Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Mardi 23 juillet, 21:58
Accueil > Actualité > Science/Ecologie > Collision avec un iceberg : Les risques sont toujours présents

Collision avec un iceberg : Les risques sont toujours présents

Science/Ecologie


Aux dires de certains chercheurs, les icebergs continuent de représenter une menace pour les paquebots. La probabilité de heurter un iceberg est actuellement de une sur 2.000.

Le risque de collision reste toujours présent, et ce malgré les radars et autres satellites
Le risque de collision reste toujours présent, et ce malgré les radars et autres satellites AFP/MARTIN BUREAU / AFP

Cent ans après le tragique incident du Titanic, les icebergs continuent toujours d'inquiéter les marins. En effet, malgré tous les progrès techniques accomplis depuis un siècle, l'oeil humain reste encore l'un des moyens les plus courants pour les détecter, relèvent les scientifiques interrogés par l'AFP. « Les icebergs sont des objets très dangereux car ils dérivent, ils ne restent pas immobiles; et lorsque la mer est très agitée, ils peuvent être masqués et ainsi échapper aux radars », résume Michael Hicks, de l'International Ice Patrol (IIP).

Une chance sur 2.000 de heurter un iceberg

La probabilité de heurter un iceberg est actuellement de une sur 2.000. Le risque était deux fois plus élevé en avril 1912, lorsque le plus grand paquebot de l'époque a été envoyé par le fond avec 1.514 de ses passagers, estime Brian Hill, expert du Conseil national de la Recherche (CNR) canadien. En d'autres termes, nous enregistrons en moyenne seulement deux collisions avec un iceberg par an. Créée dès 1913 au lendemain du naufrage du Titanic, l'IIP surveille l'équivalent d'un demi-million de milles nautiques (1.7 million de km2) dans le nord-ouest de l'Atlantique, en particulier le « couloir d'icebergs » situé près de Terre-Neuve et du Labrador et sillonné par des montagnes de glace qui se sont décrochées du Groenland.

L'IIP est prête à tous les recours

L'IIP a, par exemple, tenté de peindre les icebergs en rouge, sans parvenir à faire tenir la couleur sur la glace. Elle a également cherché à y fixer des émetteurs radios, une tâche particulièrement ardue depuis un avion volant à 350 km/h. La Patrouille a même tenté de les bombarder pour éliminer cette menace. En 1959, 20 bombes de 400 kg ont été lâchées sur un iceberg de 70 m de haut et de 145 m de large. « Ca en a juste cassé quelques petits morceaux, sans effet notable », explique Michael Hicks. Des explosifs fixés directement à l'intérieur de l'iceberg se sont révélés légèrement plus efficaces. « Mais le seul résultat, c'est qu'au lieu d'avoir à suivre un gros iceberg, on en produisait d'un seul coup plusieurs petits qui étaient tout aussi dangereux », annonce l'expert.

L'IIP a donc préféré misé sur la prévention et de l'alerte, en déployant des avions-radar et en compilant les données transmises par les navires croisant dans la zone et les satellites d'observation. Comme le déclare, par ailleurs, l'AFP, pas un seul des marins qui ont suivi les avertissements de la « Patrouille » n'a heurté d'iceberg, selon Michael Hicks. Les satellites contribuent à la surveillance mais ils peinent à différencier les petits icebergs des gros navires. « La reconnaissance visuelle est toujours nécessaire, et pour les icebergs les plus petits, il y a toujours un risque », résume Mark Drinkwater, expert de la cryosphère à l'Agence spatiale européenne (ESA).

Une diminution des accidents depuis 1913

D'après la base de données des collisions d'icebergs tenue par le CNR canadien, les accidents sont en déclin constant depuis 1913: 57 collisions dans l'Hémisphère nord entre 1980 et 2005 (soit 2,3 par an en moyenne) contre 170 durant les 25 années précédant 1912 (une moyenne de 6,8 par an). Depuis janvier 1959 et le naufrage du Hans Hedtoft au sud du Groenland avec 95 personnes à bord, aucun accident mortel impliquant un iceberg n'a été enregistré. En novembre 2007, le bateau de croisière MV Explorer a coulé après avoir heurté un iceberg au large de l'Antarctique mais les 100 passagers et les 54 membres d'équipage ont pu être secourus. Mais selon Michael Hicks, « il y a toujours des icebergs et il y a toujours des bateaux », le risque est donc toujours présent.

Par Damien Helene

Plus d'articles Science/Ecologie

Publié : 09/04/12 - 20h15
  • Texte plus grand
  • Texte plus petit

SUIVEZ FRANCE SOIR SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX


FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 17:29

      288500 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 19:55

      203400 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 17:21

      155550 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 21:48

      150550 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Jakyburn Jakyburn, le 20 avr à 21:02

      99900 points
      1686 commentaires

      En savoir plus sur Jakyburn


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Actu du jour en image

    Horoscope Quotidien 2012

    Minute Trente de Montvalon

    TV Tout sur Secret Stroy 6

    Faits Divers Les maisons de l'horreur