Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Mardi 09 mars, 12:40
Accueil > Actualité > Politique > Sénatoriales : La gauche pourrait l’emporter

Sénatoriales : La gauche pourrait l’emporter

Sénatoriales 2011


Le Sénat pourrait basculer à gauche lors des élections du 25 septembre, un fait inédit depuis 1958. A quelques mois de la présidentielle, cette perspective crée l’ébullition.

A moins de huit mois de la présidentielle, une victoire socialiste aurait l’effet d’un séisme pour la majorité
A moins de huit mois de la présidentielle, une victoire socialiste aurait l’effet d’un séisme pour la majorité SIPA/APESTEGUY

Peu connues du grand public, les élections sénatoriales n’ont jamais fait autant parler d’elles. Et pour cause : pour la première fois sous la Ve République, la deuxième chambre du Parlement est à portée de la gauche. L’opposition a déjà fait ses calculs. « En 2008, on avait remporté 21 sièges alors qu’on renouvelait seulement un tiers du sénat. Cette fois, il nous faut 23 sièges pour être majoritaires alors qu’on remplace la moitié des élus. Dans ces conditions, je ne vois pas comment on échouerait », explique Christophe Borgel, secrétaire national du PS chargé des élections.

Le président du groupe socialiste au Sénat est encore plus optimiste : il estime que la gauche pourra trouver une majorité à partir de 19 sièges. « On ne vend pas la peau de l’ours : remporter le Sénat reste un challenge, précise Jean-Pierre Bel. Mais une situation aussi favorable n’est pas près de se reproduire. » Une allusion au raz de marée rose des trois derniers scrutins locaux : la gauche détient aujourd’hui 20 régions sur 22, 60 % des départements et plusieurs grandes villes. Or les grands électeurs qui votent aux sénatoriales sont issus des collectivités territoriales.

Champ de bataille à Paris

A moins de huit mois de la présidentielle, une victoire socialiste aurait l’effet d’un séisme pour la majorité. « Si nous perdions, l’incidence psychologique serait considérable », concède Jean-Claude Gaudin, maire de Marseille et président du groupe UMP au Sénat. « La situation économique nécessite plus que jamais qu’on puisse gouverner. Si la Haute Assemblée passe à gauche, exit la règle d’or sur l’équilibre du budget », s’inquiète à son tour la ministre des Sports, Chantal Jouanno, qui mène la liste UMP officielle à Paris. Elle est concurrencée à droite par une liste officieuse, emmenée par le dissident Pierre Charon, ancien conseiller de Nicolas Sarkozy, et une liste Nouveau Centre conduite par Yves Pozzo di Borgo. Cette bataille sans merci menace directement les quatre sièges de sénateurs dont dispose l’UMP au sein de la capitale. « Si on avait réussi à faire une seule liste, la droite était assurée de faire cinq sièges, mais là, on risque bien de n’en faire que trois. Le 4e siège, il va falloir aller le chercher avec les dents », regrette Jean-François Lamour, président du groupe UMP au Conseil de Paris.

Les dissidents avaient jusqu’à vendredi dernier, date de clôture des listes, pour renoncer à leurs ambitions. Les candidatures définitives seront rendues publiques aujourd’hui. Mais plusieurs « félons » ont prévenu : hors de question pour eux de faire de la figuration. Malgré sa suspension de l’UMP et la désapprobation de plusieurs responsables de la majorité, Pierre Charron revendique le soutien de « 174 grands électeurs » et s’estime en mesure de gagner. « Je suis très surprise par son attitude, mais je juge désormais peu probable qu’il se retire. Pourtant, c’est mathématique : la division des voix fait perdre des sièges », se désole Chantal Jouanno. Pas de suspense non plus dans les Hauts-de-Seine : Jacques Gautier, sénateur sortant à la tête d’une liste UMP dissidente, a fait savoir qu’il irait « jusqu’au bout ». 

Balle au centre

La situation est enfin problématique dans l’Essonne, qui a vu fleurir cinq listes de droite. « L’Ile-de-France peut affaiblir le résultat » de l’actuelle majorité, reconnaît le président du Sénat Gérard Larcher. Surtout que les sénateurs franciliens sont élus à la proportionnelle, un mode de scrutin où la dispersion des voix peut mécaniquement empêcher d’emporter un siège. Le maire de Rambouillet se refuse néanmoins à envisager le pire. « Je ne suis pas inquiet. Je pense très sincèrement qu’on va garder de peu la majorité sénatoriale, avec une avance de six à douze sièges. »

Le responsable des élections à l’UMP se veut également rassurant. « Je ne pense pas que le moment de l’alternance soit venu. Nous avons encore une marge confortable », insiste Alain Marleix, en relativisant les victoires locales de l’opposition. « La gauche a remporté beaucoup de grandes villes, mais les petites communes rurales sont surreprésentées parmi les grands électeurs. » « Contrairement à ce qu’on entend ici ou là, à l’arrivée, il n’y aura aucun problème », s’agace même un cadre de l’UMP.

Sénat, mode d’emploi

Qu’est-ce que le Sénat ?

C’est l’une des deux chambres du Parlement, avec l’Assemblée nationale. Sa mission consiste à voter les lois et à contrôler le gouvernement. En cas de désaccord, c’est l’Assemblée qui a le dernier mot. 

Comment fonctionne l’élection ?

Au partir de cette année, le renouvellement du Sénat a lieu tous les trois ans et porte sur la moitié – et non plus un tiers – des sièges. Cent soixante-cinq des 343 sièges vont ainsi être renouvelés le 25 septembre et 5 seront créés. Les sénateurs sont élus au suffrage indirect par un collège de 150.000 grands électeurs composé de députés, de conseillers régionaux, de conseillers généraux et de délégués des conseils municipaux. Ces derniers représentent à eux seuls 95 % du corps électoral. Le nombre de délégués des conseils municipaux dépend de la taille de la commune. Leur élection a lieu au scrutin majoritaire à deux tours dans les communes de moins de 3.500 habitants et à la proportionnelle dans celles de plus de 3.500 habitants.

Quand se déroule le scrutin ?

Les sénatoriales auront lieu le 25 septembre dans 44 départements. Exception faite pour le président, qui sera élu pour trois ans le 1er octobre. S’il n’obtient pas la majorité absolue, il y aura deuxième tour. Il s’agit du deuxième personnage de l’Etat dans l’ordre protocolaire.

Marie-Laure Hardy
C'est sur France Soir !

Réactions à cet article4 commentaires

  • Par Anonyme-77656, le 19 sep à 08:02

    Anonyme-77656
    PS

    Avec le PS c'est la fin des haricots le PAYS continuera a sombrer ne croyez pas qu'ils ont la solution ils n'en ont aucune pour la simple raisons qu'ils seront à la botte de bruxelles de la Bce, des agences de notation ils devront emprunter au même titre que la droite sur les marchés financier étant donner que les recettes seront moindres ils continueront a créer de la dette..!!!! voilà pourquoi ça ne sert à rien de voter Socialiste...si vous voulez du changement il faut quitter ce système pour pouvoir prendre un peu d'oxygène et seule Marine le Pen propose ça elle pense aux Français et à la France pas comme les autres avides de pouvoir dans la volonté unique d’inscrire leurs nom dans un livre d'histoire...!!!



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 19 sep à 09:37

    Anonyme-77656
    Mytho

    C'est fini le délire. Vous n'allez pas nous refaire le coup des chars soviétiques sur les Champs-Élysées comme en 81 ! C'est parce que vous tombé systématiquement dans ce délire qui n'est plus crédible que la Gauche peut avancer sans crainte. Arrêtez de la diaboliser comme ça. Vous lui donnez plus de crédit que vous ne la combattez



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 19 sep à 09:38

    Anonyme-77656
    Va te faire shampouiné!

    Pourquoi fengel11 venir ici prêcher pour ton candidat , tu ne peux pas laisser les gens se faire leur propre avis?


    Surtout que voila ton analyse de la situation financière si la gauche gouverne est plus digne d'une diseuse de bonne aventure que d'être réellement une analyse.


    Donc va te faire Shampouiné merci!



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 22 sep à 15:55

    Anonyme-77656
    fenge 11

    il réve de dictature a haute ecriture......... il ne fait que son travail qu on a du lui demander de faire ds son parti ,

    seulement avec le FN il n y aura même plus de haricots du tout!!!!



    Signaler un abus  
Publié : 19/09/11 - 06h42
Mis à jour : 19/09/11 - 06h50
  • Texte plus grand
  • Texte plus petit

SUIVEZ FRANCE SOIR SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX


FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 17:29

      288500 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 19:55

      203400 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 17:21

      155550 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 21:48

      150550 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Jakyburn Jakyburn, le 20 avr à 21:02

      99900 points
      1686 commentaires

      En savoir plus sur Jakyburn


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Actu du jour en image

    Horoscope Quotidien 2012

    Minute Trente de Montvalon

    TV Tout sur Secret Stroy 6

    Faits Divers Les maisons de l'horreur