Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Samedi 17 novembre, 19:56
Accueil > Actualité > Politique > Amnéville : Bienvenue dans la "principauté de Stahlheim"

Amnéville : Bienvenue dans la "principauté de Stahlheim"

Politique


En guerre contre l'administration et les tribunaux français, le maire d'Amnéville (Moselle) a menacé de faire « sécession virtuelle » de la République. Voyage au cœur de cet étrange et turbulent territoire lorrain.

Jean Kiffer est maire d'Amnéville depuis 1965
Jean Kiffer est maire d'Amnéville depuis 1965 France Soir

« Avec ça, je vais faire exploser le tribunal de prud'hommes de Metz. » Au milieu de son vaste bureau de la mairie d'Amnéville, Jean Kiffer, dossier en main, plante son regard dans celui de son interlocuteur. « Ça », c'est le dernier rebondissement en date dans l'affaire dite « du Pôle thermal » : une conseillère prud'homale a dévoilé les pressions qu'elle aurait subies de sa hiérarchie directe dans le cadre d'une décision récemment favorable à Kiffer et à sa commune. Malgré ces pressions, le jugement, prononcé le 19 janvier, n'a pas été modifié. Il est défavorable à quatre employés du Pôle thermal, les condamnant à verser 23.000 € chacun de dommages et intérêts.
L'édile jubile. Ce petit homme acharné de 74 ans, qui aime à se décrire comme le « maire le plus condamné de France », pense tenir sa revanche. La semaine dernière, cet as de la contre-attaque procédurale a fait remonter l'affaire au ministère de la Justice. Condamné par le passé à d'innombrables reprises devant les prud'hommes, il dénonce cette nouvelle preuve du « complot » qui le vise. S'il obtient la révision de ses précédents procès, il fait une promesse, sourire taquin : réintégrer la République, dont il a fait « sécession virtuelle » voilà un mois, lors de la tonitruante présentation de ses vœux.
Car c'est lors de cette cérémonie filmée, qui a fait le tour du Net, que l'on a (ré)appris à connaître l'incorrigible Jean Kiffer. Son discours séparatiste a pu agacer ou faire sourire. « Puisque la République ne veut plus d'Amnéville, alors instaurons la principauté de Stahlheim », a-t-il clamé, las de l'acharnement, selon lui, de l'administration et des tribunaux français à son égard. Stahlheim (la « Cité de l'acier ») est le nom donné par les Allemands à cette ex-ville sidérurgique après l'annexion de la Moselle, en 1871...

« Anticommuniste primaire »

Cette sortie provocatrice a encore atteint son objectif : faire parler de la petite ville et de son maire, inventeur autoproclamé du « marketing négatif », élu et réélu sans interruption depuis... 1965. L'histoire bouillonnante de Kiffer, c'est celle d'un fils de paysan, médecin de profession et entrepreneur autodidacte, né à Merten (un village limitrophe de la Sarre, au nord de la Lorraine), fasciné par le miracle économique allemand de l'après-guerre. Il raconte la genèse de son parcours, avec un soupçon d'enrobage de légende : « Moi, je suis un anticommuniste primaire. Au début des années 1960, à la fin de la guerre d'Algérie, j'étais dans l'OAS. A l'époque, on bouffait 20 Soviets tous les jours au petit déjeuner ! Un jour, j'ai appris l'existence du vieux bastion rouge d'Amnéville. J'arrive ici – je ne connaissais pas – et je découvre l'enfer, la désolation : quarante ans d'oppression communiste... J'ai dit : "Merde, je m'installe, je ne bouge plus et je fous les cocos en l'air !" Mon programme était simple : "Vous êtes prisonniers du marxisme, je vais vous libérer." Un an après mon arrivée, j'étais élu. A 29 ans. »
Depuis, il s'accroche à son siège et à son rêve, devenu réalité. De la fenêtre de son bureau, on aperçoit l'imposante silhouette grise de l'aciérie de Gandrange, fermée depuis deux ans, vestige d'un passé sidérurgique (quasiment) révolu en Lorraine. Quant à son grand œuvre, il se trouve dans la forêt de hêtres qui jouxte la commune historique d'Amnéville. En quarante ans, Kiffer a fait sortir du néant un complexe de loisirs baroque, unique en son genre, traversé par une avenue centrale surplombée de... pylônes à haute tension. Aujourd'hui, « Amnéville-les-Thermes » abrite, entre autres, une piscine et une patinoire olympiques, un zoo, une gigantesque salle de spectacle, une piste de ski couverte de 620 mètres (construite sur l'ancien « crassier » d'usines), un casino, un musée de la Moto et du Vélo, des hôtels et le fameux Pôle thermal, décliné en deux versions, populaire et élitiste.

« Guerre du golf »

Des thermes au pied d'un terril ? « Quand j'ai commencé à parler de ça, il y a trente ans, on m'a traité de fou », rappelle-t-il. Il parviendra à ses fins grâce à une combine de filou, sa marque de fabrique : en 1909, un forage avait eu lieu dans la commune voisine de Moyeuvre-Petite. Pensant trouver du charbon, les Allemands étaient tombés sur une source. « L'eau chaude avait jailli pendant des années jusqu'à ce qu'elle soit bloquée par un éboulement. Je me suis dit : "Pourquoi l'eau n'arriverait pas ici ?" Alors j'ai percé un tunnel. On m'a dit que j'avais volé l'eau. Mais moi, j'ai répondu qu'ils n'en faisaient rien ! De là est parti le thermalisme. »
L'histoire de la source est un exemple éclatant de la douteuse « méthode Kiffer » : faire fi du cadre strict des lois et règlements quand ça l'arrange, lui et sa commune. « Quand ça coince, je débute les travaux et je mets les autorités devant le fait accompli, explique-t-il. C'est vrai, j'ai beaucoup fait ça... » D'où l'invraisemblable nombre de procès cumulés, année après année, par la mairie. Comme lors de la « guerre du golf », une interminable bataille judiciaire avec les villages voisins : « Quarante-cinq procès », lance Kiffer, imperturbable... et fier de son 18-trous.
Il raconte également la longue histoire du premier casino et du Pôle thermal, justement, dont l'agrément a été débloqué par Jacques Chirac en mars 1986, juste après sa seconde nomination comme Premier ministre. Une autorisation issue d'un marchandage avec Pierre Messmer (décédé en 2007), qui voulait récupérer Kiffer, « député indépendant », comme apparenté au groupe RPR sur les bancs de l'Assemblée. « Il a téléphoné à Chirac et, une demi-heure après, un motard est arrivé : j'avais ma lettre », sourit-il. Pierre Messmer, mais aussi Charles Pasqua ou encore Jacques Médecin et Michel Poniatowski (respectivement décédés en 1998 et en 2002)... En politique, ce sont les références de Kiffer.

« Dictateur »

Ce « solitaire » décomplexé a même nagé dans des eaux beaucoup plus sulfureuses : ex-compagnon de route du PFN (un mouvement d'extrême droite actif de 1974 à 1984), Kiffer n'avait pas hésité à cajoler l'Afrique du Sud de l'apartheid lors d'une mission parlementaire en 1987. Et quid du Front national, avec lequel on l'accuse d'avoir fricoté ? « Le Pen père, j'ai jamais aimé, dit-il. Mais dans la situation actuelle, je vote Marine. Enfin, je dis ça par dépit, cela ne veut pas dire que je le ferai. »
Ces multiples provocations ne font pas rire Thierry Barle. Installé dans sa cuisine, face à une pile de dossiers contentieux, cet ex-policier municipal, encarté à la CGT, dénonce sans relâche la face sombre de Kiffer, qu'il surnomme le « petit Fernandel ». Révoqué (à quatre reprises) pour avoir dénoncé, avec un autre collègue, des « malversations » dans la gestion du Pôle thermal, il fait partie de la petite armée d'opposants, actifs ou silencieux, en lutte contre l'indéboulonnable autocrate. « On ne crache pas dans la soupe, il a fait de belles choses ici, mais c'est un dictateur, souligne-t-il. Si l'on ne va pas dans son sens, on est éliminé. Et puis, quand vous portez l'écharpe tricolore, vous n'avez pas à cracher comme il l'a fait sur la République. » Barle est fatigué par son combat mais il s'accroche. Ses dernières paroles, sur le pas de sa porte, résument sa hargne inextinguible et, en écho, celle de son adversaire : « Le combat continue ! » 

De notre envoyé spécial Alban Traquet
C'est sur France Soir !

Plus d'articles Politique

Publié : 08/02/11 - 07h54
Mis à jour : 08/02/11 - 08h00
  • Texte plus grand
  • Texte plus petit

SUIVEZ FRANCE SOIR SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX


FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 17:29

      288500 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 19:55

      203400 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 17:21

      155550 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 21:48

      150550 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Jakyburn Jakyburn, le 20 avr à 21:02

      99900 points
      1686 commentaires

      En savoir plus sur Jakyburn


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Actu du jour en image

    Horoscope Quotidien 2012

    Minute Trente de Montvalon

    TV Tout sur Secret Stroy 6

    Faits Divers Les maisons de l'horreur