Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Lundi 14 octobre, 08:11
Accueil > Actualité > Société > Vendeurs à la sauvette : L’inquiétante prolifération

Vendeurs à la sauvette : L’inquiétante prolifération

Société


Opérant dans les hauts lieux touristiques de la capitale, ils seraient de plus en plus nombreux et de plus en plus violents. Enquête.

Des vendeurs à la sauvette
Des vendeurs à la sauvette MaxPPP

Une grappe de tours Eiffel dans la main droite, un sac-poubelle dans la main gauche et un chapeau parapluie sur la tête… Les vendeurs à la sauvette ne passent pas inaperçus au milieu des touristes. Selon la Préfecture de Police de Paris, ils seraient, chaque jour, du Champ-de-Mars à l’esplanade du Trocadéro, entre 150 et 300. Principalement originaires du Sénégal, mais aussi du Gabon ou d’Inde, ces hommes travaillent pour des réseaux organisés sévissant de la tour Eiffel au château de Versailles, et qui se montrent parfois extrêmement offensifs envers les touristes.
Face à eux, la Direction de la sécurité de proximité de l’agglomération parisienne a dressé plus de 9.000 contraventions en 2010 et, depuis l’entrée en vigueur de la loi d’orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure, le 14 mars dernier, 2.200 vendeurs à la sauvette ont été interpellés. Pourtant, l’intervention des forces de l’ordre semble vaine. Le nombre des vendeurs serait en constante augmentation, au grand dam des commerçants.

" On a perdu 70 à 80 % de chiffre d’affaires "

« C’est un problème qui dure depuis des années », déplore Stéphane (*), 28 ans. Le jeune homme, qui travaille dans un stand de souvenirs au pied de la tour Eiffel, connaît bien les vendeurs à la sauvette. Tous les jours, une vingtaine d’entre eux se placent devant sa boutique pour alpaguer les touristes. « Ils importunent les visiteurs et les forcent à acheter. Ils menacent et insultent les commerçants qui leur disent de partir. Ils sont parfois violents. Un collègue travaillant au Trocadéro a récemment été blessé à la tête par l’un d’entre eux. Malheureusement, leur nombre a considérablement augmenté depuis trois ans. »
Le commerçant dénonce avant tout la concurrence déloyale qu’ils lui font. « Avant, on commandait les porte-clés par centaines. Maintenant, pour éviter d’avoir des stocks, on les prend par dizaines. Eux cachent tout dans les bouches d’égout. Ils ne vendent pas la même marchandise, elle est de moins bonne qualité. Surtout, ils travaillent au noir tandis que la société qui m’emploie paie des taxes, des impôts, un loyer, des salaires. Depuis 2008, on a perdu 70 à 80 % de chiffre d’affaires. Alors, il y a quelques mois, on a failli arrêter », confie Stéphane.
Porte-clés tour Eiffel, cartes postales, foulards ou fausses montres de luxe… ces vendeurs proposent des souvenirs de la capitale à des prix défiant toute concurrence. Les articles sont achetés en gros dans les commerces asiatiques de la rue du Temple, à Paris, d’Aubervilliers ou de Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis). En juin 2010, les policiers de la Direction de la sécurité de proximité de l’agglomération parisienne démantelaient un important trafic organisé de vendeurs à la sauvette. Au cours de l’enquête, les enquêteurs identifient sept gérants de société, tous ressortissants chinois, qui alimentaient des vendeurs à partir d’un foyer de travailleurs du XIIe arrondissement de Paris. Outre la somme de 20.000 € en liquide, les policiers saisissent plusieurs dizaines de mètres cubes de tours Eiffel miniatures.

Réseaux organisés

Selon certains, ces vendeurs seraient exploités par des réseaux organisés. « Ce n’est pas une mafia au sens où on l’entend, mais pour vendre sous la tour Eiffel il faut être coopté. Ils s’approvisionnent chez les mêmes fournisseurs et obéissent à une loi interne. Leur activité est opaque. On ne sait pas exactement combien ça leur rapporte », soupire Thierry Franck, du syndicat de police Alliance. « Il y en a toujours eu. Mais depuis quelques semaines ils sont de plus en plus nombreux et, comme ils partagent le même marché, ils sont de plus en plus virulents. Des bagarres éclatent régulièrement entre eux. Les Africains sont tellement violents qu’ils ont empêché les Roms de s’installer et ont repoussé les Indiens plus loin. »
Ces derniers ont trouvé refuge sur la pelouse du Champs-de-Mars. Ils sont spécialisés dans la vente de boissons fraîches. Une dizaine de vendeurs originaires du Pendjab, une région du nord-ouest de l’Inde, sillonnent quotidiennement la zone, chacun en possession d’un seau rempli de bouteilles d’eau, de vin et même de champagne. A quelques mètres de là, assis sur un banc, cinq hommes surveillent l’arrivée de la police et jettent un œil au stock de boissons, soigneusement dissimulé dans une poubelle.

Des contrôles qui dégénèrent

En février dernier, la loi s’est pourtant durcie. La vente à la sauvette a été requalifiée comme un délit passible d’une peine de prison de six mois et de 3.750 € d’amende. En outre, un dispositif spécial a été instauré dans un périmètre allant de l’esplanade du Trocadéro à la vieille dame de fer. La mairie du VIIe arrondissement, elle, a mis à disposition des policiers un compacteur à déchets sous la dalle des Invalides. Le directeur de cabinet du préfet de police, Jean-Louis Fiamenghi, indique que les policiers interpellent « chaque jour des dizaines de ces vendeurs et saisissent plusieurs centaines de kilos de marchandises qui sont ensuite détruites en accord avec le parquet ». Pourchassés, les vendeurs à la sauvette s’en prennent de plus en plus souvent aux policiers. « Les contrôles dégénèrent régulièrement. Quand on en attrape un, il hurle et donne l’alerte. Une quarantaine d’entre eux encerclent les policiers qui ne sont que deux ou trois. Ils se servent des tours Eiffel qu’ils vendent pour frapper nos collègues. Une fois, un vélo de la police a même été jeté dans la Seine », relate Thierry Franck.

Thierry Bailly, directeur du groupe Défis, spécialisé dans la vente d’objets souvenirs ayant pour thème la France et Paris, dénonce « une police amorphe », dépassée par la situation. « Les policiers ne font que les éloigner. Les arrestations sont rares. La nouvelle loi n’a eu aucun impact. Avant, on nous disait “Il n’y a pas de loi”. Maintenant, on nous dit “C’est trop compliqué”. Chaque année, nous disons que ça devient de plus en plus dangereux pour les touristes. » Selon Thierry Franck, le problème ne vient pas des forces de l’ordre mais des magistrats. « Les policiers font leur travail en les arrêtant. Le problème, c’est que la justice ne donne pas souvent suite. Sur 500 personnes arrêtées et envoyées dans un centre de rétention administratif, il n’y a qu’une seule reconduite à la frontière. Du coup, les policiers du VIIe arrondissement interpellent les mêmes personnes tous les jours. »

(*) Le prénom a été modifié.

Thibaut Chevillard
C'est sur France Soir !

Réactions à cet article5 commentaires

Publié : 27/08/11 - 09h02
Mis à jour : 27/08/11 - 09h10
  • Texte plus grand
  • Texte plus petit

SUIVEZ FRANCE SOIR SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX


FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 17:29

      288500 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 19:55

      203400 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 17:21

      155550 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 21:48

      150550 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Jakyburn Jakyburn, le 20 avr à 21:02

      99900 points
      1686 commentaires

      En savoir plus sur Jakyburn


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Actu du jour en image

    Horoscope Quotidien 2012

    Minute Trente de Montvalon

    TV Tout sur Secret Stroy 6

    Faits Divers Les maisons de l'horreur