Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Mercredi 11 décembre, 18:22
Accueil > Actualité > Société > Violence urbaine : La libraire fait de la résistance

Violence urbaine : La libraire fait de la résistance

Société


Marie-Neige Sardin, 54 ans, est la dernière libraire du Bourget (Seine-Saint-Denis). Elle a vécu l’enfer : viol, braquages, agressions… Mais ne capitulera pas, elle reste.

Victime de 26 agressions dans sa boutique, Marie-Neige Sardin refuse toujours de laisser sans livres les habitants du Bourget
Victime de 26 agressions dans sa boutique, Marie-Neige Sardin refuse toujours de laisser sans livres les habitants du Bourget France Soir/Marie Marvier

Non. Marie-Neige Sardin crie « non » à la violence, à l’injustice. Non à la peur. La dernière libraire de proximité du Bourget (Seine Saint-Denis), investie dans son combat pour faire entrer la culture dans les milieux qui en sont privés, entend bien rester à son poste malgré vingt-six agressions en sept ans, dont un viol, et bien que les coupables, alors que toutes les preuves s’accumulent, soient laissés en liberté par une justice débordée.
Le destin de Marie-Neige est constitué d’injustice et de combat. Un destin sous le signe de la violence, dans une ville de banlieue, Le Bourget, ni meilleure ni pire que tant d’autres quartiers délaissés du département. Libraire et marchande de journaux, cette femme de 54 ans tient commerce à une cinquantaine de mètres de la station de RER. Façade orange vif, visible de loin, sa boutique croule sous les magazines et les livres. Des livres récupérés au pilon, qu’elle revend entre 1 et 3 €, quand elle ne les prête pas à un gamin pour lui donner le goût de lire. « Certains, à qui j’ai offert un manga, dévorent aujourd’hui Balzac », se réjouit-elle. Diffuser des mots, des concepts, de la pensée, c’est devenu, son unique raison de vivre. « Moins il y aura de culture, plus il y aura de violence », assène cette résistante, qui refuse de capituler. « J’aurais l’impression de trahir et de déserter », écrit-elle dans son livre Celle qui dit non (L’Œuvre éditions). Marie-Neige n’est pas fille d’un gendarme vétéran de 39-40 pour rien. Son père défilait chaque 14 Juillet, et pour la petite fille qu’elle était alors, « les couleurs de la patrie étaient celles du bonheur ». Aujourd’hui, les institutions dans lesquelles elle croyait, la police et la justice, l’ont bafouée.

Une sauvagerie sans limites

Il faut remonter huit ans en arrière pour comprendre son histoire. Un braquage à main armée. Deux jeunes qui lui fracassent le crâne sous les yeux d’un père de famille et de ses deux enfants, avant de rafler la caisse et les jeux de grattage. Marie-Neige reconnaît l’un des deux, porte plainte, forte du témoignage de son client. Sauf que, menacé de sévices sur ses enfants, celui-ci se rétracte. C’est quelques jours avant une confrontation chez le juge d’instruction que sa vie bascule irréversiblement. Le 22 juin 2004. Quatre hommes surgissent dans le magasin à l’heure du déjeuner, la rouent de coups, la traînent dans son appartement juste au-dessus, et la violent à plusieurs reprises, avec une sauvagerie sans limites, sous la menace d’un cran d’arrêt. « Si tu ne retires pas ta plainte, on fera encore pire à ta fille », lui crachent-ils. Lorsque la police arrive, tout est terminé. Lors de la déposition de Marie-Neige, un fonctionnaire lui posera cette question : « Mais pourquoi avez-vous écarté les jambes ? »
Dans les mois qui suivent, l’instruction suit son cours jusqu’au non-lieu, « faute de preuves », alors que les agresseurs se répandent dans toute la ville, fiers de leur exploit.

La résistance

Depuis, non seulement Marie-Neige croise régulièrement ses violeurs qui la narguent ouvertement, mais elle a subi 24 agressions supplémentaires, la plupart commises par des membres de la même bande : traînée par un scooter, avec un câble enroulé autour de son cou ; emmaillotée de la tête aux genoux avec du scotch avant d’être dévalisée, au point qu’elle manquera y laisser la vie en étouffant ; brûlée à la main par de l’acide ; sans parler des multiples braquages sans conséquences physiques. Tous ses agresseurs courent encore. Mais la petite libraire de Seine-Saint-Denis dit non. Elle continue de déposer plainte, écrit au chef de l’Etat, à tous les partis politiques, interpelle le maire et la justice, tente désespérément de se faire entendre. En vain. Chaque fois, sa parole est mise en doute. Elle sera pourtant indemnisée deux fois par la Civi (Commission d’indemnisation des victimes d’infractions), signe qu’elle est reconnue victime.
Jusqu’à cette aventure, alors qu’une voisine bruyante, nouvelle venue dans l’immeuble, l’empêche de dormir chaque nuit, Marie-Neige finit par lui demander, excédée à 3 heures du matin, d’ « arrêter de faire la bamboula ». Plainte de la voisine. Garde à vue de la libraire. Et une condamnation, surréaliste, à 500 € d’amende pour injures racistes. Son appel sera jugé en janvier prochain. « On assiste à un véritable renversement des valeurs », soupire Marie-Neige, désabusée.

Un livre comme un étendard

Autour d’elle, Le Bourget s’est vidé de ses commerces. « Depuis  trente-trois ans que je suis là, j’ai vu cette ville se transformer. J’ai grandi ici. C’était une petite cité de banlieue calme et agréable. Aujourd’hui, le temps est à la peur et au stress permanent. » L’opticienne, la boulangère, la coiffeuse, toutes braquées ou violentées. Elles partent. Mais Marie-Neige s’accroche : « Mes agresseurs s’en prennent à moi parce que je suis la seule limite qu’ils aient jamais rencontrée dans leur vie, ni la justice ni leur éducation ne leur ont jamais résisté. »
Le combat est noble. Le danger certain. Une caméra est désormais braquée en permanence sur la librairie dans laquelle il faut sonner pour pénétrer. Mais la victime a des antennes : « Quand mes agresseurs sont dans les parages, mon corps se manifeste avant que mes yeux ne les voient. Je sens une crispation musculaire dans tous mes membres. Je les cherche alors du regard. Et je les trouve toujours. »
Son livre est affiché en vitrine, comme un étendard. En une semaine, plus de 70 citoyens du Bourget l’ont déjà acheté, stupéfaits de découvrir en détail ce qu’ils connaissaient par la rumeur. Ils manifestent leur solidarité et demandent des dédicaces. Pourtant, deux personnes ne liront jamais les mots crus et violents de Marie-Neige : sa mère et sa fille, auxquelles elle n’a cessé de penser à chaque agression, « ce qui m’a tenue en vie. » Elles, elles ne souhaitent pas en savoir plus. Le livre leur est dédié.

Marie Marvier
C'est sur France Soir !

Plus d'articles Société

Réactions à cet article6 commentaires

  • Par Anonyme-77656, le 8 oct à 09:28

    Anonyme-77656
    euh

    De l'inconscience ou du courage... je vous salut bien bas Madame pour votre résistance. Malheureusement pour eux, le jour que vous ne serez plus là (le plus tard possible) Ils pleuront et peut être comprendrons que vous vouliez les aider !!!



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 8 oct à 09:30

    Anonyme-77656
    Que l'état la protège

    A ce niveau là ce n'est plus de la résistance, c'est de la conscience professionnelle périeuse



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 8 oct à 10:29

    Anonyme-77656
    le FN au pouvoir

    VOTEZ BIEN EN 2012 MAIS PAS LES BISOUNOURS PS ET PAS LES SCHTROUFS UMP SI VOUVLEZ QUE LA FRANCE REVIENNE



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 9 oct à 03:00

    Anonyme-77656
    Merci à France Soir d'avoir

    Merci à France Soir d'avoir fait connaître l'histoire de Marie Neige ! Cette femme est tellement courageuse, il faut la soutenir.



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 10 oct à 11:43

    Anonyme-77656
    Marine, vite !

    En 2012, votez pour une France propre, débarrassée des parasites de tout poil qui viennent chez nous pour pomper nos allocs, profiter de la CMU, obtenir un logement et trafiquer en toute quiètude !


    Quand on lit la prose de l'UMPS, on a vite compris que, dans un bord ou dans l'autre, an va tout droit vers un Califat Islamique en France dans les 10 prochaines années......



    Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 11 oct à 01:51

    Anonyme-77656
    anakyn oui ça fait peur cet

    anakyn oui ça fait peur cet avenir sombre, je voterai en conséquence.



    Signaler un abus  
Publié : 08/10/11 - 09h01
Mis à jour : 08/10/11 - 09h10
  • Texte plus grand
  • Texte plus petit

SUIVEZ FRANCE SOIR SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX


FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 17:29

      288500 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 19:55

      203400 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 17:21

      155550 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 21:48

      150550 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Jakyburn Jakyburn, le 20 avr à 21:02

      99900 points
      1686 commentaires

      En savoir plus sur Jakyburn


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Actu du jour en image

    Horoscope Quotidien 2012

    Minute Trente de Montvalon

    TV Tout sur Secret Stroy 6

    Faits Divers Les maisons de l'horreur