Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Dimanche 25 octobre, 15:46
Accueil > Actualité > Politique > Roland Dumas : “DSK n’est pas un vrai socialiste”

Roland Dumas : “DSK n’est pas un vrai socialiste”

Politique


En toute décontraction, Roland Dumas nous reçoit dans son appartement parisien, vêtu d’une robe de chambre et pieds nus. Avec un sourire amusé, il ouvre le bal d’un : « Que voulez-vous savoir de moi d’inavouable ? »

L’ancien ministre des Affaires étrangères vient de publier Coups et blessures (Le Cherche Midi), un livre de souvenirs sur ses cinquante ans passée aux côtés de François Mitterrand
L’ancien ministre des Affaires étrangères vient de publier Coups et blessures (Le Cherche Midi), un livre de souvenirs sur ses cinquante ans passée aux côtés de François Mitterrand SIPA

L’ancien ministre des Affaires étrangères vient de publier Coups et blessures (Le Cherche Midi), un livre de souvenirs drôle et riche sur ses cinquante ans de vie passée aux côtés de François Mitterrand. Entre petits et grands secrets d’Etat, vie amoureuse tumultueuse et amitiés hasardeuses, tout est passé au crible. Sans nostalgie ni regret.

FRANCE-SOIR Le 10 mai, la gauche fêtera les 30 ans de l’arrivée au pouvoir de François Mitterrand. Mais que signifie, aujourd’hui, le mitterrandisme ?

ROLAND DUMAS C’est, pour moi, une grande aventure personnelle, avec un personnage hors norme et une bande d’amis. Lui-même disait qu’on pouvait gouverner la France avec une quinzaine d’amis. C’est aussi une reconquête du périmètre national et social. La gauche a très peu gouverné. La France est un pays de droite, qui connaît des poussées à gauche, à cause d’événements particuliers – comme la Libération – ou grâce à des hommes exceptionnels, tels Léon Blum ou François Mitterrand.

F.-S. Qui incarnerait le mieux l’héritage de Mitterrand ?

R. D. Trop se réclament de sa succession. Cela va se décanter. Je crois que les tempéraments forts, bien organisés et vraiment socialistes s’en sortiront. Je pense à François Hollande. Il est celui qui peut le mieux incarner les socialistes. Ceux qui, pour le premier tour, regardent au centre se trompent.

F.-S. Pourquoi êtes-vous à ce point réticent devant la possible candidature de Dominique Strauss-Kahn ?

R. D.  Il n’a pas les qualités d’un véritable socialiste. Pour améliorer leur quotidien, les gens comptent sur le socialisme, pas sur le libéralisme qui dévore tout. Il est éloigné, en plus, des Français depuis trop longtemps. Prenez les jeunes de 15-16 ans : ils croient que c’est un chanteur de rap !

F.-S. Vous êtes moins critique envers Martine Aubry…

R. D. Elle est légitime en tant que première secrétaire. Elle est aussi la fille de Jacques Delors, mon ancien grand ami. Malheureusement, pour l’élection présidentielle, la place d’une femme n’est pas encore faite. Mais si elle est candidate, je voterai pour elle.

F.-S. Et Ségolène Royal ?

R. D. Je crois qu’elle s’est épuisée dans cette précédente campagne. Elle n’a pas trouvé son deuxième souffle.

F.-S. Vous avez soutenu que Marine Le Pen avait du charme…

R. D. Le charme, c’est une chose. Les idées en sont une autre. Elle a un beau parcours. Je l’ai croisée deux fois dans les couloirs du Palais de Justice.

F.-S. Vous connaissez mieux son père…

R. D. Il a été élu en 1956, comme moi. Aujourd’hui, je le vois aux enterrements. Il était assis devant moi pour celui de Jean-Marc Varaut, son avocat. On l’aime ou on ne l’aime pas, mais on en a fait un ogre. Ce n’est pas comme cela qu’on fait de la politique : on doit combattre sur les idées.

F.-S. Vous avez beaucoup de liens avec les gens d’extrême droite…

R. D. Ce ne sont pas des liens, mais les hasards de la vie. J’ai connu Jean-René Faucher au lycée de Limoges. Pendant l’Occupation, il m’a sauvé la vie. Nous sommes restés amis. C’est par lui que j’ai connu quelques membres de l’extrême droite. Pour l’élection de 1965 – celle de la première candidature de François Mitterrand – ils avaient lancé un slogan assez habile pour que leur mouvement s’abstienne ou vote contre de Gaulle.

F.-S. A partir des années 1980, et avec la bienveillance de François Mitterrand, vous avez noué une autre relation sulfureuse : avec le colonel Kadhafi.

R. D. Il avait demandé, par l’entremise des Algériens, qu’on lui envoie quelqu’un de confiance pour réchauffer les relations franco-libyennes. J’ai fait trois voyages clandestins pour lui dire que, s’il continuait à envahir le Tchad, la guerre suivrait. L’aéroport de Ouadi-Doum a été bombardé. Il y a eu ensuite des voyages officiels.

F.-S. Avant l’intervention militaire de la coalition, vous avez affirmé qu’il fallait le maintenir au pouvoir. Votre position est-elle encore tenable ?

R. D. On se trompe sur le personnage. Le colonel Kadhafi est aimé dans son pays. Le problème c’est la province de Benghazi, qui est très turbulente. C’est là que s’est produite l’affaire des infirmières bulgares, pour laquelle je suis moi-même intervenu. A l’époque, Kadhafi m’avait dit : « Monsieur Dumas, c’est une région très bouillonnante. Si je gracie, j’aurai des problèmes. » La Libye est composée de tribus. Il est le ciment de tout cela. Il n’existe pas vraiment de sentiment national. En plus, c’est un pays qui a été armé par la France, du temps de Georges Pompidou et de Jacques Chirac. On marche sur la tête.

F.-S. L’avez-vous vu récemment ?

R. D. J’ai des nouvelles indirectes. Je lui ai fait passer le message de se calmer. Mais dans le contexte actuel il ne peut pas. La dernière fois que je l’ai vu, c’était il y a six mois. Il m’avait invité pour l’anniversaire de la révolution, dans le sud du pays. Il m’a reçu le soir tard, dans sa tente, vers minuit. J’y suis allé seul, et lui ai parlé avec fermeté. C’est comme cela qu’il faut s’entretenir avec lui, pas en le recevant et en faisant beaucoup de cinéma.

F.-S. Faut-il remettre en cause le traité de Schengen, signé en 1985 sous la présidence de François Mitterrand ?

R. D. Ce serait un crime de vouloir défaire l’Europe, sous le prétexte de l’afflux de quelques milliers de Tunisiens. Ce durcissement de la législation va contribuer à aggraver les relations avec le monde arabe. Le monde arabe existe. Il y a une langue, une religion. Il ne faut pas toujours le maltraiter et répéter toujours les mêmes slogans. M. Juppé lutte contre vents et marées, pour mener une autre politique avec les pays arabes. Il a du mal…

F.-S. Peut-on dire que votre vie flirte avec l’amoralité ?

R. D. J’ai été orphelin jeune. J’ai dû payer les études de mes frères et sœurs. Puis il y a eu ma carrière d’avocat, le journalisme et la politique. C’est le parcours d’une vie durant laquelle j’ai saisi toutes les occasions.

F.-S. La mort de Ben Laden est-elle, pour vous, un événement ?

R. D. Oui, compte tenu de l’aura de Ben Laden, mais cela ne règle rien entre le monde occidental et le monde arabe. Les problèmes demeurent. Ben Laden avait toute une équipe derrière lui. La menace terroriste est toujours là.

BIO

L’hyper-mitterrandiste Roland Dumas, 88 ans, dont le père a été fusillé par la Gestapo, est l’un des plus célèbres avocats français. Parmi ses clients : Kadhafi, Gbagbo, Picasso. Il aura eu ses entrées politiques partout (y compris à l’extrême droite). Il a été deux fois ministre des Affaires étrangères : de 1984 à 1986 et de 1988 à 1993. Il a présidé le Conseil constitutionnel de 1995 à 2002. C’est un passionné d’opéra.

Propos recueillis par Pascale Tournier
C'est sur France Soir !

Plus d'articles Politique

Réactions à cet article6 commentaires

  • Par pieds sur terre, le 3 mai à 09:04

    pieds sur terre
    quelle nouvelle!

    pouvez vous me dire qui a 1 mentalité de gauche dans le PS? tous font partie de la gauche caviar!



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 3 mai à 09:32

    Anonyme-77656
    !!!

    "Dans les révolutions, il y a deux sortes de gens : ceux qui les font et ceux qui en profitent"

    (Napoléon 1er)

    Mais il est vrai que nous ne sommes qu'entre deux révolutions...



    Signaler un abus  
  • Par G3R, le 3 mai à 09:36

    G3R
    PS Français...

    J'aurai rajouté l'adjectif "français" aux termes de ce titre. C'est à dire "DSK n'est pas un vrai socialiste français" car nos socialistes en France sont plutôt de tendance marxiste comparé à leurs camarades Européens....



    Signaler un abus  
  • Par JEVH, le 3 mai à 14:11

    JEVH
    DSK

    DSK N'A RIEN D'UNSOCIALISTE. C'EST PLUTOT UN VRAI BOURGEOIS . LA CLASSE OUVRIERE N'A RIEN A ATTENDRE DE LUI!..



    Signaler un abus  
  • Par vedel, le 3 mai à 16:31

    vedel
    la classe laborieuse "Française .."

    la gauche "caviar" a été au pouvoir pendant des décennies et le sort des ouvriers Français n'a pas évolué bien au contraire.La "gauche plurielle" a favorisé l'enrichissement de ses dirigeants, elle a

    divisé une partie des travailleurs "Français" et ses derniers,"avertis"lui ont tourné le 'dos'pour rallier le "Front National"de Marine le Pen qui défend proprement et simplement les intérêts "des ouvriers Français" d'abords et avant tout.

    Dites nous,quel éminent homme(ou femme) de cette gauche "caviar" comme M Dumas, est en mesure de parler vrai, comme Me Marine le Pen ?du FN c'est à dire très naturellement pour la classe laborieuse Française ?



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 10 mai à 20:07

    Anonyme-77656
    Rassemblons-nous !

    Au jour d’aujourd’hui, il est évident que seul DSK peut éviter un 21 avril et que seul DSK a une stature internationale. Hollande a beaucoup de qualités, mais il n'a certainement pas la stature d'un homme d'État. Il n'a aucune expérience ministérielle, or, la fonction de Président de la République requiert une fine connaissance du fonctionnement de ces ministères et de la Présidence de la République.


    Comment peut-on imaginer que Hollande, qui n'a jamais évolué dans ces sphères, pourra s'inventer du jour au lendemain Président de la République ? Tous nos autres candidats, n’ont-ils pas tous eu un minimum de parcours avant d’en arriver là ? Au dernier moment, les électeurs se mettront à douter de sa capacité à diriger un pays et risquent fort bien de ne pas voter pour lui. Voilà ce qui pourrait encore faire perdre la gauche malgré un vent favorable.


    Nous avons besoin d’un candidat fédérateur pour gagner ces élections, or, Hollande, de 1997 à 2008, où il était à la tête du Parti socialiste, nous a fourni la preuve qu’il n’a pas été capable de rassembler le parti. Il a été plus divisé que jamais avant que Martine Aubry ne prenne les rênes du Parti et ne le remette sur les rails.


    Il n'y a aucune méchanceté dans mes propos, mais je pense honnêtement que Hollande n’est pas encore prêt pour une telle destinée. Si la droite s’emploie à casser l’image de notre meilleur candidat avec de fausses accusations basées sur de fausses rumeurs, c’est qu’il leur fait tellement peur. Rien que tout le buzz créé autour de cette histoire de la Porsche n’en est qu’une parfaite illustration. N’importe quel gamin de 20 ans du PSG roule en Porsche et DSK en tant que Directeur général du FMI, en visite à Paris, n’aurait pas le droit d’accompagner son ami en Porsche ?


    Évidemment, quand on n’a plus d’argument, c’est à ce genre de détail qu’on s’accroche, vélo contre Porsche. Et qu’est-ce qu’on aurait dit si DSK était venu en Twingo. On l’aurait traité de menteur qui cache sa vraie situation ? Stop, ce genre d’arguments sert les intérêts de la droite et dessert la gauche.


    Nous n’avons qu’un candidat crédible et présidentiable, c’est DSK. Alors autant nous rassembler derrière lui pour éviter un deuxième 21 avril. Imaginons un instant que Hamon ou Montebourg soient désignés par la primaire socialiste : Qui peut sérieusement croire que ces candidats, indépendamment de ce que disent les sondages, pourraient faire le plein de voix de la gauche au premier tour ? Personne. On aura donc inévitablement un duel entre Marine Le Pen et Sarkozy et comme beaucoup de socialistes ne seront pas prêts à voter Sarkozy comme ils l’avaient fait en 2002 pour Chirac, Marine Le Pen pourrait se retrouver élue à la Présidence de la République par défaut. Au FN en tout cas, on compte beaucoup sur notre division et dans une moindre mesure sur celle de la droite.



    Signaler un abus  
Publié : 03/05/11 - 06h38
Mis à jour : 03/05/11 - 06h40
  • Texte plus grand
  • Texte plus petit

SUIVEZ FRANCE SOIR SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX


FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 17:29

      288500 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 19:55

      203400 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 17:21

      155550 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 21:48

      150550 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Jakyburn Jakyburn, le 20 avr à 21:02

      99900 points
      1686 commentaires

      En savoir plus sur Jakyburn


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Actu du jour en image

    Horoscope Quotidien 2012

    Minute Trente de Montvalon

    TV Tout sur Secret Stroy 6

    Faits Divers Les maisons de l'horreur