Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Mercredi 19 juin, 13:44
Accueil > Actualité > Politique > Alzheimer : Ce que proposent les candidats à la présidentielle

Alzheimer : Ce que proposent les candidats à la présidentielle

Présidentielle 2012


L'association France Alzheimer a interrogé les dix candidats à la présidentielle afin de connaître leur position sur cette maladie qui touche plus de 850 000 Français. Découvrez leur préconisation sur ce dossier.

Parmi ses dix propositions, France Alzheimer avance celle du lancement d'un quatrième plan Alzheimer.
Parmi ses dix propositions, France Alzheimer avance celle du lancement d'un quatrième plan Alzheimer. SIPA/DURAND FLORENCE

L'association France Alzheimer a interpellé les candidats pour savoir comment ils envisagent de relever les enjeux économiques, sociaux et éthiques soulevés par la maladie d'Alzheimer, à l'occasion de l'élection présidentielle 2012. Parmi ses dix propositions, France Alzheimer avance celle du lancement d'un quatrième plan Alzheimer. Voici ce qu'en pensent les dix candidats à la présidentielle.

Nicolas Sarkozy (UMP)

« Dès le début de mon mandat, j’ai souhaité mettre en place le Plan Alzheimer 2008-2012. Nous y avons consacré 1,6 milliards d'euros. Des actions ambitieuses ont été mises en place, pour les malades, pour les familles, pour la recherche, pour les professionnels de santé. Nous avons déjà engrangé de premiers succès, avec la multiplication de structures adaptées, comme les maisons d’accueil et d’intégration (MAIA), et j’ai annoncé, dès février 2011, mon objectif de les généraliser. Nous poursuivrons cet effort spécifique sur la maladie d’Alzheimer, pour mieux prendre en charge les malades, soulager les familles et toujours avec l’objectif de trouver un jour un remède contre ce fléau. Je m'engagerai évidemment sur un nouveau plan Alzheimer. » 

François Hollande (Parti socialiste)

« Tout d'abord, je vous confirme que si je suis élu, je présenterais dès 2013 un 4ème plan Alzheimer. Vous rappelez que c'est en effet le gouvernement de Lionel Jospin qui, pour la première fois, a décidé de traiter de façon particulière la maladie d'Alzheimer en érigeant un plan spécifique. Le fait que les gouvernements qui lui ont succédé aient décidé de poursuivre cette démarche est une bonne chose. En revanche, concernant non seulement le contenu précis de ce plan mais également le montant de son financement, vous apportez des précisions aujourd'hui serait prématuré. Il conviendra au préalable de tirer un bilan de l'application du plan 2008-2012 afin d'étudier ce qui a fonctionné et ce qui mérite d'être revu et modifié. Une telle évaluation ne pourra se faire sans le concours des partenaires dont, en premier lieu, votre association. »

Jean-Luc Mélenchon (Front de Gauche)

« Le Plan 2008/2012 a été un bon « catalogue » des différentes possibilités de prise en soin des patients atteints par la maladie d'Alzheimer. Mais ce plan a surtout démontré un manque de cohérence et d'égalité à travers tout le territoire ; les ARS étant les maîtres en la matière, la disparité des moyens mis pour ces prises en charge est éloquente. Un nouveau Plan est nécessaire mais il doit être plus opérationnel, plus concret. Les familles ou aidants naturels doivent être assistés, accompagnés, formés. Les aidants professionnels doivent être valorisés tant sur le plan de la formation et l'acquisition de compétences, que sur le plan salarial afin de les fidéliser dans les structures d'accompagnement. Les ratios d'encadrement seront définis et respectés. Les moyens seront donnés aux structures pour atteindre ces objectifs par un engagement plus fort de l'Etat. L'égalité d'implantation de ces structures, à travers le territoire français, devra être évalué et rééquilibré en fonction du besoin de la population et non pas en fonction de considérations comptables ou au gré des baronnies locales. » 

François Bayrou (MoDem)

« Oui, je souhaite le lancement d'un quatrième plan Alzheimer afin de ne pas briser la dynamique de prise de conscience et de prise en charge qui a été amorcée depuis dix ans et qui doit être continuée. Il reste tant de chemin à parcourir ! Dans mon esprit, ce plan doit être conçu comme un ensemble cohérent de mesures et de financements visant à aider les malades et leurs familles, en faisant jouer tous les leviers disponibles : recherche médicale et pharmacologique, amélioration de la prise en charge dans les établissement médico-sociaux et dans les hôpitaux, construction d'une offre plus abordable pour les malades et pour les familles, diffusion des meilleures pratiques thérapeutiques (y compris, comme vous l'indiquez, les approches non médicamenteuses), appui aux familles par des actions de formation, développement des dispositifs d'accompagnement et de répit et mise en œuvre de la solidarité nationale à travers le refonte du financement de la perte d'autonomie. » 

Marine Le Pen (Front National)

« A l'issue du plan Alzheimer 2008-2012, il est tout à fait évident et nécessaire d'initier un  quatrième plan dans la continuité de tous les objectifs du 3ème plan. De notre vision, l'urgence prioritaire porte sur le fond et le préalable pragmatique qui est encore insuffisant : concernant la prise en charge à domicile, nous mettrons l'accent sur la formation du personnel spécialisé, en particulier en stimulant la formation professionnelle au niveau des régions, et en permettant une meilleure prise en charge des aides techniques à domicile par les MDPH, tout en ayant pris la pleine mesure des besoins des aidants ; Sur le versant résidence en institution, il conviendra d'intensifier les investissements en établissements spécialisés adossés à des structures existantes ou créés dans des lieux géographiquement accessibles par le plus grand nombre ; Sur la recherche et l'aide aux biotechnologies. Le budget dégagé ne peut être inférieur au budget précédant, nous l'espérons supérieur à 2 Milliards d'euros par des économies sur les 3 branches et une meilleure gestion de la SS à hauteur souhaitée, en attendant la mise en place de la 5ème branche. »

Nathalie Arthaud (Lutte ouvrière)

« Pour la question, oui il est indispensable que l'État lance un quatrième plan Alzheimer pour prendre le relais de celui qui se termine en 2012, mais un plan réellement à la hauteur des enjeux. Depuis plus de dix ans que de tels « plans » existent, les gouvernements successifs n’ont pas lésiné sur les déclarations, mais il y a loin des déclarations d’intention aux moyens qui permettent de les réaliser. Le 3ème plan avec ses 300 millions d’euros par an n’est qu’une aumône si on le compare ne serait-ce qu’au budget de la Défense qui se chiffre, lui, en dizaine de milliards d’euros chaque année ou aux centaines de milliards qui sont déversés dans les coffres des banquiers en pure perte pour la collectivité. Une aumône qui, de surcroit, n’est même pas payée par l'État mais financé par l’Assurance maladie et la Caisse de solidarité alimentée par des ponctions sur les salaires. » 

Nicolas Dupont-Aignan (Debout la République)

« Il n'appartient pas, je le crois, au Président de la République d'entrer dans le détail des actions à mener qui seront du ressort du gouvernement et du ministre de la santé. En revanche, il doit être le garant que l'effort entamé sera poursuivi et élargi.
 Les maladies neuro-dégénératives sont une maladie du vieillissement. Dans les prochaines années, le nombre de nos concitoyens de plus de 65 ans va croître de 2% par an. En supposant une inflation de l'ordre de 2% par an, et compte tenu de l'ampleur des problèmes non résolus, je considère que l'augmentation annuelle de l'effort financier nécessaire à la prise en charge de cette affection ne peut donc être inférieure à 5%. » 

Eva Joly (Europe Ecologie - les Verts)

« Il est nécessaire de relancer un plan Alzheimer. Mais les besoins dans ce domaine sont pérennes et ne seront pas traités simplement par des plans successifs. Il est aujourd'hui nécessaire de mettre en place une vraie politique concernant la prise en charge des personnes dépendantes et en particulier de la maladie d'Alzheimer. Sont à développer : le soutien aux aidants familiaux à domicile ; la professionnalisation des aidants professionnels, par une réelle formation et un statut adapté ; les places en EHPAD, de préférence dans le cadre du service public ou de l'économie privée à but non lucratif. A  mon sens, ce secteur est à développer dans le cadre de l'Economie Sociale et Solidaire,  c'est-à-dire  à  but  non  lucratif  et  associant  les  usagers  à  la  gestion.  Sont  aussi  à promouvoir les formules de soins dynamiques mobilisant toutes les capacités d'autonomie de  la personne. Mais aussi une véritable politique de prévention par des ateliers adaptés, par exemple des ateliers mémoire, et des actions favorisant l'insertion communautaire le plus longtemps possible. Le financement de la prise en charge de la dépendance nécessitera des financements nouveaux que les  commissions  d'experts  ont  chiffrés  autour  de  8  milliards  d'euros  par  an  d'ici  2030. Le financement de la perte d'autonomie doit rester du ressort de la solidarité nationale, et être inclus dans la grande  réforme fiscale que je propose, pour une fiscalité plus simple, plus juste et plus écologique. »

Philippe Poutou (PS)

«  Je préconise (a l'opposé des politiques menées depuis 30 ans) un accroissement de la part des richesses produites consacrées à la satisfaction collective des besoins de santé grâce à la Sécurité Sociale. Il n'y a pas de déficit de la « Sécu », mais un manque de financement, par choix politique. La réponse aux besoins de santé ne peut être que collective et solidaire : chacun cotise selon ses moyens et reçoit selon ses besoins. Seul un financement exclusif, à 100% des soins par la l'Assurance Maladie permet de répondre à cette exigence. Je suis favorable à un engagement pérenne pour les soins aux personnes atteintes par la maladie d'Alzheimer. La succession de plans ne répond pas à le nécessité de pérennité. Après chaque plan, la question de la reconduction ou non des moyens se pose, avec toujours l'angoisse d'un arrêt des financements. L'action spécifique concernant Alzheimer, s'inscrit pour moi dans le cadre de la prise en charge dans le temps, et sans limitation de durée, de la perte d'autonomie par la Sécurité Sociale. »

Retrouvez ici les dix propositions de France Alzheimer pour améliorer la vie quotidienne des personnes malades et de leur famille.

Actu France-Soir

Réactions à cet article2 commentaires

  • Par démocratos, le 23 mar à 13:27

    démocratos
    heuuuuuu ?????

    On s'en souvient déjà plus ...


     



    Signaler un abus  
  • Par Procuranté, le 24 mai à 19:50

    Procuranté
    Ils ne manquent pas de propositions

    et d'idées.


    Manque cruellement le nerf de la guerre. Ou trouveront-ils les moyens?



    Signaler un abus  
Publié : 23/03/12 - 00h30
  • Texte plus grand
  • Texte plus petit

SUIVEZ FRANCE SOIR SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX


FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 17:29

      288500 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 19:55

      203400 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 17:21

      155550 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 21:48

      150550 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Jakyburn Jakyburn, le 20 avr à 21:02

      99900 points
      1686 commentaires

      En savoir plus sur Jakyburn


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Actu du jour en image

    Horoscope Quotidien 2012

    Minute Trente de Montvalon

    TV Tout sur Secret Stroy 6

    Faits Divers Les maisons de l'horreur