Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Lundi 27 mai, 15:32
Accueil > Loisirs > Ciné > Daniel Auteuil : “J’ai vieilli sans le voir venir”

Daniel Auteuil : “J’ai vieilli sans le voir venir”

Ciné


Vingt-cinq ans après Jean de Florette, Daniel Auteuil joue le papet dans La Fille du puisatier, son premier film comme réalisateur.

Après avoir attendu l’occasion pendant des années, l’acteur retrouve l’auteur Marcel Pagnol en incarnant le patriarche dans La Fille du puisatier
Après avoir attendu l’occasion pendant des années, l’acteur retrouve l’auteur Marcel Pagnol en incarnant le patriarche dans La Fille du puisatier SIPA

S’il n’avait jamais incarné Ugolin dans Jean de Florette et Manon des sources, Daniel Auteuil ne serait sans doute jamais devenu l’une des grandes figures du cinéma français. Après avoir attendu l’occasion pendant des années, l’acteur retrouve l’auteur Marcel Pagnol en incarnant le patriarche dans La Fille du puisatier. Mieux : il en profite pour faire ses débuts de réalisateur à 61 ans.

FRANCE-SOIR Pourquoi avoir attendu aussi longtemps avant de passer à la réalisation ?

DANIEL AUTEUIL La vie et mon travail d’acteur ne m’en avaient pas laissé le temps. Quand j’ai eu 40 ans, j’ai commencé à y penser mais ça ne s’est pas fait. Jusqu’à ce que ce texte, qui correspondait aussi à mon envie de rejouer Pagnol, arrive. Je me suis dit que si je n’y allais pas maintenant, je ne le ferais jamais. Ce film me permettait à la fois de servir Pagnol et de parler de valeurs qui m’appartenaient.

F.-S. Lesquelles ?

D. A. J’ai grandi en Provence et je connais le milieu d’où vient mon personnage. Même si mes parents faisaient de l’opérette, ils étaient ouvriers et je ressentais moi aussi cette différence de classe quand j’étais gamin. Mais j’avais aussi cette fierté d’être pauvre et cette volonté de ne dépendre de personne.

F.-S. Avez-vous fait ce film par nostalgie ?

D. A. Je n’ai pas la nostalgie de l’époque car je ne suis pas passéiste, mais je regrette de ne plus être ce petit gars sur la moto avec la fille derrière. J’ai vieilli sans le voir venir, et faire ce film, c’était renouer avec ma jeunesse.

F.-S. C’était aussi rendre à Pagnol ce qu’il vous a donné avec Ugolin ?

D. A. J’ai plus besoin de Pagnol qu’il n’a besoin de moi. D’ailleurs, si tout se passe bien, je lui devrai aussi mes prochains films. J’aimerais réaliser une nouvelle version de sa trilogie pour le cinéma.

F.-S. Il était évident que vous joueriez le puisatier ?

D. A. Absolument. Sans mon désir pour ce personnage, je n’aurais même pas pensé à réaliser. Jouer dans mon film, c’est aussi une façon de dire que je ne me la pète pas comme metteur en scène. En réalisant, je ne cherche pas à flatter mon ego, mais à faire entendre Pagnol.

F.-S. Votre fille est actrice. Avez-vous songé à lui offrir un rôle dans votre film ?

D. A. Comme elle a 30 ans, elle était un peu âgée pour le personnage, et je pense qu’elle doit faire son chemin sans moi. Ça n’a pas été facile pour elle avec un père comme moi. Aurore m’émeut et me rend fier. C’est une grande actrice. D’ailleurs, elle a été nommée aux Molières. Je l’aime et j’espère la diriger et jouer avec elle un jour.

F.-S. Il y a un Zachary Auteuil au générique…

D. A. C’est mon fils. Je l’ai fabriqué exprès pour le film ! Il est le bébé de la fille du puisatier et il est tellement bon acteur qu’il ressemble à Nicolas Duvauchelle qui joue son père dans le film.

F.-S. Etes-vous angoissé à l’approche de la sortie ?

D. A. J’ai tout voulu et choisi dans ce film ; il me plaît et me ressemble, et j’espère que le public ne sera pas déçu. Mais je suis plus angoissé par l’idée de passer un scanner que par celle de sortir un film. Il faut tout de même relativiser !

Drame de et avec Daniel Auteuil, Astrid Berges-Frisbey, Kad Merad, Sabine Azéma… 1 h 47.

Notre avis

Patricia, 18 ans, aimera Jacques une nuit avant qu’il ne soit envoyé au front et porté disparu. Quand la jeune femme révélera à son père qu’elle est enceinte, le puisatier et sa fille devront affronter les regards de la société face à cet « événement honteux ». S’effaçant derrière le texte poétique et mordant de Pagnol, Daniel Auteuil, parfait de dignité en père déchiré entre son amour pour sa fille et la pression sociale, signe une version classique et respectueuse de l’œuvre de l’auteur de Marius, César et Fanny.

Marilyne Letertre
C'est sur France Soir !

Plus d'articles Ciné


FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

En images

Sylvia Kristel en 10 photos


Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

En images

Sylvia Kristel en 10 photos


Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 17:29

      288500 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 19:55

      203400 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 17:21

      155550 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 21:48

      150550 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Jakyburn Jakyburn, le 20 avr à 21:02

      99900 points
      1686 commentaires

      En savoir plus sur Jakyburn


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Programmes TV du jour

    Horoscope Quotidien 2012

    TV Tout sur Koh Lanta

    TV Tout sur Pékin Express