Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Vendredi 30 septembre, 15:27
Accueil > Actualité > Justice > Procès AZF : Où en est-on ?

Procès AZF : Où en est-on ?

Procès AZF


Le procès en appel de l'explosion de l'usine AZF a débuté cette semaine à Toulouse. Il s'agissait de la pire catastrophe industrielle française depuis le Seconde Guerre mondiale qui a fait 31 morts et des milliers de victimes le 21 septembre 2001. Résumé de la semaine.

L'usine AZF avait explosé le 21 septembre 2001
L'usine AZF avait explosé le 21 septembre 2001 SIPA/Witt

Mardi 28 février

Les plaidoiries ont débuté mardi au procès en appel de l'explosion de l'usine AZF à Toulouse, en présence des prévenus qui avaient boudé les deux audiences précédentes parce qu'un magistrat de la cour avait, selon eux, fait preuve de partialité. Ce sont les parties civiles sans avocats qui ont commencé à plaider. Les plaidoiries des avocats de victimes regroupées en diverses associations doivent débuter mercredi et durer jusqu'au 7 mars. Le réquisitoire du parquet général aura lieu le 9 mars et le procès, qui s'est ouvert début novembre, s'achèvera le 15 mars après trois jours de plaidoiries de la défense. Une ultime audience sera consacrée le 16 mars aux intérêts civils, ce qui permettra aux victimes de déposer les dernières demandes d'indemnisation. L'arrêt, mis en délibéré, devrait être rendu avant l'été.

L'ancien directeur d'AZF, Serge Biechlin, ainsi que Grande Paroisse, filiale chimie de Total et ancien propriétaire de l'usine, étaient revenus sur le banc des prévenus pour le début des plaidoiries mardi. Grande Paroisse était représentée par ses avocats et par Daniel Grasset. L'absence à l'audience de Serge Biechlin et de Grande Paroisse, poursuivis pour homicides involontaires, et de leurs avocats, avait été critiquée lundi par deux avocats de partie civile, qui y voyaient un manque de respect pour les victimes. Avant le début des plaidoiries, l'ancien directeur de l'usine a répété que la probabilité pour que la catastrophe soit due à un accident chimique était "nulle". La défense combat depuis des années la thèse des experts judiciaires qui attribuent le drame à un mélange accidentel de deux produits détonnant entre eux.

Mercredi 29 février

La défense dans le procès en appel de l'explosion de l'usine AZF à Toulouse en 2001 a relevé mercredi dans un communiqué qu'une autre avait eu lieu dix ans après, à un kilomètre, laissant entendre que les deux événements auraient pu avoir les mêmes causes. « La défense de la société Grande Paroisse et de Serge Biechlin, directeur de l'usine de l'usine AZF, vient d'apprendre qu'une explosion, suivie d'un incendie, avait eu lieu le 13 décembre 2011 dans un entrepôt de papier de la société Saica Pack, à 1200 m du hangar 221 de l'usine AZF », note l'un de ses avocats, Me Daniel Soulez Larivière.

Cette information, publiée mardi par Le Figaro alors que les plaidoiries ont commencé à Toulouse, « était inconnue jusqu'alors, aussi bien du public que de la défense », note l'avocat, en soulignant que cette dernière « fait un rapprochement évident avec l'explosion du hangar 221 d'AZF dont les causes restent inconnues à ce jour ». Selon le communiqué, l'explosion « spontanée » de 2011 aurait été provoquée par « la nitrocellulose, explosif d'avant guerre, décomposé avec le temps, et enfoui dans le sol ».
Le fait qu'elle se soit produite « à 1200 mètres du site 221 d'AZF, soulève une nouvelle hypothèse, celle d'une explosion causée par la décomposition d'un explosif présent dans le sous-sol de l'ancienne poudrerie, qui couvrait toute la zone en cause », lance Me Soulez Larivière.

Les experts et avocats de la défense, Me Daniel Soulez Larivière en tête, n'ont cessé d'affirmer ces dernières semaines: « Il n'y a pas eu d'apport de DCCNA », s'il y en avait eu il n'aurait plus été « assez réactif », et si même il avait provoqué une explosion, elle « n'aurait pas pu faire détoner le tas principal » de nitrate. Maintenant, assure l'avocat dans son communiqué, « la défense attend de l'ensemble des responsables concernés qu'ils obtiennent et délivrent toutes informations sur ce sinistre voisin, qui force à s'interroger sur les analogies avec la catastrophe qui a endeuillé la ville de Toulouse ». Les prévenus avaient été relaxés en première instance en l'absence de preuve matérielle.

Jeudi 1er mars

Un avocat d'anciens salariés d'AZF constitués partie civile a demandé jeudi un supplément d'information à la cour d'appel de Toulouse, estimant que le procès en appel de la catastrophe de l'usine AZF n'avait pas permis de faire la lumière sur les circonstances de l'explosion. Une partie du personnel de l'usine AZF qui a survécu à l'explosion du 21 septembre 2001, rassemblé au sein de l'association Mémoire et solidarité, exclut depuis 10 ans la thèse du mélange malencontreux de deux produits chimiques incompatibles entre eux, au sein de l'usine de la filiale chimie de Total, Grande Paroisse. « Je propose une démarche peu ordinaire dans un procès de cette ampleur: un supplément d'information car les salariés considèrent que la thèse de l'accusation n'est pas à l'origine de la catastrophe », a dit dans sa plaidoirie Jean-Luc Forget, avocat de Mémoire et solidarité. Déjà pendant l'instruction et le procès en appel, il avait demandé en vain un supplément d'information. Me Forget se dit par exemple « intrigué » par une nouvelle hypothèse.

Cette hypothèse est jugée « peu sérieuse » par un autre avocat de parties civiles, Me Alain Levy. « C'est extraordinaire », a-t-il dit à l'AFP avant l'audience, « alors que l'instruction est terminée, qu'on est dans les plaidoiries, comme par hasard, un journal indépendant comme Le Figaro nous annonce une nouvelle piste ». L'avocate des familles endeuillées y voit « un leurre », une manoeuvre de « diversion » destinée à l'opinion publique.

Actu France-Soir

Réactions à cet article1 commentaire

  • Par Desdoutes, le 3 mar à 17:34

    Desdoutes
    Le Figaro

    Qu'est ce que ça fait que ce soit Le Figaro, la pravda ou le journal de Mickey qui ait publié cette information ? Les faits sont là, non ? Le Figaro les a t il inventé ? Les autres journaux n'étaient pas informés, pas intéressés ou ont préféré ne pas en parler... Dans tous les cas les faits sont là et doivent être considérés de manière impartiale. Cessons enfin de mettre de côté ou de cacher des faits qui ne vont pas dans le sens de la thèse du produit chloré.



    - Signaler un abus  
Publié : 02/03/12 - 11h46
  • Texte plus grand
  • Texte plus petit

SUIVEZ FRANCE SOIR SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX


FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 19:55

      403650 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 17:29

      391690 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 21:48

      254340 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 17:21

      238750 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • rafale rafale, le 25 jui à 23:39

      186400 points
      1063 commentaires

      En savoir plus sur rafale


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Actu du jour en image

    Horoscope Quotidien 2012

    Minute Trente de Montvalon

    TV Tout sur Secret Stroy 6

    Faits Divers Les maisons de l'horreur