Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Samedi 16 février, 09:08
Accueil > Actualité > Société > "Pierre Bérégovoy a été exécuté"

"Pierre Bérégovoy a été exécuté"

Société


Depuis le 1er mai 1993, le débat passionne dès qu’il est porté : l’ancien Premier ministre Bérégovoy s’est-il vraiment suicidé ? Pour en finir avec cette lancinante question, le journaliste Eric Raynaud a enquêté cinq ans. Sa réponse est non.

Même si un point d’interrogation atténue la portée de son titre – Un crime d’Etat ? La mort étrange de Pierre Bérégovoy (*) –, le livre conclut au meurtre. Inexorablement. Eric Raynaud, 49 ans, père de famille tout en rondeurs établi dans la Nièvre, n’est pas homme à voir des complots partout. Par hasard, lors des commémorations du dixième anniversaire de la mort de Pierre Bérégovoy en 2003, son regard s’est arrêté net sur la photo parue le 3 mai 1993 dans Le Journal du Centre. L’auteur du cliché, tétanisé par la scène, a cependant réussi à la fixer : « On constate nettement un trou sur le sommet du crâne, explique le journaliste. Rien à voir avec une balle tirée dans la tempe. Je me suis alors dit : il y a eu deux balles. Donc une de trop… » Ainsi débute son enquête.
Durant cinq ans, il rencontre les protagonistes du drame, les proches de Béré, comme les Français surnomment familièrement cet homme politique hors du commun, et des policiers. Parmi eux, le sulfureux commissaire Marty-Vrayance, révoqué en 2006. Un enquêteur brillant, homme de confiance du grand patron des RG, qui a été pour partie victime de sa curiosité. « Quand j’ai lu le rapport de Marty, confie Eric Raynaud, j’ai été convaincu qu’il s’agissait d’un assassinat. Partant de là, j’ai tout vérifié. »

Des investigations à risques

Dans son document qui se dévore en une nuit, comme un polar, Eric Raynaud égrène chacune des incohérences de cette affaire sensible : l’emploi du temps le 1er mai, les deux détonations, la trajectoire de la balle, la position du corps, les contradictions des témoins, la mise sous écoutes téléphoniques du député maire de Nevers, la disparition de l’agenda Hermès qu’il avait rangé dans sa poche comme l’attestent les images de France 3, la peur de son entourage, les cambriolages qui ont précédé sa mort, le refus opposé à Gilberte Bérégovoy qui jusqu’à son dernier souffle demanda un exemplaire du rapport d’autopsie… « Ce ne fut pas facile, mais beaucoup de gens ont accepté de se confier, » précise l’auteur qui, à son tour, a subi des pressions au point de plusieurs fois faire intervenir la police de Nevers.
Par objectivité, il remet en perspective la thèse d’un Bérégovoy « livré aux chiens », les journalistes qui avaient révélé l’existence du prêt amical d’un million de francs par Roger-Patrice Pelat, soupçonné de délit d’initiés dans le scandale Pechiney. Mais il bat la thèse en brèche. D’où le trouble qui s’empare du lecteur…

(*) Un crime d’Etat ? La mort étrange de Pierre Bérégovoy, Eric Raynaud, éd. Alphée Jean-Paul Bertrand, 254 p., 19,90 euros.


Gérard Carreyrou, l’ami de trente ans

“J’ai vu un homme accablé…”

Le journaliste Gérard Carreyrou évoque rarement l’intimité des liens qui l’unissaient à Pierre Bérégovoy. Pour FranceSoir, il revient sur les derniers mois, les derniers jours de la vie d’un homme profondément blessé. S’il n’a jamais douté que l’ancien Premier ministre se soit suicidé, il admet que les conditions matérielles de sa mort sont troublantes.

FRANCESOIR. Comment êtes-vous devenu l’ami de Pierre Bérégovoy ?
GÉRARD CARREYROU. Nous nous sommes connus en 1962, au PSU (Parti socialiste unifié, un temps dirigé par Michel Rocard, NDLR) alors que nous militions contre la guerre d’Algérie. Nous collaborions à Tribune socialiste et, à l’issue de notre réunion hebdomadaire, il me ramenait chez moi. Un soir, il m’a présenté à son épouse et, très naturellement, nous sommes devenus amis. Nous sommes restés extrêmement proches durant toute notre vie. Jamais notre amitié ne s’est démentie.


Que pouvez-vous dire de l’homme, si discret ?
Pierre était un être simple, pudique et réservé. Il n’étalait pas ses éventuels états d’âme. Longtemps, il fut en politique un homme de l’ombre et cela lui convenait.


Vous écrivez un film sur sa dernière année de vie (*). Etait-il dépressif ?
Jusqu’aux révélations du Canard enchaîné sur le prêt d’un million de francs que Roger-Patrice Pelat lui avait consenti, Pierre n’avait aucun problème. Comme tous les hommes politiques, il traversait parfois des moments difficiles mais rien ne l’avait atteint personnellement, pas même l’affaire Pechiney. La veille de la parution de l’article, il m’a appelé à TF1, il m’a dit « viens me voir ». J’ai bondi et je me suis retrouvé face à un homme désemparé. Alors que j’étais encore dans son bureau, François Mitterrand lui a téléphoné. Le Président lui a dit : « Tout cela n’a aucune importance. » Pierre a repris pied ; Mitterrand l’avait provisoirement requinqué.


Cet article l’a donc profondément déstabilisé ?
Oui, son moral en a pris un grand coup. Il était très atteint, notamment parce que cette histoire de prêt, qui n’était pourtant pas illégal, le poursuivait sur le terrain : quand il croisait des syndicalistes, il y en avait toujours un qui criait : « T’as pas 100 briques ? » Un soir, il est venu à TF1 et s’est laissé tomber sur mon canapé ; là, précisément, j’ai vu un homme accablé. Il avait l’impression que jamais il ne se relèverait de « l’erreur Pelat ».

Il avait aussi d’autres soucis, notamment après la défaite des socialistes aux élections législatives de mars 1993…
Oui, parce que beaucoup de ses camarades en ont fait un bouc émissaire. Il était Premier ministre depuis un an, donc, si la gauche avait perdu, c’était « la faute à Béré ». Il a été exclu par les membres de son cercle politique. Il en souffrait. Cet homme était très sensible. Il n’avait pas les nerfs d’acier qu’exige ce métier-là. Il n’était pas assez solide pour affronter une telle période. Quatre jours avant sa mort, lors de notre dernière conversation, il redoutait qu’on l’assimile désormais à un type corrompu et malhonnête ; pour lui qui ne l’avait jamais été, cette idée était insupportable. Je n’ai pas eu ce jour-là l’impression qu’il allait se tuer mais, à cause de tout ce qu’il subissait, son suicide ne m’a pas étonné.


Vous avez toujours cru au suicide ?
Oui, pendant quinze ans, je n’ai pas eu de doute. Je dois cependant admettre que le livre d’Eric Raynaud m’a ébranlé. Il pointe de nombreux éléments troublants sur les conditions matérielles de la mort de Pierre Bérégovoy : l’absence d’expertise balistique, l’utilisation du 357 Magnum, l’autopsie… Cet ouvrage souligne qu’il y a, effectivement, beaucoup de mystères, beaucoup de « pourquoi ».


Remet-il en cause vos convictions ?
Fondamentalement, non. Je ne vois pas pourquoi on l’aurait assassiné. Certes, il savait des choses, sur la corruption politique notamment, mais Pierre n’était pas homme à balancer. Il était un ex-Premier ministre, plus en état d’intervenir sur le cours des choses. C’était un homme fini.

(*) Gérard Carreyrou participe à l’écriture d’un docu-fiction pour France 2. Un homme d’honneur, produit par Clémentine Dabadie (Chabraque Productions) et Laurence Bachman (Barjac Production), devrait être diffusé à l’automne.

C'est sur France Soir !

Plus d'articles Société

Publié : 13/01/08 - 17h49
Mis à jour : 12/03/10 - 12h11
  • Texte plus grand
  • Texte plus petit

SUIVEZ FRANCE SOIR SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX


FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 17:29

      288500 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 19:55

      203400 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 17:21

      155550 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 21:48

      150550 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Jakyburn Jakyburn, le 20 avr à 21:02

      99900 points
      1686 commentaires

      En savoir plus sur Jakyburn


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Actu du jour en image

    Horoscope Quotidien 2012

    Minute Trente de Montvalon

    TV Tout sur Secret Stroy 6

    Faits Divers Les maisons de l'horreur