Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Mercredi 07 décembre, 23:09
Accueil > Actualité > Politique > Pasqua : “Ceux qui m’ont accusé vont devoir payer !”

Pasqua : “Ceux qui m’ont accusé vont devoir payer !”

Politique


Il a été relaxé de toutes les accusations de « trafic d’armes et trafic d’influence » portées contre lui depuis dix ans. S’estimant victime d’un complot chiraquien, il annonce à France-Soir qu’il ne fera pas de cadeau à ceux qui l’ont accusé.

“La prison ne m’aurait pas fait peur.”
“La prison ne m’aurait pas fait peur.” SIPA

France-Soir :Vous voilà blanchi de tout soupçon dans l’affaire de l’Angolagate. Mais l’épreuve a été très dure pour vous. Qu’allez-vous faire maintenant ?

Charles Pasqua: Je vais attaquer. D’abord, je vais demander une enquête sur la responsabilité personnelle des juges, à commencer par Philippe Courroye et Jean-Baptiste Parlos. Pour cela, j’étudie avec mes avocats la meilleure démarche juridique possible. S’agissant des politiques, les Alain Juppé, Hervé de Charette, Charles Millon, Dominique de Villepin et consort, qui ont menti sous serment, je compte déposer plainte contre eux. De toute façon, je vais me retourner contre l’Etat. J’ai subi un préjudice considérable qu’il va falloir réparer. J’ai attendu plus de dix ans, mais le moment est venu de me rendre justice.

« Juppé et Villepin ont menti »

F.-S. Vous en voulez aux politiques ?

Ch. P. Et comment ! Il n’a échappé à personne qu’Alain Juppé, Hervé de Charette, Charles Millon et d’autres ministres ont menti sous serment en assurant tout ignorer de la mission que j’avais reçue de Jacques Chirac d’obtenir la libération des pilotes pris en otages par les Serbes, par l’intermédiaire de Jean-Charles Marchiani et d’Arcadi Gaydamak. La médaille du Mérite accordée à ce dernier était pleinement justifiée. Et la médaille du mensonge revient à Dominique de Villepin, alors secrétaire général de l’Elysée, qui m’a donné l’argent de la rançon que Marchiani a versée aux Serbes : il a pourtant affirmé sous serment n’avoir jamais été au courant ! Alors que tout prouve le contraire… En appel, le général Douin, chef d’état-major des armées, est venu témoigner sur la réalité de mon rôle et de celui de Gaydamak dans la libération des otages. Il a dit que Philippe Courroye s’était gardé de l’interroger sur ce point.

« On a voulu m’éliminer de la présidentielle »

F.-S. Pensez-vous qu’on vous a compromis dans l’Angolagate pour vous nuire politiquement ?

Ch. P. C’est clair ! On a voulu m’éliminer de l’élection présidentielle de 2002. A un moment, sous la pression de l’Angola, il a été question de retirer la plainte pour trafic d’armes déposée par le ministre socialiste Alain Richard. Cela aurait mis par terre toute la construction judiciaire. Or j’ai la preuve qu’il y a eu une réunion à l’Elysée, avec Laurent Le Mesle, conseiller juridique de Chirac, et des avocats. La question a été posée : est-ce que ce retrait de plainte favoriserait Charles Pasqua ? Réponse : oui. Conclusion : dans ce cas, il ne faut pas le faire.

France-Soir Votre relaxe complète dans le dossier de l’Angolagate, où vous avez été condamné en première instance à de la prison ferme, a surpris. Pourquoi cette soudaine indulgence ?

Ch. P. Il n’y a pas d’indulgence ! Ma relaxe est une décision normale, logique, qui a permis de réparer partiellement une injustice. C’est tout ce qui s’est passé avant qui était scandaleux. Le désaveu est cinglant pour le juge Courroye, qui n’a instruit qu’à charge et a même systématiquement écarté de la procédure tous les éléments à décharge, jusqu’à subtiliser des pièces essentielles. Il a lancé des centaines de commissions rogatoires dans le monde entier. Il a associé mon nom au trafic d’armes et au trafic d’influence. Il est clair qu’il a été le principal exécutant d’une opération politique visant à m’éliminer de l’élection présidentielle de 2002. Je ne suis pas un perdreau de l’année, mais je n’aurais jamais imaginé que le pouvoir politique, Jacques Chirac étant président, pût à ce point manipuler la justice.

« La presse a été manipulée »

F.-S. Il n’y a pas eu qu’un complot politique !

Ch. P. La presse, elle aussi, a été manipulée, grâce à de fausses informations distillées à bon escient. Plusieurs journalistes dits « d’investigation » étaient ouvertement de mèche avec le juge Courroye. Quand on est pris dans un tel étau, on est mort. C’est ce qui m’est arrivé. On a créé avec moi un épouvantail médiatique. Il y a eu des centaines d’articles et de titres de une me présentant comme coupable. Alors que ma relaxe n’a fait d’objet que de petits articulets, cachés en pages intérieures… quand il y en a eu. Et jamais, bien entendu, de mea culpa, ni même l’expression du moindre regret des médias. Ce décalage est incroyable lorsqu’il s’agit de l’honneur d’un homme.

F.-S. Concernant les juges, Courroye n’était pas seul. Vous avez été lourdement condamné en première instance…

Ch. P. Le président du tribunal, Jean-Baptiste Parlos, a participé à ce complot politique. Il en a été le complice actif. Je ne lui pardonnerai jamais de m’avoir fait condamner, sans raison, en toute connaissance de cause. S’y est ajouté l’effet du corporatisme judiciaire. Il fallait, à tout prix, protéger Courroye, à qui on prêtait alors une promotion à Paris. En première instance, j’ai ainsi été pris dans un véritable piège judiciaire. Mes avocats m’ont assuré que j’allais être relaxé parce que le dossier était vide. En appel, j’ai enfin pris les choses au sérieux. Mon fils, deux collaborateurs et l’épouse de mon avocat, Pierre Haïk, ont épluché le dossier pendant quatre mois. Ils ont découvert des tas d’éléments prouvant mon innocence, et des erreurs factuelles grossières.

« La prison ne m’aurait pas fait peur »

F.-S. Vous avez été disqualifié, mais jamais envoyé en prison, comme tant d’autres…

Ch. P. J’étais protégé par mon immunité parlementaire. De toute façon, j’aurais assumé : les Fritz ne m’avaient pas fait peur, ce ne sont pas ces juges aux ordres de Chirac qui risquaient de m’impressionner.

F.-S. Pourquoi ne sollicitez-vous pas un nouveau mandat sénatorial ?

Ch. P. A 84 ans, me représenter serait indécent. Mais soyez sûr que je vais prendre une part active à la prochaine élection présidentielle.

F.-S. En faveur de Nicolas Sarkozy… N’a-t-il pas perdu la main ?

Ch. P. Les Français ne sont pas hostiles à la politique de Sarkozy mais à sa personne. Pour le moment. Ils reconnaissent son efficacité en situation de crise. Et je suis persuadé qu’il a les moyens de reconquérir l’opinion. N’oubliez pas que Jacques Chirac, six mois avant d’être élu, ne recueillait que 14 % d’opinions favorables… Le problème est, bien sûr, Marine Le Pen dont je suis pourtant persuadé qu’elle ne fera pas le score annoncé. Car Claude Guéant fait du bon travail : un ministre de l’Intérieur n’est pas là pour faire le joli cœur. J’en sais quelque chose : j’ai quitté la Place Beauvau il y a quinze ans, j’étais durement critiqué, mais j’ai laissé ma marque dans l’opinion.

F.-S. Croyez-vous vraiment que la droite puisse gagner ?

Ch. P. Oui. On va le voir à l’occasion des prochaines élections sénatoriales. La gauche croit que la présidence est à sa portée, mais vous verrez que la droite gardera une avance d’une dizaine de sièges.

« DSK n’ira pas jusqu’au bout »

F.-S. Vous ne croyez donc pas à une possible victoire de la gauche ?

Ch. P. Non. D’abord, je ne crois pas que Dominique Strauss-Kahn ira jusqu’au bout. En s’affichant en Porsche, il a fait sa première bourde, avant même d’avoir commencé. Il me fait penser à Juliette Gréco qui se baladait en Rolls-Royce et qui avait dit : « Ce n’est pas parce qu’on est de gauche qu’on doit se priver de tout. » Comment ces gens peuvent-ils prétendre représenter ceux qui ne peuvent joindre les deux bouts, dont le portefeuille est vide le 20 de chaque mois ?

F.-S. Et François Hollande ?

Ch. P. Il est habile. Il s’améliore. Sa mise est plus modeste. S’il passait le cap des primaires socialistes, il aurait peut-être ses chances. Mais c’est un obstacle qu’à mon avis il ne franchira pas.

Précisions à la demande de Charles Pasqua:


"A la suite de l’article paru dans France-Soir le 9 mai 2011, je regrette que Monsieur Routier ait choisi de donner à notre entretien la forme d’une interview sans m’en informer, et qu’il n’ait pas jugé opportun de me soumettre le texte publié.


Ce procédé l’a conduit à me prêter des propos qui ne sont pas les miens :

Ainsi, soulignerai-je en particulier :

1- S’agissant de la mission qui m’avait été confiée en 1995 par le Président de la République en vue de la libération des pilotes français détenus en Bosnie, les fonds qui m’ont été directement remis par Dominique de Villepin alors Secrétaire général de l’Elysée correspondaient à une prise en charge de frais de transport liés à cette mission. Toute autre affirmation est contraire à la vérité.

2- Me Jacqueline Laffont et Me Lev L. Forster ont assuré ma défense dans le cadre du procès en appel de l’affaire dite de «l’Angolagate», comme ils l’avaient déjà fait, avec Me Pierre Haïk, devant la Cour de Justice de la République.

3- MM de Charrette et Millon n’ont jamais été entendus pendant la phase d’instruction. Cités comme témoins, ils ont refusé de venir témoigner devant la Cour. Il est donc contraire à la vérité d’écrire qu’ils ont menti sous serment. Il faudra cependant qu’ils s’expliquent sur leur silence dans cette affaire.

4- La disparition d’une note déclassifiée de la DST, à décharge, intitulée «la filière Marchiani», pendant la phase d’instruction de l’affaire dite de «l’Angolagate» a donné lieu au dépôt d’une plainte par mes conseils devant le doyen des juges d’instruction du Tribunal de Grande Instance de Paris au mois d’avril 2010. Nul ne peut à ce stade de l’instruction affirmer qu’elle aurait été «subtilisée» par quelque personne que ce soit.

5- Mon innocence étant reconnue, j’ai effectivement demandé à mes conseils d’examiner les actions qu’il me serait possible d’engager afin d’obtenir réparation, compte tenu des dysfonctionnements constatés, au premier rang desquels la négation de la présomption d’innocence des années durant.
Le dépôt d’une nouvelle plainte visant nommément tel ou tel magistrat ne fait pas, en l’état, partie des moyens envisagés".

Propos recueillis par Airy Routier
C'est sur France Soir !

Plus d'articles Politique

Réactions à cet article6 commentaires

  • Par aladine, le 9 mai à 07:12

    aladine
    toujours lui!!!

    depuis des années et des années cet homme passe et repasse en jugement!!!!combien de fois???un abonné des tribunaux sans jamais être inquiété!!il doit avoir un sacré petit carnet noir!!!!!!!!!!!!!!!



    - Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 9 mai à 08:12

    Anonyme-77656
    Il a raison !

    Lui au moins il a compris que la politique n'est fait que par des requins pour des requins, donc il a eu raison de se méfier. Et aujourd'hui, il est libre. Il n'y a pas de raison qu'il soit le lampiste de ceux qui ont trempé aussi sûrement dans les magouilles qu'on lui reproche. La politique n'est faite que de gens qui ne visent que leurs intérêts donc avoir de bons dossiers et on traverse le temps peinards !!! donc, cet un bel exemple qui devrait faire penser qu'il faut vraiment assainir la politique, mais bon, là on vient de découvrir que certains touchent des salaires de préfets alors qu'ils ne le sont pas alors, il y a du boulot ... les jeunes !!!! Au nettoyage avant de vous faire bouffer !!!!!



    - Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 9 mai à 10:53

    Anonyme-77656
    Bonne chance Charlie

    Responsabilité des magistrats ... Sanctions toujours pas tombées 7 ans après que le mécanisme ait été démonté en détail et à tous, dans cette affaire garantissant depuis 15 ans l’impunité au directeur de campagne de F. Mitterrand, afin de permettre le rapprochement de 2 journaux que l’on peut lire tous les jours



    - Signaler un abus  
  • Par elie, le 9 mai à 10:54

    elie
    pasqua

    lire le point de cette semaine qui démontre que tout a fait l'objet d'un montage, après cela il est facile de faire de pasqua un bouc émissaire la politique est vraiment affreuse comment font ils pour ètre aussi acharnés à parvenir au sommet alors qu'il y a tant d'avanies dans ce milieu! quant aux préfets nommés par Miterrand, ils sont tabous puisque celui ci est considéré actuellement comme une idole bientôt béatifié!!! les français oublient vite même le pire!



    - Signaler un abus  
  • Par G3R, le 9 mai à 13:05

    G3R
    S'il n'y avait que cela...

    Il ne faut surtout pas qu'il oublie l'opposition PS qui elle de par certains médias,toujours les mêmes, n'a cessé de souffler sur les braises de cette affaire " Pasqua" pour assoir chez les gens une soi-disant malhonnêteté de la majorité.



    - Signaler un abus  
  • Par elie, le 9 mai à 15:36

    elie
    pasqua

    d'accord à 100% mais surtout taisons nous il n'est pas bon de dire actuellement tout haut ce que tout le monde pense tout bas!!!enfin heureusement il y a encore certains qui osent à leur risques et périls !!!!



    - Signaler un abus  
Publié : 09/05/11 - 05h59
Mis à jour : 11/05/11 - 11h50
  • Texte plus grand
  • Texte plus petit

SUIVEZ FRANCE SOIR SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX


FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 18:55

      403650 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 16:29

      391690 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 20:48

      254340 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 16:21

      238750 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • rafale rafale, le 25 jui à 22:39

      186400 points
      1063 commentaires

      En savoir plus sur rafale


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Actu du jour en image

    Horoscope Quotidien 2012

    Minute Trente de Montvalon

    TV Tout sur Secret Stroy 6

    Faits Divers Les maisons de l'horreur