Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Vendredi 28 février, 14:22
Accueil > Actualité > Politique > Cécile Duflot : "Je serai meilleure dans quelques années"

Cécile Duflot : "Je serai meilleure dans quelques années"

Présidentielle 2012


Conseillère régionale d’Ile-de-France, la patronne des Verts, Cécile Duflot, exclut toujours d’être candidate à la présidentielle en 2012. « Trop tôt », dit-elle. Cela devrait donc se jouer, sous sa houlette, entre Eva Joly et Nicolas Hulot.

Cécile Duflot ne sera pas candidate à l'investiture d'EELV pour 2012
Cécile Duflot ne sera pas candidate à l'investiture d'EELV pour 2012 SIPA

FRANCE-SOIR Les Français sont-ils, comme le disait le médiateur Jean-Paul Delevoye voilà un an, « psychiquement fatigués » ?

CÉCILE DUFLOT Veut-on dire qu’ils sont inquiets ? C’est une évidence. Et la responsabilité principale en incombe aux politiques, qui ne tracent plus de perspectives. C’est la raison pour laquelle je me suis engagée : je veux montrer que nous pouvons changer les choses, qu’il ne faut pas subir, mais agir.

F.-S. Mardi à l’aube, vous étiez à Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne) pour manifester au passage d’un convoi de déchets nucléaires…

C. D. Il faut être dans une logique d’action, mais pas sacrificielle. Moi, je ne m’en cache pas, je prends du plaisir dans l’engagement politique. Il y avait une bonne ambiance à la gare !

F.-S. Vous n’étiez tout de même pas là-bas pour « l’ambiance » ?

C. D. Nous avons discuté, dans un climat bon enfant, avec les gens qui prenaient le RER : ils ne savaient absolument pas qu’un train de déchets circulait sur les voies qu’ils empruntent eux-mêmes. Mais il n’était pas question pour autant de se mettre en travers des voies !

F.-S. Quelle est aujourd’hui votre approche du nucléaire ? Le tout ou rien ?

C. D. Une approche pragmatique. Le nucléaire est-il la solution pour lutter contre le dérèglement climatique et la dépendance énergétique ? Non. Mais nous ne demandons pas pour autant la fermeture immédiate des centrales nucléaires. Nous voulons organiser la sortie du nucléaire par étapes, comme cela a été fait en Italie et en Allemagne.

F.-S. Le débat sur la bioéthique déchaîne les passions. Comment avez-vous réagi en entendant parler du « bébé-médicament » ?

C. D. Ces questions touchent à l’intime, et à la morale. Si votre enfant est en train de mourir et qu’il existe une chance de le sauver, n’allez-vous pas la saisir ? Il faut avoir une approche sensible. On ne peut pas dire blanc ou noir. Le débat sur les mères porteuses m’inspire la même prudence. Il y a des jours où je suis plutôt pour, d’autres où je suis plutôt contre.

F.-S. Etes-vous pour un assouplissement de la loi sur l’euthanasie ?

C. D. C’est tout aussi difficile à trancher. Cela fait écho à des histoires personnelles. J’ai connu un prêtre à qui on a refusé, il y a vingt ans, des soins palliatifs qui auraient accéléré son décès, inéluctable par ailleurs. C’était d’une violence révoltante. Là encore, il faut faire preuve de pragmatisme.

F.-S. François Fillon était à Annecy hier pour soutenir la candidature française aux Jeux olympiques. Y êtes-vous aussi favorable ?

C. D. Non. Nous y sommes résolument opposés. La démission de son directeur en décembre (Edgar Grospiron, NDLR) montre bien la fragilité de la candidature d’Annecy qui n’intègre pas du tout la dimension environnementale. Depuis Atlanta (1996), tout le monde veut faire des Jeux écologiques. Mais le gigantisme et le mercantilisme des JO vont à l’encontre de cet idéal. Il faut une vraie réflexion sur l’organisation et le mode d’attribution des Jeux.

F.-S. Pourquoi dénoncez-vous l’accord signé par la région Ile-de-France et le gouvernement sur le Grand Paris ? Personne n’y croyait et ils « y » sont parvenus, non ?

C. D. Cette signature s’est faite de manière tellement précipitée que le fond est passé à la trappe. Nous sommes favorables à un accord, mais pas à celui-là. Le gouvernement veut prioritairement relier Roissy à la Défense et Orly à Versailles, en passant par Saclay. Notre priorité à nous, c’est la desserte entre Clichy et Montfermeil, et dans le Val-de-Marne. L’accord signé par la région donne les clés du Grand Paris à l’Etat, qui va pouvoir décider du premier chantier à entreprendre. C’est une trahison. Mais nous n’avons pas dit notre dernier mot.

F.-S. Quelle est la leçon n° 1 du scandale du Mediator ?

C. D. La leçon n° 1 ? (Elle hésite) Il faut mettre en place une formation continue des médecins. Aujourd’hui, ils sont entre les mains des visiteurs médicaux. Or leur information est biaisée par une visée commerciale.

F.-S. Vous venez de dire qu’il fallait que « les mouettes se calment » quand vous avez été interrogée sur les tensions entre Nicolas Hulot et Eva Joly. Etait-ce un hommage à Eric Cantona ?

C. D. Non, non (sourire) ! C’est plus simple : on m’interrogeait pour la énième fois sur leurs ambitions, leurs « petites phrases ». Que vouliez-vous que je réponde ? C’est venu spontanément. Ce qui m’a traversé l’esprit à ce moment-là, c’est « Vos gueules, les mouettes », en référence à un film… (Elle recherche sur son iPhone) Ah voilà ! c’est une comédie de Robert Dhéry en 1974, avec Micheline Dax. (Elle lit) « On y retrouve la plupart des membres de la troupe des Branquignols. » J’ai de vraies références ! (Elle rit) C’était la minute culturelle. J’ai donc dit « les mouettes » pour ne pas dire impoliment : « Vos gueules, les mouettes ! »

F.-S. Mais vous, pourquoi n’êtes-vous pas…

C. D. (Elle termine la phrase et s’effondre sur son siège)… candidate à la présidentielle ? Je devinais que vous alliez dire cela. Et pourquoi cela surprend-il ? J’ai le droit de dire franchement que je ne suis pas sûre d’avoir les épaules pour être aujourd’hui candidate. J’ai appris à faire de la montagne avec mon père. Un jour, alors que nous étions à 25 mètres d’un sommet, mon père m’a dit : « Je ne le sens pas, ce petit éperon rocheux. » Je lui ai répondu : « Moi non plus. » Il a conclu : « Eh bien, on va s’arrêter là ». Je crois qu’il y a, dans ma décision, quelque chose de cet ordre-là.

F.-S. Mais quand on voit ce qui se passe chez vos amies « les mouettes », n’êtes-vous pas tentée de revenir sur votre décision ?

C. D. Non. Mon rôle, aujourd’hui, consiste à calmer gentiment les mouettes, et à essayer de faire avancer l’histoire. J’ai des enfants en bas âge, et l’envie de préserver ma famille. Et puis je serai peut-être meilleure dans quelques années : j’aurai acquis l’expérience institutionnelle qui me fait défaut aujourd’hui…

F.-S. Qu’est-ce qui se profile alors ? Un match Hulot-Joly ?

C. D. Il y a aujourd’hui trois candidats déclarés : Eva Joly, Yves Cochet et l’Alsacien Henri Stoll. Chez nous, parfois, il y a des surprises… Nicolas Hulot envisage, depuis le mois de décembre, de briguer l’investiture d’Europe Ecologie pour 2012. Pourquoi pas ? Mais moi, j’ai vécu la campagne de Dominique Voynet en 2007 avec l’hypothèque permanente de la candidature Hulot. J’ai donc appris à avancer comme si de rien n’était.

F.-S. Il semble toutefois cette année en avoir vraiment envie…

C. D. Il l’a exprimée de manière un peu plus nette, c’est vrai. J’ai donc fait mon boulot en le voyant plusieurs fois. Je lui ai dit où nous en étions. Maintenant, j’attends.

F.-S. Que s’est-il passé au moment du vote du calendrier des primaires ? Cela a été un vrai pataquès !

C. D. Je n’étais pas dans la salle au moment où ils ont voté, mais ils m’ont appelée à la rescousse. C’est une bonne leçon : le travail de concertation préalable n’a pas été fait. Résultat : on s’est pris les pieds dans le tapis. Il ne faut pas prendre une décision à la va-vite. Cela donne l’impression de fermer le débat. Nous allons réunir les proches de Joly, Hulot… pour remettre les choses à plat, et redéfinir notre calendrier des primaires.

F.-S. Souhaitez-vous la conclusion d’un accord de gouvernement avec le PS avant les législatives ?

C. D. C’est un calendrier très difficile à articuler politiquement. Il faut, dans le même moment, défendre un projet écologiste autonome pour la présidentielle, et dire ce que l’on voudra faire ensuite avec le PS. Car nous voulons, je vous le confirme, nous préparer à la possibilité de gouverner ensemble pendant cinq ans.

F.-S. Avez-vous une préférence parmi les candidats PS ?

C. D. Notre proximité est variable selon les moments. Royal est proche de nous sur un certain nombre de sujets, mais elle était contre la taxe carbone. Il n’y a pas de vision binaire ni de classement. Et cela ne m’intéresse pas de transformer les socialistes en écologistes. Je veux juste qu’ils bougent sur certaines questions.

F.-S. Avez-vous un contact avec DSK ?

C. D. (Les yeux dans le vague) Il y a des gens chez nous qui ont des liens avec lui. Mais je ne fais pas la diplomatie des dîners…

F.-S. Vous ne cherchez pas à savoir s’il sera candidat ou pas ?

C. D. En tout cas, je ne cherche pas à vous le raconter (éclat de rire) ! 

F.-S. Voterez-vous aux primaires du PS ?

C. D. On me poserait tellement la question de savoir ce qu’il y a dans mon bulletin de vote que je vais éviter cela !

F.-S. Certains au PS sont vent debout contre Hulot…

C. D. Je les laisse parler ! Nous choisirons notre candidat de façon totalement libre.

F.-S. Que pensez-vous du risque d’un nouveau 21 avril ?

C. D. (Elle coupe, agacée) François Kalfon, le spécialiste des sondages au PS, l’a très bien dit : si la gauche n’a pas été présente au second tour de la présidentielle de 2002, c’est parce que Lionel Jospin n’a pas donné envie qu’on vote pour lui. Imputer l’échec aux autres, c’est une erreur. C’est même un discours insupportable et bête. Le vrai problème aujourd’hui, c’est qu’autant de gens aient envie de voter pour Marine Le Pen !

F.-S. Nicolas Sarkozy a-t-il d’ores et déjà perdu ?

C. D. Non. Il suffit de se rappeler les sondages de février 2006 pour s’en convaincre : Bayrou était à 5 %, Royal écrasait Sarkozy.

F.-S. Comprenez-vous la colère des magistrats ?

C. D. Je la comprends. Il y en a marre de la démagogie et du manque de courage. Il n’y a pas de responsable au drame de Laëtitia. Il faut garder ses nerfs sur des questions aussi sensibles.

F.-S. Si vous deviez définir vos qualités ?

C. D. (Elle hésite) Je suis plutôt bonne nature et je ne me prends pas au sérieux. Cela permet d’être franche avec tout le monde et d’avancer le pied léger. C’est une grande force, je crois. En revanche, je suis incroyablement « bordélique » (grand éclat de rire). Et pour mon entourage, je le sais, c’est parfois pénible…

Gaëtane Morin, Dominique de Montvalon
C'est sur France Soir !

Réactions à cet article4 commentaires

  • Par Anonyme-77656, le 9 fév à 11:23

    Anonyme-77656
    juste une illusion!!

    Rentre chez toi, tu feras même pas 5%!!



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 9 fév à 12:38

    Anonyme-77656
    Rien d'étonnant ...

    ... la salade bio pousse plus lentement...



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 9 fév à 13:55

    Anonyme-77656
    Dufflot à raison

    Qu'elle plante ses choux en attendant qu'elle soit mûre.

    Ils sont nombreux chez les écolos à se battre, pas prêts donc pour laisser la place.



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 9 fév à 20:51

    Anonyme-77656
    il n a jamais....

    il n a jamais été interdit de rever mais le réveil peut etre brutal...surtout en ayant des idées a dormir debout......



    Signaler un abus  
Publié : 09/02/11 - 07h55
Mis à jour : 09/02/11 - 10h00
  • Texte plus grand
  • Texte plus petit

SUIVEZ FRANCE SOIR SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX


FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 17:29

      288500 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 19:55

      203400 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 17:21

      155550 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 21:48

      150550 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Jakyburn Jakyburn, le 20 avr à 21:02

      99900 points
      1686 commentaires

      En savoir plus sur Jakyburn


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Actu du jour en image

    Horoscope Quotidien 2012

    Minute Trente de Montvalon

    TV Tout sur Secret Stroy 6

    Faits Divers Les maisons de l'horreur