Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Mercredi 23 octobre, 02:08
Accueil > Loisirs > Ciné > Le Festival de Cannes en douze scandales

Le Festival de Cannes en douze scandales

Ciné


Cannes sans scandale ne serait pas Cannes. À la veille de l'ouverture du 64e Festival international du cinéma, retour sur les plus grandes polémiques cinématographiques qui ont agité la Croisette.

  • Antéchrist, de Lars Von Trier (2009) <em>SIPA</em>

    Antéchrist (2009) Pendant la projection du film de Lars Von Trier, certains spectateurs se sont évanouis, d'autres ont quitté la salle. Antéchrist est dérangeant mais vaudra à Charlotte Gainsbourg le prix d'interprétation.

  • Fahrenheit 9/11, de Michael Moore (2004) <em>SIPA</em>

    Fahrenheit 9/11 En pleine campagne de Bush junior pour sa réélection, Fahrenheit 9/11 dénonce les agissements du président américain et notamment ses décisions sur la guerre en Irak. Le film de Michael Moore reçoit la Palme d'or. La Croisette, capitale éphémère du septième art et podium pour les stars du monde entier, peut-elle être un lieu d'expression politique ? La polémique éclate.

  • Irréversible, de Gaspar Noé (2001) <em>SIPA</em>

    Irréversible Violent, jusqu'à l'insoutenable, le film provoque la sortie de nombreux spectateurs seulement quelques minutes après le début de la projection. L'actrice principale Monica Bellucci avait imaginé que "des gens crieraient au génie" tandis que d'autres hurleraient que "des films pareils devraient être interdits". Au final, la réalisation provocatrice de Gaspar Noé repartira de Cannes sans prix et dans l'indifférence générale...

  • Assassin(s), de Mathieu Kassovitz (1997) <em>MaxPPP</em>

    Assassin(s) Deux ans après La Haine, Kassowitz revient sur la Croisette et, une nouvelle fois, subit les foudres de la critique qui trouve que son film, Assassin(s), est trop violent. Réponse du berger en conférence de presse : "Assassin(s) est une expérience qui doit être désagréable, car la violence n'est pas agréable !"

  • Funny Games, de Michael Haneke (1997) <em>SIPA</em>

    Funny Games Funny Games faisait-il l'apologie de la violence au lieu de la dénoncer ? C'est en tout cas ce que prétendent les festivaliers en découvrant le très perturbant Funny Games. Ce film montre deux jeunes hommes qui séquestrent une famille en vacances.

  • Crash, de David Cronenberg (1995) <em>SIPA</em>

    Crash Scandale parmi les scandales, le film de David Cronenberg est si mal accueilli par les festivaliers que nombre d'entre eux quittent la salle pendant la projection. Crash, qui met en scène des personnes qui réalisent leurs fantasmes en provoquant des accidents de voiture est copieusement hué. Huées qui se feront de nouveau entendre lorsque le film se verra décerner un Prix spécial du jury.

  • La Haine, de Mathieu Kassovitz (1995) <em>SIPA</em>

    La Haine Le scandale a éclaté avant même la projection, puisque tout s'est déroulé sur le tapis rouge. Lors de la montée des marches de l'équipe du film de Mathieu Kassovitz, le service d'ordre tourne le dos pour manifester leur mécontentement. Selon eux, ce film qui met en scène la vie de jeunes de banlieues est ni plus ni moins qu'un pamphlet anti-flics.

  • Pulp Fiction, de Quentin Tarantino (1995) <em>SIPA</em>

    Pulp fiction Clint Eastwood et Catherine Deneuve, respectivement président et vice-présidente du jury, avaient eu toutes les peines du monde à se mettre d'accord. Finalement, c'est le premier qui avait obtenu gain de cause et la Palme d'or avait été attribuée au film Pulp Fiction. Le verdict est cependant mal accueilli. En réponse, Quentin Tarantino tendra son majeur à la salle.

  • Le Grand Bleu, de Luc Besson (1988) <em>SIPA</em>

    Le Grand Bleu Si c'est le film qui a fait éclater le talent de Luc Besson, c'est aussi celui qui créera la fracture entre le réalisateur et les journalistes. Lors de sa projection, Le Grand Bleu, présenté hors compétition, est copieusement sifflé. À sa ressortie en version longue dans les salles obscures, l'affiche est barrée d'un revanchard : "N'y allez pas, ça dure trois heures !".

  • Sous le soleil de Satan, de Maurice Pialat (1987) <em>SIPA</em>

    Sous le soleil de Satan "Sachez que si vous ne m'aimez pas, je ne vous aime pas non plus !" Cette phrase, signée Maurice Pialat, est sans doute une des plus marquantes de la décennie 80 à Cannes. Cette année-là, il reçoit, sous les huées, la Palme d'or pour Sous le soleil de Satan. Ce film très sulfureux conte l'histoire d'un abbé qui doute de sa foi et rencontre le diable.

  • La Grande Bouffe, de Marco Ferreri (1973) <em>SIPA</em>

    La Grande Bouffe À grand renfort de scènes scatologiques et orgiaques, Ferreri entend dénoncer notre société de consommation. Mais au pays de la gastronomie, le banquet fatal de Noiret, Mastroianni et compagnie est mal digéré et fait scandale. Le film recevra le prix de la critique internationale, ex-æquo avec La Maman et la putain de Jean Eustache.

  • La Dolce Vita, de Federico Fellini (1960) <em>SIPA</em>

    La Dolce Vita Si la Dolce Vita a d'abord choqué - le film a été hué par le public cannois et condamné par le Vatican à sa sortie -, le film de Fellini n'en est pas moins devenu légendaire. À noter la scène cultissime d'Anita Ekberg dans la fontaine de Trevi.

Thierry Frémeaux, directeur technique du festival de Cannes, se félicitait il y a quelques jours que la sélection officielle de ce Festival de Cannes était plutôt bien accueillie. Cela signifie que le Festival sera épargné par les polémiques en salles ? Pas sûr... Pour jouer le rôle de film qui dérange cette année, on évoque 2046 de Won Kar-Wai. En attendant, retour sur 64 ans de scandales, grands ou petits, cinématographiques ou simplement médiatiques.

Antéchrist Pendant la projection du film de Lars Von Trier, certains spectateurs se sont évanouis, d'autres ont quitté la salle. Antéchrist est dérangeant mais vaudra à Charlotte Gainsbourg le prix d'interprétation.

Fahrenhaint 9/11 En pleine campagne de Bush junior pour sa réélection, Fahrenheit 9/11 dénonce les agissements du président américain et notamment ses décisions sur la guerre en Irak. Le film de Michael Moore reçoit la Palme d'or. La Croisette, capitale éphémère du septième art et podium pour les stars du monde entier, peut-elle être un lieu d'expression politique ? La polémique éclate.

Irréversible Violent, jusqu'à l'insoutenable, le film provoque la sortie de nombreux spectateurs seulement quelques minutes après le début de la projection. L'actrice principale Monica Bellucci avait imaginé que "des gens crieraient au génie" tandis que d'autres hurleraient que "des films pareils devraient être interdits". Au final, la réalisation provocatrice de Gaspar Noé repartira de Cannes sans prix et dans l'indifférence générale...

Assassin(s) Deux ans après La Haine, Kassowitz revient sur la Croisette et, une nouvelle fois, subit les foudres de la critique qui trouve que son film, Assassin(s), est trop violent. Réponse du berger en conférence de presse : "Assassin(s) est une expérience qui doit être désagréable, car la violence n'est pas agréable !"

Funny Games Funny Games faisait-il l'apologie de la violence au lieu de la dénoncer ? C'est en tout cas ce que prétendent les festivaliers en découvrant le très perturbant Funny Games. Ce film montre deux jeunes hommes qui séquestrent une famille en vacances.

Crash Scandale parmi les scandales, le film de David Cronenberg est si mal accueilli par les festivaliers que nombre d'entre eux quittent la salle pendant la projection. Crash, qui met en scène des personnes qui réalisent leurs fantasmes en provoquant des accidents de voiture est copieusement hué. Huées qui se feront de nouveau entendre lorsque le film se verra décerner un Prix spécial du jury.

La Haine Le scandale a éclaté avant même la projection, puisque tout s'est déroulé sur le tapis rouge. Lors de la montée des marches de l'équipe du film de Mathieu Kassovitz, le service d'ordre tourne le dos pour manifester leur mécontentement. Selon eux, ce film qui met en scène la vie de jeunes de banlieues est ni plus ni moins qu'un pamphlet anti-flics.

Pulp fiction Clint Eastwood et Catherine Deneuve, respectivement président et vice-présidente du jury, avaient eu toutes les peines du monde à se mettre d'accord. Finalement, c'est le premier qui avait obtenu gain de cause et la Palme d'or avait été attribuée au film Pulp Fiction. Le verdict est cependant mal accueilli. En réponse, Quentin Tarantino tendra son majeur à la salle.

Le Grand Bleu Si c'est le film qui a fait éclater le talent de Luc Besson, c'est aussi celui qui créera la fracture entre le réalisateur et les journalistes. Lors de sa projection, Le Grand Bleu, présenté hors compétition, est copieusement sifflé. À sa ressortie en version longue dans les salles obscures, l'affiche est barrée d'un revanchard : "N'y allez pas, ça dure trois heures !".

Sous le soleil de Satan "Sachez que si vous ne m'aimez pas, je ne vous aime pas non plus !" Cette phrase, signée Maurice Pialat, est sans doute une des plus marquantes de la décennie 80 à Cannes. Cette année-là, il reçoit, sous les huées, la Palme d'or pour Sous le soleil de Satan. Ce film très sulfureux conte l'histoire d'un abbé qui doute de sa foi et rencontre le diable.

La Grande Bouffe À grand renfort de scènes scatologiques et orgiaques, Ferreri entend dénoncer notre société de consommation. Mais au pays de la gastronomie, le banquet fatal de Noiret, Mastroianni et compagnie est mal digéré et fait scandale. Le film recevra le prix de la critique internationale, ex-æquo avec La Maman et la putain de Jean Eustache.

La Dolce Vita Si la Dolce Vita a d'abord choqué - le film a été hué par le public cannois et condamné par le Vatican à sa sortie -, le film de Fellini n'en est pas moins devenu légendaire. À noter la scène cultissime d'Anita Ekberg dans la fontaine de Trevi.

E. C.

Plus d'articles Ciné


FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

En images

Sylvia Kristel en 10 photos


Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

En images

Sylvia Kristel en 10 photos


Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 17:29

      288500 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 19:55

      203400 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 17:21

      155550 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 21:48

      150550 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Jakyburn Jakyburn, le 20 avr à 21:02

      99900 points
      1686 commentaires

      En savoir plus sur Jakyburn


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Programmes TV du jour

    Horoscope Quotidien 2012

    TV Tout sur Koh Lanta

    TV Tout sur Pékin Express