Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Dimanche 26 mai, 03:19
Accueil > Actualité > Justice > Révélations Mediapart : Hortefeux entendu, Sarkozy inquiété

Révélations Mediapart : Hortefeux entendu, Sarkozy inquiété

Sarkozy-Kadhafi : Les révélations de Mediapart


Brice Hortefeux a été entendu courant juin comme témoin par la police judiciaire parisienne dans l'enquête pour "faux et usage de faux" ouverte après la plainte de Nicolas Sarkozy contre Mediapart. L'ancien président est actuellement en pleine tourmente judiciaire.

Brice Hortefeux a été entendu dans le cadre de la plainte de Nicolas Sarkozy contre Mediapart
Brice Hortefeux a été entendu dans le cadre de la plainte de Nicolas Sarkozy contre Mediapart AFP/Eric Feferberg

Nicolas Sarkozy est désormais un justiciable ordinaire. Cela tombe bien, la justice a, a priori beaucoup de chose à lui demander. Ainsi, le bureau de la rue de Miromesnil mis à la disposition de l'ancien président de la République et son domicile du XVIe arrondissement de Paris ont été perquisitionnés mardi matin par un juge dans le cadre de l'affaire Bettencourt. Mais ce n'est pas tout. Dans une autre histoire, l'ex-chef de l'Etat pourrait être inquiété. Il s'agit du volet judiciaire ouvert suite aux révélations de Mediapart concernant le financement illicite de sa campagne présidentielle en 2007. Si pour le moment Nicolas Sarkozy n'a pas encore été interrogé, ce n'est pas le cas pour son plus fidèle lieutenant. En effet, Brice Hortefeux a été entendu courant juin comme témoin par la police judiciaire parisienne dans l'enquête pour « faux et usage de faux » ouverte après la plainte de l'ancien président contre le magazine d'information, selon une source proche de l'enquête, confirmant une information de RTL.

Nicolas Sarkozy avait déposé plainte après la publication par Mediapart d'un document attribué à un ex-dignitaire libyen affirmant que Mouammar Kadhafi avait accepté de financer pour « 50 millions d'euros » la précédente campagne de Nicolas Sarkozy en 2007. Le 30 avril le parquet de Paris avait ainsi ouvert une enquête préliminaire pour « faux et usage de faux » et « publication de fausses nouvelles ». L'enquête avait été confiée au directeur régional de la police judiciaire. En effet, dans une note publiée par Mediapart, Moussa Koussa, alors chef des services de renseignements extérieurs libyens, autorise le directeur de cabinet de Kadhafi, Bachir Saleh, à entreprendre des versements secrets. Moussa Koussa évoque dans ce document des réunions préparatoires avec Brice Hortefeux et l'intermédiaire Ziad Takieddine. 

Karachi risque de refaire surface

Dès 2006, le régime libyen aurait choisi « d’appuyer la campagne électorale » de Nicolas Sarkozy. Un accord « sur le montant et les modes de versement » aurait été validé quelques mois plus tôt par Brice Hortefeux, à l'époque ministre délégué aux collectivités locales, en présence de l’homme d’affaires Ziad Takieddine, qui a introduit dès 2005 en Libye les proches du ministre de l’intérieur, notamment Claude Guéant, et Nicolas Sarkozy lui-même. Le directeur de cabinet de Mouammar Kadhafi, Bachir Saleh, alors à la tête du Libyan African Portfolio (LAP, soit l'un des fonds d'investissement financier du régime libyen), aurait de son côté été chargé de superviser les paiements. Dès ces révélations faites, Moussa Koussa avait qualifié de « faux » ce document tandis que Bachir Saleh, ex-président du Fonds libyen des investissements africains et destinataire supposé de cette note, a dit via son avocat n'en avoir jamais été le destinataire. Mediapart avait répliqué à la plainte de Nicolas Sarkozy en déposant plainte pour dénonciation calomnieuse contre le président sortant, battu le 6 mai par le socialiste François Hollande.

En plus des affaires Bettencourt et Kadhafi, il existe un dernier volet judiciaire dans lequel, Nicolas Sarkozy risque d'être inquiété : l'affaire Karachi. Ici, les juges enquêtent sur un éventuel financement occulte de la campagne présidentielle d'Edouard Balladur en 1995, par le biais de rétrocommissions présumées versées dans le cadre de contrats d'armement. Rétrocommissions qui ont été mises en lumière dans l'enquête sur l'attentat de Karachi (Pakistan) du 8 mai 2002. A cette époque, Nicolas Sarkozy était (en 1995) ministre du Budget et porte-parole de campagne du Premier ministre Edouard Balladur. Dans ce dossier, comme dans l'affaire Bettencourt, Nicolas Sarkozy a démenti toute irrégularité. Enfin, il est possible que l'affaire dite des sondages de l'Elysée, visant une convention signée entre l'Elysée et le cabinet d'études Publifact, dirigé par Patrick Buisson, un proche de Nicolas Sarkozy, rebondisse après la levée de l'immunité présidentielle qui, en novembre 2011, avait fait barrage à l'enquête. Pas de doute, la justice ne va pas lâcher l'ancien président d'une semelle.

Qui sont-ils ?

 

Moussa Koussa Cet homme politique libyen a été de 1994 à 2011 le chef des services de sécurité et du renseignement extérieur de la Libye et ministre des Affaires étrangères de mars 2009 à sa démission en mars 2011. Conseiller direct de Saïf Al-Islam Kadhafi, il a été mêlé aux basses œuvres du régime.

Bachir Saleh Ancien président d'un fonds d'investissement libyen en Afrique le Libyan African Portfolio (LAP), Bachir Saleh a été accusé par le site d'information Mediapart d'avoir été le destinataire d'une note portant sur un soutien libyen au financement de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007.

Par Maxime Ricard

Réactions à cet article52 commentaires

  • Par Pegase42, le 6 jui à 08:40

    Pegase42
    Beurk......

    Médiapart se veut "justicier", il possède toujours des "preuves" et pense qu'avec cela, il détient un scoop...C'est clair qu'il en a toujours voulu à la droite et surtout à N. Sarkozy mais jusqu'ici, si je ne me trompe pas, il n'a pas été un "Zorro" avéré!!! Trop facile d'agir de cette façon "puérile" mais c'est évident qu'ayant soutenu F. Hollande, toute cette presse de gauche n'ose pas s'engager dans des polémiques qui riqueraient de les ridiculariser encore plus. G. Capelle



    Signaler un abus  
  • Par tito, le 26 jui à 00:25

    tito
    justice irreprochable ou non

    toute cette affaire est une affaire politique de haut niveau, que certaines personnes sont montré du doigt...faire une enquete affrondie et judicieuse pour trouver les failles qui pourrait y avoir et trouver les preuves irréfutables, que certaines personnes du pouvoir à l'époques sont concernés et préoccuper pour connaitre la véritié, la justice doit être  impartial et juste dans ses décisions....et faire toute la lumière du vrai et du faux....



    Signaler un abus  
Publié : 04/07/12 - 14h39
  • Texte plus grand
  • Texte plus petit

SUIVEZ FRANCE SOIR SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX


FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 17:29

      288500 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 19:55

      203400 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 17:21

      155550 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 21:48

      150550 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Jakyburn Jakyburn, le 20 avr à 21:02

      99900 points
      1686 commentaires

      En savoir plus sur Jakyburn


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Actu du jour en image

    Horoscope Quotidien 2012

    Minute Trente de Montvalon

    TV Tout sur Secret Stroy 6

    Faits Divers Les maisons de l'horreur