Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Jeudi 27 novembre, 12:43
Accueil > Actualité > Santé > Les médicaments génériques pas si fiables

Les médicaments génériques pas si fiables

Santé


Les génériques ne sont pas identiques aux médicaments d’origine. Molécule à moindre coût, excipients différents, rien n’est vraiment pareil. Et les effets non plus. Des médecins donnent l’alerte.

Il y a environ 3.000 médicaments génériques en circulation en France
Il y a environ 3.000 médicaments génériques en circulation en France SIPA

« Soyons optimistes : la médecine a découvert beaucoup plus de remèdes qu’il n’y a de maux ! » Alfred Capus, ce dramaturge français de la fin du XIXe siècle, s’est montré visionnaire : un siècle plus tard, le marché français compte environ 4.000 médicaments et plus de 3.000 génériques, les uns et les autres abondamment prescrits. Résultat, les dépenses de santé explosent. Notre pays est le plus gros consommateur européen de médicaments, mais le plus mal placé en matière de génériques, pourtant avancés comme une solution. Selon le Leem (ex-Syndicat national de l’industrie pharmaceutique), ils représentent 2,6 milliards d’euros de chiffre d’affaires (2009), soit 26 % seulement du marché remboursable. Résistance des médecins, résistance des patients. Si ces derniers semblent plébisciter à 88 % l’existence des génériques (*), ils ne sont plus que 52 % à déclarer les accepter sans problème lorsque le pharmacien les leur propose. Et 4 personnes sur 10 les préfèrent pour les traitements de courte durée. Méfiance donc.

Certes, il est urgent de réduire les dépenses de santé afin de préserver le système d’assurance maladie. Et de ce point de vue, les médicaments génériques, de 40 à 70 % moins chers pour un produit présenté comme équivalent, constituent une réelle avancée et permettent de substantielles économies : presque 2 milliards en 2010. Mais ne s’agit-il pas là d’un bénéfice à court terme, contrebalancé par de nombreux inconvénients, voire quelques dangers pour les malades ? Les génériques, surtout, sont-ils si « semblables » au médicament d’origine qu’on le pense ? En réalité, le Code de santé publique encadre très peu les laboratoires fabriquant des génériques. Pour le Dr Sauveur Boukris, médecin généraliste auteur de Santé, la démolition programmée (éd. Le Cherche Midi), la question est déjà tranchée : « On privilégie l’intérêt économique sur l’intérêt sanitaire. »

(*) Enquête de l’observatoire des patients-Biogaran-BVA, 2008.

Un médicament différent

Les pharmaciens le serinent régulièrement, rassurants : « Mais bien sûr que le générique c’est la même chose que le médicament d’origine ! » Et chacun de repartir, plus ou moins tranquillisé, avec ses boîtes aux noms compliqués. D’autant plus que le Code de la santé publique (CSP), relayé par le Pr Lechat, directeur de l’évaluation des médicaments à l’Afssaps (Agence française de sécurité sanitaire) l’affirme de façon plus docte : « Un générique présente la même composition qualitative et quantitative en substances actives. » Ce que l’on sait moins, c’est que le texte tolère une variation de concentration du principe actif dans le corps de – 20 % à + 25 %. « Le Code considère cela comme équivalent, mais c’est faux ! » s’indigne le Dr Julien Blain, parti en croisade depuis 2008 contre les génériques, après qu’une de ses patientes a manqué perdre la vie à cause d’une hémorragie gravissime de l’estomac. « Elle prenait du Ticlid depuis des années, un fluidifiant pour le sang, mais qui peut attaquer sévèrement l’estomac, se souvient le généraliste. Je l’associais à un protecteur gastrique très efficace, le Mopral. Le générique donné par le pharmacien, moins concentré, ne l’a pas protégée suffisamment. » Autrement dit, 20 % de marge peuvent suffire à engendrer de graves complications. Les exemples ne manquent pas : la Ligue française contre l’épilepsie a fait un communiqué il y a trois ans pour avertir les malades que les dosages modifiés des génériques de la Dépakine chrono 500 (sel de sodium d’acide valproïque) pouvaient entraîner une déstabilisation. Le Levothyrox et ses génériques (thyroxine), contre l’hypothyroïdie, sont actuellement sous surveillance de l’Afssaps à cause des problèmes posés par le passage de l’un aux autres. Et certains médecins constatent que les génériques du Plavix (clorpridogel), notamment, donnent de fréquentes allergies. 

Des effets secondaires plus fréquents

Si un princeps reçoit son autorisation de mise sur le marché (AMM) après de nombreuses études cliniques menées sur plusieurs années et de larges populations de patients, il n’en va pas de même au pays des génériques : « Le générique étant équivalent au princeps (médicament d’origine), nous ne le soumettons pas à la même réglementation, puisque son principe actif a déjà fait ses preuves », explique le Pr Lechat, avant de détailler le « protocole standard » : une trentaine de patients non malades absorbent le princeps une fois, puis le générique une fois, et les experts observent l’équivalence entre les deux. « C’est insuffisant, déplore le Dr Sauveur Boukris. Comment voulez-vous juger d’un médicament en une seule prise ! Et on ne parle jamais des excipients (ce qui donne la texture, le goût et la couleur). Ils ne sont soumis à aucun test, aucune étude clinique, et pourtant on constate de nombreuses réactions cutanées, ou des problèmes digestifs avec plusieurs génériques. » Une information confirmée par Marie-Christine Pérault-Pochat, présidente de l’Association des centres régionaux de pharmacovigilance : « Nous avons pas mal de remontées d’effets indésirables, mais c’est le plus souvent bénin. » Bénin comme cet exemple cité par le Dr Blain à propos du générique du bain de bouche Eludril (chlorhexidine) qui fait… les dents marron !

Des laboratoires low cost

Matière première à moindre coût, venue de Chine ou d’Inde, quitte à contenir quelques impuretés. Structures légères, entre 250 et 300 salariés. Marketing directement adressé aux pharmaciens, beaucoup plus économique que les armadas de visiteurs médicaux lancés à l’assaut des médecins pour vendre un nouveau médicament. Excipients bas de gamme. Les fabricants de génériques serrent les coûts pour absorber la baisse des prix de 40 % minimum par rapport au princeps imposée par le Comité économique des produits de santé (CEPS). D’autant plus qu’au bout d’un an et demi de commercialisation du générique, le prix du princeps baissera de 12,5 % et celui de ses génériques de 7 %.

Pour produire à bas coût, les labos ont un siège social en Europe et délocalisent les usines en Hongrie, au Pakistan ou en Asie. Plus difficilement contrôlables. Le Pr Lechat, de l’Afssaps, s’en défend : « Nous effectuons des vérifications régulières et systématiques. En 2009, il y a eu 44 inspections dans le monde entier d’usines de génériques, et nous avons contrôlé 146 produits. » 146 sur plus de 3.000.

Des médecins mal informés

« Il n’existe aucun dictionnaire des génériques ! reproche le Dr Blain. Au début, je n’y connaissais rien. Je faisais confiance aux pharmaciens. Et quand mes patients me parlaient d’effets indésirables, je mettais ça sur le compte de l’effet “nocebo”, c’est à dire une réaction psychologique de méfiance contre un médicament dont ils n’ont pas l’habitude. »

En effet, rien dans le Vidal, la bible des médecins qui contient toutes les notices des médicaments. Pas d’édition spéciale pour les génériques. Pas de visiteurs médicaux. « D’autant plus qu’il apparaît de nouveaux génériques presque chaque jour », conlut le Dr Blain.

Des pharmaciens qui les imposent

Le médecin n’est plus maître chez lui. C’est le pharmacien qui décide de donner un générique, sans en référer au prescripteur. Et ce depuis 1999. Face à l’urgence du déficit de la Sécurité sociale, et aux difficultés rencontrées pour faire entrer le générique dans les habitudes des Français, dès la fin des années 1990, l’Etat prend des mesures destinées à le favoriser. D’abord ce droit de substitution accordé aux pharmaciens, qui peuvent désormais remplacer le produit de référence prescrit par un générique. Mais la mesure ne suffit pas. Les patients se font tirer l’oreille. Car ils gardent tout de même le droit d’exiger le princeps. En 2002, un avenant prévoit que les pharmaciens doivent refuser le tiers payant à tout malade qui réclamera le princeps. Il lui faudra demander le remboursement ensuite. Sauf si son médecin a spécifié sur l’ordonnance, à la main et en toutes lettres, la mention « non substituable » en face du médicament concerné. « Je l’ai écrite jusqu’à 15 fois, mon record, sur la même ordonnance ! » rigole le Dr Blain.

Afin de motiver des officines peu enclines à vendre des produits qui leur rapportent moins puisque moins chers, l’Etat incite financièrement les pharmaciens à promouvoir les génériques en leur accordant des marges calculées sur le prix du princeps. Et comme si cela ne suffisait pas, les avantages commerciaux offerts par les fournisseurs sont plafonnés par la Sécu à 12,74 % pour les génériques, contre 2,5 % pour les princeps.

Difficile pour le patient ignorant et peu sûr de lui de résister à la pression. Pourtant, les médecins déplorent ces offensives qui leur retirent le contrôle des traitements : « Et si un patient est allergique à un excipient, comment le pharmacien le saura-t-il ? » s’inquiète, à juste titre, le Dr Boukris.

Dossier réalisé par Marie Marvier
C'est sur France Soir !

Réactions à cet article27 commentaires

  • Par phil 95, le 15 juin à 06:33

    phil 95
    génériques

    un dossier à charge uniquement

    toujours les même bêtises qui reviennent depuis 10 ans, avec de nombreuses erreurs, vous devriez interroger des professionnels du médicament, et non des généralistes sous l'influence de l'industrie

    il se délivre chaque année 600 millions de boites de génériques en France



    - Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 15 juin à 12:00

    Anonyme-77656
    journalisme ?

    comment peut-on se dire journaliste et écrire de telles inepties. La parole des généralistes ne vaut pas de l'or ! Ils ont prescrits pendant des années du médiator en assurant leurs patients des bienfaits de cette spécialité qui n'était pas un générique au passage. Un seul fabricant pour l'éludril ou ses génériques, alors les dents marrons c'est à mourrir de rire ! Article très dangereux car aucune vérification des sources, tout doit être controlé princeps, générique, paroles d'expert ou soi-disant !



    - Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 15 juin à 14:55

    Anonyme-77656
    ...

    que ne faut 'il pas faire pour faire du buzz en ce moment,

    merci de sourcer vos dire comme un professionnel



    - Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 15 juin à 16:06

    Anonyme-77656
    Chimie ...

    Un médicament (générique ou pas), c'est d'abord une FORMULE CHIMIQUE, que des Laboratoires certifiés (génériqueurs ou non) suivent à la lettre (qualitativement et quantitativement) pour produire les "boites" qui sont proposées aux patients, après des contrôles rigoureux à chaque étapes de la fabrication.

    Après avoir lu cet article et étudié les arguments présentés, je constate que les Médecins et les Journalistes sont devenus des chimistes aguerris ...

    Alors puisque c'est si rentable et si facile de fabriquer des "produits pas si fiables", lachez vos stéthoscopes et vos plumes et lancez-vous dans l'industrie, les patients pourront enfin se soigner les yeux fermés !



    - Signaler un abus  
  • Par captain, le 15 juin à 19:59

    captain
    mon dieu que c'est triste le

    mon dieu que c'est triste le journalisme traité ainsi...!!!! N'oublions pas que les médecins sont payés pour prescrire en nom générique en d'autres termes DCI...de plus je" comprends" la colère des médecins car ils recevaient des cadeaux provenant des laboratoires s'ils prescrivaient des médicaments non génériques...mais bon c'est tellement plus simple de dire que c'est le pharmacien qui s'engraisse ...article proche du ridicule...



    - Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 15 juin à 20:40

    Anonyme-77656
    Au passage, heureusement que

    Au passage, heureusement que les pharmaciens sont souvent là pour gérer ce qui tourne autour de la sécurité du patient... Allez, par exemple, le Dossier Médical Personnalisé n'existe toujours pas, le DP - lui - est une réalité (ah ben oui, les médecins veulent qu'on leur file des sous pour s'informatiser, 99,9% des pharmaciens le sont en l'ayant financé de leur poche...).



    - Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 15 juin à 21:35

    Anonyme-77656
    le nom

    ce que je n.aime pas dans les generiques c.esr le nom barbare qu.on leur attribue,avec plein de zzz ouxwz.on n.arrive pas a les retenir,et le temps de se familiariser c.est la presentation qui change.je comprend les personnes agees qui arrivant a l.hopital lorsqu.ils doivent etre hospitalises vous disent,je prends un cachet jaune l.autre rose ou bleu.les labo devraient en tenir compte.il mest arrive de refuser ces generiques et le pharmacien vous dit qu.a ce moment la on doit le payer de notre poche!



    - Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 15 juin à 21:54

    Anonyme-77656
    La sainte parole

    Il va falloir un jour arrêter de boire les paroles de nos cher et tendre généralistes à qui ont donnerait le bon dieu sans confession !

    La sainte parole de nos sauveurs de la santé.

    Ce "dossier" pourrai être intéressant et informatif (le travail d'un journaliste) s'il seulement il n'était pas remplis d'erreurs, si il ne cachait pas une fronde mal dissimulée contre les pharmaciens et n'incluait pas de commentaires rageux et fougueux des médecins contres les généraliste.

    Mais allons y, tirons à boulets rouge contre les pharmaciens, c'est "professionnels" qui s'engraissent en vendant des capotes et du paracétamol (au passage, nous sommes en 2011).

    N'oublions pas que le pharmacien reste le garde fou des erreurs des médecins qui n'ont, à la base, pas une formation sur le médicament assez solide.

    Alors encensez les, supprimez donc les pharmaciens et vous verrez bien ce que vos "super" médecins feront de votre santé.


    "Le médecin n’est plus maître chez lui. C’est le pharmacien qui décide de donner un générique, sans en référer au prescripteur."

    "les médecins déplorent ces offensives qui leur retirent le contrôle des traitements"


    Qui a cru ou lu que le médecin était la tête pensante du domaine médicale ? C'est du niveau d'une croyance populaire qui devient risible dans un article de journal qui se veux sérieux.

    Évoluez, réfléchissez un minimum et pensez "pharmacien prescripteurs" et "pharmacie clinique" ... tournez vous vers des pays comme le Quebec qui a su évolué et place les professionnels à leur juste place.



    - Signaler un abus  
  • Par zazadauber, le 15 juin à 21:55

    zazadauber
    Les médecins ont eu une

    Les médecins ont eu une augmentation de leur consultation en 2002 et en contre partie ils se sont engagé à prescrire en DCI. En 2009, un grand nombre d'entre eux ont signé le CAPI dont un des objectifs est d'optimiser leurs prescriptions en prescrivant dans le répertoire des génériques. Dans la dernière convention, il était écrit qu'il devait prescrire le médicament le moins cher pour une même efficacité. Alors, ceux qui n'adhèrent pas peuvent se déconventionner et prescrire comme ils l'entendent!! Quand aux journalistes, veuillez vérifier vos sources et adressez vous aux personnes compétentes spécialisées en pharmacologie et non aux médecins formés directement par les laboratoires. Faire une page à décharge sans donner de réponse à toutes ses objections n'est pas du journalisme professionnel!!



    - Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 15 juin à 22:26

    Anonyme-77656
    Vous sentez votre santé?

    Cher générique est il possible crois tu qu'un jour médecins et pharmaciens puissent travailler ensemble autour d'une seule personne : le patient??? A vrai dire cet article montre que la seule chose qui subsiste dans les métiers de la santé publique c'est qu'il y aura toujours un gentil et un méchant. Oh gentil médecin qui fait bien son travail à rédiger en 5 minutes une jolie page blanche, oh méchant pharmacien qui se permet de contester sa prose sous prétexte que lui il a appris ce qu'est un générique...Parce que si chacun restait à sa place peut être qu'on pourrait dire que les français vont bien. Pour une vrai réponse de pharmacien je te dirais qu'il existe trois sorte de générique alors amuse toi et fais des recherches. Info ou Intox cet article vient bien d'un journaliste à qui un médecin fais de belles ordo gratuites...vive l'économie, vive la santé publique, vive les médecins, vive les pharmaciens, vive le patient, et surtout vive la liberté de penser!!!Ouvrez vos yeux au lieu de gober ses balivernes buzzzzzzz à prendre ou à laisser.



    - Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 15 juin à 22:28

    Anonyme-77656
    Et les médecins qui

    Et les médecins qui prescrivent mal le mediator et n'assument pas ?

    Et les médecins qui veulent être payé pour leur déclaration de pharmacovigilance ? (la ou les pharmaciens et autres professionnels de santé le font dans le cadre de leur obligations sans rien dire). Et les médecins qui pleurent pour leur financement de leur matériel informatique ou leur lecteur de carte pour la télétransmission ? Et les médecins qui n'assument pas leur erreures de prescriptions ?

    De tout ça on en parle ? Taper sur les pharmaciens et boire les paroles des médecins c'est beau ... Mais que c'est naïf !



    - Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 16 juin à 05:27

    Anonyme-77656
    medecins transparents !

    Chers médecins avec vos 30h de pharmacologie et de chimie pendant l'ensemble de vos études, vos formations médicaments assurés par les labos (le cas du mediator en est bien le meilleur ex.) vous êtes sans aucun doute les meiux placé pour juger de la qualité des médicaments. c'est sur ne plus se faire arroser par les labos en seminaires bidon dans des lieux paradisiaques ca vous ennuient ! Une seule solution à chacun son métier : le diagnostic au médecin, la délivrance aux pharmaciens !A chacun ses responsabilités en fonction des études faîtes !



    - Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 16 juin à 10:06

    Anonyme-77656
    Ce qui est primordial de

    Ce qui est primordial de savoir , et qu'il n'y est plus de langue de bois à ce propos c'est pour moi simplement: les génériques sont-ils fiables et identiques à son équivalent médicament.

    Ma soeur a bien failli mourir après avoir pris un des génériques du Solupred, elle a eu le syndrôme de Stevens Johnson.depuis l'été 2008 elle se bat, les séquelles sont nombreuses. Certains disent tout bas les problèmes posés par les génériques qu'ils soient médecins, pharmaciens, et autres.

    Les querelles de corporation, excusez-moi... mais l'important est ailleurs, il s'agit de la santé des personnes, de la transparence et de la confiance que l'on peut accorder à ces traitements, sans y mêler les avantages de toutes sorte et la mauvaise foi... Prenez soin de votre santé elle est précieuse!



    - Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 16 juin à 12:49

    Anonyme-77656
    Il faut savoir aussi ne pas

    Il faut savoir aussi ne pas faire des raccourci trop rapides. Effets secondaire grave suite à la prise d'un générique ne veux pas forcement dire que cela est du aux génériques dans leur globalité.

    Ce qui est drôle dans cette info c'est que la "pseudo" journaliste cible les génériques qui posent problèmes, ces mêmes génériques que les pharmaciens ne substituent plus !



    - Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 16 juin à 13:06

    Anonyme-77656
    encre d'impression!!

    pourquoi certains generiqueurs rajoutent de l' encre d'impression dans leur fabrication par rapport à leur céclaration initiale que l'on retrouve sur le site de l'afapps (cf omeprazole biogaran) pourquoi ne pas l'inclure dans la demande intiale ???



    - Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 16 juin à 16:55

    Anonyme-77656
    Mauvais article

    On est tous à peu près d'accord pour dire que l'article est très mauvais. Un avis médical un peu plus sérieux serait nécessaire... Les exemples cités relèvent du ridicule... Une hémorragie haute avec anti-aggrégant plaquettaire... Ca n'arrive jamais?? ah bon?? Bref, on veut faire pleurer dans les chaumières.

    Quant à certains commentaire... amateurs s'abstenir merci.La réaction de Steven-johnson ca peut arriver à n'importe qui que le médoc soit un générique ou non. Le problème de la médecine, c'est que chacun avec son petit exemple veut faire une démonstration. Le risque 0 n'existe pas messieurs, il va bien falloir qu'on l'accepte. Et sinn cantonner le médecin au diagnostic, dire qu'il n'a que 30 heures de pharmaco dans ses études... Bouarf, pareil ca a pas bcp de sens et c'est très loin de la réalité.



    - Signaler un abus  
  • Par odedebrune, le 16 juin à 17:37

    odedebrune
    Médicaments générique ou pas?

    Je reste perplexe quant aux générique que je ne refuse pas! Cardiaque ,diabétique,certains médicaments n'existe pas là ou je vis.(Maroc)

    Je prenais UNICORDIUM,pour des fuites Mitrales,mais ce médicament fabriqué aux USA est parti de façon exclusive au Japon et ces derniers ne veulent pas exporter...Maintenant tant mieux.Le médecin qui est un généraliste en France et qui renouvelle mes traitement pour 6 mois,savait que UNICORDIUM il n'y en a plus en France et pas de générique non plus...Sans aviser le cardiologue il a dit c'est un générique??? et les pharmaciens 2 stagiaires ont dit a ma fille, on lui donne le générique du générique...J'ai pris celà 18 mois et j'ai cru faire une crise cardiaque...j'ai fait une grosse crise de tatychardie....alors les génériques maintenant j'ai des doutes.



    - Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 16 juin à 17:54

    Anonyme-77656
    Carton Rouge à France Soir !

    Un médicament générique a la même composition qu'un médicament si ce n'est un excipient différent. Un excipient donne la couleur, la texture de la gélule ... Les medecins sont incapables de prescrire en DCI (nom de molécule) et encore une fois c'est le pharmacien qui trinque ! Et dire qu'il a écrit un bouquin !

    Mais comment un journal comme France Soir peut-il paraitre des articles de ce genre ?!?



    - Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 18 juin à 08:17

    Anonyme-77656
    D'après votre article, il y a

    D'après votre article, il y a des raisons de s’inquiéter, parce que "clorpridogel" DCI du Plavix, ça fait peur! A croire que les labos mettent des principes actifs totalement différents de ceux présents dans les princeps...

    La prochaine fois, relisez votre article : clorpridogel -> clopidogrel



    - Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 22 juin à 18:11

    Anonyme-77656
    Déplorable. Trop de

    Déplorable. Trop de mensonges, de contre vérités ou d'ineptie.

    Rapidement:



    - Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 24 juin à 00:28

    Anonyme-77656
    professionnel

    Quand on remet en cause certaines professions, mieux vaux être soi-même un professionnel digne de ce nom, ce qui n'est pas le cas de la journaliste qui signe l'article: Avant d'énoncer des affirmations qui ne peuvent qu'angoisser les lecteurs non avertis, on se renseigne sur les normes de fabrication des médicaments vendus en France, sur les textes qui imposent aux médecins de prescrire des génériques, et aux pharmaciens d'en délivrer, et aussi sur le nombre d'accidents thérapeutiques, qui est très faible, et qui concerne aussi bien les médicaments princeps que les génériques: Il y a déjà eu des problèmes avant la fin des années 1990, période de début des génériques !



    - Signaler un abus  
  • Par DOCPNEUMO, le 21 jui à 09:46

    DOCPNEUMO
    Très bon article

    Je suis spécialiste. Cet article est très bien fait et reprend toutes les infos que j'ai. Un générique n'est PAS comme le princeps.Je prescrit des antibiotiques tous les jours. Je peux vous assurer que les cas où le générique de l'augmentin ne fonctionne pas sont légions. Je les ai colligés dans mon PC et je vais amener dès que possible une nouvelle pierre au Dr Blain. Oui on peut saigner de l'estomac si le générique du mopral est insuffisamment dosé. Oui, un générique a une efficacité biologique pouvant varier légalement de -20 % à +25% (c'est à dire entre -36 % ou + 53 % entre deux génériques. Oui ils sont fabriqués dans les pays où l'on se fiche de l'être humain (chine, Inde) . Oui, les pharmaciens ont une rétrocommission quand ils vendent des génériques, oui les controles sont insuffisants, oui, il n'existe pas de monographie sur les génériques, oui ils ne sont pas testés comme un princeps. Cet article est parfaitement juste.

    J'ai cessé de prescrire des génériqsues le jour où j'ai prescrit de l'augmentin princeps après une cure du même en générique à un patient et qu'il a guéri alors qu'avec le "même" en générique rien ne se passait. Après plus de 20 patients avec le même cas, j'ai compris et fait des recherches. Cet article est excellent



    - Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 8 sep à 12:28

    Anonyme-77656
    medocs

    je ne prend pas de generiques car j'en ai pris mais les effets sont nuls alors quand le medecin ou la pharmacie me l'impose je ne les prend pas je les jette



    - Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 20 oct à 13:38

    Anonyme-77656
    Les generiques sont de la m...!

    J 'ai un traitement a vie de médicaments suite a un infarctus et une pose de stens. J'ai demandé a mon médecin de mentionner "non substituable" sur les ordonnances de renouvellement de mon traitement car les génériques m’occasionnait des douleurs cardiaques alors que la médication originale non!

    Pour info le biosporol qui est le générique du détentiel est a proscrire ainsi que le générique de l'odrik ! ce sont carrément des substances dangereuses !



    - Signaler un abus  
  • Par guhufrnayo, le 27 fév à 15:04

    guhufrnayo
    Attention , allergies.

    Quoiqu'en disent les professionnels ou autres, j'ai accepté de prendre des génériques, et pour moi, se sont des placébos pous la plupart, non seulement inefficaces, mais de plus pour moi qui ais un problème d'allergie uniquement au chimique suite à une maladie professionnelle, j'ai des allergies aux génériques, oedème, urticaire ETC, alors que l'on ne vienne pas me dire que c'est pareil.


     


    Mon Pneumoloque m'a fait des test, pas de tous c'est impossible et les réactions sont instantanées.


    C'est la raison pour laquelle, mes médecins mettent sur mon ordonnance, NS.


    Et je le répète j'ai toujours accepté de les essayer.


    Il est tant dans ce Pays que l'on cesse de nous tromper.


    Les intérêts de certains prévalent sur la santé.  


     



    - Signaler un abus  
  • Par or tot grafe, le 3 mar à 12:15

    or tot grafe
    Hippocrate se retourne dans sa tombe

    Toutes les valeurs s'en sont allées !


    A de rares exceptions (heureusement il y en a, peu il est vrai, mais c'est car ceux-là n'ont pas le temps d'aller sur ces forums, ils bossent eux !) les échanges précédents ne font état que de fric.


    Calculer des marges ne semble pas un problème, écrire sans fautes d'orthographe c'est autre chose. Quant à apporter des arguments scientifiques : ...euh ! c'est quoi çà ? pauvre hère qui lira ces échanges, que pourra-t-il comprendre ?...


    Arrêtez de prendre le "Peuple" pour des idiots !


    A quand le retour à la compétence ?Peter avait raison !


     



    - Signaler un abus  
  • Par guhufrnayo, le 17 mar à 16:07

    guhufrnayo
    Suffisance quand tu nous tiens !

    A :  or tot grafe


     


    Je ne savais pas qu'un forum était fait pour faire des remarques sur des fautes d'ortographe qui peuvent arriver à tout le monde et surtout comme moi, lorsque l'on ne se relis pas.


     


    Votre remarque je l'a mets parmi les stupides et inutiles.


    Le but est d'échanger par rapport aux génériques et non de juger les autres.


    Pour qui vous prenez vous .?


    Vous devez être du genre " je connais tout, je sais tout , je suis le ou la meilleure, je suis le plus beau ou la plus  belle,  je n'ai plus rien à apprendre" et pourtant vous ne semblez pas connaître la tolérence, mon message se veut à votre niveau. Je n'aime pas les personnes narcissiques........


    A bon entendeur Salut.



    - Signaler un abus  
Publié : 15/06/11 - 05h59
Mis à jour : 15/06/11 - 06h00
  • Texte plus grand
  • Texte plus petit

SUIVEZ FRANCE SOIR SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX


FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 18:55

      403640 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 16:29

      391690 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 20:48

      254340 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 16:21

      238720 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • rafale rafale, le 25 jui à 22:39

      186380 points
      1063 commentaires

      En savoir plus sur rafale


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Actu du jour en image

    Horoscope Quotidien 2012

    Minute Trente de Montvalon

    TV Tout sur Secret Stroy 6

    Faits Divers Les maisons de l'horreur