de médecine, dans le Val-de-Marne. Lui devient kinésithérapeute, elle psychologue clinicienne. Ils ont un enfant, Arthur, puis partent s’installer à Saint-Nazaire. C’est là qu’auraient débuté des violences conjugales, alors qu’Hélène tombe enceinte de Valentine. « On se doutait de quelque chose, car lorsqu’on leur rendait visite, notre fille avait des bleus sur les bras. Elle évoquait des chutes. Que voulez-vous faire dans ce cas-là ? On ne peut pas s’immiscer dans la vie de couple de nos enfants », soupire le père d’Hélène, médecin à la retraite. En 2002, après avoir déposé plusieurs mains courantes pour violence, Hélène demande le divorce. Elle obtient la garde de ses enfants, quitte le domicile sous protection des forces de l’ordre, et revient vivre en région parisienne.

Faits de violence

Pendant un an, plus rien. Puis le père obtient de revoir ses enfants en présence d’un médiateur, dans un lieu neutre. « Là, il se montrait très gentil. Il a très bien su charmer les éducateurs », explique Arthur. Un juge accorde alors à Christophe un droit de visites qui évolue ensuite en week-end une fois par mois à Saint-Nazaire. Arthur n’en garde pas un bon souvenir. « J’étais tout le temps sur mes gardes. Il piquait des crises soudaines. Cela ne m’aurait pas manqué de ne plus le voir à ce moment-là. Tout comme ça ne me manque pas aujourd’hui. Je n’éprouve que de la haine pour cet homme. » Le petit garçon, avec un langage mature, raconte posément des scènes de violence paternelle très dures, des moqueries sur sa taille, des menaces de mort et d’abandon. Des affirmations réfutées en bloc par le père, qui voit dans ce discours l’emprise de la mère.

Une situation qui, elle, la désespère. « En 2002, ma fille, âgée de 18 mois, est revenue d’une journée chez son père avec un énorme hématome. Je l’ai immédiatement amené aux urgences. Elle souffrait d’un traumatisme crânien. Christophe s’est justifié en disant qu’elle était tombée tête la première au zoo dans l’après-midi, et qu’il n’avait pas jugé utile de l’amener voir un médecin. J’ai porté plainte, elle a été classée sans suite, la justice estimant la version du père crédible. Puis, entre 2003 et 2008, il y a eu seize signalements pour faits de violence, déposés par des personnes différentes, comme l’institutrice d’Arthur, une assistante sociale, une psychologue… » Durant cette période, plusieurs enquêtes sociales sont menées. Toutes s’accordent sur un point : les enfants sont psychologiquement en situation de danger.

"Je suis heureux ici"

En octobre 2008, alors que Christophe vient chercher ses enfants à l’école pour les ramener chez lui, Arthur, âgé de 7 ans, fait une fugue. Après cet incident, les visites de Christophe sont suspendues par un juge. C’est la dernière fois qu’Arthur et Valentine verront leur père. Convaincu que les enfants sont victimes « d’aliénation mentale » de la part de leur mère, il décide non pas de demander leur garde, mais leur placement en foyer. Les procédures judiciaires et les suivis sociaux se succèdent. Jusqu’à juillet dernier, lorsqu’un juge aux affaires familiales ordonne ce placement en foyer sans aucun droit de visite des parents, en s’appuyant essentiellement sur une expertise psychiatrique de la mère. Expertise qui sera pourtant invalidée par une requête quelque temps après. C’est le choc absolu pour Arthur et Valentine. Leur mère fait appel. Et c’est aujourd’hui que la cour doit rendre son arrêt et se prononcer. « On demande aux enfants de s’exprimer quand ils sont victimes de violences, mais j’ai l’impression qu’on ne nous écoute pas. J’ai toujours vécu avec ma mère et je suis heureux. J’ai eu les félicitations à l’école, j’ai plein d’amis, on habite une grande maison, je vois très souvent mes grands-parents, je suis heureux, répète Arthur. La justice doit normalement se comporter justement, mais il arrive qu’elle se trompe. J’espère que ce ne sera pas le cas cette fois-ci. »

Réaction

 

Le père souhaite toujours le placement 

 

Contacté par téléphone, le père d’Arthur et Valentine n’a pas souhaité nous répondre, mais a préféré nous écrire par e-mail. « Le 12 juillet, la justice a ordonné le placement de mes enfants vivant chez leur mère afin de les en protéger. Cette décision m’est très douloureuse, voire insoutenable en tant que père. Malheureusement, c’est la seule envisageable dans l’intérêt des enfants […]. Il est facile pour une femme d’attendrir l’opinion publique en accusant son ex-conjoint de violences sur elle et ses enfants. Mais que penser d’une femme manipulant ses enfants avec des arguments aussi odieux pour nuire à son ex-mari ? […] Vous comprenez pourquoi après tant d’années d’inquiétude pour mes enfants, et de souffrance de ne pas les voir, je me résous à suivre les conseils des intervenants qui estiment urgent leur placement. Arthur et Valentine, aussi bons élèves, aussi appréciés soient-ils, subissent un véritable conditionnement avec leur mère. Cette décision arrache mon cœur de père, mais parfois les décisions les plus raisonnables dans l’intérêt des enfants sont aussi les plus difficiles à prendre. »

 

C'est sur France Soir !

Plus d'articles Justice

Réactions à cet article9 commentaires

  • Par nellyolson, le 9 déc à 10:54

    nellyolson
    et bé

    ce pere est un égoiste il prefere voir ses gamins placés dans un centre que de les savoir auprés de leur mere, j'espere que la justice va tranchée, avant qu'on apprenne le pire pour ses deux gamins, le pere a l'air bien manipulateur d'apres ce qu'il en ressort de cette article, de toute façon en esperant que les enfants reprennent vite une vie aupres de leur mere...



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 9 déc à 11:09

    Anonyme-77656
    Ecoutons les enfants...

    Le gouvernement les juge assez matures pour être emprisonnés à 12 ans, à la suite de délits, pourquoi n'ont-ils pas le droit de choisir avec qui ils veulent vivre à 13 ans ????



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 9 déc à 12:25

    Anonyme-77656
    Enquête

    Il me semble qu'après avoir écouté les enfants, avoir effectué une enquête auprès du voisinage et de l'école, le juge devrait avoir suffisamment d'éléments pour laisser ce 2 enfants avec leur mère. C'est tout ce que je leur souhaite.



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 9 déc à 16:17

    Anonyme-77656
    sauvez Arthur et Valentine !

    Réagissez ! ne soyez pas indifférents et manifestez vous pour le droit des enfants ! Ces enfants ont bien l'air de savoir ce qu'ils veulent, ils forment une famille unie avec leur mère qui les aime, ne laissez pas qu'ils soient malheureux et séparés dans un foyer !!!



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 9 déc à 18:44

    Anonyme-77656
    Vous avez dit "Justice "

    Peut-être que ces enfants devraient voir amnistie international

    voire la ligue des droits de l'homme, la France soit disant le

    pays de ces droits, mais la justice est rendue par un symbole

    qui lui cache les yeux afin de ne pas voir ses erreurs. Cette

    affaire est sordide à 12 ans on sait avec qui on veut vivre

    les juges devraient le savoir



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 9 déc à 18:54

    Anonyme-77656
    Ne pas ignorer le choix

    de ces enfants. Les laisser avec leur mère, déjà ils n'ont pas eu apparemment une enfance très joyeuse laissons les avoir une adolescence plus sereine il en va de leur avenir. Faisons leur confiance. Ils sont assez grands pour juger les adultes contrairement à ce que l'on peut penser car les enfants sont comme les murs ils ont des oreilles....



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 10 déc à 12:22

    Anonyme-77656
    A l'aube de ton

    A l'aube de ton adolescence

    Réalité dure à vivre au quotidien

    Ton combat continue

    Hélas tu n'es pas entendu

    Unissons nos forces

    Rageusement pour défendre ton choix de vie

    Un cadeau de noël qui n'a pas de prix serait enfin d'avoir le choix de vivre en paix , de tourner une page douloureuse et difficile et de pouvoir enfin écrire définitivement le mot FIN!!!!à une histoire qui n'a que trop duré et fait tellement de mal

    Justice entends tu (les mégaphones sont prêts!!)



    Signaler un abus  
  • Par zibou, le 10 déc à 20:25

    zibou
    ne jamais baisser les bras

    Smile depuis 10 ans tu combas courageusement contre cette machination et injustice. Tu es l'otage d'enjeux idéologiques pour assouvir une vengeance. Le juge t'a traité de menteur, mais ceux qui t'aiment te croient et c'est là l'essentiel pour toi et tu ne dois jamais l'oublier pour te reconstruire


    cette journaliste Alexandra Gonzalez elle aussi t'a fait confiance et elle t'a cru, c'est fabuleux Smile


    surtout garde dans ton coeur l'espérance et la foi en ton avenir. Grace à ARVA, tu as des milliers de personnes qui t'apportent leur soutien. La justice va finir par ouvrir les yeux et comprendre qu'elle s'est fait manipulée par celui qui a mis en route cette machination qui vous  fait tellement souffrir



    Signaler un abus  
  • Par odedebrune, le 11 déc à 00:46

    odedebrune
    Les enfants victime d'un sale divorce

    C'est réellement triste pour les deux enfants...Mais le fils a tout de même douze ans et il me semble qu'une loi dit qu'a partir de 12 ans un enfant est ou doit pouvoir être consulté sur ce qu'il souhaite...Il a 13 ans,il dit je suis heureux avec Maman ,ma soeur et je vois mes grands Parents, on a des amis une grande maison... et là par vengeance le Père souhaite le placement de ses enfants en foyer? Mais c'est quoi se Père? Et le juge des affaires familiales doit dire si oui ou non ils seront séparés de leur mère,placés, mais c'est l'annonce d'un drame on le préssent...Laissez les vivre avec leur Maman leur enfance, une Mère on en a qu'une...Un Père violent on s'en passe..A L'age adulte ils diront leurs sentiments envers leur Père et je lui souhaite la sentance qu'il mérite



    Signaler un abus  

FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 17:29

      288500 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 19:55

      203400 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 17:21

      155550 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 21:48

      150550 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Jakyburn Jakyburn, le 20 avr à 21:02

      99900 points
      1686 commentaires

      En savoir plus sur Jakyburn


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Actu du jour en image

    Horoscope Quotidien 2012

    Minute Trente de Montvalon

    TV Tout sur Secret Stroy 6

    Faits Divers Les maisons de l'horreur