Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Dimanche 09 août, 14:30
Accueil > Actualité > Politique > Turbulences au PS

Turbulences au PS

Primaires PS


Viciée par la crise de la dette, les inimitiés personnelles et le prochain retour à Paris de DSK, l’ambiance des primaires socialistes est, à 48 heures de l’université d’été de La Rochelle, en train de se détériorer.

L'ambiance se détériore au PS
L'ambiance se détériore au PS SIPA

Les sourires de façade n’ont pas résisté à la crise. Alors que la croissance ralentit et que la pression s’accroît sur la dette de la France, les candidats à la primaire socialiste affichent désormais leurs différences. De part et d’autre, les esprits s’échauffent, et le ton monte.

La dette fissure l’unité du PS

A chacun son refrain : la démondialisation pour Arnaud Montebourg, la réforme fiscale pour François Hollande, la gouvernance économique européenne pour Martine Aubry, la mise au pilori des banques spéculatrices pour Ségolène Royal et la hausse des impôts pour Manuel Valls. En s’invitant au cœur du mois d’août dans la campagne de la primaire socialiste, la crise financière a creusé les différences entre les candidats, et affiné leur profil. Mais le débat de fond vire à la cacophonie, Valls (à la droite du parti) et Montebourg (à sa gauche) faisant le grand écart.

Le projet PS, voté à l’unanimité au printemps dernier, est déjà sur la sellette. Valls demande à le remettre à plat, son financement (fondé sur une perspective de croissance de 2,5 %) n’étant plus assuré. Plus mesuré, Hollande explique que « tout ce qui est prévu doit être mené, mais pas forcément au même rythme ». Un étalonnage dans le temps rejeté par Aubry, qui estime que les marges de manœuvre dégagées par le rabotage des niches fiscales permettront à la fois de juguler l’endettement de l’Etat et de relancer la croissance.

Les tensions sur les marchés ont réveillé chez les socialistes les aigreurs et les rancunes. Grinçante, Royal a taclé Hollande et Aubry, qui réunissent mercredi et  jeudi leurs experts sur la crise économique. « Il faut faire attention à la mise en scène, à la politique spectacle, ironise-t-elle. Nous avons tous la responsabilité majeure de ne pas instrumentaliser politiquement la crise, mais d’y répondre rapidement. »

La relaxe de DSK sème le trouble

La libération de Dominique Strauss-Kahn, prononcée mardi à New York, ne fait pas que des heureux. Même si l’abandon des charges à son encontre a été unanimement salué au PS, la perspective d’un retour politique de DSK oblige chacun à composer avec cette ombre pesante. Or les candidats avaient fait le deuil de celui que les Français plébiscitaient jusqu’à « l’accident » du 14 mai. Même le proche entourage de Strauss-Kahn s’était résigné à son retrait, en prenant fait et cause pour l’un ou l’autre des ténors en lice. Emboîtant le pas au député de Paris Jean-Christophe Cambadélis, le gros des troupes avait choisi Aubry tandis que Hollande s’attachait les faveurs de Pierre Moscovici, le député du Doubs devenant son coordinateur de campagne.

Il semble aujourd’hui exclu que l’ancien directeur du FMI brigue l’investiture socialiste à la présidentielle : l’heure, dit-on, est à la « reconstruction personnelle ». Mais en retrouvant une liberté de parole, il peut peser dans le débat de la primaire. La porte lui est grande ouverte : son expertise sur la crise économique et financière est à nouveau présentée comme un atout dans une campagne marquée par la dégradation de la dette de la France. « Il a des compétences, une expérience à la tête du FMI et, avant, comme ministre des Finances. Et cette expérience et ces compétences pourront être utiles à son pays », juge ainsi Hollande, le seul des candidats à n’avoir eu, il est vrai, aucun contact avec DSK depuis le 14 mai.

Selon toute logique, Strauss-Kahn devrait apporter sa voix à Aubry, avec laquelle il était lié par un « pacte » de non-concurrence. La maire de Lille l’a soutenu dans l’épreuve, appelant « très souvent » à New York son ancien collègue du gouvernement Jospin et sa femme Anne Sinclair, qu’elle connaît bien. Leurs liens « affectifs » et leur entente nouée en 2008 à Marrakech laissent augurer d’une alliance. Atout ou handicap ? La question est loin d’être tranchée, l’affaire du Sofitel ayant profondément –et durablement ? – écorné l’image de DSK.

Hollande-Aubry : on s’invective

C’est le premier dérapage des primaires. Agacé d’entendre Martine Aubry répéter qu’elle a remis sur pied un parti « que tout le monde regardait avec pitié » en 2008 (François Hollande en était alors le premier secrétaire), Pierre Moscovici a tenu mardi à faire une mise au point carrée. « Je dis avec amitié à Martine que ce n’est pas comme ça que doit se dérouler la campagne, avec des attaques laissant entendre qu’auparavant, c’était l’ombre, et que maintenant, c’est la lumière, a fustigé le coordinateur de campagne du député de Corrèze sur RMC. Soyons chacun en train de développer notre projet, mais pas en dénigrant son voisin. »

En campagne mardi avec Bertrand Delanoé à Paris, Aubry a refusé de commenter ces propos. « Moscovici a perdu l’occasion de se taire, lâche un proche de la candidate. Il est fatigué et fébrile. Sans doute redoute-t-il la prise de parole de Dominique Strauss-Kahn qui le mettra en porte-à-faux. » Pas question, pour autant, de répliquer publiquement. « Depuis dimanche, Hollande durcit le ton à notre égard, poursuit-il. Mais nous devons rester concentrés sur le fond du débat, en mettant en avant le positionnement clair de Martine sur la parité, la sortie du nucléaire et le non-cumul des mandats. »

En coulisses, pourtant, les tensions s’exacerbent. Hollande et Aubry, qui se méprisent, aiguisent leurs couteaux. Saisie cet été par le camp Hollande, qui reprochait à Aubry d’utiliser son titre et ses avantages de premier secrétaire après en avoir cédé l’intérim à Harlem Désir, la haute autorité des primaires lui a adressé une « recommandation ». Un rappel à l’ordre, dans le jargon socialiste. Trois jours plus tard, Aubry publiait une tribune dans Le Monde, signée… « Le premier secrétaire du PS. »

Gaëtane Morin
C'est sur France Soir !

Réactions à cet article9 commentaires

  • Par Anonyme-77656, le 24 août à 06:56

    Anonyme-77656
    Les vautours du PS

    Je sens qu'il y en a qui vont compter les points !!! une fois de plus, ils vont bien s'éviter...et si ils se rencontrent ils souriront uniquement pour la photo



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 24 août à 09:22

    Anonyme-77656
    guignols,guignols !!!!!!!

    voyage,voyage,voila que les idées s'envolent,dire que

    des gens veulent confier le pays à ces cocos-la,les

    héritiers du tonton,du neveu,du beauf,de la secrétaire

    de la femme de chambre et j'en passe,vive nous-autres.



    Signaler un abus  
  • Par teddy, le 24 août à 13:23

    teddy
    marine

    vite parlez nous de marine on s ennuie sans elle  si possible cette fois  bien photographiee   elle interesse  vue a chaque fois  le nombre de commentaires publies lors de la diffusion de vos articles la consernant   les socialistes en recueillent si peu dans vos colonnes ces jours c est  croire  qu ils n interessent vraiment  peu de lecteurs sauf les medias comme toujours  overdose  de socialistes  s v p  faites une pause   assez de les voir deja scotcher sur toutes les chaines  ils nous mettent les nerfs a vif merci de votre comprehension



    Signaler un abus  
  • Par citoyen français, le 24 août à 14:07

    citoyen français
    Une collation PS qui passe mal


    Mercredi soir, la mairie de Paris organise une soirée à l'occasion du ramadan. Elle y proposera un «Iftar léger», un repas de rupture de jeûne... Une collation qui passe mal.


    Après les associations laïques et des députés, comme Jerome Dubus du Nouveau Centre, le préfet de Paris s'est lui aussi inquiété de voir la mairie organiser cette cérémonie «religieuse».




    Signaler un abus  
  • Par citoyen français, le 24 août à 14:30

    citoyen français
    Commentaire à méditer

    Jean-Luc Mélenchon évoque «un goût pénible d’inachevé». Interrogé sur Europe 1, le candidat du Front de gauche à la présidentielle, prévient que ce sentiment est très présent «dans la mouvance féministe, de laquelle [il est] proche». «On a l’impression qu’on n’a pas tranché sur des faits mais sur la crédibilité de cette femme. Il me semble que ce sont les faits qui comptent, quand bien même ce serait la pire menteuse du monde, elle ne mériterait pas d’être violée», assure-t-il, tout en précisant : «je ne dis pas qu’elle a été violée». 



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 24 août à 16:56

    Anonyme-77656
    la debacle

    Le spectacle de l'unite de la Rochelle va etre un spectacle unique dans les annales de la politique francaise. Dans ce parti personne ne se supporte car tout est base sur de fausses bases retrogrades. Quand on voit la responsabilite du PSOE espagnol face a la regle d'or on ne peut que constater que notre PS n'a pas change de siecle et que la gauche caviar defend ses acquis. Les francais ils s'en foutent .......



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 25 août à 04:24

    Anonyme-77656
    Turbulences

    Voila un titre qui fait plaisir...

    Enfin, l'on ose dire, a "langue feutree", que cela

    m.... un max dans le panier de crabe des bobos.

    Que cela continue et nous abrite devenir sous le joug de la mere fouettard, ou de Sigolafollene



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 25 août à 05:18

    Anonyme-77656
    une fois de plus pour essayer

    une fois de plus pour essayer de cacher la gestion calamiteuse de sarko ceux sont les plus modestes qui vont se serrer la ceinture . Au d'être inquiet sur ce qui nous arrive vous attaquez le p s Il ya beaucoup a dire sur ce government le pire de la Veme Republique. . Les français se fichent de çà ills veulent autre chose de la competence et ills savant quelle est ailleurs .



    Signaler un abus  
  • Par mimi, le 25 août à 07:48

    mimi
    ras le bol

    foutez nous la paix avec le PS on frôle l'overdose pas un jour ne passe sans  qu'on nous en parle, on en parle dans tous les médias on peut plus ouvrir un journal, regarder ou écouter  une chaine d'infos sans qu'on parle de ce parti mais c'est pas possible. Chaque jour on nous vend un présidentiable différent, en espèrant qu'il y en est un  qui sorte du lot. Mais ils sont tous aussi nuls les uns que les autres, ils n'ont aucun sens moral, à voir l, de hollande, à aubry en passant par vals la façon contratule DSK c'est  écoeurant



    Signaler un abus  
Publié : 24/08/11 - 06h42
Mis à jour : 24/08/11 - 18h48
  • Texte plus grand
  • Texte plus petit

SUIVEZ FRANCE SOIR SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX


FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 17:29

      288500 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 19:55

      203400 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 17:21

      155550 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 21:48

      150550 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Jakyburn Jakyburn, le 20 avr à 21:02

      99900 points
      1686 commentaires

      En savoir plus sur Jakyburn


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Actu du jour en image

    Horoscope Quotidien 2012

    Minute Trente de Montvalon

    TV Tout sur Secret Stroy 6

    Faits Divers Les maisons de l'horreur