Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Vendredi 22 octobre, 02:23
Accueil > Actualité > Société > Médicaments : Alerte à la pénurie !

Médicaments : Alerte à la pénurie !

Société


Les pharmaciens tirent la sonnette d’alarme, révélant l’aggravation des pénuries chroniques de médicaments dans leurs officines. La France est touchée à son tour par un phénomène mondial.

Entre 150 et 300 médicaments connaissent des problèmes d'approvisionnement touchant toutes les pathologies
Entre 150 et 300 médicaments connaissent des problèmes d'approvisionnement touchant toutes les pathologies

Les anesthésistes ont été les premiers à donner l’alerte au cœur de l’été, s’inquiétant des pénuries récurrentes frappant des produits anesthésiques. Pourtant essentiels, ces produits ne sont plus fabriqués ou distribués, car les laboratoires pharmaceutiques ne les jugent plus assez rentables. Cette fois, au-delà des hôpitaux, ce sont les pharmaciens d’officine qui s’alarment des difficultés d’approvisionnement en médicaments. Car partout en France ces pénuries chroniques s’aggravent. Et touchent maintenant toutes les pathologies. Anticancéreux, hypnotiques, antidiabétiques, antihypertenseurs, anticholestérol, antirétroviraux, mais aussi suppositoires contre la toux ou pilules contraceptives…
Afin de mesurer le phénomène, l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (Uspo) a créé un observatoire des ruptures d’approvisionnement. Résultat : en cinq mois, 1.122 incidents concernant 328 médicaments différents ont été répertoriés. Parmi eux, 232 pénuries supérieures à trois jours concernant 110 spécialités différentes. Au total, sur les 5.600 médicaments vendus en France, plus de 300 ont déjà subi des ruptures d’approvisionnement et une quinzaine sont touchés en permanence.

Un phénomène mondial

Pour l’heure, les pharmaciens en sont réduits à « bricoler » des solutions pour les patients (lire notre témoignage). « Dans le cas d’un sirop contre la toux, on peut facilement changer de médicament. Mais pour certaines classes thérapeutiques, en oncologie ou pour l’hypertension, c’est très difficile voire impossible », souligne Isabelle Adenot, présidente de l’ordre national des pharmaciens. Face à ce qui apparaît maintenant comme un enjeu de santé publique, le ministre de la Santé, Xavier Bertrand, vient d’annoncer un plan d’action. Les causes étant multiples, les solutions s’annoncent complexes à mettre en place. Car les pénuries, que l’on croyait réservées aux pays en voie développement, s’accentuent, et touchent les pays occidentaux confrontés à des logiques économiques mondiales de production, de distribution, de rentabilité aussi, voire de spéculation. Chine, Inde, Japon, Canada… personne n’est épargné. Aux Etats-Unis, les pharmaciens évoquent désormais une « crise sanitaire nationale majeure ». Selon les autorités de santé américaines, le nombre de remèdes difficiles voire impossibles à trouver a bondi de 61 à 178 entre 2005 et 2010…
Alors que Xavier Bertrand présente cet après-midi son projet de réforme du médicament à l’Assemblée nationale, France-Soir révèle les dessous de ce phénomène inquiétant.

Une production exposée, des délais trop longs

Les médicaments sont soumis à des contrôles de qualité draconiens. La moindre anomalie (matière première défectueuse, erreur de dosage ou de notice) entraîne le rappel des lots entiers. Le laboratoire doit alors relancer la fabrication, cela peut prendre des mois. « Un désinfectant a ainsi été retiré pendant un an pour un problème de conservation », note Jocelyne Wittevrongel, de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF). La production des médicaments s’est fortement concentrée, au point qu’un seul site peut fournir toute l’Europe. « Si cette usine est victime d’un problème, il n’y a plus de corde de rappel ! » signale Gilles Bonnefond, de l’Uspo. Un simple retard de transport peut engendrer une pénurie de plusieurs jours en pharmacie.

Des arrêts de commercialisation mal anticipés

Un laboratoire peut interrompre la commercialisation d’un médicament sans préavis. Soit parce que les autorités sanitaires exigent son retrait, soit parce que le fabricant le juge peu rentable et préfère favoriser les ventes d’un produit équivalent. « Ce fut le cas pour le vaccin Tetracoq Revaxis, arrêté au profit du Repevax », explique le médecin généraliste Sauveur Boukris. Faute d’anticipation, les médicaments de substitution subissent un excès soudain de demande, mais l’offre ne suit pas.

Des stocks à flux tendu

Fabrication, distribution, hôpitaux, officines : tous les maillons de la chaîne vivent à flux tendu. Les pharmaciens s’approvisionnent, deux fois par jour, chez les grossistes-répartiteurs, du nombre de boîtes dont ils ont besoin. Les grossistes sont obligés de disposer de quinze jours de stock pour 90 % des médicaments du marché français. Mais eux-mêmes sont soumis à des quotas, fixés par les laboratoires, afin d’éviter les risques de revente à l’étranger. Une fois ces quotas épuisés, difficile d’obtenir de nouveaux produits. Or, souligne Isabelle Adenot, de l’ordre national des pharmaciens, « quinze jours de stock, c’est juste quand l’industrie met six mois à fabriquer de nouveaux produits ». Le moindre grain de sable dans le système perturbe toute la distribution. Même lorsqu’un médicament redevient disponible après une pénurie provisoire, « le pharmacien en commande davantage pour être certain d’en avoir. Et cela engendre de nouvelles ruptures », constate Jocelyne Wittevrongel.

Des spéculateurs cassent le marché

On les surnomme les « traders du médicament ». Les « short liners », ces entreprises qui spéculent sur les prix attrayants du marché hexagonal, sont unanimement pointés du doigt. Ils puisent dans les quotas de médicaments français, à bas coût, pour les vendre au prix fort à l’étranger, notamment en Allemagne et en Italie. « Ils les revendent jusqu’à 50 % plus cher », grince Christian Lajoux, président des Entreprises du médicament (Leem). Ces « short liners » adoptent le statut de grossistes-répartiteurs « mais ne respectent pas les obligations de stock et de livraison », dénonce Emmanuel Dechin, de la Chambre syndicale de la répartition pharmaceutique. Ils concentrent leur activité sur les médicaments de niche, très chers et demandés à l’étranger. Soit 4 % des boîtes produites pour la France, selon le grossiste. « Sur des médicaments vendus à seulement quelques dizaines de milliers d’unités, les ruptures de stock sont inévitables. » Or, déplore-t-il, sur une vingtaine d’entreprises de ce type, les autorités sanitaires françaises n’en ont sanctionné que « deux ou trois cette année ».

Des solutions envisagées

Faut-il simplifier le circuit de distribution du médicament, comme le réclame le Leem ? Imposer des stocks de secours aux laboratoires et aux grossistes, ce que souhaitent des associations de patients ? Réunis jeudi dernier par le ministre de la Santé, Xavier Bertrand, les acteurs du médicament ont avancé des solutions. Parmi celles-ci, l’amélioration de l’information, afin de faciliter le signalement des ruptures de stock aux professionnels de santé. Autre piste : accroître la vigilance en matière de « zones de risques » : une liste de classes thérapeutiques pour les médicaments sensibles (anesthésiques, anticancéreux, antirétroviraux) sera établie, et un suivi national assurera leur disponibilité. Enfin, pour lutter contre les abus des short-liners, contrôles et sanctions seront systématisés, et les obligations du Code de la santé publique rappelées à tous les acteurs.

 

Juliette Demey, Marie Marvier
C'est sur France Soir !

Plus d'articles Société

Réactions à cet article1 commentaire

  • Par Anonyme-77656, le 13 sep à 07:10

    Anonyme-77656
    Pénurie pourquoi ?

    Et si tous ceux qui se procurent des médicaments a l'aide de leur RSA et de la CMU et qui les envoies à leurs familles dans des pays africains arrêtaient leur trafic...y aurait-il aussi pénurie ?



    Signaler un abus  
Publié : 13/09/11 - 06h51
Mis à jour : 13/09/11 - 07h00
  • Texte plus grand
  • Texte plus petit

SUIVEZ FRANCE SOIR SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX


FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 17:29

      288500 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 19:55

      203400 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 17:21

      155550 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 21:48

      150550 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Jakyburn Jakyburn, le 20 avr à 21:02

      99900 points
      1686 commentaires

      En savoir plus sur Jakyburn


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Actu du jour en image

    Horoscope Quotidien 2012

    Minute Trente de Montvalon

    TV Tout sur Secret Stroy 6

    Faits Divers Les maisons de l'horreur