Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Lundi 18 décembre, 22:16
Accueil > Actualité > Justice > Procès : La couturière est-elle aussi une empoisonneuse ?

Procès : La couturière est-elle aussi une empoisonneuse ?

Procès en appel de Catherine Menoux


Le procès en appel de Catherine Menoux, 57 ans, accusée d'avoir tué par empoisonnement Norbert Mascaras, un riche septuagénaire qu'elle aurait poussé à rédiger un testament en sa faveur, s'ouvre jeudi devant la cour d'assises de l'Essonne, en l'absence de partie civile.

Le procès en appel de Catherine Menoux s'ouvre jeudi
Le procès en appel de Catherine Menoux s'ouvre jeudi SIPA

Elle a la tête de la voisine de palier gentille et discrète. Des yeux timides cachés derrière d'épaisses lunettes, Catherine Menoux, 57 ans, une ancienne couturière reconvertie en aide-soignante, a tout de la grand-mère qui prépare des confitures et s'occupe avec amour de ses chats. Mais au delà de ses talents de cuisinière et ses prédispositions de vétérinaire, la dame a aussi quelques travers, à commencer par son casier judiciaire, riche en condamnations pour vol, escroquerie et abus de faiblesse...

Norbert Mascaras, lui, était riche, mais pas question de le montrer. Lesté d'une fortune personnelle de près de 2 millions d'euros – composée d'une assurance-vie, d'un appartement à Arcachon, et d'une chambre de bonne dans le 16e arrondissement parisien – il menait une vie d'avare. Lumière et chauffage toujours éteints, il lavait son maigre linge au robinet de service dans le couloir et, retraité de la ville de Paris, déjeunait quotidiennement dans les offices de la mairie ou aux Restos du Cœur. Le 5 janvier 2005, le corps de cet homme de 73 ans a été retrouvé momifié dans son lit sous les toits de la capitale. Mort environ un mois plus tôt d'une surdose de médicaments. Très vite, les enquêteurs ont eu une piste: son aide-soignante, Catherine Menoux...

"C'était comme une fusion"

Catherine et Norbert, c'est une longue histoire. Ils ont fait connaissance au début des années 1990 par l'intermédiaire d'Antoinette, dit « Mémette », une vieille dame – décédée à 93 ans en décembre 2007 – dont Catherine s'occupait. « C'était une personne merveilleuse, elle me considérait comme sa fille », racontait l'aide soignante en janvier 2008, lors de son procès en première instance devant la cour d'assises de Paris. Norbert, lui, la « faisait rire ». « C'était comme une fusion, je voudrais écrire un livre de tout ce que j'ai vécu avec lui », déclarait-t-elle de son aîné de vingt ans, en évacuant aussitôt toute ambiguïté, Norbert étant « un homosexuel très discret », précisait-t-elle.

Sauf qu'à cette romance type Arlequin, la cour avait préféré les non-dits du drame simenonien. L'avocat général avait donc tenu le seul fil d'Ariane judiciaire convaincant: la chronologie. 
Début 2004, Catherine a un problème : « Mémette » est au bord de la ruine. Il lui faut donc dénicher « une nouvelle banque », avait estimé le parquet. A Arcachon où elle habite, elle rencontre Norbert qui y possède un appartement secondaire. « La machine à tuer est lancée », avait affirmé dans son réquisitoire l'avocat général. Et de poursuivre son implacable raisonnement: « En mai 2004, Catherine Menoux, qui a toujours vécu entre Bordeaux, Arcachon ou Albi, s'installe subitement à Paris » avec Mémette. Objectif, toujours selon l'accusation, se rapprocher de « la proie idéale », Norbert.

Faux document

Juin 2004, un testament est déposé chez un notaire au nom du futur défunt qui fait de Catherine sa légataire universelle. Les experts en écriture avaient été formels : le document a été écrit par l'ancienne couturière. Ce que cette dernière a toujours nié.
Automne 2004. Selon l'avocat général, Norbert, accompagné de Catherine, consulte de nouveaux médecins. Il se fait prescrire divers anxiolytiques et neuroleptiques dont du Tercian qui, selon l'autopsie, provoquera sa mort par surdose. « Norbert Mascaras décline, ses comptes bancaires se vident... Novembre 2004, c'est l'estocade, la soupe aux poisons, sa trace s'efface », avait déroulé l'avocat général, rappelant que plus personne n'aura vent du retraité jusqu'à la découverte de son cadavre, début 2005. Contre ce « plan presque parfait », ce « crime fourbe » fomenté selon lui par Catherine, l'avocat général avait requis 20 ans de réclusion criminelle.
Immédiatement, les avocats de l'ancienne couturière avaient tenté de déconstruire cette « fable » de l'empoisonneuse manipulatrice. Dénonçant un « amalgame » entre les délits – faux, abus de faiblesse – et le crime – homicide volontaire avec préméditation – reprochés à leur cliente, ils avaient rappelé à raison qu'il n'y avait dans le dossier, « aucune preuve irréfutable » que Catherine avait « concocté tous les soirs la prise de médicaments de M. Mascaras ».
A l'assassinat, les défenseurs avaient préféré plaider l'« accident médical bête », un soir où le défunt « se trompe en prenant son Tercian ». Une vision des choses qui n'avait pas convaincu la cour qui avait finalement condamné à 17 ans de réclusion criminelle Catherine.

"Je n'ai jamais volé Norbert"

A la veille de l'ouverture de son procès en appel, cette dernière est « tendue, anxieuse, mais combative », a assuré son avocat, Me Pascal Bruelle. Et de l'assurer : « Ma cliente a été condamnée en première instance sur une construction intellectuelle. M. Mascaras, je ne sais pas de quoi il est mort... La surdose de médicaments peut être accidentelle, ou alors il peut s'agir d'un suicide. »
Dans un courrier adressé à l'AFP en août 2011, l'ancienne couturière dénonçait de son côté un « acharnement » de la justice contre elle. « Je n'ai jamais volé Norbert, qui me manque chaque jour. »

Le verdict est attendu le 13 avril.

Par Guilhem Battut

Réactions à cet article3 commentaires

  • Par Quitterie62, le 5 avr à 13:58

    Quitterie62
    Il allait aux Restos du Coeur ??

    Alors qu'iil était riche ? Ah, je regrette d'avoir quitté l'Essonne, j'aurais bien aimé être jurée....



    Signaler un abus  
  • Par Taratata21, le 5 avr à 14:40

    Taratata21
    La couturière est-elle coupable ?

    Pour cela il faut attendre.


    Mais tout comme Quitterie62, je suis choquée de lire que ce monsieur riche à millions bénéficiait des restos du coeur. A chaque fois ce sont des repas qui ne vont pas aux personnes en ayant réellement besoin. Comment se décerne cette attribution ? Ne faut-il pas apporter sa feuille d'impôts ?



    Signaler un abus  
  • Par soveria, le 14 avr à 20:01

    soveria
    catherine menoux

    je trouve la justice legere, elle est multi recidiviste, elle a encore un dossier en cours, dommage que la peine de mort n'existe plus pour ce genre de personne a qui on confie des personnes agées , qui non contente de les depouiller les trucident , pour moi la justice ne sera jamais assez severe



    Signaler un abus  
Publié : 04/04/12 - 18h08
Mis à jour : 05/04/12 - 10h52
  • Texte plus grand
  • Texte plus petit

SUIVEZ FRANCE SOIR SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX


FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 17:29

      288500 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 19:55

      203400 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 17:21

      155550 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 21:48

      150550 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Jakyburn Jakyburn, le 20 avr à 21:02

      99900 points
      1686 commentaires

      En savoir plus sur Jakyburn


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Actu du jour en image

    Horoscope Quotidien 2012

    Minute Trente de Montvalon

    TV Tout sur Secret Stroy 6

    Faits Divers Les maisons de l'horreur