Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Lundi 18 décembre, 16:39
Accueil > Actualité > Politique > Gouvernement Ayrault : Vincent Peillon, un philosophe à l'Education

Gouvernement Ayrault : Vincent Peillon, un philosophe à l'Education

Le gouvernement Ayrault


Soutien de Ségolène Royal en 2007, le député européen était devenu l'incontournable "M.Education" de François Hollande. Il est désormais ministre.

Vincent Peillon, nouveau ministre de l'Education
Vincent Peillon, nouveau ministre de l'Education AFP/BERTRAND GUAY

Descendant d'une famille de scientifiques, dont une mère directrice de recherche à l'Inserm, Vincent Peillon est né à Suresnes (Haute-Seine) en 1960. Agrégé en philosophie, il enseigne cette discipline plus d'une dizaine d'années avant d'entrer au Parti socialiste. Ce n'est que dans les années 1990, par l'entremise de Pierre Moscovici, qu'il fait ses premiers pas à l'Assemblée nationale. Plume d'Henri Emmanuelli, alors président de l'hémicycle, il inspire également les discours de Laurent Fabius ou Lionel Jospin. 

Génération montante

Secrétaire du groupe des experts du PS, Vincent Peillon est très vite propulsé porte-parole du parti. Profitant de la victoire de la gauche aux législatives anticipées de 1997, il est élu député de la Somme et en profite pour s'emparer de la présidence d'une mission d'information sur la délinquance financière et les paradis fiscaux en Europe. Aux côtés d'Arnaud Montebourg notamment, il s'impose comme la génération montante du parti. 

Suite à la défaite de Lionel Jospin en 2002 et à un violent conflit qui l'oppose aux chasseurs dans sa circonscription, Vincent Peillon perd son siège de député. Et décide de quitter sa fonction de porte-parole du parti. En 2007, il retente sa chance aux législatives. En vain. Il devient, à partir de 2004, député européen, dans la circonscription Sud-Ouest, puis, en 2009, dans celle du Sud-Est – loin de la Somme - dont il accepte d'être le candidat à contre-coeur.

L'incontournable « M.Education »

Dès 2003, la rénovation du PS est à l'ordre du jour. Vincent Peillon y prend part et fonde, avec Montebourg et Julien Dray, le Nouveau Parti Socialiste (NPS) - un courant qui s'ancre à gauche contre la dérive libérale de l'Union européenne et pour une VIe République. Acceptant le compromis avec François Hollande, alors Premier secrétaire du PS, Peillon reprend le chemin de la scène politique nationale. En 2007, il se fait connaître du grand public en étant le porte-parole de campagne de Ségolène Royal. 

Suite à la défaite de la présidente de Poitou-Charente, Vincent Peillon - connu pour son tempérament indépendant - se révèle un soutien moins appliqué. A l'issue de la primaire socialiste, il s'impose comme l'incontournable « M.Education » de François Hollande - qui se veut le « Président de la jeunesse ». A la la tête du pôle « Education, jeunesse, enseignement supérieur et recherche » de la campagne, il prône une « refondation de l'école de la République », respectueuse des enseignants.

Par Chloé Demoulin

Réactions à cet article3 commentaires

  • Par KrisEon, le 17 mai à 01:02

    KrisEon
    Les philosophes

    Le ministère de l'éducation, est un épouvantail. Peu de ministres y ont réussi pour leur premier ministère.. Le précédent Philosophe aux manettes c'était Luc. Vincent  son successeur, philosophe aussi aura quand même du mal à faire pire.



    Signaler un abus  
  • Par fausto, le 18 mai à 15:27

    fausto
    Une grosse tête aux petits bras

    Peillon ce philosophe qui se dégonfle face  a un débat avec marine Le Pen ,qui lâche ségolène Royal d'une façon peu glorieuse ,et qui semble se prendre pour le nouveau Platon. Les syndicats de l'éducation nationale vont transformer l'éléphant en mouton



    Signaler un abus  
  • Par Jako, le 18 mai à 17:39

    Jako
    Ségolène tu nous fatigues !

    C'est facile de jouer les "francs-tireurs" quand on est pas dans le gouvernement. Ségolène Royal est coutumière du fait. Est-elle jalouse de la réussite de son ex-mari ? Aimez-vous les uns les autres disait -elle sur scène. FH la connaît tellement  bien qu'il a préféré l'écarter des affaires. C'est un peu la "Morano de gauche"



    Signaler un abus  
Publié : 16/05/12 - 19h51
  • Texte plus grand
  • Texte plus petit

SUIVEZ FRANCE SOIR SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX


FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 17:29

      288500 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 19:55

      203400 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 17:21

      155550 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 21:48

      150550 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Jakyburn Jakyburn, le 20 avr à 21:02

      99900 points
      1686 commentaires

      En savoir plus sur Jakyburn


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Actu du jour en image

    Horoscope Quotidien 2012

    Minute Trente de Montvalon

    TV Tout sur Secret Stroy 6

    Faits Divers Les maisons de l'horreur