Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Mardi 04 octobre, 15:28
Accueil > Actualité > Politique > Résultats présidentielle : En 1981, Mitterrand prend sa revanche sur l'Histoire

Résultats présidentielle : En 1981, Mitterrand prend sa revanche sur l'Histoire

Présidentielle 2012

Vidéo

« La victoire historique », titrait France-Soir le 11 mai 1981. La veille, les électeurs s'étaient prononcés majoritairement pour François Mitterrand, qui devient dès lors le premier président socialiste de la Ve République. Depuis la Nièvre, le tombeur de Valéry Giscard d'Estaing salue le soir de sa victoire les « forces du renouveau ».

François Mitterrand, le jour de son investiture comme président de la République
François Mitterrand, le jour de son investiture comme président de la République AFP/AFP

Les candidats. Dix candidats seulement ont été retenus par le Conseil constitutionnel, tout prétendant à l'Elysée étant tenu, depuis la loi électorale de juin 1976, de collecter 500 signatures d'élus pour se présenter. Le leader du FN Jean-Marie Le Pen, qui s'était présenté en 1974, en fait les frais, tout comme celui de la Ligue communiste révolutionnaire Alain Krivine, faute d'avoir rassemblé les paraphes nécessaires. L'humoriste Coluche a animé la pré-campagne avant de se retirer le 7 avril 1981. Outre le président sortant Valérie Giscard d'Estaing, trois « gros » candidats sont en lice : le communiste Georges Marchais, le socialiste François Mitterrand et le gaulliste Jacques Chirac, Premier ministre au début de son septennat.

À gauche, Arlette Laguiller représente Lutte ouvrière, Michel Crépeau les radicaux de gauche et Huguette Bouchardeau le Parti socialiste unifié (PSU). À droite, Michel Debré, qui se veut le représentant authentique du gaullisme, et la très conservatrice Marie-France Garaud, ex-mentor de Jacques Chirac, se lancent sans l'investiture du RPR (ex-UDR). Brice Lalonde prend la succession de René Dumont pour porter la voix des écologistes.

Premier tour. Giscard arrive en tête, avec 28,3% des suffrages, mais son avance sur François Mitterrand, qui totalise 25,8% des voix, est réduite. Troisième homme du scrutin à 18%, Jacques Chirac confirme sa popularité croissante dans l'opinion. Avec un modeste score de 15%, Georges Marchais apparaît comme le grand perdant de l'élection. Cet échec marque le début du déclin pour les communistes, qui n'étaient jamais descendus sous les 20% des voix depuis la fin de la seconde guerre mondiale. 19% des électeurs ne se sont pas rendus aux urnes pour ce premier round.

Évènements de campagne. En tête dans les sondages tout le long de l'année 1980, Giscard s'affaisse dès février 1981. Le président sortant traîne plusieurs boulets électoraux : un bilan économique difficile après un septennat de crise, un Premier ministre, Raymond Barre, impopulaire. L'affaire des diamants, selon laquelle l'ancien président de la République centrafricaine aurait offert au chef de l'Etat une plaquette de 30 carats, le poursuit jusqu'à la toute fin de la campagne. Sur sa droite, le locataire de l'Elysée doit également faire avec les critiques acerbes de Jaques Chirac, son ancien Premier ministre qui brocarde régulièrement son « socialisme rampant ».

François Mitterrand, qui a déjà échoué deux fois pour les présidentielles de 1965 et 1974, a toutefois réussi à unir les socialistes derrière lui. Le premier secrétaire du PS opte pour une campagne courte et dense, saturée de meetings où il cible prioritairement le bilan du président sortant tout en ignorant ses autres adversaires. Les nouvelles techniques de communication politique, à coup de programme décliné en 110 propositions et de slogans percutants tels la « force tranquille », tiennent une place importante dans la stratégie mitterrandienne.

Deuxième tour. Le 10 mai 1981 à 20 heures, le visage en portrait numérique de François Mitterrand s'affiche sur les écrans de télévision. Le socialiste l'a emporté, à 51,7% des voix contre 48,2% pour son adversaire, sur fond de faible abstention (14,1%). Pierre Sainderichin, dans France-Soir, rappelle alors la dimension historique de l'évènement : « Cette élection au sommet du chef socialiste survient après vingt-trois ans de purgatoire de la gauche dans l'opposition. Le pays est enfin venu à la rencontre de tous ceux qui avaient espéré ce jour, selon l'expression du nouveau président ». À Paris, Jacques de Danne décrit l'effervescence de la foule descendue dans la rue pour célébrer ce passage « de l'ombre à la lumière », selon le mot de Jack Lang : « Des pétards éclatent, des fusées crèvent le ciel devenu obscur, des ballons multicolores s'envolent. Depuis belle lurette, toutes les artères conduisant à la Bastille sont bloquées ».

(La Une de France-Soir, le 11 mai 1981, au lendemain du deuxième tour. Crédits : DR)

Évènements de campagne. L'entre-deux tours a été corsé pour Giscard, soutenu franchement par Michel Debré mais du bout des lèvres par Chirac. 16% des électeurs de ce dernier se sont d'ailleurs reportés sur François Mitterrand, selon un sondage réalisé par la Sofres après l'élection. Les députés RPR ont également rallié à reculons le président sortant, donnant le sentiment d'opter pour le « tout sauf les socialistes ». Marie-France Garaud a en revanche annoncé qu'elle ne voterait pas pour le locataire du Château. Alléchés par la perspective de peser dans un gouvernement de gauche, les communistes se sont résolus, eux, à soutenir Mitterrand. Si le duel télévisé de l'entre-deux tours n'a pas vraiment pesé dans le choix des électeurs, le candidat socialiste a indéniablement fait mouche en qualifiant son rival « d'homme du passif », en référence à « l'homme du passé » dont il avait été affublé sept ans plus tôt dans les mêmes circonstances.

Vidéo de l'INA. Jean-Pierre Elkabbach et Etienne Mougeotte annoncent les résultats du scrutin :

Par Ghislain Fornier de Violet

Réactions à cet article8 commentaires

  • Par Bluesun, le 17 avr à 22:51

    Bluesun
    1981 = les forces du renouveau

    On est encore en plein dedans....Il est beau le résultat....35 ans de mélasse.


    Mélasse grandiose, plus personne ne sait comment en sortir.


    Mitterrand, après avoir prôné les valeurs de l'Europe haut et fort, quelques jours avant le traité de Maastricht avait quand même dit :


    En France, il n'y aura plus rien, la France deviendra une plaque tournante parce que située au milieu de l'Europe. On ne pourra plus en sortir...


    Qui aujourd'hui se souvient de cela.....?? Pourtant vu à la télé...


    En tous cas aujourd'hui, en effet, nous n'avons plus rien, mais nous sommes riches en pauvres.


     1981, Ils nomment cela, les forces du renouveau......???



    Signaler un abus  
  • Par démocratos, le 17 avr à 23:44

    démocratos
    c'était hier!

    IL y a cent ans coulait le Titanic .


    IL y a trente ans le paquebot France foncait sur l'iceberg socialiste et depuis aidé par l'U M P le bateau coule inexorablement .


    Le 22 avril changeons de capitaine ,vite Marine ! ! !



    Signaler un abus  
  • Par bourdel, le 18 avr à 00:49

    bourdel
    et mainrenant

    notre revanche sur les mensonges du ps et de l  ump.



    Signaler un abus  
  • Par LA HOULE, le 18 avr à 07:30

    LA HOULE
    LE BANDIT

    Il est entré en politique avant guerre, dans des ligues d'extrême droite, puis vint Vichy ou il fut à sa demande décoré de la Francisque, puis 1981 et l'utopie qui se retourna contre le bas peuple, ensuite il nous fit avaler MAASTRICH à qui nous devons notre déclin, et SARKOZY s'éssuya les pieds sur le referendum des français qui avait dit non au traité de Lisbonne, en cela il marchait dans les souliers du réscapé de l'attebtat "bidon" de l'observatoire, nous voici donc maintenant pieds et poings liés dans cette espace SOVIETIFORME qui s'appel l'UE, par ailleurs POUTINE à informé les russes que dans les dix prochaines année, la Russie sera la cinquième puissance mondiale, et nous ou serons-nous ??? déjà des favellas fleurissent partout sur notre territoire "MAUVAISE AUGURE, un Romain aurait reculé"



    Signaler un abus  
  • Par marie la rousse, le 18 avr à 16:20

    marie la rousse
    le retour

    Et voilà le "Jack" qui colle au ...



    Signaler un abus  
  • Par langue de pivert, le 18 avr à 16:22

    langue de pivert
    Proutttttt.....

    Les forces du renouveau au début...les forces de l'esprit à la fin...et entre les deux le président le plus louche de l'après-guerre !



    Signaler un abus  
  • Par colombey, le 18 avr à 20:11

    colombey
    Le Mensonge au Pouvoir

    L' ère socialiste de 1981 fut celle de la dissimulation  organisée pour cacher  une vérité  inavouable  au regard des promesses de la campagne de Mitterrand.


    Ca a commencé avec la déclaration de l' Etat de Santé  annoncé  indispensable et dont n' entendra plus  parler,  pas  plus que de la fille  illégitime dissimulée ... pour finir par des écoutes téléphoniques en douce . Oui , ce fut   l' inverse du passage de l' ombre  à la  lumière  triomphalement annoncé par  le fou du Roi...  Lang.


    Et que dire de l' outrecuidance  de Tonton  appelant Giscard   "Monsieur CHOMAGE  alors que celui ci et passé de  1 600 000 à 3 000 000 en seulement  2 ans avec lui !!


    Si vous êtes amnésiques  à  gauche , relisez
    "le double septennat de F.

    Mitterrand" par Colombani .


    On y découvre des vérités bien cachées
    qui concernent aussi F. Hollande

    "conseiller économique"
    à l' Elysée, quand Mitterrand et ses 4 ministres

    communistes ont lancé la nationalisation de la Métallurgie en 1982 .


    D' où fuite des capitaux et... licenciement massifs
    + 3 dévaluations en 3

    ans
    - perte de valeur du Franc - 40 %
    - appauvrissement de la population

    avec inflation galopante ,
    - le chômage porté de 1 600 000  à 3 000 000  en  2 ans et...3 300 000 en 4 ans seulement, un record !


    Oui, 3 300 000 . , c' est

    énorme ! 


    PS : La création par COLUCHE des RESTOS du COEUR pour donner à manger aux nouveaux  pauvres de  l' ère socialiste ,4 ans seulement aprés

    l'arrivée de la Gauche restera la marque au fer rouge du CHANGEMENT promis par

    Mitterrand pour accéder à la Présidence de la République."


    Une  Honte



    Signaler un abus  
    • Par j'voisrouge, le 20 avr à 18:08

      j'voisrouge
      VICTOIRE SUR UN MENSONGE.

      Une victoire, qui a mis le plus GRAND mitteux des présidents français au pouvoir.


      Le pouvoir de décider" de vie ou de mort pour un nombre impressionant de ses colaborateurs .Tout çà, dans le plus grand silence .MOTUS et BOUCHES COUSUES 


      @ colombey: D'accord avec vous ,c'est juste 



      Signaler un abus  
Publié : 17/04/12 - 22h24
Mis à jour : 19/04/12 - 19h55
  • Texte plus grand
  • Texte plus petit

SUIVEZ FRANCE SOIR SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX


FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 17:29

      288500 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 19:55

      203400 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 17:21

      155550 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 21:48

      150550 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Jakyburn Jakyburn, le 20 avr à 21:02

      99900 points
      1686 commentaires

      En savoir plus sur Jakyburn


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Actu du jour en image

    Horoscope Quotidien 2012

    Minute Trente de Montvalon

    TV Tout sur Secret Stroy 6

    Faits Divers Les maisons de l'horreur