Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Samedi 19 janvier, 22:12
Accueil > Actualité > Société > Les soirées de débauche du Tout-Paris

Les soirées de débauche du Tout-Paris

Société


Patrons, hommes politiques, sportifs, journalistes et top-modèles fréquentent les clubs échangistes ou SM, nouveaux lieux à la mode. Nous nous sommes rendus dans ces lieux où le sexe se pratique sans tabou ni inhibitions.

Certains people préfèrent se rendre grimés ou masqués dans les clubs
Certains people préfèrent se rendre grimés ou masqués dans les clubs DR

C’est samedi soir et ils vendent leur esclave. Non, nous ne sommes pas dans un péplum se déroilant sous la Rome antique, mais dans l’une des soirées parisiennes les plus étranges du moment. Elle se déroule un samedi par mois dans les entrailles de Cris et Chuchotements, un discret club SM (pour sado-maso) de la rue Truffaut, au cœur du très chic XVIIe arrondissement. La charmante hôtesse nous avait prévenus lors de notre première visite, le mercredi précédent : « Ne ratez pas la vente aux esclaves. » Devant elle, le slogan du club : SDF (« Sans donjon fixe »).

Les participants arrivent à partir de 22 h 30, habillés sobrement, puis se changent pour vêtir la tenue adéquate une fois la porte franchie. Un baraqué se promène avec une mallette à la main, ses outils de dominateur rangés à l’intérieur, aussi soigneusement que sur l’établi d’un maître artisan. Il tient une femme soumise, obèse, en laisse. Une autre, à genoux à ses pieds, se love contre sa cuisse. Dans l’assistance, des célibataires, des couples, quelques trios. Femmes en cuir, hommes en noir. Une clientèle pas très jeune, déterminée, initiée, qui repère vite les nouveaux. « Vous venez souvent ici ? » Le tout prononcé sur un ton badin mais intéressé, en brandissant les billets offerts à l’entrée par la réceptionniste au sourire enjôleur. Des billets qui n’ont cours que dans ce club et dont la valeur faciale est de 20, 50 ou 100… catin.

« Respectez ceux qui seront vendus »

Le maître de cérémonie attend quelques retardataires et officie en maniant un humour de chansonnier mâtiné de conseils avisés : « Respectez ceux qui seront vendus. Ils le sont parce qu’ils le désirent, personne n’est obligé, mais ce n’est pas facile pour eux. Une fois payés, ils seront soumis à la volonté de leur acheteur, mais attention, c’est du second degré. » Pas vraiment de quoi rassurer les trois esclaves qui seront monnayés par leurs accompagnateurs. En attendant, ils s’exhibent en tremblotant contre le bar. Un homme, deux femmes. Le maître de cérémonie, debout dans la jolie cave faiblement éclairée, parsemée de banquettes, avec au mur de suggestifs gadgets, demande à chacun pourquoi il cède son esclave. « Je la vends parce qu’elle a été désagréable toute la journée d’hier, elle a refusé de porter sa robe rouge et de mettre ses boules de geisha », tonne une vendeuse visiblement exaspérée, alors que l’esclave, perdue, la regarde avec des yeux de biche. Pour elle, qui sera fessée, les enchères montent à plusieurs milliers de billets catin. L’homme, lui, est offert par sa compagne pour une « soumission cérébrale », et la troisième vendue « par Master X de la part de maître Paul qui est au Japon et qui la cède pour une punition collective, par martinet ou tout autre objet de votre choix ».

Une fois l’argent versé, l’esclave file à l’étage pour y être punie. Elle s’allonge pour la fessée sur un cheval-d’arçons, les coups pleuvent. Second degré certes, comme prétend le maître de cérémonie, mais aussi attirail SM, croix, balançoire. « Vous devriez vous laisser aller, nous reproche une femme dominatrice aux yeux perçants, guêpière noire, chaussures rouges. Je vais vous humilier, vous et votre orgueil démesuré, vous allez m’obéir et monter l’escalier à quatre pattes. – Euh, non merci… » Les hommes, beaux parleurs de la domination, intellos du sexe, ont visiblement l’habitude de persuader les femmes de les suivre. Pourquoi sont-ils là ? « Apprendre à dominer, apprendre à se soumettre, toucher ses limites et surtout les dépasser. Cela permet de mieux se connaître. » Pas facile pour un profane… Dans la vie, que font-ils ? La discrétion prime. Certains couples se forment spécialement pour la soirée, d’autres sont de « vrais » couples à la sexualité libre.

De 40 à 150 €

Récemment, un mariage SM très VIP a été organisé, mais pas dans ce club. Les soirées privées, comprendre chez des particuliers, avec ticket d’entrée à 300 €, se développent. L’échangisme est à la mode, même si la concurrence d’Internet assène un rude coup à certains lieux. « C’est tellement facile de faire des rencontres en tout genre sur la Toile que certains désertent les boîtes », constate avec amertume un habitué. Pourtant, les vrais fans ne décrochent pas : anonymes prêts à débourser entre 40 et 100 € pour deux selon les soirées et les clubs, chefs d’entreprise, ingénieurs (nombreux), avocats, journalistes, patrons de presse, artistes, sportifs… Un footballeur champion du monde brésilien, et pas celui auquel on pense, arpentait récemment le Moon City, un sauna échangiste. Deux acteurs français parmi les plus populaires comptent parmi les fidèles, et des politiques parfois. Un ancien ministre avait pris l’habitude de téléphoner au patron d’un club avant de s’y rendre afin de savoir s’il pouvait venir sans danger. Sous-entendu : sans être reconnu par des journalistes fréquentant les lieux.

Certains people préfèrent se rendre grimés ou masqués dans les clubs. Ils adorent les Chandelles, rue Thérèse, près du Palais-Royal. Voiturier, entrée filtrée, club sélect, beau monde, femmes élégantes, top-modèles, hommes séducteurs, aisés. Une centaine de couples boivent un verre dans le bar puis filent en direction de la pièce contiguë, qui se limite à deux lits géants sur lesquels on fait directement l’amour après la coupe de champagne. Les adeptes dénudés pratiquent une sexualité animale, mais non violente, où les duos se forment et se déforment. La plupart des femmes sont « bi ». Plus loin, une pièce sombre s’accorde mieux avec les échanges plus cérébraux, en effleurements et approches habiles. « Je sens qu’on va bien s’entendre tous les deux », glisse une belle brune à un homme qui lui procure un plaisir intense. Elle ne le connaissait pas deux secondes auparavant. Parfois, il y a foule dans cette alcôve, entrer n’est pas si simple. « Faut faire la queue, comme à la Sécu », tonne une bombe fluette qui déclenche l’hilarité. Parfois, certaines filles accompagnent des hommes rencontrés dans des bars alentour. « T’es timide, toi », me reproche une Suissesse aguerrie. Du coup, elle jette son dévolu sur un Canadien. « A Montréal, on ne trouve pas ça. Et à Bâle ? » La Suissesse est trop prise pour répondre. Dans un recoin, un peu d’intimité. Une Américaine fonce sur moi. « I’m sorry. » Sorry, car elle me fesse une fois, deux fois, puis revient pour la troisième couche. « Thank you ! – Mais je vous en prie. » A la fin de la soirée, chaque couple repart de son côté. Même principe au No Comment, plus jeune, branché, près des Champs-Elysées. Deux jeunes Africaines sont là pour rencontrer un homme et se faire plaisir, au milieu d’une clientèle haut de gamme. Chaque couple a la possibilité de s’enfermer dans une pièce. Un ingénieur spécialisé dans l’énergie solaire a les traits tirés de celui qui sort de l’after work libertin, un phénomène qui se développe, pour plonger dans la nuit échangiste. « La forme va revenir au fil des heures. » A-t-il pris une pilule miracle pour se requinquer ? Au fond, un lit dans une pièce sombre où l’échangisme est roi. On se touche, on se jauge, on fait l’amour. Un ancien joueur de football vient parfois avec à son bras plusieurs jeunes Beurettes. A l’Overside, dans le centre de Paris, avec sa curieuse entrée en sous-sol, les rencontres s’effectuent sur la piste de danse avant de « partouzer » dans les pièces voisines. De nombreux mateurs s’y promènent nonchalamment. Au Quai 17, le club affiche parfois complet dès 23 h 30…

« Fuck my wife »

Dans l’univers sans cesse en mouvement des clubs échangistes, préoccupés par la fermeture annoncée d’un de leurs piliers dont l’autorisation ne sera pas renouvelée, un lieu surréaliste tente de créer le compromis idéal. Le Château des Lys, rue Marcadet (Paris XVIIIe), réunit deux anciens clubs et se distingue par son donjon avec pignon sur rue. Là, la salle des tortures est cachée, fermée, seulement accessible aux habitués attirés notamment par sa grande table ronde recouverte de cuir et ses menottes au mur. Dans le reste du club, l’échangisme se pratique crûment. Des hommes seuls attendent l’opportunité. Elle leur sera fournie par un client arborant un tee-shirt « Fuck my wife ». Franchement, elle ne me tente pas.

Adrien Noble
C'est sur France Soir !

Plus d'articles Société

Réactions à cet article7 commentaires

  • Par Anonyme-77656, le 11 juin à 10:18

    Anonyme-77656
    reponse

    cet pas mal de ce faire du bien mait faut avoir beaucoup argent beaucoup davocat de la mondaine roger toulouse



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 11 juin à 11:28

    Anonyme-77656
    La descendance a Mittérrand

    Et bien évidemment tout est géré par le parti socialiste !!!



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 11 juin à 12:41

    Anonyme-77656
    koi!!!!

    changons les politiques, les tops modeles, eh ou sont passé nos valeurs ???,



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 11 juin à 13:58

    Anonyme-77656
    A lire

    l'article, je me demande si les participants ont le temps de mettre un

    préservatif(?) le "service" paraît tellement rapide.....! Un véritable usinage! Est-ce qu'il y a des notes à la fin ou un décompte ..... de bons coups????



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 13 juin à 09:12

    Anonyme-77656
    La décadence !!!!

    Je crois qu'il faut vraiment s'ennuyer dans son couple ou sa vie privée pour en arriver là Mais, dès lors où personne n'est forcé, grand bien leur fasse. !!



    Signaler un abus  
  • Par KMH, le 13 juin à 21:00

    KMH
    Allez comprendre

    Au travers de cet article , on devine combien il est facile de s'adonner à toutes ces pratiques .Ce que je trouve fascinant c'est que ces gens ont un besoin viscéral de se mettre en scéne , peints , grimés , accessoires fantaisistes , jeux de rôle ..Ils doivent se sentir vivants ,jouant de leurs corps de façon naturelle .Ce sont des personnes qui doivent porter un masque pendant la journée . Apparement ce n'est pas donné de participer à ce genre de soirée .Beaucoup de personnes ayant de hautes fonction doivent se retrouver entre mêlés pour exulter une envie , une pulsion .Il y en a qui font du jogging et d'autres qui attente dans les starting-bloks que le soir arrive .



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 15 juin à 12:15

    Anonyme-77656
    rire

    Vous me faite rire avec vos commentaires et votre article et piteux. Je suis libertine, je traine au moon et dans d'autres lieux. Je n'ai pas vu de top model, ni d'anciens ministre. le libertinage est pour tous!! j'ai vu tout les corps et toute les morphologie et même des femmes obèses. bref à vous lire on croirais que le libertinage est pour une élite!je suis au rsa et libertine!! marrant votre article on pourrais même pensais que le journaliste n'as pas foutu les pieds à certains endroit!!

    a ce propos je tiens un blog pour ceux que ça intéresse l'univers du libertinage..http://accorpsperdu.blogspot.com/



    Signaler un abus  
Publié : 11/06/11 - 09h40
Mis à jour : 11/06/11 - 09h50
  • Texte plus grand
  • Texte plus petit

SUIVEZ FRANCE SOIR SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX


FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 17:29

      288500 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 19:55

      203400 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 17:21

      155550 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 21:48

      150550 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Jakyburn Jakyburn, le 20 avr à 21:02

      99900 points
      1686 commentaires

      En savoir plus sur Jakyburn


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Actu du jour en image

    Horoscope Quotidien 2012

    Minute Trente de Montvalon

    TV Tout sur Secret Stroy 6

    Faits Divers Les maisons de l'horreur