Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Dimanche 26 mai, 15:26
Accueil > Actualité > Politique > Débat sur la laïcité : À droite, des convertis et des sceptiques

Débat sur la laïcité : À droite, des convertis et des sceptiques

Le débat sur la laïcité


Au lendemain de la clôture de la convention sur la laïcité et l'islam, FranceSoir.fr fait le point sur ceux qui, à droite, se sont laissés convertir par le débat de Jean-François Copé et ceux qui restent opposés à la mesure.

François Fillon et Jean-François Copé
François Fillon et Jean-François Copé SIPA

Les convertis

Laurent Wauquiez. En l'espace d'un mois, le ministre des Affaires européennes est passé de l'ombre à la lumière. Le 11 mars, il considérait dans une interview à Libération qu'il n’y avait « pas de place » pour un débat sur la laïcité car, disait-il, « la laïcité n’est pas en débat, c’est le socle du contrat républicain ». Pour autant, Laurent Wauquiez voulait voir avant de croire. S'il a jugé au lendemain sur Canal + que la convention avait été « un bon exercice », c'est parce qu'elle a pu apporter des « propositions concrètes », selon lui.

Rachida Dati. La députée européenne a elle aussi trouvé son chemin de Damas. L'ex-ministre de la Justice s'était montrée méfiante début mars, en estimant que le débat ne devait pas être « un moyen de stigmatiser l'islam comme religion ou les musulmans comme pratiquants ». Elle avait aussi jugé que l'UMP ne devait pas « se cacher derrière la laïcité » pour parler de l'Islam. Alors qu'elle s'était fait porter pâle début avril, prétextant son retour en train de Strasbourg, la maire du 7e arrondissement de Paris a finalement pris place au milieux des débateurs.

Jean-Pierre Raffarin. Le vice-président du conseil national de l'UMP a également trouvé la voie de l'hôtel Pullman mardi, mais avec trois heures de retard. L'ancien premier ministre s'était pourtant fait excuser, pour cause de présidence de la séance de travail sur le projet de loi de bioéthique.

Les sceptiques

François Baroin. Le porte-parole du gouvernement est un converti de force. Pour s'éviter les foudres élyséennes, le maire de Troyes avait du se rétracter et renier ses appels aux « valeurs républicaines », et à « mettre un terme à tous ses débats ». Bien présent mardi, il n'a pourtant pas co-animé les échanges comme prévu initialement. Il a en revanche encouragé Jean-François Copé, le maître de cérémonie, à mettre en oeuvre son projet de « code de la laïcité ». Petit bémol, il est resté ferme sur sa position de ne pas toucher à la loi de 1905.

Eric Besson. Sans être opposé au débat (il s'est déclaré partisan d'instaurer des carrés musulmans dans les cimetières), on ne peut pas dire que le ministre de l'Industrie se soit impliqué à fond le jour J. Peut-être les mauvais souvenirs du débat sur l'identité nationale, dont il a été le maître d'oeuvre. Toujours est-il que l'intéressé a quitté la grand messe au bout d'une demi-heure.

Les impies

François Fillon. Comme d'autres, le Premier ministre avait officiellement son mot d'excuse. Mais son absence a été remarquée plus que toute autres. Surtout après sa mise en garde sur la « ligne rouge » à ne pas franchir, puis son bras de fer avec Jean-François Copé qui lui a reproché de ne pas « jouer collectif ». Même sermon la veille du débat, Jean-Pierre Raffarin reprochant au locataire de Matignon son « manque de loyauté » vis-à-vis de l'Elysée. Peine perdue, le Premier ministre est resté droit dans ses bottes jusqu'au bout... comme Alain Juppé d'ailleurs. Le n°2 du gouvernement s'est félicité mercredi que la page du débat sur la laïcité soit « tournée et bien tournée ».

Gérard Larcher. « Méfions-nous de jouer sur les peurs », avait averti le président du Sénat une semaine avant la convention. Il est vrai que le deuxième personnage de l'Etat avait exprimé très tôt ses doutes sur la « laïcité positive » chère à Nicolas Sarkozy. Quelques jours avant l'ouverture des palabres, il annonçait une réunion de première importance à Bruxelles avec des parlementaires.

G. F. V.

Réactions à cet article15 commentaires

  • Par Anonyme-77656, le 6 avr à 19:54

    Anonyme-77656
    à l'aveugle ?

    je me marre!Salut la Droite unie espèrant nos suffrages en 2012. Que devons nous retenir de ce débat ? Il y a les cons vertis et les nons' ainsi que les vraies sceptiques et les fausses sceptiques ? Ça pue tout cela. Vivement Juin 2012...



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 6 avr à 20:04

    Anonyme-77656
    laïcité

    Divisée ou pas, la richesse d'un parti politique est d'avoir des idées.....mêmes différentes.

    Quand il s'agit des socialistes, tout le monde trouve cela normal, quand la droite fait entendre ses divergences, on nous parle de division.

    Quoiqu'il en soit, tous les débats d'idées sont riches d'enseignements, qu'ils soient de droite ou de gauche et la démocratie n'en sort que grandie.

    Je pense aussi, que la droite devra rendre coup pour coup à une gauche anti tout et polémique pour tout, y compris les décisions, mesures et réformes nécessaires pour notre pays.

    Le PS a démontrer son manque de courage politique, et je ne pense pas que l'élection d'un DSK puisse apporter quelque chose à la France.

    Nous verrons bien, mais ne me dites surtout pas que lui et son épouse sont un modèle de socialisme, donnez-moi leur revenus et demain je tourne ma veste.



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 6 avr à 21:39

    Anonyme-77656
    !!!

    A l'issue de ce débat sur la laïcité, ce n'est pas une stigmatisation de l'Islam ou de quelque autre religion non chrétienne, que nous devons redouter . La vérité commence à montrer le bout de son nez. Les grandes perdantes, dans tout cela, seront comme d'habitude les traditions françaises, qu'elles soient religieuses, civiles, laïques ... ou païennes. Débat de tous les dangers, Oui! Y compris ceux auxquels nous n'avions pas pensé!



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 6 avr à 22:56

    Anonyme-77656
    Boff ! ! ! !

    ils sont fous ces politiques . . . ils pensent nous amuser avec leurs Coppenneries . . . . mdr ! ! !



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 6 avr à 23:55

    Anonyme-77656
    Parti pris !!

    sans même lire l'article en entier on voit la partialité de l'auteur !! dans le titre "Ceux qui n'y croient toujours" doit on entendre "de toute façon va bien falloir y croire ?!" et finalement les l'apoteose avec "les impies" ceux que L'UMP doit pourfendre devant un tribunal d'inquisition ?

    c'est en tout cas avec tristesse qu'on constate, rien qu'au vocabulaire religieux employé, le parti pris du rédacteur de l'article !!


    mais un journaliste n'a t il pas devoir de faire preuve de neutralité et d'objectivité ?



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 6 avr à 23:55

    Anonyme-77656
    @malikasa

    Bonjour,


    Qu'un parti politique puisse avoir des idées me semble pas un problème en soit, bien que en effet certaine idée... me semble sentir le souffre.

    Mais que ce parti politique partage ces idées avec le gouvernement en place (ministres / députés) qui eux sont censés représenté l'ensemble des français me laisse perplexe.

    Il est vrai que nous avons pour la première fois dans l'histoire un président qui ne représente pas l'ensemble des français mais seulement ceux qui appartiennent à son parti politique, étrange fonctionnement non ?.


    Cordialement



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 7 avr à 00:25

    Anonyme-77656
    !

    Et bien voilà ... On cède du terrain petit à petit mine de rien... Il n'y a pas besoin d'être un grand observateur pour présager que bientôt dans 5O ans quand nous seront minoritaires la laïcité ne sera plus qu'un lointain souvenir...



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 7 avr à 02:07

    Anonyme-77656
    Les accords

    Il aurait fallu écrire « ...ceux que le débat a convaincus ...» au pluriel, n'est-ce pas



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 7 avr à 02:24

    Anonyme-77656
    dsk est petit.

    dsk est petit.



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 7 avr à 05:23

    Anonyme-77656
    droite et gauche

    Pour répondre à malikasa sur "donnez-moi leur revenus et demain je tourne ma veste.".

    Si les pauvres et les moins pauvres votaient à gauche et les riches à droite,la démocratie n'existerait pas...La gauche serait au pouvoir du 2000 ans.

    Le pouvoir c'est d'abord l'argent et l'argent,ce sont les riches qui l'ont...

    Mais on ne va pas débattre sur le sujet ... c'est déjà fait depuis longtemps comme sur la laicité.



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 7 avr à 06:08

    Anonyme-77656
    N'importe quoi !

    Pourvu que l'on se maintienne au pouvoir ! tou est bon pour cela comme si les françsis dont tout le monde politique prétend détenir le bon vouloir, étaient plus préoccupes par la question de laîcité alors que les autres priorités sont ailleurs et pour cause. Mais hélas la droite avec ses médias bien pensants en fait ses choux gras!!!!!



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 7 avr à 06:17

    Anonyme-77656
    Guerre de religion

    Nos politicards de droite comme de gauche, n'arrêtent pas de souffler sur les braises de la guerre civile. Les Français (ceux qui sont la mémoire de la France) sont prêts à se battre pour sauver la loi 1905.



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 7 avr à 08:29

    Anonyme-77656
    pauvre france

    vont ils arriver à modifier voir vider la loi de 1905?..la suite nous le dira



    Signaler un abus  
  • Par CLOVIS34, le 7 avr à 18:22

    CLOVIS34
    foutus

    oui nous sommes foutus s'y pas mégarde nous votons l'umps et leurs suivants il faut réagir est comprendre une bonne foit pour toute que la france est en danger et que notre civilisation et notre culture sont aussi en danger ,je n'ais pas envie que mes enfants soit sous le joug de la charia ....

    pour marine 2012



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 7 avr à 19:33

    Anonyme-77656
    comme toujours

    De ce débat il en résulte comme toujours la stigmatisation des musulmanes et des musulmans.

    la récurrence de cette amplitude cyclique non amortie selon les périodes est un moyen de manipulation des électeurs d'accord mais à cette orientation on a tendance a croire comme ci

    on dirait qu'il n y a pas d'autres méthodes de mobilisation pourtant les problèmes existent chômage logement formation...etc alors moi des fois j'ai peur de l'avenir.



    Signaler un abus  
Publié : 06/04/11 - 22h48
Mis à jour : 01/05/11 - 18h22
  • Texte plus grand
  • Texte plus petit

SUIVEZ FRANCE SOIR SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX


FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 17:29

      288500 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 19:55

      203400 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 17:21

      155550 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 21:48

      150550 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Jakyburn Jakyburn, le 20 avr à 21:02

      99900 points
      1686 commentaires

      En savoir plus sur Jakyburn


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Actu du jour en image

    Horoscope Quotidien 2012

    Minute Trente de Montvalon

    TV Tout sur Secret Stroy 6

    Faits Divers Les maisons de l'horreur