Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Lundi 23 octobre, 10:04
Accueil > Actualité > Société > Saint-Valentin : "Il faut trois ans pour tomber amoureux !"

Saint-Valentin : "Il faut trois ans pour tomber amoureux !"

Saint-Valentin 2012


Yann Dall'aglio, enseignant en philosophie, vient de publier un ouvrage sur l'amour (*). Il estime que l'on ne sait plus aimer véritablement dans nos sociétés, car on n'en prend plus le temps.

L'amour se construit et ne se trouve pas, selon le philosophe Yann Dall'Aglio.
L'amour se construit et ne se trouve pas, selon le philosophe Yann Dall'Aglio. SIPA/UNIVERSAL PHOTO

FRANCE-SOIR. Votre livre s'intitule : « L'amour est-il has been ? ». Qu'est-ce qui a changé ?
YANN DALL'AGLIO. L'amour, avant, dépendait de structures communautaires, comme la famille, la religion... L'habitude aidant, on finissait par réellement s'aimer. Je pense à l'Inde où il arrive encore que les époux se découvrent pour la première fois le jour des noces ! Ces gens apprennent à s'aimer avec le temps. Mais aujourd'hui, dans nos sociétés, ces structures n'existent plus. Elles ont disparu avec l'apparition de l'individualisme, de la liberté des échanges commerciaux. Les gens se disent maintenant : « Puisque ce n'est plus Dieu, ou ma famille, ou la tradition qui me donnent une valeur, qu'est-ce que je vaux ? » Ce questionnement sur soi fait qu'on doit désormais se vendre en permanence. On est en perpétuelle surveillance de soi, de sa beauté, de son apparence.

"Nos villes, remplies d'individus qui se vendent, génèrent un vertige des possibles. On se dit « Et si celui-là était mieux ? »"

F.-S. Cette perpétuelle surveillance de soi n'est pas bénéfique selon vous ?
Y. D. Non, car cette inquiétude produit une insatisfaction latente. Même lorsque quelqu'un nous déclare son amour, on doute, on cherche dans le regard des autres d'autres signes d'amour. On est dans un désir frénétique de plaire, ce qui pose problème pour le couple. Nos villes, remplies d'individus qui se vendent, génèrent un vertige des possibles. On se dit « Et si celui-là était mieux ? », « Et si avec lui, c'était différent ? ». On est dans une sorte d'obsession de la comparaison. On est tout le temps en position de client consumériste dans la vie, et cela est en train de contaminer nos relations amoureuses. « Je reste avec toi tant que je n'ai pas trouvé mieux, tant que tu es à la hauteur. » Or, aimer, c'est aussi pardonner les failles, accepter les faiblesses, en rire, et sortir du chantage à la performance. Je ne dis pas qu'il faut être dans la compassion de l'autre pour aimer, mais il faut savoir être tolérant. La liberté de divorcer, et le fait de savoir qu'il y a beaucoup d'opportunités de trouver ailleurs, notamment avec Internet, fait que l'on met une pression comparative nocive sur le couple.

F.-S. Alors qu'est-ce que l'amour ?

Y. D.
L'amour véritable fait appel à la tendresse. On a la tendresse de comprendre les imperfections. Un écrivain disait que l'on est aimé tant que l'on peut avouer sa faiblesse à l'autre sans qu'il ne s'en serve pour nous écraser. L'amour prend du temps. On ne laisse pas le temps aujourd'hui au couple de s'installer et de faire naître l'amour entre eux. Il n'y a rien de plus beau que de mourir dans les bras de l'être que l'on aime depuis des années ! Et ce qui m'inquiète, c'est qu'il y a désormais trop de désir, et pas assez d'amour. Le désir circule très vite, mais ne dure pas, et il empêche certains amours de se créer. On passe vite à autre chose, car il y a du désir ailleurs. Attendons un peu !


F.-S. Que pensez-vous de la maxime de Frédéric Beigbeder, « L'amour dure trois ans » ?
Y. D. Je suis d'accord avec le constat sociologique, puisqu'il est vrai que l'on constate un pic de divorces après trois ans de relations. L'amour passion a effectivement une durée limitée, mais le véritable amour, c'est l'amour tendresse, celui, profond, que l'on tisse avec le temps ! Je dirais que l'amour commence après trois ans de relation ! Le grand frisson d'un début de relation n'est pas le véritable amour, puisque les personnes avec qui on le vit sont substituables, ça nous est arrivé avec Paul, mais aussi avec Pierre.

"On lit dans les magazines qu'il faut « trouver » le grand amour. Mais le grand amour ne se rencontre pas, il se construit"

F.-S. Il faudrait donc laisser du temps au temps pour connaître l'amour...
Y. D. Oui, exactement. Très souvent, on lit dans les magazines qu'il faut « trouver » le grand amour. Mais le grand amour ne se rencontre pas, il se construit à deux, et on le construit soi-même en ayant de la tendresse pour les défauts de l'autre. Être amoureux, c'est aussi se faire amoureux. L'amour n'est pas seulement un acte passif, un état que l'on subit.

F.-S. Donc vous ne croyez pas à l'être unique d'une vie, que l'on cherche et que l'on trouve parfois ?
Y. D. Non, on est plus banals que l'on ne croit, acceptons-le. A se croire exceptionnel, on rate souvent la simplicité d'une histoire d'amour ! Il y aurait moins de célibataires si on comprenait que l'exceptionnel, c'est l'amour qui dure longtemps.


F.-S. Que pensez-vous des couples en union libre, qui acceptent l'infidélité ?
Y. D. Je vois dans le sexe quatre fonctions différentes. La fonction reproductrice, qui sert uniquement à procréer. La fonction hédoniste, pour prendre du plaisir. La fonction narcissique, si l'on me désire, je me sens gratifié. Ces trois premières fonctions ne sont pas vraiment de l'amour. Contrairement à la quatrième, la fonction émotive, qui est dans la dimension amoureuse : on explore le corps de l'autre, on s'attendrit de ses défauts physiques, de la douceur de sa peau. Si l'on fait parfois un écart pour nourrir la fonction hédoniste ou narcissique, je le comprends...tant que la fonction émotive n'est pas altérée. Mais il faut que ces infidélités restent sous le sceau du secret, et qu'elles ne soient pas trop régulières, sous peine d'altérer l'amour pour l'autre. Et le vrai amour, c'est aussi d'accepter de temps à autre un écart de l'autre. Enfin, ce n'est que mon avis...

« Jtm : L'amour est-il devenu has-been ? », Editions Flammarion, 116 p., 8 euros.

Propos recueillis par Alexandra Gonzalez

Réactions à cet article1 commentaire

  • Par Bluesun, le 15 fév à 01:26

    Bluesun
    3 ans pour tomber amoureux

    et toute la vie pour le rester.


    Car la St Valentin ce n'est pas qu'un jour par an, mais c'est 365 jours....


    Chaque jour est à vivre comme s'il était le dernier, et s'aimer chaque jour comme s'il était le premier.....



    Signaler un abus  
Publié : 14/02/12 - 19h53
  • Texte plus grand
  • Texte plus petit

SUIVEZ FRANCE SOIR SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX


FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 17:29

      288500 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 19:55

      203400 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 17:21

      155550 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 21:48

      150550 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Jakyburn Jakyburn, le 20 avr à 21:02

      99900 points
      1686 commentaires

      En savoir plus sur Jakyburn


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Actu du jour en image

    Horoscope Quotidien 2012

    Minute Trente de Montvalon

    TV Tout sur Secret Stroy 6

    Faits Divers Les maisons de l'horreur