Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Samedi 19 janvier, 13:24
Accueil > Actualité > Société > Les trésors de la grotte de Tautavel

Les trésors de la grotte de Tautavel

Société


La grotte des Pyrénées-Orientales, d’où a été extrait le crâne d’Arago XXI est une mine pour les chercheurs.

La grotte de Tautavel
La grotte de Tautavel MaxPPP

Il y a quarante ans, le 22 juillet 1971, des fouilleurs extrayaient d’une grotte de Tautavel le crâne du plus vieil Européen alors connu, un jeune homme mort 450.000 années auparavant et peut-être mangé par ses congénères. L’Homme de Tautavel, alias Homo erectus européen ou Homo heidelbergensis, a aussi été nommé Arago XXI, car 21e fossile humain sorti de l’extraordinaire mine de vestiges que constitue encore aujourd’hui la cavité appelée Caune de l’Arago. Il donnait un visage, en tout cas une face, aux plus lointains de nos ancêtres.

Henry de Lumley

Le préhistorien Henry de Lumley, aujourd’hui âgé de 76 ans, avait entrepris en 1964 la fouille systématique de cette grotte creusée par les éléments dans les Corbières et connue depuis au moins le XIXe siècle comme gisement de fossiles. Il se rappelle précisément la découverte faite sous la vaste voûte, en surplomb des vignobles de muscat et rivesaltes. « Nous l’avons trouvé le 22 juillet à 15 heures. J’étais dans la grotte. Un des fouilleurs – ils sont deux par carré – m’appelle en me disant qu’il voit une dent. Qu’est-ce que c’est cette dent ? On constate que c’est une dent humaine. On gratte un peu plus et on voit une deuxième dent humaine, en connexion. Je leur ai dit de chercher un peu à gauche […] et on a trouvé la troisième et la deuxième molaire droite. Après, on a eu le palais. »

Le pariétal droit

Vingt jours de travail au poinçon et à la fraise de dentiste sont nécessaires pour dégager le crâne qui reposait sur son sommet, les maxillaires en l’air ; un crâne bas, au front fuyant et souligné par un puissant bourrelet au-dessus des orbites, les mâchoires saillantes. En 1979, on extirpe le pariétal droit complétant le crâne. Pour Henry de Lumley, le crâne a pu être fracturé pour prélever le cerveau et se livrer à un cannibalisme plus rituel qu’alimentaire. Il ne sort que très exceptionnellement cette relique et les autres de la chambre forte dans laquelle elles sont conservées à Tautavel. Il le fera avec son épouse pour le public lors des célébrations du quarantième anniversaire de cette découverte, de jeudi à samedi.

Encore un siècle de fouilles

Aujourd’hui, la Caune de l’Arago, dans les Pyrénées-Orientales, reste une mine pour les chercheurs qui y ont encore découvert cette année une dent de lait laissant supposer que l’Homo heidelbergensis fréquentait la grotte en famille. Il y en a encore pour un siècle de fouilles, disent les collaborateurs du préhistorien. « La Caune de l’Arago est un véritable livre qui nous raconte 600.000 années d’histoire du paysage et d’histoire de l’homme en Languedoc-Roussillon », s’émerveille Henry de Lumley. En se remplissant sous l’effet des ruissellements et des éboulements, puis en se colmatant pour ne se rouvrir qu’entre 30.000 et 15.000 ans avant notre ère, la cavité n’a pas seulement piégé les vestiges et la culture des hommes qui ont profité (quelques heures pour les uns, quelques années pour les autres) de ce poste d’observation exceptionnel de – 700.000 à – 100.000 ans. Elle a aussi figé une chronique de la biodiversité et du climat. En 2011, 250 fouilleurs se succéderont dans la grotte où l’on est en train de mettre au jour le « sol Q » (– 570.000 ans) et où partout affleurent les bifaces et les ossements d’animaux préhistoriques, longtemps interprétés comme les traces du Déluge.
Tautavel draine les étudiants venus inscrire une ligne inappréciable à leur curriculum vitae. Son Centre européen de recherches préhistoriques, qui a généré un lexique international de paléontologie, attire les thésards et les spécialistes du monde entier. Ils consultent ses réserves exceptionnelles et tiennent colloque. Pour autant, l’avenir du centre reste aléatoire. Il demeure géré par une association. Henry de Lumley se bat pour en faire un établissement public de coopération culturelle dont le sort ne serait plus suspendu, bon an mal an, au bon vouloir de l’Etat et des collectivités.

Actu France-Soir
C'est sur France Soir !

Plus d'articles Société

Publié : 18/07/11 - 06h53
Mis à jour : 18/07/11 - 07h00
  • Texte plus grand
  • Texte plus petit

SUIVEZ FRANCE SOIR SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX


FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 17:29

      288500 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 19:55

      203400 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 17:21

      155550 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 21:48

      150550 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Jakyburn Jakyburn, le 20 avr à 21:02

      99900 points
      1686 commentaires

      En savoir plus sur Jakyburn


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Actu du jour en image

    Horoscope Quotidien 2012

    Minute Trente de Montvalon

    TV Tout sur Secret Stroy 6

    Faits Divers Les maisons de l'horreur