Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Jeudi 15 novembre, 12:08
Accueil > Actualité > Politique > Manuel Valls, le candidat permanent

Manuel Valls, le candidat permanent

Primaires PS


Manuel Valls a cheminé longuement avant sa déclaration officielle de candidature à la primaire socialiste mardi. Retour sur une communication soutenue mais sinueuse.

Manuel Valls s'est officiellement lancé dans la primaire mardi
Manuel Valls s'est officiellement lancé dans la primaire mardi SIPA

Cette fois, c'est la bonne ? Manifestement oui, Manuel Valls est sur les rangs pour la primaire socialiste. Il l'a confirmé sur le plateau de TF1 mardi soir et s'est dit déterminé à concourir « pour gagner » et non « pour témoigner ». Fonceur, Manuel Valls s'était déclaré le premier candidat à la présidentielle en juin 2009. Comme pour insister sur ce profil de quadra dynamique en décalage avec la vieille garde des Hollande et Aubry. Un élan qui lui a permis de se déclarer candidat un certain nombre de fois, on ne sait plus trop combien au juste. Extraits.


Précoce. 13 juin 2009. Le député de l'Essonne choisit les colonnes du Journal du Dimanche pour déclarer sa flamme aux Français. « Maintenant je sais exactement où j'en suis. Si on ne me prouve pas qu'un autre socialiste peut mieux que moi porter le renouvellement - et pour l'instant je ne vois pas - je porterai ces idées moi-même », déclare-t-il, bravache. « Clairement, je serai candidat à des primaires pour représenter les socialistes et la gauche à la présidentielle ». Ca y est, c'est dit.

« Je l'ai dit au mois de Juin ». 30 août 2009. Les médias veulent une confirmation, comme si un doute subsistait encore. Interrogé à l'issu de l'université d'été de La Rochelle, il le dit et répète : « Bien sûr, je l'ai dit au mois de juin que j'étais candidat à la Présidence de la République ». Il confirme aussi vouloir élargir le PS au MoDem, aux Verts et aux communistes, et prône « une nouvelle alliance et, pourquoi pas, une nouvelle plateforme politique ».

Parrainages. 19 juillet 2010. « Manuel Valls part à la chasse aux parrainages », claironne son cabinet à la mairie d'Evry. Un an après, certains douteraient encore au PS de sa capacité à aligner les 500 sésames nécessaires. « On dit que j'aurai du mal à avoir des signatures. Détrompez-vous, mon parcours suscite de l'intérêt et de l'enthousiasme chez beaucoup d'élus et de sympathisants de gauche », affirme-t-il mercredi dans un entretien à Libération.

Coup de gueule. 1er octobre 2010. Le jeune loup du PS en a marre des prédictions sur les primaires. « Moi j'ai envie de bousculer, de faire mentir les pronostics qu'on nous sert pour les prochaines primaires, comme si on n'avait qu'à choisir entre DSK et Martine Aubry (…) Je suis très déterminé à incarner cette nouvelle génération », tonne-t-il, au cas où on aurait pas encore compris. Et de défendre ardemment des primaires ouvertes et équitables, sans quoi la gauche pourrait à nouveau perdre en 2012.

Girouette. 1er mars 2011. A cinq mois d'écart, le discours a changé sur les primaires. DSK crève tous les plafonds dans les enquêtes d'opinion, et Valls envisage de se ranger sous sa bannière. « S'il est candidat, alors je pense que tous les candidats socialistes, moi parmi d'autres, devront se poser la question de l'utilité de leur candidature », commente-t-il. Au risque de passer pour une girouette, qualificatif dont il s'est souvent vu affubler par le passé (son « non » puis son « oui » au référendum sur la constitution européenne en 2005).

Parenthèses. 20 mai 2011. Badaboum. Le coup de tonnerre de l'affaire DSK frappe la maison Solférino. Toutes les certitudes vallsiennes volent en éclat. Il annonce mettre sa candidature « entre parenthèses » et exhorte les autres socialistes à faire de même pour réfléchir ensemble. Afin, dit-il, « de faire émerger celui ou celle qui sera en capacité de rassembler la gauche et de permettre la victoire ».

On y est presque. 23 mai 2011. Dans une déclaration à l'AFP, le député-maire d'Evry affirme « ne pas s'interdire » d'être candidat à la primaire socialiste. Et de dérouler un discours programmatique : « Moi, j’ai toujours dit qu’il fallait incarner une gauche moderne, populaire, qui regarde le monde tel qu’il est, qui dise la vérité sur les finances publiques, sur les marges de manoeuvre, qui parle aux chefs d’entreprises, qui parle compétitivité, qui soit claire sur la sécurité, l’immigration ».

G. F. V.

Réactions à cet article1 commentaire

  • Par Anonyme-77656, le 8 juin à 13:00

    Anonyme-77656
    Valls

    il est mignon; il a envie de jouer ans la cour des grands, pourquoi pas? Après tout les socialistes concourent pour la forme.



    Signaler un abus  
Publié : 08/06/11 - 12h42
Mis à jour : 09/06/11 - 14h58
  • Texte plus grand
  • Texte plus petit

SUIVEZ FRANCE SOIR SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX


FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 17:29

      288500 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 19:55

      203400 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 17:21

      155550 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 21:48

      150550 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Jakyburn Jakyburn, le 20 avr à 21:02

      99900 points
      1686 commentaires

      En savoir plus sur Jakyburn


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Actu du jour en image

    Horoscope Quotidien 2012

    Minute Trente de Montvalon

    TV Tout sur Secret Stroy 6

    Faits Divers Les maisons de l'horreur