Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Mercredi 23 octobre, 02:54
Accueil > Actualité > Santé > Dépendance : Un Français sur deux sans solution

Dépendance : Un Français sur deux sans solution

Santé


La moitié des Français ne se sentent pas capables de prendre en charge un proche et de financer sa dépendance.

Un Français sur trois a un proche en situation de dépendance
Un Français sur trois a un proche en situation de dépendance SIPA

En tremblant : c'est ainsi que les Français envisagent le grand âge. Près de 70 % d'entre eux sont insatisfaits de la prise en charge des personnes âgées dépendantes. Et plus de la moitié s'avouent incapables d'affronter la dépendance d'un proche. Tel est l'amer constat du sixième baromètre sur « Les Français et le grand âge », établi par TNS Sofres pour la Fédération hospitalière de France (FHF), rendu public lundi matin. En 2011, un Français sur trois a un proche concerné (maladie d'Alzheimer, handicap physique, grand âge). Mais d'ici à 2060, le nombre de ces dépendants doublera, passant de 1,15 million à 2,3 millions. Comment financer leur accueil, alors que 30 % d'entre eux sont déjà contraints de vendre leur patrimoine pour être pris en charge en établissement spécialisé ? Comment améliorer leur fin de vie ? Ce alors que l'opinion des Français a basculé : pour une majorité d'entre eux, les maisons de retraite ont une mauvaise image ?

L'Etat, qui consacre déjà 25 milliards d'euros par an à la prise en charge de la perte d'autonomie, tente de résoudre l'épineuse équation du financement. Une concertation nationale, ouverte par Roselyne Bachelot, doit faire émerger des solutions et aboutir à la création de ce « cinquième risque » dépendance évoqué par Nicolas Sarkozy. Attendu mercredi, le premier rapport de l'OCDE consacré au vieillissement et à la dépendance devrait enfoncer le clou. De son côté, Jean Leonetti, le président de la Fédération hospitalière de France, qui gère un millier d'hôpitaux publics et autant de maisons de retraite médicalisées, dénonce lui-même une situation critique.

France-Soir Une majorité de Français est insatisfaite de la prise en charge des personnes dépendantes. Le comprenez-vous ?
Jean Leonetti Oui, même si de grands progrès ont été accomplis dans le maintien à domicile. Il y a trente ans, vous rentriez en maison de retraite entre 65 et 70 ans, valide, pour y mourir à 80 ans. Aujourd'hui, vous y entrez vers 80 ans, pour y vivre en moyenne deux ans et demi. En fait, le vrai parcours du combattant commence quand il faut placer une personne dépendante en établissement.

F. -S. Quels sont les obstacles ?
J. L. Si la dépendance est forte, il est très difficile de trouver une place, car la personne représente une charge pour la structure d'accueil, qui retarde son admission. Autre obstacle : l'accessibilité financière. Comment, avec 1.200 € de retraite moyenne, débourser 2.200 € par mois en maison de retraite ? C'est d'autant plus compliqué que les enfants de la personne dépendante sont désormais souvent retraités, parfois atteints de pathologies.

F. -S. Comment les Français s'en sortent-ils ?
J. L. Ils tentent de trouver des solutions familiales. Si vous avez de l'argent et un handicap léger, vous trouverez vite une place dans un bon établissement. Mais si vous avez un lourd handicap et des revenus modestes, il faudra trouver une maison de retraite publique, et attendre. C'est pire qu'une double peine ! Votre pronostic vital est de deux ans, et on vous fait patienter six mois à un an... Autant de temps amputé sur votre vie. On n'est plus dans une société solidaire. A cela s'ajoutent des inégalités régionales quant au nombre de maisons de retraite publiques.

F. -S. Autre inquiétude, le risque de maltraitance...
J. L. Laisser quelqu'un dans ses excréments plusieurs heures, même si c'est involontaire, c'est de la maltraitance. Cela relève souvent d'un manque de temps et de moyens. D'où le danger de réduire les dotations aux Ehpad, car on trouvera vite à économiser sur le personnel.

F. -S. Quelles sont les solutions ?
J. L. Si on maintenait ces personnes à domicile six mois de plus, on économiserait déjà 8 milliards sur vingt ans, et ce serait bien plus humain ! On voit déjà des personnes de plus de 80 ans totalement autonomes. Investissons dans l'innovation et la recherche, grâce au grand emprunt, et cessons de regarder le problème du vieillissement comme un handicap pour notre société. 

Salon Géront Expo-Handicap Expo, du 17 au 19 mai à Paris. 

Juliette Demey
C'est sur France Soir !

Réactions à cet article3 commentaires

  • Par pieds sur terre, le 16 mai à 09:41

    pieds sur terre
    avant Mai 1981

    il existait des centres spécialisés pour ces personnes, mais on à voulu les sortir des ces maisons sous prétexte qu'elles étaient guettoïsées, alors qu'elles étaient suivies par des personnes spécialisées pour les personnes dépendantes, c'est complètement farfelu!



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 16 mai à 10:06

    Anonyme-77656
    farfelu

    Vous pensez qu'enfermer des vieux dans des maisons collectives, ça va les aider a vivre ? Ce sont des ghettos ces centres spécialisés.



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 17 mai à 08:34

    Anonyme-77656
    Système inadapé

    Je rencontre tout à fait les problèmes indiqués dans cet article, ma mère est atteinte d'Alzheimer, et le fruit de la vente de sa maison (et donc de toute une vie de travail !) va servir à financier une maison d'accueil ; par contre quand je lis que le montant des coûts, je pense que le président de la FHF est totalement à côté de la plaque ! Ma mère, veuve, ne touche que la pension de reversion de mon père, soit environ 600 euros par mois, et le coût mensuel des maisons d'accueil spécialisées se monte à environ 2400 euros toutes aides déduites !!

    Les parents aidants sont totalement livrés à eux-mêmes, quelques structures sociales aident un peu, mais tout le côté administratif est à leur charge. Ajoutez à cela des médecins peu motivés à remplir des dossiers médicaux, et on ne arrive à des situations très compliquées.

    On veut nous faire vivre de plus en plus longtemps quelles que soient les conditions, sans proposer ni mettre en place des structures dignes de ce nom et accessibles financièrement pour accueillir les personnes âgées.

    Le constat est triste, la vieillesse devient un luxe...



    Signaler un abus  
Publié : 16/05/11 - 06h44
Mis à jour : 16/05/11 - 06h50
  • Texte plus grand
  • Texte plus petit

SUIVEZ FRANCE SOIR SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX


FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 17:29

      288500 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 19:55

      203400 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 17:21

      155550 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 21:48

      150550 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Jakyburn Jakyburn, le 20 avr à 21:02

      99900 points
      1686 commentaires

      En savoir plus sur Jakyburn


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Actu du jour en image

    Horoscope Quotidien 2012

    Minute Trente de Montvalon

    TV Tout sur Secret Stroy 6

    Faits Divers Les maisons de l'horreur